Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 86 – Le terrible colosse

Livre 1 chapitre 86 – Le terrible colosse

L’air de l’avant-poste était aussi épais que de la boue, étouffé par le sable. Lorsque la nouvelle que les balayeurs se rapprochaient du fort parvint à Artemis, elle rassembla les centaines de guerriers qui s’y trouvaient. Ils s’étaient dirigés vers l’entrepôt où tout le monde se prépara au combat.

Le fort du Groenland était un ancien bâtiment qui avait été renforcé au fil du temps. Ses murs hauts et robustes donnaient à ses habitants un sentiment de sécurité ainsi qu’un vaste espace de vie. Il était donc devenu le symbole de l’avant-poste du Groenland.

Cependant, tout le monde ne vivait pas dans le fort. Le logement à l’intérieur du fort était devenu une récompense pour l’élite de l’avant-poste. Ainsi, en plus d’être l’endroit le plus sûr de l’enceinte, c’était aussi là que se rassemblaient les individus les plus forts.

« Vite, vite ! Rassemblez tout ce qui peut être utilisé ! »

Artemis ouvrit l’entrepôt à tous ceux qui pouvaient porter une arme. Le meilleur équipement de l’avant-poste était stocké à l’intérieur, mais en ce moment de crise, elle n’hésitait pas à offrir des articles dont elle n’aurait pas voulu se séparer.

Tout était disponible, tant que cela pouvait être utilisé pour les protéger du démon : arcs, fusils, roquettes, tout.

Cloudhawk repéra une baliste et commença à la pousser hors de l’entrepôt.

Cette arme d’artillerie défensive à l’ancienne avait été prise dans la nature. Les chercheurs étaient la classe supérieure aux excavateurs – des explorateurs qui non seulement avaient déterré des outils utiles du passé, mais avaient aussi recherché leurs secrets. Hydra avait également reçu ses injections de panacée des chercheurs.

Quand il avait acheté la baliste, elle n’était pas fonctionnelle. Il avait fallu près d’un an pour la réparer, mais elle était finalement trop lourde pour être utilisée. C’était un outil défensif utilisé pour repousser les invasions, et le règne d’Hydra avait été stable pour la plupart. Ainsi, elle restait en réserve, accumulant la poussière.

À ce moment, les bruits du combat les entouraient. Les balayeurs avaient-ils détruit leur chemin vers le fort aussi rapidement ?

« Vous venez tous ici et vous poussez. Artemis, allons voir ! »

Cloudhawk fit signe à un groupe de soldats de prendre sa place derrière la baliste, puis courut avec Artemis vers les bruits de combat. Ils avaient d’abord croisé un groupe d’une douzaine de résidents terrifiés du fort qui fuyaient dans la direction opposée. Elle en avait facilement attrapé un alors qu’il passait et lui demandait des informations quand soudain, tout le fort se mit à trembler comme s’il était pris dans un tremblement de terre.

Tout d’un coup, il fut frappé par un sentiment de surprise et de consternation sans précédent. « Je peux sentir une puissance – une puissance énorme venir par ici.

Nous ne pouvons pas continuer d’aller de l’avant ! »

Artemis le regarda dans la confusion. « De quoi parles-tu ? Quel pouvoir ? »

Le bâtiment continuait à trembler, les secousses devenant de plus en plus intenses à chaque instant. Le sable tremblait sur les murs alors que d’énormes fissures apparaissaient. Elles s’étendaient comme une toile d’araignée sur la pierre solide, se combinant pour former des fissures encore plus grandes qui s’étendaient plus profondément dans les couloirs du fort. Une fois que les fissures atteignirent les murs, d’énormes morceaux commencèrent à tomber.

La voie d’accès était réduite à des décombres.

Après l’effondrement des murs, une silhouette énorme et incroyable leur fut révélée.

Cloudhawk regarda avec un choc absolu un monstre de quatre-vingts pieds de haut s’élever devant ses yeux.

« Fils de pute, qu’est-ce que c’est que ça ? C’est le démon ? »

La bête de sable colossale était énorme ! En comparaison, c’était comme un homme adulte qui se tenait au-dessus d’une fourmi. Non seulement elle était massive, mais elle était aussi incomparablement forte. Elle effaçait tout sur son passage, que ce soit de la chair ou une forteresse, comme un coup de vent érosif.

Le fort du Groenland n’était guère un obstacle pour lui !

Les terres désolées ne manquaient pas de créatures massives de plusieurs dizaines de pieds de haut, mais contrairement à cette chose, les humains avaient des moyens de faire face à ces autres titans. Les bêtes des friches étaient de chair et de sang – des êtres vivants qui avaient besoin d’air et d’un cœur qui bat. Elles pouvaient être blessées. Elles pouvaient être tuées.

Mais cette chose devant eux ? Il ne savait même pas ce que c’était ! Le monstre était bien au-delà de la compréhension humaine. Comme les démons mythiques d’autrefois, cette chose était immortelle et plus forte que tout ce que l’on avait jamais vu auparavant.

« Utilisez-les Molotov ! »

Les fusils et les armes de mêlée n’étaient pas les seules choses stockées dans le fort.

Les cocktails Molotov faisaient également partie de ses friandises. Quand Hydra avait pris le contrôle de l’avant-poste du Groenland, il disposait d’une grande quantité de pétrole et d’autres matériaux explosifs, qu’il avait utilisés pour créer des armes incendiaires jetables. L’avant-poste était un endroit difficile à attaquer, et le fort lui-même était une véritable forteresse. Des Molotov furent concoctés pour rendre la prise encore plus difficile.

Mais ce n’était pas le moment de s’attarder sur ces faits !

Plusieurs soldats qui les avaient suivis allumèrent les Molotov et les lancèrent sur le monstre. Ils grésillèrent dans l’air comme des comètes, pour finalement exploser en boules de feu aveuglantes en frappant le colosse de sable. Aussi forte que soit la créature, elle était aussi lente, et par conséquent, six ou sept bouteilles de liquide brûlant explosèrent contre elle.

Sa poitrine était devenue un lac de feu, mais cela ne semblait pas concerner le géant des sables. Il n’avait pas de chair, donc les bouteilles enflammées n’avaient rien de menaçant.

« Ça n’aide pas. » Cloudhawk cria aux autres : « Faites attention. Il va nous attaquer ! »

Boom –!

Un groupe de soldats trop lents pour s’écarter du chemin fut frappé par la main massive du colosse alors qu’il ratissait la zone. Toute l’eau qu’ils contenaient fut absorbée en un clin d’œil, après quoi leurs corps desséchés fut projetés en arrière. Lorsque les cadavres frappaient les sols et les murs, ils se brisaient en morceaux.

Ceux qui avaient réussi à échapper à l’attaque étaient horrifiés. Aucune personne normale ne pouvait lutter contre cette chose !

Aucune balle, flèche ou lame ne pouvait faire le moindre mal au colosse. Chaque attaque du monstre, aussi lente soit-elle, était catastrophique, laissant ses victimes mortes ou irrémédiablement blessées. De plus, la puissance qu’il libérait transformait tout ce qu’il touchait en sable sans vie.

Artemis était complètement ébahie par la scène. « Qu’est-ce que c’est que ça, au nom du trou du cul plissé du démon ?! »

Le feu était inutile, tout comme les fusils et les lames. Comment étaient-ils censés combattre cette créature ?

À ce moment, le colosse des sables remarqua leur présence. Il recula lentement et leva son énorme bras droit, puis le sable sur tout son corps se mit à onduler comme un muscle en corde. Des centaines de millions de grains de sable se rassemblèrent pour former un poing de la taille d’une voiture, comprimé si fort qu’il était solide comme de la pierre.

« Cours ! »

Le poing du colosse des sables, semblable à un camion, s’enfonça dans le fort.

Au milieu de sa fuite désespérée, Cloudhawk sentit tout ce qui se trouvait derrière lui trembler avec une force bouleversante, suivi d’un fracas assourdissant qui lui fit mal aux tympans. Sa fureur s’était transmise à travers les murs de pierre, qui s’étaient instantanément fissurés et effondrés comme du verre brisé.

Artemis et Cloudhawk, couverts de poussière et de débris, survécurent à l’attaque. Mais ils n’avaient pas osé reprendre leur souffle.

Le colosse de sable leur lança un second poing et, une fois de plus, il frappa le fort comme une boule de démolition. Une douzaine de soldats furent écrasés avant de pouvoir s’échapper.

Le chef de l’avant-poste vit qu’ils ne pouvaient pas s’échapper. Ne voulant pas céder, il leva son énorme marteau et frappa le poing du monstre qui s’était abattu sur eux. L’acier et la pierre entrèrent en collision, la force de leur impact provoquant la rupture de la pierre sous les pieds d’Artémis. Tous les os de son corps éclatèrent, le sang s’écoulant de son nez et de sa bouche – et pourtant, elle avait réussi à retenir le coup.

Même la force impressionnante d’Artémis était à peine suffisante pour les empêcher d’être écrasés.

Pourtant, à leur effroi, son puissant marteau commença à montrer des signes d’érosion. Le métal s’était transformé en sable et était tombé, la seule chose entre eux et le poing du monstre s’effritant peu à peu. Juste au moment où Artémis commençait à le sentir, une silhouette agile se mit à apparaître. Elle avait sauté sur la scène depuis l’intérieur du fort, s’envolant dans les airs et frappant le poignet de la créature.

C’était la reine, brandissant une longue épée, qu’elle enfouit dans l’appendice du monstre. Ses pieds s’y accrochaient comme des aimants lorsqu’elle fouettait autour de son bras, laissant dans son sillage une épée flamboyante qui se fixait sur l’extérieur sablonneux de la bête comme le fil d’une aiguille.

Crack !

Le bras entier du colosse des sables s’était dissous en un torrent de sable qui s’était répandu partout.

En réaction à la rupture de son bras droit, le colosse des sables se jeta sur elle avec son bras gauche. Cependant, aux yeux du chasseur de démons, cette créature était ridiculement lente. La reine fit quelques pas sur le côté, se leva d’un bond et atterrit sur son bras gauche alors qu’il se dirigeait vers elle. Pas à pas, elle fit surgir l’appendice comme si ses chaussures étaient faites de ressorts. Elle arriva devant le visage du colosse avant qu’il ne puisse réagir.

« Aaaaaooorrggghhh ! »

Une gerbe de flèches de sable jaillirent de la gueule de la créature.

Un rideau de lumière provenant de son épée la sépara des flèches, qui se dissolvèrent avant de lui faire du mal. Laissant une ouverture, la reine contre-attaqua en enfonçant sa longue épée dans la gorge du monstre. Les quatre pieds d’acier étaient enfouis dans le sable, seule la poignée restante faisait saillie.

Elle tenait la poignée à deux mains et traîna sa lame autour de sa gorge en un cercle complet. Une lumière froide scintillait dans son sillage. Pendant qu’ils observaient, l’énorme tête du colosse des sables s’était détachée de son corps, pour finalement exploser en un nuage de sable lorsqu’il s’était écrasé sur le sol.

Artemis regardait avec des yeux choqués et pleins d’espoir. « Est-ce qu’il est mort ? »

Les yeux de Cloudhawk étaient fixés sur le corps de la bête. « Elle bouge encore ! »

Cette créature n’avait pas été créée par des moyens conventionnels, donc la logique conventionnelle ne s’appliquait pas. Son corps était une création, donc perdre sa tête était comme perdre un doigt. C’était peut-être irritant, mais pas fatal.

Tout comme il le pensait, la perte de sa tête n’eut presque aucun effet. Une fois qu’il s’était effondré, les grains furent de nouveau avalés dans son corps. Les humains avaient observé qu’une structure en forme de tête commençait à émerger à nouveau de son cou.

Mais les dégâts avaient dû l’affaiblir !

Cloudhawk ferma les yeux et chercha les sensations autour de lui. Il pouvait sentir des vagues de puissance émaner faiblement du centre du corps du colosse. Sauf erreur de sa part, c’est de là que provenait sa puissance.

« Faites venir cette baliste ! »

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 85 – Inarrêtable Menu Chapitre 87 – Vaincu