Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 84 – Défier l’extermination

Livre 2, Chapitre 84 – Défier l’extermination

Oddball avait disparu dans la brume. Les guerriers de Blight-Tooth n’avaient pas prêté attention à la petite chose. Pour eux, l’oiseau n’était pas important.

Cependant, ils ne savaient pas à quel point les yeux de l’oiseau étaient perçants. La vision de Oddball perça le brouillard, partageant avec Cloudhawk ce qu’il avait appris sur leur situation.

La corne d’os de Blight-Tooth continuait à jouer sa note. Un millier de guerriers s’étaient rassemblés – leurs plus jeunes et plus féroces combattants. Mais ce qui était choquant, c’était que ces indigènes étaient mieux équipés que les soldats de l’avant-poste. Il y avait plus d’une centaine de cavaliers attachés à leurs vicieuses montures.

Chaque guerrier était protégé par une armure de cuir et était équipé d’un arc long et d’un carquois rempli de flèches empoisonnées. D’innombrables combattants au corps-à-corps brandissaient leurs lances en os, leurs épées et leurs boucliers. Certains avaient même des armes à feu. Bien que les balayeurs pygmées n’aient pas un corps robuste, avec cet équipement, ils pouvaient anéantir l’avant-poste des vétérans s’ils prenaient les humains au dépourvu.

C’était tout simplement inouï. Ce n’était pas une tribu indigène, c’était une armée !

Pour lui, ces mutants étaient des choses étranges et tordues. Il ne savait rien de leur vie, de ce dont ils héritaient ou de leur croissance. Avaient-ils des “parents” comme les humains ? Se rassemblaient-ils en “tribus” ? Ils étaient si différents physiquement qu’ils avaient sûrement des concepts de communauté et de maturité très différents.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y avait pas de groupes plus stables, mais ils étaient rares. La plupart d’entre eux n’avaient pas uni leurs forces et étaient facilement détruits dans l’environnement hostile des terres désolées. Une force comme le clan Blight-Tooth était complètement étrangère à Cloudhawk. En regardant à travers les yeux d’Oddball et en voyant ses ennemis s’étendre dans la forêt, il ressentait un froid glacial dans son cœur.

« Ils sont trop nombreux dehors. Nous sommes complètement encerclés. Nous ne tiendrons pas cinq minutes, même enfermés dans cette grotte pour nous protéger. » Son visage était frappé tandis qu’il parlait aux autres. « J’ai une idée, mais je vais avoir besoin de l’aide de tout le monde ».

Claudia tourna son regard vers lui et vit la vilaine blessure dans sa poitrine. Il était déjà en train de se remettre. Il était le seul de leur groupe qui ne semblait pas craindre le poison de leur ennemi. Elle l’avait vu survivre à ce qui tuait des soldats deux fois plus forts que lui.

Étrange… ce bâtard semblait résistant au poison.

Intérieurement, Claudia se moqua de lui. C’était sûrement parce que les habitants des terrains vagues passaient tellement de temps à se nourrir d’araignées et de cafards qu’ils avaient développé une immunité. Son sang était probablement encore plus toxique que le poison qu’ils essayaient d’utiliser sur lui.

« Nous allons mourir de toute façon », dit Drake. Il était prêt à prendre tous les risques. « Peu importe ce que c’est, faisons-le. »

« La seule façon de tuer un serpent est de lui couper la tête. Si nous traitons avec leur chef, ce sera le chaos. On doit alors s’enfuir. Et même si ça ne marche pas, au moins on aura tué ce fils de pute. »

« Eh bien, avant même de considérer la force du leader, la question est de savoir comment l’atteindre… » Mais à peine Drake avait-il exprimé cette pensée que la compréhension lui était apparue. Cloudhawk était capable d’utiliser ses pouvoirs pour passer à travers les choses. Il avait besoin des autres pour le couvrir, car il était le seul à pouvoir le faire. Il avait apporté son soutien avant qu’il ne puisse répondre. « Je comprends ! C’est parti ! »

Dehors, le clan Blight-Tooth continuait à envoyer des soldats dans la grotte. Leur dernier assaut leur avait coûté huit ou neuf membres du clan, un fait qui n’avait fait que les rendre plus furieux.

L’un des soldats qui semblait détenir une certaine autorité cria aux autres : « En formation ! Attaquez ! »

Le grondement d’un glissement de terrain vint de la grotte alors que le corps robuste de Drake jaillissait des décombres. Il avait une épée en os dans chaque main, qu’il utilisa pour enlever les têtes de plusieurs membres du clan avant même qu’ils ne comprennent ce qui se passait.

« Ils essaient de s’échapper ! » Le commandant des balayeurs hurla son avertissement, et quelques indigènes munis de boucliers en os s’étaient traînés pour leur barrer la route. Plusieurs douzaines d’autres avaient baissé leurs arcs. « Tuez-les ! »

Une volée de flèches suivit.

Drake se mit à faire tournoyer ses épées en os comme un moulin à vent. Il se déplaçait si vite qu’il semblait que même une goutte d’eau ne pouvait passer, et encore moins les flèches tirées sur lui. Le brouillard de poison qu’elles dégageaient le blessait encore, mais Drake n’y faisait pas attention. Il était une bête, fou furieux et hors de contrôle. Le premier porteur de bouclier qu’il rencontra fut découpé en une demi-douzaine de morceaux en un instant.

Plusieurs autres silhouettes avaient émergé de la grotte, rejoignant la mêlée.

Drake cria par-dessus son épaule, couvert de sang de la tête aux pieds. « Trois minutes ! C’est tout ce que tu as ! »

« Compris ! » Oddball l’avait déjà aidé à localiser sa cible. Il chargea à partir du groupe, droit vers le centre des balayeurs. Le sol s’assombrit alors que des flèches brouillaient le ciel, entremêlées de tirs mortels.

C’était un spectacle terrifiant. Juste ce qu’il cherchait. Le chef devait être par là.

Les pieds de Cloudhawk s’enfoncèrent dans le sol, et il explosa en avant. Chaque pas laissait un trou dans son sillage. Lorsqu’il atteignit sa vitesse maximale, il sauta une fois de plus dans les airs, galvanisant la puissance de la pierre de phase. Ceux d’en bas le regardaient s’envoler vers le mur de flèches empoisonnées et de plomb chaud.

Était-il fou ? C’était du suicide. Les balayeurs étaient choqués.

Les humains étaient sûrs de mourir, mais celui-ci semblait particulièrement pressé. Une telle acceptation courageuse de la mort n’était pas souvent vue. Pourtant, alors que les balayeurs étaient sûrs qu’il allait être criblé de flèches, ce qui se passa ensuite les choqua encore plus.

Chaque flèche et balle traversa l’humain fou comme s’il n’était pas là. Aucune ne laissa de marque ou ne fit couler de sang. C’était comme s’ils essayaient de percer un esprit. Quelques-uns des projectiles qui n’avaient pas réussi à le tuer avaient poivré leur propre ligne de front et avaient tué un certain nombre de membres de leur propre tribu.

Quelle était cette sorcellerie ? !

L’élan l’envoya s’envoler à des dizaines de mètres au-dessus de la horde assoiffée de sang vers leur cœur. Plusieurs balayeurs l’avaient chargé lorsqu’il s’était approché, mais leurs lances l’avaient traversé et avaient atteint leurs compagnons qui arrivaient par-derrière. Un groupe de bêtes traqueuses s’était écrasé dans un désordre de membres en essayant de l’écraser, mais il avait simplement flotté à travers eux.

« Quelle sorte de créature est-ce ? ! »

Les indigènes n’avaient jamais vu ça auparavant. La surprise les poussa à interrompre temporairement leurs attaques, ce dont il profita pour faire chuter la puissance de la pierre. L’un des inconvénients de la pierre de phase était qu’elle réduisait sa vitesse à presque rien, il dut donc laisser tomber sa coque protectrice le temps de faire quelques pas supplémentaires. Quand il se remit en mouvement, le pouvoir de la pierre s’était réveillé.

Il était resté sans la protection de la pierre pendant moins de deux secondes, mais c’était assez long pour que deux flèches trouvent leurs marques. Les deux l’avaient touché dans le dos. Son sens du danger était vif, mais il était mieux adapté aux petites escarmouches. Il était entouré d’ennemis qui voulaient sa mort, alors il avait l’impression que le danger venait de partout. Sa perception spéciale ne l’aidé pas ici.

Mais, ça n’avait pas d’importance. Les effets du poison ne le concernaient pas vraiment.

Faisant fi de ses blessures, Il fonçait à travers les lignes d’ennemis. Chaque centimètre le rapprochait de sa cible, mais son énergie psychique diminuait. Incertain de pouvoir garder le pouvoir de la pierre actif, il continua quand même. L’hésitation signifiait une mort certaine.

La pression des balayeurs s’épaississait à mesure qu’il se rapprochait. Derrière eux se trouvait l’homme qu’il voulait tuer.

Gorefang avait confiance en ses hommes. La vallée des enfers n’avait pas encore rassemblé ses forces, et le clan de mille hommes était prêt à percer les défenses des régions frontalières. Une fois qu’ils seraient sortis de cette forêt maudite, lui et son peuple seraient enfin libres.

Il avait attendu ce moment si longtemps.

La vigueur et les capacités de reproduction du clan de Blight-Tooth n’avaient jamais été mises en doute. Libéré de leurs chaînes, il savait qu’ils allaient se multiplier et se répandre dans toutes les terres désolées. Il s’y était préparé depuis le jour où il avait hérité du titre de Gorefang de son père.

Blackfang se précipita à ses côtés. « Nous avons déjà un millier de guerriers rassemblés. Les soldats de la Vallée des Enfers doivent déjà avoir entendu la nouvelle. Nous ne pouvons pas rester ici. C’est notre chance. »

Le lieutenant de Gorefang fut interrompu par un bruit de combat venant de derrière. Gorefang se renfrogna. « Qu’est-ce qui se passe là-bas ? C’est quoi tout ce bruit ? »

Blackfang répondit : « Nous avons ces Élyséens encerclés dans une grotte. Ils se défendent. »

La colère passa sur le visage de Gorefang. Ses soldats ne pouvaient même pas gérer quelques apprentis ? Y avait-il vraiment une différence si flagrante entre les guerriers du désert et les soldats Élyséens ? Mais, outre la colère, il y avait une sensation profondément troublante qui s’insinuait dans sa poitrine. Il regarda autour de lui et aperçut un oiseau jaune rond qui tournait au-dessus de sa tête. Rien d’autre ne semblait sortir de l’ordinaire.

« Blackfang. »

« Vos ordres, chef ? »

« Le combat pour percer les défenses de la frontière sera féroce. Si quelque chose m’arrive, tu seras le prochain Gorefang. Tu as compris ?

« Gorefang, ce… »

« Assez. Tu dois t’assurer que notre clan gagne sa liberté ! »

Blackfang serra les poings, fit un pas en arrière et s’inclina respectueusement. Il se frappa deux fois la poitrine avec sa main droite en signe de respect. Pourtant, lorsqu’il releva la tête pour parler, sa voix se bloqua dans sa gorge. Le commandant en second de la tribu resta bouche bée comme s’il fixait un fantôme. « Attention ! »

Il était confus, car il ne sentait aucun danger, mais lorsqu’il tourna la tête, il vit une silhouette couverte de blessures s’abattre sur lui. L’humain était passé directement à travers un de ses gardes du corps pour une mission singulière – droit sur Gorefang. Une lance en os se dirigeait lentement vers lui.

« Tu viens chercher la mort ! »

Gorefang ne pouvait pas comprendre comment l’humain s’était approché si près, mais ce n’était pas le moment de demander. Cet idiot avait signé son arrêt de mort et lui, leader et plus puissant guerrier de Blight-Tooth, était là pour le servir.

L’attaque comiquement lente de son ennemi était méprisable.

Gorefang dégaina son épée longue et trancha l’Elyséen, si vite que le vent siffla en signe de protestation. Il déchira son cou à une vitesse incroyable. L’humain pourrait être fait de fer solide, que l’attaque le couperait quand même.

Hein ?

Quand la lame glissa dans le cou de Cloudhawk, il sut que quelque chose n’allait pas. C’était la façon dont il se sentait. Alors qu’il était sous le choc, la lance en os entra dans sa poitrine. Il contracta immédiatement les muscles de sa poitrine pour se protéger, même s’il était sûr que cette attaque lourde n’était pas une menace. Mais, il s’était encore trompé. La lance n’avait rencontré aucune résistance et s’était glissée à l’intérieur, de part en part.

Une sueur froide se répandit sur son corps, mais il constata rapidement qu’il n’y avait ni douleur ni sang. Était-ce une sorte d’illusion ? Gorefang savait qu’il existait des humains appelés chasseurs de démons qui possédaient des pouvoirs spéciaux. On les trouvait souvent dans la Vallée des Enfers, et ils étaient connus pour leurs tours mystérieux.

Une illusion ! Oui, juste un mirage !

Gorefang soupira de soulagement, mais un instant plus tard, son corps tout entier se raidit. Toute la peau, les muscles et les os autour de la lance s’étaient séparés. Y compris son cœur. Ses pupilles se contractèrent en de minuscules points noirs, avec une expression d’incrédulité.

La lance était réelle… ! Elle était là, plantée dans sa poitrine.

Ce n’était pas une attaque perforante, pas dans le sens habituel du terme. Les attaques perforantes pouvaient être défendues. C’était une attaque provenant d’une tranche différente de la réalité – une fissure dimensionnelle où deux choses essayaient d’occuper le même espace. Finalement, la domination de la réalité était absolue, et aucune défense ne pouvait s’y opposer. La mort de Gorefang était assurée.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 83 – Piégé dans la grotte Menu Livre 2, Chapitre 85 – Les trois géants de la vallée des enfers