Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 81 – Secourus

Livre 1 chapitre 81 – Secourus

Le mangeur d’hommes fit pivoter son arme à pointes, brisant les statues voisines comme si elles étaient faites de tofu. Elles explosèrent en éclats. Cloudhawk avait esquivé l’attaque, mais la force du coup qui en résulta le frappa comme un coup de tonnerre et le fit tomber au sol.

« Aaaaaooogghhh ! »

La bête ne lui donna aucune chance de s’enfuir. Il rugit et leva sa massue pour donner un autre coup.

Allongé sur le sol, le garçon sortit son revolver de sa taille et tira un coup. Ce qui se passa ensuite le choqua – aussi gros que soit le mangeur d’hommes, il se déplaçait avec une agilité surnaturelle. Il tira la carabine vers le bas devant son visage, déviant la balle vers son œil. Les étincelles qui jaillissaient de sa massue en fer semblaient se moquer de lui.

« Fils de pute ! » Ce putain de monstre était trop bon !

Il ne s’embêta pas avec sa baguette d’exorciste. Même s’il portait un coup, il doutait que ça fasse plus que chatouiller cette chose. Mais s’il restait à portée de sa massue, il était sûr d’être réduit en miettes. Son ennemi était bien plus que ce qu’il pouvait supporter.

Le mangeur d’hommes leva à nouveau sa massue et le garçon essaya de glisser vers la droite comme un serpent désespéré.

Partout où il se précipitait, les bruits d’impacts le suivaient. Il fut éclaboussé par les décombres alors que des pierres étaient mises en pièces.

Chaque fois que sa proie, semblable à un singe, se mettait hors de portée, le mangeur d’hommes ne faisait que renforcer sa colère. Des rugissements qui faisaient trembler les montagnes retentissaient depuis sa gueule tordue. Il balançait sa massue de plus en plus vite alors qu’il poursuivait Clowdhawk. La massue se dirigea droit sur son crâne et il n’avait aucun moyen d’esquiver.

Boum !

La massue à pointes frappa le sol, faisant trembler et craquer les statues de pierre voisines. Mais quand le mangeur d’hommes leva son arme, il ne trouva rien dans la fosse qu’il avait creusée. Le tas de sang et de chair boueux qu’il s’attendait à voir n’était pas là. Un grognement perplexe sortit de sa gorge.

Son cerveau pitoyablement limité ne pouvait pas comprendre ce qui était arrivé à l’humain !

À ce moment, les autres mangeurs d’hommes étaient sortis de leur cachette et attaquaient les soldats de l’avant-poste. L’un d’entre eux chargea le groupe comme un rhinocéros, ce à quoi les humains répondirent en tirant aveuglément sur lui avec leurs armes. Mais ni l’arc ni le fusil ne pouvaient percer l’armure du monstrueux mutant. Plus d’un des soldats de l’avant-poste étaient des tireurs d’élite – capables de tirer une balle directement entre les yeux de leurs cibles – mais cette fois-ci, leurs cibles étaient tout aussi capables. Au milieu de leur charge, ils utilisèrent leurs armes pour protéger leurs parties vitales.

Le mangeur d’hommes traversa la grêle de tirs et atteignit le groupe de malheureux humains. L’énorme massue de fer et le mastodonte qui la maniait les avaient terrassés.

Bang !

Un corps mutilé, projeté en l’air, s’écrasa sur l’une des statues à moitié effondrées. Le cadavre tomba au sol comme une poupée brisée, laissant un cratère à l’endroit où se trouvait la statue.

« Courez ! »

Le soldat avait à peine eu le temps de crier avant qu’une massue ne s’écrase sur l’arrière de son crâne. Des morceaux d’os volaient dans toutes les directions comme du verre brisé, mais le gourdin continuait de s’écraser. Le soldat avait été écrasé. L’armure, les armes, les vêtements et la chair étaient écrasés dans un désordre indistinct.

Chacune de ces créatures était d’une force terrifiante ! Ces soldats d’avant-poste ne pouvaient rien contre eux !

Après être tombée en proie au poison de son ennemi, Artémis gisait, engourdie, en pls sur le sol. Bien qu’elle ne puisse pas bouger son corps, son esprit était encore vif.

Elle pouvait voir et comprendre tout ce qui se passait autour d’elle. Son joli visage était déformé par la colère et le regret – elle avait sous-estimé Salamander, qui allait causer sa mort et celle de tous ceux qu’elle avait amenés.

« Salamander, espèce de chaussette de merde à bite molle ! Maintenant tu es la chienne des balayeurs, hein ? Putain de traître ! »

« Moi ? Un traître ? Tu ne vois pas l’ironie de la chose, venant de toi ? »

La voix rauque de Salamander était lourde de dédain. « C’était bien que tu sois un larbin d’Hydra, mais se joindre à un chasseur de démons ? Tu as mené l’avant-poste en état de guerre – c’est toi la maudite traîtresse ! Le chasseur nous voit comme des pions, des outils qu’elle peut utiliser et jeter. Tu crois vraiment qu’elle en a quelque chose à foutre de nous ? »

Elle n’avait rien pu répondre.

Salamander était l’un des plus vieux vétérans de l’avant-poste. Il avait vécu là pendant une décennie avant qu’Hydra ne vienne prendre le pouvoir, mais le défunt chef ne lui avait jamais permis de s’élever. Il n’avait tout simplement pas fait confiance à cet homme.

Salamander, le visage plein de rage, lui cria : « J’ai vécu la moitié de ma vie dans l’avant-poste. J’ai vu comment il a été construit, comment il est devenu prospère et peuplé. J’aime cet endroit plus que quiconque, et je ne trahirai jamais mon foyer ! Au contraire, tout ce que je fais, c’est de sauver l’avant-poste du désastre. Toi et ton peuple venez et voulez l’utiliser comme un outil. Votre cupidité et votre ambition ont entaché ce joyau des terres désolées ! »

Artémis serra les dents. « Que vas-tu faire ? »

« L’avant-poste a besoin d’un vrai leader. Quelqu’un des terres désolées qui peut apporter une vraie paix. » Sa voix se refroidit : « Quant au chasseur de démons ? Cette salope suffisante ? Je vais la tuer ! »

Artemis éclata d’un rire dédaigneux. « Tu crois que le démon en a quelque chose à foutre de toi ? Comme l’autre connard, tu veux transformer l’avant-poste en rien de plus que ta ferme personnelle. Pourquoi penses-tu qu’Hydra se battait pour l’indépendance ?

Tu es vraiment un connard. Hahahaha ! »

Les yeux de Salamander devinrent sombres et méchants, et il se dressa comme un homme méprisé. Il lui donna un coup de pied brutal, si fort qu’elle cracha du sang. « Ferme ta putain de gueule, espèce de salope stupide ! Mieux vaut une ferme qu’un outil dans les mains d’un chasseur de démons ! »

En moins de cinq minutes, le champ de statues fut recouvert de sang. Pas un seul guerrier de l’avant-poste ne survécut.

Dix mangeurs d’hommes étaient passés par là, alors que leurs pas faisaient frémir le sol. Salamander ne leur faisait pas confiance – le mangeur d’hommes était juste ce que les gens appelaient ces mutants de quinze pieds de haut qui étaient l’élite des forces de balayage. Ces dix, en particulier, étaient la crème de la crème. S’ils se retournaient contre lui, Salamander ne pouvait s’en prendre qu’à l’un d’entre eux.

L’un d’entre eux se dirigea vers Artémis, qui était toujours prostrée sur le sol.

« Non, celle-ci pourrait encore être utile. » La voix de Salamander était étrange et monstrueuse alors qu’elle grattait à travers son masque. « Ce n’est pas sûr ici. Allons-y. »

Le mangeur d’hommes lui renifla dessus, irrité.

Cloudhawk se cacha derrière l’une des statues, en observant toute la scène. S’il voulait la tuer maintenant, il n’y avait rien qu’il puisse faire. Il ne pouvait pas la sauver, pas avec ces monstres à sa disposition. Il n’aurait réussi qu’à se faire tuer.

Salamander prit Artemis et partit. Cloudhawk poussa un soupir.

Devrait-il revenir et le dire à la reine ? Il avait peur de ne pas avoir assez de temps, et qui savait s’il pourrait les retrouver s’il partait. Le pire, c’est que les balayeurs étaient réapparus dans l’oasis. C’était un mauvais présage.

Artemis était une idiote, mais elle était le chef de l’Avant-poste du Groenland ! C’était le pire moment pour elle de se faire kidnapper. Il fallait qu’il la récupère !

Il pensa à ses différentes possibilités d’action. Une attaque directe était hors de question ; ce serait tout simplement un suicide, car les chances de succès étaient pratiquement nulles. Mais il devait prendre une décision. Il commença à le suivre.

L’homme masqué n’était pas le plus sage. Il continua de mener les mangeurs d’hommes à travers l’oasis pendant deux heures. Le ciel avait commencé à s’assombrir, et après un peu plus de temps, la nuit tomba.

Salamander s’était dit que les soldats de l’avant-poste ne le suivraient pas même s’ils le découvraient. La nuit, l’oasis était trop dangereuse. Même les mangeurs d’hommes ne voulaient pas prendre le risque de la traverser à pied.

« Faisons une pause. Quinze minutes ! »

Salamander lâcha Artémis contre un arbre voisin et ordonna à quelques mangeurs de garder un œil sur elle. Elle était toujours incapable de bouger son corps. Pendant ce temps, il réfléchissait à la façon de s’approcher suffisamment d’un ruisseau voisin pour aller chercher de l’eau sans se faire happer par les arbres mangeurs d’hommes.

Soudain…

Un grognement se fit entendre dans les sous-bois, suivi rapidement par plusieurs figures d’ours se rapprochant de tous les côtés. Salamander était un habitant de l’avant-poste depuis plus de vingt ans, il connaissait donc les meilleurs itinéraires à travers l’oasis. Ce secteur ne devait pas être un terrain de chasse pour les ours redoutables. Pourquoi étaient-ils apparus en dehors de leur territoire habituel ?

En tout, il y avait quatre ou cinq ours redoutables. Ils étaient très différents des espèces de l’Ancien Temps. Ils avaient toujours les caractéristiques reconnaissables des ours, mais étaient deux fois plus grands, avaient des peaux aussi épaisses que des armures et étaient assez forts pour déchirer un homme en deux.

Plusieurs des mangeurs d’hommes répondirent aux ours en émettant leurs propres grognements.

Les créatures de l’oasis étaient connues pour leur tempérament fétide. Même s’ils savaient que leur ennemi était dangereux, ils ne montraient aucune faiblesse… et ainsi les ours terribles ripostèrent, et que quelques-uns d’entre eux se mirent à charger directement sur les mangeurs d’hommes. Soudain, les deux groupes d’énormes bêtes se retrouvèrent à combattre.

Cet affrontement était, bien sûr, l’œuvre de Cloudhawk.

Il avait mené les ours jusqu’ici et s’était ensuite caché à l’aide de son manteau de relique, ne laissant aux ours aucune autre cible que ses ennemis. Maintenant que les mangeurs d’hommes étaient complètement concentrés sur les ours, il s’était faufilé furtivement jusqu’à l’endroit où se trouvait Artemis. Il lui donna un coup d’épaule et lui murmura à l’oreille : « Hé, ça va ? »

« Putain ? T’es pas mort ?! »

Cloudhawk la jeta par-dessus son épaule. L’invisibilité étant inutile maintenant, il arrêta de canaliser le pouvoir de la relique et courut vers l’avant-poste.

Salamander n’avait pas été pris dans la bataille avec les ours, alors il avait vu qu’Artémis avait été emmenée. Son visage était devenu rouge. « Fils de pute ! Quelqu’un l’a enlevée. Nous devons les poursuivre ! »

A peine cinq minutes après avoir couru, Cloudhawk entendit des pas qui s’approchaient rapidement. Artemis lui parla. « Tu ne peux pas distancer Salamander. Oublie-moi et sors d’ici ! »

Salamander avança sa main, et quatre ou cinq fléchettes se dirigèrent vers eux. Les projectiles étaient envenimés et précis, Cloudhawk le savait, et si l’un d’entre eux les touchait, ils seraient finis. Il utilisait ses sens pour en esquiver le plus possible, mais l’un d’entre-eux visait directement Artémis. Il grinça des dents et tourna autour, se servant de lui-même comme d’un bouclier. Artémis le regarda.

« Tu es fou ! »

Il n’était pas fou, bien sûr. La fléchette trouva sa cible mais ne put percer son manteau de relique ! Elle frappa assez fort pour laisser une blessure, mais ne put délivrer son venin.

Cloudhawk et Salamander étaient plus rapides que les mangeurs d’hommes. Certains d’entre eux luttaient encore contre les terribles ours, et ceux qui étaient venus avec leur chef humain prirent du retard au bout de quelques minutes.

Comme il l’avait démontré, Salamander était non seulement rapide mais aussi habile à lancer des fléchettes. Tant qu’il était en vie, ils ne pourraient fuir. N’ayant pas d’autres options, il s’arrêta et la mit à terre. Il se retourna, brandit son bâton d’exorciste et lança un regard menaçant.

« Heh. Regarde-toi bien, petit. Tu n’as même pas de poils sur le visage, et tu veux te battre avec moi ? »

La réaction de Cloudhawk fut de se propulser en avant sur ses deux jambes… et puis, tout à coup, il disparut.

Salamander regardait le vide avec incrédulité. Un instant plus tard, un vent maléfique se mit à souffler sur son chemin, mais le temps qu’il réagisse pour se protéger, il était trop tard. L’extrémité tripale d’un bâton métallique était enfouie dans sa poitrine.

De toute évidence, les compétences et la vitesse de Cloudhawk étaient bien supérieures à ce qu’il avait anticipé.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 80 – Salamander Menu Chapitre 82 – Conflit