Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 80 – Salamander

Livre 1 chapitre 80 – Salamander

L’avant-poste du Groenland avait toujours renfermé des éléments dissidents dans ses murs. Hydra avait voulu se débrouiller seul, mais il avait toujours dû faire face à des conflits.

L’indépendance signifiait le conflit, et le conflit signifiait le combat. Le combat menait à la mort. À moins d’avoir un intérêt direct, on ne serait pas prêt à se battre et à risquer de perdre la vie. Et donc, même s’il avait encore été en vie, il était peu probable que l’avant-poste eût maintenu le même niveau de stabilité qu’auparavant. L’agitation s’était développée et sans l’emprise de l’ancien chef et sa menace d’une fin cruelle, les langues se déliaient.

Artémis était puissante, au moins plus puissante que la plupart des autres. Mais comme elle était une femme, il était difficile pour les autres de reconnaître son autorité. Le démon allait bientôt riposter. Il devait le faire après ce qui était arrivé à ses lieutenants. Stabiliser la situation et préparer son arrivée était une priorité.

Ces derniers jours, la reine n’était venue qu’une seule fois. Le reste de son temps était consacré à purger l’avant-poste des dissidents. Elle éliminait l’opposition au règne d’Artémis tout en arrosant généreusement les partisans de nourriture et d’eau. Elle tempérait la brutalité avec pitié pour pacifier les masses et maîtriser la situation pas à pas.

La reine était jeune, elle se trouvait donc toujours encline à prendre des décisions irréfléchies et imprudentes. Elle l’avait montré lorsqu’elle courait dans les terrains vagues pour chasser un démon seule, ainsi que lorsqu’elle avait tué Hydra. Cependant, on ne pouvait nier son efficacité. L’avant-poste de Blackflag était en plein bouleversement quand elle était arrivée, mais grâce à ses méthodes sanglantes, il avait été réorganisé. Elle avait fondé de nouvelles règles, avait construit des fondations et en moins d’un an, le chaos s’était largement dissipé.

L’avant-poste du Groenland était dix fois plus compliqué à gérer que l’avant-poste de Blackflag. Néanmoins, la force d’oppression de la reine était un élément dissuasif important. Comme ils partageaient les réserves de richesse personnelle d’Hydra, le moral de la population s’améliora. Peu à peu, la plupart des habitants de l’avant-poste en vinrent à accepter le nouveau statu quo.

Ses méthodes spécifiques n’étaient pas claires pour Cloudhawk. À mesure qu’il se rétablissait, il passait la plupart de son temps avec le nouveau chef de l’avant-poste. Bien qu’Artémis ait été sujette à des sautes d’humeur, elle était une habitante des terres désolées et connaissait leur situation. Parler avec elle lui semblait plus agréable et moins étouffant que lorsqu’il essayait de parler à la reine.

Artemis, en revanche, le trouvait unique.

Au début, elle pensait qu’il était un chasseur de démons ou peut-être un apprenti. Elle avait voulu le violer et ajouter une autre encoche spéciale à sa ceinture proverbiale. Mais au fil du temps, elle découvrit qu’il n’était pas tout à fait comme les autres. Il y avait des traits chez lui qui ne ressemblaient à aucun de ceux des autres hommes des terrains vagues. Il était pur et naïf.

Ce n’étaient pas des mots que l’on utilisait habituellement pour décrire les misérables.

Il était une existence miraculeuse dans un endroit où le mal régnait. Pour lui, vivre si longtemps face à la cruauté et à l’indifférence, tout en conservant ses opinions, ses valeurs et ses rêves, était quelque chose qui dépassait les frissons de la chair.

Ce jour-là, Artémis prit son marteau de cinquante livres et appela une douzaine de soldats à se rassembler : « Vous allez tous venir avec moi. Je vais vous mener au combat. »

Sa proclamation prit Cloudhawk par surprise. Ce fut très soudain. « Le combat ? Qui combattons-nous ? »

« Je viens d’avoir des nouvelles », dit Artemis, un brin de colère traversant son visage. « Il y a quelqu’un dans l’avant-poste qui s’appelle Salamander – ce connard m’a toujours détesté, et maintenant, il a rassemblé quelques personnes qu’il prévoit de faire sortir d’ici. Il faut qu’on s’occupe d’eux. Sinon, les autres penseront qu’il est normal de se lever et de partir ».

« Une poignée de personnes ne va pas faire la différence. De plus, tu n’es pas encore complètement guérie, et la reine a dit que tu ne devais pas quitter le fort. » Cloudhawk regarda les hommes qu’elle avait rassemblés d’un air dubitatif. Il était clair que cette réunion n’était pas une idée de la reine. C’était juste une rancune personnelle d’Artemis. « De toute façon, penses-tu que nous ayons assez de soldats ? Quelle est la force de Salamander ? »

Dans les terrains vagues, quiconque possédait un titre l’avait mérité d’une manière ou d’une autre.

« Salamander n’a pas suivi les règles, même quand Hydra était vivant, donc il ne lui prêtait pas beaucoup d’attention. Il n’est pas faible, mais il n’est pas non plus assez fort pour être une menace quelconque. Il n’y a qu’une poignée de personnes qui l’écoutent. » Artémis posa son marteau sur le sol. Elle frappa assez fort pour fendre la pierre. « Je ne suis pas infirme. Mon état est largement suffisant pour faire face à cette merde irritante. »

Cette femme était aussi téméraire que peu fiable.

Il ne put s’empêcher de continuer à la défier: « Nous devrions au moins le dire à la reine. Ou sinon, que Mantis vienne avec nous. »

« Ils sont occupés. Quand auront-ils le temps ? J’ai toujours eu des ennemis, et ce type m’a déjà énervé. Je ne vais pas rester là à le regarder se pavaner avec mon peuple. » La colère s’était glissée dans sa voix, « Alors, tu viens ou pas ? ! »

La décision était déjà prise, donc il ne pouvait qu’être d’accord. Quoi qu’il en soit, il voulait essayer ses nouveaux pouvoirs et voir ce qu’il pouvait en faire.

« Je savais que je ne me trompais pas sur toi. Attends qu’on ait fini de s’occuper de ce trou du cul et grande sœur te traitera bien ! » Elle s’était téléportée vers lui. « Viens, allons chercher nos affaires. »

Salamander avait emmené son peuple dans l’oasis et campait dans les ruines. Bien qu’il fût considéré comme un membre d’élite de l’avant-poste, Artemis ne l’avait jamais considéré autrement que comme un connard. Elle était le chef désormais et avait accès au meilleurs équipements du camp. Qu’avait-elle à craindre ?

Cloudhawk choisit un revolver dans l’armurerie. Quelques minutes plus tard, il suivit Artemis et son groupe dans l’oasis. Il était méfiant, car bien que Salamander ne soit pas aussi capable qu’elle, il avait déjà pris le dessus sur elle. Ils ne pouvaient pas être négligents.

Elle ne s’était pas précipitée dans l’oasis par imprudence. Elle envoya des éclaireurs pour savoir précisément ce vers quoi ils s’avançaient.

Les ruines de l’oasis n’étaient pas loin de l’avant-poste. Tout au long du chemin, elle était parsemée de statues grotesques dans divers états de délabrement et de restes de structures tordues. Le style de ces ruines était différent de celui des autres secteurs. On aurait dit qu’elles avaient été déposées depuis un autre endroit. Elles semblaient beaucoup plus anciennes, ayant vraisemblablement été arrachées il y a plusieurs milliers d’années par une mystérieuse puissance, puis jetées au milieu de la jungle.

Ce genre de scènes étranges n’était pas rare dans les friches. Même si personne ne savait d’où elles venaient, elles n’avaient rien de spécial pour ceux qui vivaient dans ces terres dévastées.

« Patron, je les ai trouvés ! » Un des éclaireurs de l’avant-poste vint vers elle en trottinant. « Ils se préparent au centre du jardin des statues. J’en ai compté dix à douze, dont trois ou quatre équipés pour le combat à longue distance. »

« Comme prévu. » Un sourire était apparu sur le visage d’Artémis. Ses soldats étaient compétents et bien équipés, et avec l’avantage d’une attaque furtive, leurs chances étaient plus que bonnes. Elle fit des signes de la main à gauche et à droite. « Avec moi ! »

Des statues et des piliers recouverts de mousse et des vignes rampantes étaient éparpillés dans la région. Il devait y en avoir des centaines, installés en une sorte de formation étrange. C’était un bon endroit pour éviter les monstres de l’oasis et se défendre si l’un d’entre eux attaquait, ce qui en faisait un lieu idéal pour ceux qui essayaient de partir.

Seul Cloudhawk avait le sentiment que quelque chose n’allait pas. C’était déjà l’après-midi. Quiconque voulait faire demi-tour devait prendre le temps en considération. Pourquoi se seraient-ils arrêtés ici ? Mais Artemis avait soif de vengeance, et on ne pouvait pas la traîner en retrait. Au lieu de cela, il resta en arrière du groupe, de sorte que si les choses tournaient mal, il pourrait s’enfuir.

« Tuez-les ! » L’impatience prit le dessus, et elle cria l’ordre : « Salamander, tu es un homme mort ! »

Le son des cordes d’arc qui se tordent et de la poudre à canon qui s’enflamme résonna dans toute la zone. Plusieurs des hommes au centre des statues tombèrent. Artémis mena la charge, en faisant balancer son puissant marteau. Elle attrapa un des hommes de Salamander et l’envoya voler. L’élan le fit pivoter et le projeta en l’air. Elle fit un cercle complet avant de lancer son marteau vers un homme au centre de la foule.

« Artemis, tu es vraiment venue ! »

Salamander était un grand homme blanc portant un casque, des lunettes et un masque respiratoire. Il était couvert d’une armure, portait des gants et avait des bottes en cuir à hauteur de mollet. Il n’y avait pas un centimètre de lui exposé au soleil, une caractéristique qui lui donnait un air mystérieux. Lorsqu’il vit Artémis, il ne fut pas surpris, et en fait, il l’accueillit avec un ricanement narquois. Comme une anguille, il s’était glissé hors de danger et le marteau d’Artémis s’enfonça sans effusion de sang dans le sol.

Elle ne releva pas son marteau, mais le frappa avec sa jambe droite. Le marteau vola comme une hache de guerre, mais Salamander réussit à l’esquiver. Mais dès que ses deux jambes touchèrent le sol, elle se releva et donna un nouveau coup de pied. L’une des statues sur son chemin explosa en fragments.

La rafale d’attaques ne laissait à Salamander que peu de chances de rester hors de portée.

Bien qu’ils soient considérées comme des pairs, les capacités de Salamander étaient principalement de nature régénératrice. Il était comparativement plus faible en puissance et en vitesse. Même s’il était un bon guérisseur, cela ne l’aidait pas contre elle. Il ne pouvait pas se rétablir s’il était transformé en une flaque de sang.

En regardant la scène, Cloudhawk reconnut la grande différence d’habileté entre les deux. Il n’avait pas besoin de s’impliquer. Artemis avait le combat bien en main.

Elle renversa sa tête en arrière, jetant ses cheveux sur le côté pour révéler une expression sauvage et féroce. Elle ressemblait à une panthère vengeresse. « Tu as failli me tuer plusieurs fois. Tu crois que je vais juste laisser ton cul sans valeur partir ? »

« Comme toujours, vous êtes tous des tas de muscles sans cervelle. C’est pourquoi j’ai pu vous donner leçon après leçon. » En surface, il semblait que Salamander était dans une situation difficile, mais il était parfaitement calme. Il semblait inconscient, ou peut-être indifférent, à sa situation désespérée. « Si je voulais partir sans que vous le sachiez, vous n’auriez rien entendu. Vous ne le saviez que parce que je voulais que vous le sachiez. »

Les minces sourcils d’Artémis se rapprochèrent. Que disait ce type ?

Cloudhawk luttait déjà contre le sentiment tenace que quelque chose n’allait pas quand soudain, un sentiment aigu de danger l’envahit. De dos, il entendit le bruit de pas lourds suivis d’une rafale d’air et de pression. Il se jeta par réflexe sur le côté juste assez vite pour éviter la caresse de fer à pointes qui passait et s’écrasait sur le sol. Le sol de pierre sur lequel il se tenait fut réduit en poudre.

Des éclats de balles en forme de roche explosèrent dans toutes les directions. Sa joue brûla. Une partie des éclats d’obus dut le toucher. Il se retourna pour voir l’agresseur.

L’homme était un géant de près de trois mètres de haut, couvert d’une armure de plaques. Tout cela devait peser une centaine de kilos, sans compter le vicieux cartilage de cinquante kilos qu’il maniait comme un hachoir à viande.

« Balayeurs ! »

Un, deux, trois… de monstrueux mangeurs d’hommes apparurent, ils s’étaient cachés derrière les statues. Les sbires du démon n’en avaient pas amené autant avec eux à l’avant-poste, et ces balayeurs étaient mieux équipés que tout ce que Cloudhawk avait vu auparavant.

Mais d’où venaient-ils ? !

Cela pourrait-il signifier… ?

Salamander tira quelques fléchettes sur Artemis, la forçant à les faire tomber. Malheureusement, elle ne remarqua pas les protubérances en forme de bulbe qui les recouvraient. Quand elle les frappa avec son marteau, elles explosèrent en nuages de fumée multicolore. Elle aspira le gaz nocif et immédiatement sa tête se sentit embrouillée tandis que ses membres perdaient toute force.

« C’est pour ça que tu ne me battras jamais ! »

Elle tâtonnait avec son marteau comme une femme ivre, et trébucha de plusieurs pas avant de perdre le contrôle et de s’écrouler sur le sol.

Putain de merde ! Piégée à nouveau ! Et elle avait entraîné Cloudhawk là-dedans. Artemis était humiliée et enragée.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 79 – Puissance augmenté Menu Chapitre 81 – Secourus