Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 74 – Un rocher est un endroit sur

Livre 1 chapitre 74 – Un rocher est un endroit dur

Cloudhawk était entouré de balayeurs chevronnés, l’élite des habitants des régions sauvages. Ils étaient costauds, forts et habiles avec leurs armes – Il ne pouvait pas passer au travers. Il se jeta dans une direction pour essayer de les dépasser, mais l’un des balayeurs lui lança sa hache.

Il évita le coup de hache et se releva d’un bond pour frapper avec son bâton d’exorciste.

Bang !

Le bâton en métal fendit le crâne du balayeur. Un filet de sang traça une ligne le long du visage hideux du mutant, mais son armure était trop épaisse pour qu’elle puisse le tuer. Malgré tous ses efforts, il n’était pas assez fort pour percer la protection de son ennemi. Le mieux qu’il ait pu faire était de donner le vertige.

Le jeune homme frappa de nouveau, cette fois-ci contre un autre balayeur qui se dirigeait vers lui. Son bâton frappa l’agresseur à la poitrine mais fut arrêté par une plaque de fer. La pointe acérée du bâton ne parvint qu’à laisser une entaille le long de l’armure, sans causer de réels dégâts.

« Bon sang ! Qu’est-ce que je suis censé faire ? »

Les zones vitales étaient protégées de ses coups, et ni sa force ni ses armes n’étaient assez bonnes pour passer leurs défenses.

Un balayeur, souriant hideusement, brandit son énorme hache. N’ayant nulle part où se cacher, il fut contraint d’affronter l’attaque de front et la puissante frappe s’écrasa sur son bâton comme un coup de tonnerre. Les compagnons du balayeur saisirent l’occasion et se précipitèrent d’un seul coup. Il ne pouvait en repousser qu’un ou deux. Que devait-il faire contre quatre ou cinq ?

Serait-il obligé d’utiliser le bâton d’exorciste ? Mais utiliser la relique sur ces sous-fifres serait épuisant. Il n’aurait plus rien pour le monstre en robe noire !

Alors qu’il hésitait, une autre figure émergea d’un coin proche pour se joindre au combat. Agile comme un oiseau, elle bondit de six pieds en l’air malgré son équipement encombrant, et fit tomber son marteau sur le visage d’un des balayeurs. Le visage et la moitié de sa tête s’enfonça, réduits à un amas de chair mutilée et d’os brisés.

Artémis !

Il poussa un soupir de soulagement.

Les armes et les capacités d’Artemis étaient particulièrement efficaces contre ces ennemis lourdement blindés. Elle repoussa leurs contre-attaques avec son bouclier tandis que son marteau brisait la rotule d’un autre balayeur. Elle frappa avec une telle force que l’os s’était pratiquement désintégré, forçant le balayeur à s’effondrer. Son marteau ne s’était jamais arrêté, rebondissant sur son genou et autour dans un cercle mortel avant d’atterrir sur sa tête. Le casque protégeant son crâne se froissa comme un morceau de papier, et l’os en dessous se brisa comme du verre.

Un autre balayeur tenta sa chance.

Elle se retourna et frappa le mutant avec son bouclier, le faisant reculer. Elle vacilla un moment, mais sa jambe droite lui permit de maintenir sa stabilité. Faisant pivoter ses hanches, elle fit revenir son marteau et l’enfonça dans la poitrine du balayeur, laissant une bosse trop profonde pour être saine. En fait, les poumons et le cœur du mutant furent complètement détruits. Du sang coulait de tous les orifices, mais il était mort trop vite pour s’en apercevoir.

Clowdhawk se précipita sur le cadavre et ramassa l’arbalète à ses côtés.

Whoosh ! Thud !

Un des balayeurs à proximité avait chargé son arbalète pour une attaque de flanc quand une flèche se logea dans son orbite. Il cria et s’effondra sur le sol avant de pouvoir tirer avec son arme. Pendant ce temps, elle se battait contre les derniers d’entre eux. Le premier coup de son marteau avait réduit l’arme du balayeur en éclats et le second le projeta en l’air. Le troisième coup l’écrasa et l’enterra dans la terre avec pratiquement tous les os de son corps brisés. C’était une misérable façon de procéder.

Pas étonnant qu’elle ait été l’une des meilleures combattantes de l’avant-poste ! Dans tout l’avant-poste du Groenland, seule Hydra pouvait peut-être s’opposer à elle. Panther et les autres étaient fortes, mais ils n’étaient toujours pas à la hauteur des capacités d’Artémis.

Des cadavres brisés jonchaient le sol. Quand ils respiraient encore, ils étaient l’élite, les balayeurs qui étaient parmi les plus forts, les plus rapides et les plus habiles. Mais face à la grêle de coups d’Artémis, ils étaient aussi sans défense que des enfants.

Elle posa son marteau plein de sang sur son épaule et s’élança vers le jeune homme. « On dirait que je viens de te sauver la peau. Comment comptes-tu me remercier, hm ? »

Il n’était pas d’humeur à plaisanter. « Il est trop tôt pour dire que tu m’as sauvé la vie. »

Elle suivit le regard du jeune homme jusqu’à un bâtiment en ruine de trois mètres de haut. Au sommet se trouvait une silhouette sombre – un homme enveloppé dans une robe noire qui portait un appareil respiratoire en forme de bec. Il était aussi mystérieux que troublant.

C’était lui ! Le visage d’Artémis s’endurcit.

Elle savait que le monstre en noir était l’un des chefs. Bien qu’il ne soit pas le plus fort des lieutenants du démon, il fut le premier à répondre à l’appel du monstre. Non seulement il était cruel, mais il était aussi intelligent – il n’était pas à sous-estimer.

Clowdhawk le regarda aussi, frémissant de haine. C’était l’homme qui avait détruit toute la compagnie des mercenaires du Tartare !

Combien de vies avait emporté cette créature ? De retour à l’avant-poste de Blackflag, Cloudhawk l’avait personnellement décapité et pourtant, il se tenait là comme un cauchemar vivant.

Stranger Black retira un gant sans prononcer un mot et ses cinq tentacules tachetées d’os se détachèrent. Elles se tordaient ensemble jusqu’à ce que son bras gauche ressemble à une dégoûtante lame en dents de scie. C’était à la fois répugnant et effrayant à voir.

Quel scientifique aberrant avait créé ce monstre sur pied ? En plus de ses capacités régénératrices inimaginables, il pouvait aussi changer la forme de son corps.

« Montre-moi ce que tu peux faire. »

Tout en prononçant ces mots, Artémis projeta sa jambe sur un rocher voisin. Le rocher se dirigea vers Stranger Black comme un ballon de football.

Elle donna un coup de pied si fort que le rocher siffla dans les airs comme une étoile filante. La cible agita son bras gauche avec désinvolture, comme s’il tapait sur une mouche, et la pierre fut coupée en deux. La cassure était si parfaite qu’il ne manquait pas un seul éclat de la pierre.

Sa lame en os coupait la roche comme un couteau brûlait le beurre ! Aucune chair ni aucun os ne pouvait arrêter son tranchant.

« Tu es assez fort. » Stranger Black ne se précipita pas pour attaquer. Il la regardait caché derrière son capuchon, comme une vipère qui mesure sa proie. « Je dois te dire qu’Hydra est fini. Tu te bats seulement pour suivre ses traces. »

Elle le regarda. « Qu’est-ce que tu dis ?! Hydra est mort ? »

Stranger Black ne répondit pas, mais le fait que lui était là alors qu’Hydra était introuvable donnait du crédit à sa revendication. Le mutant continua: « Tu es un bon guerrier. Notre conflit n’est pas avec toi. Je te donne une chance de vivre. »

Cloudhawk cherchait désespérément un moyen de s’échapper. Pendant ce temps, la voix sifflante de Stranger Black glissait dans l’air comme des cobras.

« Tue l’enfant, rejoins-nous et tu vivras une vie meilleure que celle que ce traître t’a donnée. »

L’incertitude était inscrite sur son visage. Elle hésitait.

Cloudhawk n’avait aucune chance contre l’homme en noir. S’il devait aussi affronter Artémis, que pouvait-il espérer d’autre qu’une mort atroce ? Il l’appela. « Ne le crois pas. Ce n’est pas un homme bon. Il te jettera dès qu’il n’aura plus besoin de toi ! »

La voix glaciale et froide de Stranger Black répondit. « C’est à toi de choisir. Vivre ou mourir. »

Cloudhawk la regarda avec de grands yeux. Après un moment de contemplation tranquille, elle se retourna, et ses yeux se remplirent d’intentions meurtrières alors qu’elle levait son marteau bien haut. Rapide, mortel, sans pitié. Avant même que le marteau ne l’atteigne, Il pouvait sentir son élan écrasant comme une montagne.

Bon sang ! Elle changeait de bord plus vite qu’elle ne changeait de vêtements !

Clowdhawk se jeta sur le côté, échappant de justesse à son marteau. Un trou fut laissé à l’endroit où il se tenait, et il aurait été une flaque d’eau s’il avait été une demi-seconde plus lent.

Elle ne s’était pas arrêtée quand son marteau avait manqué sa cible. Elle se mit à le frapper avec son bouclier, dont la base triangulaire était aussi tranchante qu’une lame. Bien qu’elle n’ait pas été très rapide, elle n’était pas lente non plus. Elle lança son attaque avec rapidité et malveillance, ne laissant à Cloudhawk aucune chance d’esquiver. Il ne pouvait que jeter toutes ses forces en fracassant son bâton contre le bouclier et en le redirigeant. Mais il reçut quand même une vilaine blessure.

Il recula de plusieurs mètres. La déesse de la chasse ne faisait preuve d’aucune indulgence. Ses attaques féroces montraient clairement qu’elle avait décidé que le tuer était la bonne décision. « Espèce de merde déloyale ! »

« Je ne suis pas très heureuse de te tuer non plus. » Elle planta la base de son bouclier dans la terre et utilisa son pied pour sortir le marteau du trou qu’elle avait creusé. Elle le ramena sur son épaule, puis regarda le garçon une fois de plus et soupira. « Mais nous ne pouvons pas le prendre tous les deux. Une mort est mieux que deux, non ? Tu sais que tu dois y aller, alors sois gentil et laisse-moi faire. N’aie pas peur, ce sera rapide – pas de douleur. »

Cloudhawk répondit par une série de malédictions. Cette salope audacieuse !

Il pensa à la reine, à son tempérament rageur et, pour le meilleur ou pour le pire, à son entêtement indéfectible. Si elle était là à la place d’Artémis, elle ne l’aurait jamais trahi de la sorte.

« M’insulter ne te fera aucun bien. Si tu veux quelque chose à blâmer, blâme les terres désolées. »

C’était le dernier souffle qu’elle allait gaspiller à lui parler. Ses jambes puissantes la lancèrent vers l’avant, son bouclier en avant. S’il était touché proprement, les pointes tout le long de sa surface le transformeraient en passoire. Pendant ce temps, son marteau attendait une ouverture. S’il essayait de bloquer son bouclier, ce marteau s’écraserait et il serait un tas d’os brisés avant qu’il ne s’en rende compte.

Il n’avait plus le choix, il utilisa son manteau pour disparaître.

Elle se renfrogna, balayant tout autour. Elle lui cria dessus. « Allez petit frère, ne te cache pas. Il n’y a nulle part où aller ! »

Stranger Black regardait. Quand il le vit disparaître, il comprit comment ils avaient fui le donjon au nez et à la barbe de tout le monde. Mais invisible ne voulait pas dire invincible. Un tueur habile savait qu’il fallait surveiller le sol à la recherche de signes, ou écouter les changements de vent pour le localiser.

Et elle l’avait déjà vu auparavant.

Quand il était devenu invisible, il était presque aussi rapide que Panther. C’était un méta-humain d’agilité et elle ne pouvait pas égaler le petit homme en vitesse ou en temps de réaction, alors pour échapper à ses attaques furtives, elle balançait son marteau sans discernement.

« Hmph ! »

Stranger Black aperçut ses pas à une certaine distance. Le garçon essayait de s’enfuir ? Il sauta du haut du bâtiment, bondit à travers les ruines et bloqua son chemin. Il se dirigea vers le garçon avec son bras gauche en forme d’épée.

Sa lame d’os pouvait couper l’acier. L’enfant n’avait aucune chance.

Face à l’assaut tyrannique du monstre, il fut enfermé. Il ne pouvait pas esquiver et rien de ce qu’il mettait entre lui et cette épée ne pouvait l’empêcher de le découper.

Clang !

Sa lame d’os et la tige de l’exorciste se heurtèrent !

Il sentit l’énorme puissance de l’impact et son bâton fut emporté. Tout son corps se souleva en l’air. Le monstre en noir continua à venir, balançant son épée en os pour le couper en deux.

De l’autre côté, le marteau s’écrasait vers lui. Il pouvait l’entendre siffler dans l’air.

Ses pupilles se contractèrent en de minuscules points noirs alors qu’il réalisait son malheur. Il était pris des deux côtés – c’était fini ! Sa mort était certaine ! Il avait besoin d’aide ! Où était la reine ?

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 73 – Bataille décisive sur les terres désolées Menu Chapitre 75 – Nous mourrons ensemble