Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 66 – Découverts

Livre 1 chapitre 66 – Découverts

Lorsque la tempête éclata au-dessus de l’avant-poste, derrière l’air brumeux, les étoiles scintillaient dans le ciel bleu pâle comme un manteau de mousseline. Des rayons de soleil se battaient à travers le sable en suspension dans l’air et peignaient le paysage en rouge comme s’il était trempé de sang.

Les chasseurs de l’avant-poste du Groenland avaient cherché leur proie toute la nuit, en vain. La lumière du jour éclairait les visages indignés des lieutenants mutants. Les chasseurs de démons pouvaient-ils se faire pousser des ailes et s’envoler ?

Stranger Black et Longhorn regardaient le soleil se lever dans un silence contemplatif, tous deux conscients que quelque chose ne semblait pas normal.

« Premier frère, deuxième frère, regarde ici. Qu’est-ce que c’est ? »

Le vautour atterrit à proximité, soulevant un nuage de sable et laissant de longues cavités où ses pieds touchaient le sol. Dans ses mains, il tenait les restes brisés d’une rapière, fine et extrêmement coupante.

Longhorn le lui prit et examina l’arme brisée pendant un moment. « Est-ce l’épée d’Hydra ? Une rupture nette… personne dans l’avant-poste n’avait la capacité de faire cela. Où l’as-tu trouvée ? »

« Dans les donjons ! » Le vautour répondit.

« Dans les donjons ? » Stranger Black resta silencieux pendant un moment, puis son rire froid et râpeux émergea. « Hydra… oh Hydra. Quand tout cela allait être terminé, nous avions prévu de te rayer. Il semble que tu aies pris une longueur d’avance sur nous. »

Longhorn fit un mouvement du poignet avec assez de force pour déformer la lame fracturée. « La reine ensanglantée a dû le combattre. Il est revenu indemne et elle a disparu dans la nuit. Il n’y a qu’une explication possible. »

Le visage du vautour affichait un sourire sauvage et haineux. « Je savais qu’il y avait quelque chose qui clochait avec cette petite merde. On aurait dû le tuer hier ! On a cherché partout sauf dans le fort. Il doit y cacher les chasseurs de démons. Nous allons nous frayer un chemin et couper la tête de ce serpent comme nous l’avions prévu de toute façon. »

Ses ambitions sauvages n’étaient un secret pour aucun d’entre eux. Comment leur maître pouvait-il être aveugle à sa trahison ?

Il avait toujours été une marionnette à travers laquelle leur maître dirigeait l’avant-poste du Groenland. Maintenant, cette marionnette voulait profiter du chaos et devenir un vrai garçon ? Ce ne serait pas aussi facile… mais il avait eu de la chance. L’apparition de la chasseuse de démons dans les terres désolées et son assaut continu sur le pouvoir du maître forçait leur bienfaiteur à être vigilant au cas où la ville sainte aurait posé ses yeux sur lui. Sans cette femme gênante, le maître serait depuis longtemps venu lui-même faire face à sa trahison.

C’était le bon moment ! Il avait osé s’associer à ces fugitifs pour les trahir ?

« Calme-toi, Troisième Frère. Hydra n’est pas une menace, mais il règne ici depuis huit ans. L’avant-poste du Groenland a près de dix mille soldats qui suivent ses ordres et nous ne sommes pas prêts pour une guerre dans cet endroit. Il serait imprudent de déclencher un conflit de manière irréfléchie. » Stranger Black fixa l’imposant bâtiment à travers son masque à gaz. « Maintenant que nous savons qui sont les amis du chasseur, nous allons faire un rapport au maître. Il élaborera un plan pour nous enlever ces épines. »

« Le Premier Frère a raison », dit Longhorn d’un signe de tête.

« Nous agirons quand le moment sera venu. Tu devrais contenir ton impatience, Troisième Frère. Nous faisons un travail important pour le maître. La moindre négligence pourrait engendrer un malheur. »

Le vautour répondit en riant. « Ce n’est pas un problème tant que je suis avec vous deux. Je suis le couteau du maître. Quiconque ose s’opposer à mes frères ou au grand plan trouvera mes serres enfoncées dans son cœur, même si le combat doit me réduire en poussière. »

Stranger Black et Longhorn secouèrent silencieusement la tête. Personne ne mettait en doute la loyauté de Vulture, mais sa nature sanguinaire et impulsive convenait mieux à un soldat qu’à un chef. Malheureusement, le quatrième, cinquième, sixième et septième frères n’étaient plus avec eux. Trois d’entre eux furent découverts et tués par le chasseur de démons très tôt, tandis que le quatrième frère mourut lors de l’assaut sur l’avant-poste de Blackflag.

Ah, si les sept frères étaient encore là, qu’auraient-ils à craindre – même avec dix mille combattants derrière lui ?

Leur plus grand ennemi était la reine ensanglantée. Ils avaient sous-estimé ce chasseur de démons, pensant que sa croisade en solo, stupide et suffisante, serait facile à interrompre. À cause de son implication, ils avaient souffert, et une grande partie du plan du maître avait été avortée. Ils pouvaient ajouter la retraite anticipée d’Hydra à la liste des choses qu’elle avait également gâchées.

Mais maintenant, ils pourraient peut-être tout réparer d’un seul coup !

Plus que confortable, Cloudhawk n’avait jamais passé une nuit de sommeil aussi profonde. D’une part, il était tellement épuisé qu’il était comme mort au moment où il avait fermé les yeux, mais d’autre part, il était rassuré de savoir que c’était le territoire d’Hydra. Personne n’oserait se faufiler sur le territoire du leader pour essayer de le tuer dans son sommeil !

Pour dire les choses simplement, quand il s’endormit, il oublia les maux du monde, le chaos et l’agitation. Il oublia tout, il s’était oublié lui-même.

Il ne se réveilla que le lendemain à midi. Il ressentit une étrange sensation alors qu’il secouait sa tête encore bourdonnante.

Il ressentait la situation comme s’il s’était débarrassé d’une armure qu’il portait depuis des années. Il se sentait léger et détendu au-delà des mots, mais aussi comme quelqu’un qui avait plongé sa tête dans l’eau glacée. Toute sa confusion et ses incertitudes avaient disparu. Son esprit était plus clair que jamais.

Son audition était plus aiguë, sa vision plus nette.

De l’intérieur, il se sentait remodelé. Ses blessures lui démangeaient, car elles guérissaient à un rythme accéléré. Les croûtes couvrant les éraflures et les coupures d’il y a quelques jours étaient déjà en train de tomber. Ses blessures plus profondes s’étaient déjà ressoudées. Il savait qu’il avait d’excellentes capacités de régénération, mais pas à ce point. Peut-être que ces luttes avaient réveillé son potentiel et stimulé ses capacités ? Quoi d’autre pourrait expliquer ce qui lui arrivait ?

Il sortit du lit et pratiqua les trente-six postures qu’il avait apprises de la reine. Elles étaient plus fluides cette fois, moins intenses. Bien qu’il ait commencé à se fatiguer au huitième mouvement, il pouvait encore se battre. Onze, douze, treize… quatorze… quinze !

Chaque muscle de son corps se tordait de douleur. Il n’en pouvait plus et était obligé d’arrêter, mais il avait, sans aucun doute, progressé d’une manière ou d’une autre après une bonne nuit de sommeil. La vitesse à laquelle il mûrissait était tout simplement étonnante.

La reine avait dit un jour que s’il pouvait effectuer les trente-six postures, même Mad Dogs et Grizzlys ne pourraient pas lui résister. Jusqu’à présent, il n’en avait réussi que quinze, mais il pensait qu’il était déjà au niveau d’un soldat d’élite ou un membre des meilleures troupes de mercenaires.

Si les gens savaient cela, ils en seraient époustouflés. Les habitants des terres désolées se battaient constamment contre les difficultés, en essayant de libérer leur potentiel. Même des gens comme Hydra avaient gravi les échelons de cette façon. Cependant, c’était généralement un processus lent et laborieux. Sans une technique spéciale, il serait impossible d’apporter des améliorations aussi spectaculaires rapidement.

Cloudhawk n’avait pas eu le temps d’examiner attentivement chaque changement qu’il avait ressenti, car un coup de poignard dans l’estomac lui rappela à quel point il avait faim. Il pensait qu’il pouvait manger une vache entière.

Quelques minutes plus tard…

Il était assis à la table d’une salle à manger, se mettant dans la bouche des fruits et de la viande grillée.

Les servantes du fort continuaient à apporter des assiettes, se chuchotant les unes aux autres et regardant le jeune homme en état de choc. Le regarder manger, c’était comme voir une bête sauvage se gaver d’une mise à mort. Ce maigrichon avait un sacré appétit !

Jusqu’alors, il avait mangé deux bols de ragoût de viande et de légumes, trois petits pains, six portions de viande grillée et huit grappes de baies. C’était suffisant pour rassasier trois hommes adultes et costauds. S’il continuait à manger, les femmes commenceraient à se demander si l’estomac du garçon n’allait pas exploser.

Pourtant, hydra avait fait savoir à tout le monde que lui et les autres personnes qui l’accompagnaient étaient des invités d’honneur du fort. Tout ce qu’ils voulaient – y compris les femmes elles-mêmes – devait leur être offert jusqu’à ce qu’ils soient satisfaits. Ils soupçonnaient néanmoins que le gamin pourrait manger tous les restes de nourriture du fort.

« C’est sacrément délicieux ! Ces gars savent vraiment comment vivre. »

Il prit une autre gorgée de soupe et sentait qu’il y avait encore de la place. Le Fort du Groenland manquait d’épices, mais il avait plus qu’assez de nourriture et d’eau provenant de l’oasis environnante. Grâce à l’oasis, il avait un véritable assortiment de nourriture à offrir, de la viande d’oiseau mutant aux poêles à lézard, de la viande de lièvre de fléau commune séchée à la viande de sanglier… Et puis il y avait la pléthore de fruits et de légumes que l’on ne trouvait nulle part ailleurs dans les friches.

« Vous avez autre chose ? »

Cloudhawk était comme le fantôme d’un voyageur affamé réincarné.

Il pouvait sentir qu’il digérait ces choses dix fois plus vite que la normale. Tout ce qu’il mettait dans sa bouche avait à peine le temps de passer par son estomac avant d’être absorbé et transformé en énergie. La nourriture se répandait dans toutes les cellules de son corps.

« Oui, tout de suite… »

Les femmes de chambre apportèrent une assiette de fruits et une grande bassine en cuivre. Lorsque le couvercle de la cuvette fut enlevé, un arôme alléchant remplit la pièce. Une fois la vapeur dissipée, il fut accueilli par un spectacle qu’il n’avait jamais vu auparavant.

Il avait une grosse tête, un long corps recouvert d’écailles et une bouche ouverte remplie de dents acérées comme des rasoirs.

Il en fut ébloui. « Qu’est-ce que c’est que ça ? Où sont ses pattes… c’est un python ! »

L’une des servantes répondit avec une inflexion discrète. « Monsieur, ce n’est pas un serpent. C’est un poisson. Les poissons n’ont pas de jambes. »

C’était quoi un poisson, putain ?

L’eau était une denrée rare dans les friches, et encore moins toute sorte de créatures aquatiques. Alors quand quelque chose d’aussi gros qui vivait soi-disant dans l’eau apparaissait devant lui, il avait du mal à s’y faire.

Ce poisson appartenait à une espèce carnivore et était pêché dans les lacs de l’oasis. Aussi féroce qu’elle puisse paraître, sa chair était absolument délicieuse. Même bouillie dans une soupe claire sans condiments, elle avait un goût tout à fait divin.

Il n’avait jamais rien vu de tel, mais il était un enfant des terrains vagues. Sa seule préoccupation était de savoir si sa nourriture était toxique ou non. Il engloutissait des fourmis, des coléoptères et des vers avec délice, alors qui était-il pour refuser des délices cuisinés de cette façon ?

Il plongea une cuillère en bois dans la soupe et en prit d’abord une gorgée.

Ses yeux s’illuminèrent. « Bon sang, c’est incroyable ! Je n’ai jamais mangé quelque chose d’aussi bon auparavant. »

Les servantes se mirent à rire secrètement entre elles. « Nous sommes juste heureuses que vous aimiez ça. »

Il soupira avec émotion. « Vous avez des fruits, de la viande, ce serpent bizarre… Je veux rester ici pour toujours. »

« Monsieur, c’est ce qu’on appelle un poisson. »

« Tch, laissez-le tranquille ! »

« Ce ne sont pas les seules richesses de l’Avant-Poste du Groenland. » L’une des servantes lui fit une remarque suggestive. Elle se pencha suffisamment pour que le jeune homme puisse bien voir sa poitrine. « Si monsieur a eu son compte, nous serions heureuses de… nous occuper de vous. Je crois que je connais quelque chose que vous aimerez encore plus. »

Ces servantes avaient été triées sur le volet et formées par Hydra. Elles faisaient partie des femmes les plus séduisantes que les terres en friche pouvaient offrir. L’enfant maigre n’était pas très beau à voir, mais pour qu’il soit si bien traité par le barbare Hydra, il fallait qu’il y ait plus que ce qu’on ne voie. Ils le voyaient comme une opportunité – s’il les appréciait, peut-être auraient-elles de la chance et se verraient offertes en cadeau.

Mais il était subjugué par le délicieux poisson qu’elles venaient de lui servir et il la remarqua à peine. « Oui, d’accord, très bien », murmura-t-il d’un air absent.

Leurs visages s’illuminèrent.

Il avait plusieurs centaines de femmes qu’il appelait les siennes. C’était le genre d’homme qui prenait plaisir à faire du mal aux autres, et toutes les filles étaient effrayées par ce dont il était capable. Ce garçon pourrait être leur chance de se libérer de cette brute !

« Cloudhawk ! »

Le cri était froid, plein de rage et d’indignation. Les femmes tournèrent la tête et sursautèrent quand elles virent la femme portant le masque du démon féroce se frayer un chemin. Elles reculèrent et baissèrent les yeux.

Il cligna des yeux, stupéfait. Merde, la reine s’était vite remise ! Mais pourquoi était-elle si furieuse…

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 65 – Hébergement temporaire Menu Chapitre 67 – Testé