Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 65 – Hébergement temporaire

Livre 1 chapitre 65 – Hébergement temporaire

Dans ces terres stériles et hostiles, la présence d’une oasis attirait beaucoup d’attention, même si elle était éloignée. Pilleurs, balayeurs, excavatrices… tous se battaient pour le territoire et l’eau. Ils ne devaient pas seulement lutter contre leur environnement, mais aussi les uns contre les autres.

Auparavant, l’oasis était un endroit chaotique. Il n’y avait pas de direction fixe, pas avant qu’Hydra n’émerge comme une force suffisante pour exercer son influence.

Au début, il n’avait pas beaucoup d’influence, pas avant l’arrivée du mystérieux étranger. Il accepta d’agir en tant que bienfaiteur, et accepta Hydra comme mercenaire autonome. L’étranger l’aiderait à conquérir l’oasis en échange d’une demi-partie de son butin et de ses produits.

Hydra avait du mal à se protéger dans l’environnement hostile de l’oasis. À quoi aurait-il servi de rivaliser avec ce mystérieux étranger ? Il était si désespéré à l’époque qu’il n’avait guère eut le loisir de trop réfléchir.

Le visiteur du désert s’était avéré puissant. Il lui donna des armes avancées et le soutien de nombreux combattants mutants expérimentés. En un clin d’œil, son influence s’était étendue à toute l’oasis et l’avant-poste du Groenland était né.

Il était devenu le chef. Et qu’en était-il de sa promesse ?

Chaque mois, le mystérieux invité apparaissait dans l’avant-poste et chaque mois, il repartait avec la moitié de leur nourriture et de l’eau purifiée. Hydra était une marionnette, seigneur de l’avant-poste, mais seulement de nom, au service de ce sombre personnage. Souvent, il était contraint de constater que la voix de l’étranger avait un poids plus important que la sienne dans l’oasis.

Cet énigmatique profiteur était sans aucun doute le “démon”. Hydra avait été placé là pour diriger pour lui l’avant-poste du Groenland, une source importante de pouvoir et de ressources.

Hydra ne possédait pas les mêmes idéaux – il ne s’intéressait qu’à la richesse, au pouvoir et aux femmes. Après avoir enduré pendant des années l’humiliation de la servitude, il avait du mal à en supporter davantage.

« Tout ici – les femmes, les armes, la nourriture, l’eau – tout est à moi ! Pour qui ce type se prend-il ? De quel droit me donne-t-il des ordres ? Je suis le maître de cet avant-poste et je suis le seul à pouvoir le diriger ! Cet accord est un jeu de merde ! »

Dans les friches, le pouvoir était la seule voix qui comptait. Pendant des années, il avait cultivé sa suprématie et était prêt à déployer ses ailes. Le germe de la révolte avait grandi en lui.

Il était temps pour eux d’aller se faire foutre ! L’Avant-poste du Groenland n’avait besoin de personne et quiconque osait empiéter sur son territoire était mort !

Même s’il n’avait jamais rencontré les chasseurs de démons, il avait prévu de faire quelque chose dans les six mois à venir. Lorsque Cloudhawk et cette reine sanguinaire apparurent, il était sûr qu’ils pourraient être utiles à ses plans. C’est pourquoi il les avait laissé partir.

Bien sûr, Cloudhawk n’avait connaissance d’aucune de ces informations. Il n’était sûr que d’une seule chose, à savoir que ces deux hommes étaient de mauvaises nouvelles.

Hydra était impitoyable et sans principe, une personne qui tuait sans conscience et faisait un commerce inconsidéré de vies humaines. Ses mains étaient couvertes de sang. Pour lui, la vie des autres ne signifiait rien. Léonine n’était pas bien meilleur que lui. Il avait dupé des dizaines d’innocents pour qu’ils viennent à l’avant-poste et les avait vendus pour qu’ils vivent une vie de tourments impensables. Il transformait les gens en marchandises puis en jouets.

Mais dans ces misérables terres désolées, comment pouvait-on déterminer ce qui était bon et ce qui ne l’était pas ?

D’un point de vue traditionnel, alors Mad Dog, Slyfox et Hydra étaient tous des canailles. Aucun d’entre eux n’était digne de pitié ou de miséricorde. Cependant, Mad Dog et Slyfox lui avaient sauvé la vie plus d’une fois. Pour lui, cela faisait des deux mercenaires tués de bons hommes.

La mesure d’une personne dans les terres désolées n’était pas sa moralité ou son image publique. Le fait qu’ils soient bons ou mauvais était déterminé dans le cœur de ceux qu’ils rencontraient. Un homme était bon pour ceux qu’il aidait, il était mauvais pour ceux qu’il blessait.

Pour l’instant, il avait besoin de sa protection et la reine de médicaments.

Mantis avait acquis les médicaments dont ils avaient besoin pour soigner la reine. Il n’en avait pas moins réitéré son avertissement. « Ses blessures sont plus que ce que la médecine typique peut guérir en peu de temps. J’ai besoin d’une dose de panacée ».

Hydra était renfrogné. La panacée était un type très particulier de médecine réparatrice. Elle devait être achetée à grands frais par des canaux spéciaux et pour une bonne raison seulement. Les panacées étaient créées grâce à l’utilisation de hautes technologies, en distillant des réactifs extraits de plantes et d’animaux mutés pour créer un sérum. Cette ancienne technologie scientifique avait pratiquement disparu du monde, rendant la panacée aussi précieuse que rare.

L’idée de son coût était douloureuse, mais il savait qu’elle était bien pâle par rapport à ce qu’il gagnerait si on l’aidait à prendre le contrôle de l’avant-poste.

Une seringue nichée dans une boîte lui fut remise. Le liquide qu’elle contenait était complètement transparent, comme de l’eau.

Très peu de gens savaient précisément ce que contenait la panacée, on disait simplement qu’il s’agissait d’une substance extraite de la biologie mutée. L’injection de cette substance chez un patient stimulait ses propres capacités de guérison. La personne guérissait presque instantanément de sept à huit fois son taux normal.

La reine avait déjà dépassé les capacités d’une personne normale et, grâce à cette seringue, sa vie ne serait plus en danger. Au bout de quelques jours, elle serait presque entièrement rétablie, surtout grâce à l’aide d’un guérisseur aussi magistral que Mantis. Il utilisa des remèdes naturels extraits de plantes mutantes pour l’aider à se rétablir plus rapidement.

Hydra observa la reine en train de se faire soigner. « Quand est-ce que d’autres chasseurs de démons vont venir ? »

Il n’était jamais allé sur les terres élyséennes, mais les chasseurs de démons n’envoyaient pas un seul d’entre eux pour traquer un monstre. Les démons étaient généralement extrêmement puissants et s’entouraient souvent de puissants adeptes. Il fallait une équipe de chasseurs et une stratégie bien pensée pour parvenir à les chasser.

« Il n’y a pas d’autres chasseurs de démons. »

« Qu’est-ce que vous dites ? » son visage devint grimaçant et son expression renfrognée.

À quel point cette fille devait-elle être phénoménalement stupide pour prendre une telle décision ? Elle venait seule dans les terres désolées, espérant tuer un démon ? En quoi cela était-il différent d’un suicide ? Elle pouvait être deux fois plus forte et il serait toujours stupide de penser qu’elle pouvait affronter seule le démon et toute sa puissance dans les terrains vagues !

Cloudhawk se leva et répondit pour elle. « Quand la Reine sera complètement guérie, ces trois mutants que le démon a envoyés après nous ne seront plus un problème. De quelle autre aide avons-nous besoin ? »

Hydra ne pouvait pas contester cette évaluation.

Les prouesses de combat de la reine étaient impressionnantes. Lui-même était à peu près aussi fort qu’un des lieutenants du démon et il n’avait pas pu résister à ses attaques. Cela en disait long sur sa force réelle.

Une équipe entière de chasseurs de démons aurait de meilleures chances, c’était vrai, mais il était important de se rappeler qu’ils ne considéraient pas les déserteurs comme des compagnons humains. Après avoir anéanti les balayeurs, ils pouvaient facilement raser l’avant-poste du Groenland tout entier. Ce n’était pas comme si quelque chose comme ça n’était jamais arrivé avant !

S’il n’y en avait qu’un, alors qu’il en soit ainsi. Quant au jeune homme ? Il ne l’avait pas pris en considération.

Il rétorqua. « Pour éviter des ennuis inutiles, tu vas rester ici quelques jours. Je vais t’arranger quelque chose. »

« Monsieur… hé patron. » Un des hommes habillé en médecin s’approcha à la hâte. « L’état de la fille est trop grave. Nous n’avons aucun moyen de la sauver ! »

Léonine entendit le diagnostic et cria à l’homme avec colère. « Quoi ?! Répète ça ! »

Ces hommes étaient les meilleurs médecins que l’avant-poste pouvait fournir. S’ils disaient qu’ils ne pouvaient pas sauver sa fille, c’était pratiquement une condamnation à mort.

Cependant, Mantis venait juste de finir de soigner la reine. « Permettez-moi d’essayer. »

Il vit une petite fille allongée dans son lit, la peau fine comme du papier, laissant apparaître chaque forme de ses os. Une grosse excroissance charnue était fixée sur le côté gauche de son cou – une tumeur qui menaçait la vie de la pauvre enfant. Seulement… les dangers d’une opération etaient tout aussi mortels. la difficulté d’une telle procédure dépassait les capacités des médecins de l’avant-poste.

« Une question mineure ». Mantis prononça son diagnostic après avoir jeté un coup d’œil dans sa bouche. Il se retourna et gifla un des médecins avant de se laver les mains et les instruments avec un désinfectant. « Vous pouvez m’aider. »

Les médecins étaient embarrassés.

Mantis ne se soucia pas de ce qu’ils ressentaient. Il travaillait déjà. Il avait d’abord nettoyé la chair autour de la tumeur avec la même solution avant de commencer à découper.

Cloudhawk ne pouvait s’empêcher de l’admirer. Non seulement c’était un assassin qui effrayait ses ennemis jusqu’à l’os, mais c’était aussi un chirurgien hors pair. C’était comme si ses yeux pouvaient voir à travers la chair et qu’il savait implicitement où se trouvaient les tissus sains et ceux malades. Chaque incision était précise au dixième de millimètre – aussi exacte qu’une machine. Il n’avait jamais commis d’erreur.

Bientôt, toute trace de cancer et de peau mutée fut enlevée.

Il appliqua la solution antiseptique sur sa blessure et se nettoya les mains comme s’il avait fait quelque chose de banal. « Elle ira bien tant que ça ne s’infecte pas. »

« Merci ! » Léonine, la voix tremblante, s’était mis à genoux devant lui.

« Merci infiniment ! »

Hydra était secrètement choqué par ce qu’il venait de voir. Mantis était manifestement un maître pharmacologue, ayant créé la solution antiseptique en utilisant uniquement des ingrédients mutés provenant de plantes et d’animaux. De plus, c’était un excellent chirurgien. Chaque tranchée de son scalpel était méticuleuse, parfaite au millimètre près.

Il devait être un méta-humain de très haut niveau d’agilité.

Les capacités de combat frontal de Mantis étaient probablement moins développées que celles de Léonine, mais sous le couvert de la nuit, il pouvait tuer trois Léonines. Les assassins n’étaient pas toujours les plus forts, mais ils étaient sans aucun doute les plus dangereux.

Cloudhawk reçut une chambre à proximité où il alla se reposer. Il s’agissait d’une pièce d’une vingtaine de mètres carrés, peu luxueuse, cependant, elle était propre et bien rangée et disposait d’un lit et de draps. C’était le plus beau traitement qu’on lui avait jamais accordé.

Il trouva un endroit pour accrocher son manteau et enleva sa fourrure de loup en lambeaux. Vingt à trente blessures parsemaient son corps émacié et frêle. Il n’y avait pas une partie de lui qui n’avait pas été blessée d’une manière ou d’une autre. Certaines blessures laissaient encore échapper du sang rougeâtre et violet.

Il était difficile d’imaginer qu’un enfant abandonné comme lui ait pu endurer une telle punition !

Il avait fui pendant des jours, un fugitif qui luttait pour sa vie. Quand avait-il eu le temps de s’inquiéter de ses sentiments ? Tout d’un coup, il eut du mal à se calmer alors que la douleur et l’épuisement le submergeaient. C’était presque insupportable et il fallut toute sa volonté pour qu’il trébuche sur le lit, évanouit.

La fatigue… une fatigue absolue ! Et la douleur, une douleur déchirante.

Il avait l’impression qu’une montagne entière l’écrasait. Un millier de scies le découpait et une centaine de forêts lui arrachait les os. Il souhaitait presque mourir.

Cette torture persista pendant un certain temps jusqu’à ce qu’elle s’atténue, pour être remplacée par la sensation d’être brûlé vif. Les forets et les scies se transformèrent en cent mille feux vacillants dansant sur sa chair. Chaque muscle, chaque fibre brûlait. Que diable se passait-il ?

Son corps commença à subir une série de changements positifs. Bien que le processus était à l’agonie, chaque cellule de son corps devenait plus puissante, énergique et plus vivante.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 64 – Reconstruire l’équipe Menu Chapitre 66 – Découverts