Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 63 – S’échapper du donjon

Livre 1 chapitre 63 – S’échapper du donjon

Cloudhawk ne pouvait pas se donner la peine de deviner les motivations d’Hydra. Après avoir utilisé l’épée de lumière sacrée, la reine n’avait plus d’énergie à consacrer au combat et ils ne pouvaient pas vraiment compter sur lui pour faire demi-tour… Il n’y avait pas de meilleure option. Ils devaient prendre ce risque. Il aida la reine à les suivre alors qu’ils disparaissaient tous les deux dans l’obscurité des égouts en ruine.

Hydra ne fit pas attention à eux. Son attention était fixée sur Léonine.

L’esclavagiste se retourna et descendit une autre canalisation.

Il n’était pas resté longtemps dans l’avant-poste du Groenland, donc il ne savait pas grand-chose sur Hydra. Cependant, il devait supposer que puisque l’homme borgne dirigeait l’avant-poste, le combattre serait problématique. Les terres désolées ne respectaient que la force. Il ne dirigerait pas cet endroit s’il n’était pas le plus fort et le plus habile.

Il avait montré de quoi il était capable dans son combat contre le chasseur de démons. Léonine n’était définitivement pas de taille face à lui !

Fuir ! Trouvez les lieutenants du démon ! Ils pouvaient certainement s’en occuper !

Hydra arborait un sourire sombre et sadique, comme un chat qui regarde une souris se débattre quelques instants avant sa mort.

Léonine fonça dans l’étroit passage, mais des bruits de pas retentirent derrière lui comme un ouragan à la sonorité métallique. Il rattrapa son retard plus vite que Léonine n’aurait pu le croire. Le désespoir l’emplissait.

En quelques instants, il était passé de l’immobilité à cinquante à soixante kilomètres à l’heure. Même dans ces quartiers étroits et tortueux, il n’était pas du tout ralenti. Il chargea comme un taureau enragé sur le désespéré esclavagiste.

Tourner! Léonine se jeta soudain dans une ouverture sur sa gauche. Hydra allait si vite qu’il n’aurait peut-être pas pu tourner à temps.

Mais alors que Léonine se poussait à courir aussi vite qu’il le pouvait, la silhouette apparut dans l’ouverture. Ses bottes d’acier s’accrochaient aux anciens tuyaux alors qu’il courait le long du mur à un angle de quatre-vingt-dix degrés par rapport au sol pendant quatre ou cinq pas. Chaque pas martelé laissait des fissures et des fractures dans son sillage.

Il se lança dans les airs, tirant son épée. Le son révélateur de l’acier sur le cuir remplit l’air alors que sa lame s’approchait de Léonine.

L’esclavagiste souleva son lourd sabre pour bloquer le coup et des étincelles jaillirent dans l’obscurité. Il ne resta pas pour se battre, mais changea de direction après avoir détourné son attaque meurtrière. Il courait maintenant à l’aveuglette sur un chemin complètement dépourvu de lumière.

Son ennemi était fort, mais s’il ne pouvait pas voir sa cible, il ne pouvait pas utiliser cette force.

« Heh heh heh… tu es un malin. Bonne vitesse de réaction. » Il leva la main et retira le cache-œil qui couvrait son œil droit. L’œil était muté, mais pas inutile – sa pupille était une amande, comme celle d’un serpent ou d’un lézard et brillait de lumière rouge. « Mais ce n’est rien d’autre que quelqu’un qui se débat sur son lit de mort. »

Son œil n’était pas seulement muté, il avait aussi cultivé ses capacités. L’œil était sensible à la lumière et ne pouvait pas être utilisé pendant la journée, alors il le cachait derrière le cache-œil. Dans l’obscurité, cependant, l’œil percevait de la chaleur. Même dans l’obscurité, Léonine était trop faible et trop lent.

Comment pouvait-il s’échapper ?

Une tache de sang rouge frais éclaboussa le couloir.

Léonine cria et tomba sur le sol, serrant une profonde blessure. Le sabre d’Hydra traversa deux couches de vêtements de protection et laissa une vilaine entaille derrière elle. Le chasseur à l’œil de serpent ne s’arrêta pas pour autant. Il se remit à frapper comme un éclair. Sa lame agile était comme le croc empoisonné d’un cobra.

L’esprit de Léonine s’éteignit alors que la mort se profilait à l’horizon. Une seule pensée résonnait dans son esprit : que leur arrivera-t-il si je meurs ?

« A-attends ! Ne me tue pas ! »

Léonine s’agenouilla au sol dans la défaite. Ce vétéran, robuste et majestueux, était-il à genoux ? Il ne l’avait pas engagé pour ce genre de chose !

Quand il ne sentit pas le baiser de la lame d’Hydra, Léonine reprit la parole. « Je n’ai aucun intérêt à me battre contre toi. Ma fille est malade… très malade. Il fallait que je le fasse ! Si tu promets de t’occuper de ma fille, alors ma vie est à toi. Je serai ton chien, tout ce que tu demanderas. Me tuer ne te rapportera rien ! »

La fille de Léonine ?

Le plaidoyer du marchand d’esclaves le toucha, bien qu’un peu seulement. Léonine était nouveau au poste, mais il était clairement utile, un homme de talent. Hydra connaissait l’histoire de l’esclavagiste. On disait qu’il était venu à l’avant-poste du Groenland pour sa famille.

Il était sceptique face à cette histoire, car qui se souciait de la famille à leur époque ?

Léonine, aussi fort et digne qu’il paraissait, se prosterna devant lui et appuya sa tête sur le sol. « Je ferai tout ce que tu me demanderas, mais sauve ma fille ! Je t’en supplie. Je ne peux pas mourir maintenant ! »

Comme c’est intéressant… il remit lentement son épée dans son fourreau.

Son avant-poste au Groenland était fort, plus fort que l’avant-poste de Blackflag. Pourtant, bien qu’il fût plus fort dans son ensemble, l’avant-poste ne comptait qu’une dizaine de personnes ayant des compétences comparables à celles de Leonine. L’avant-poste de Blackflag, aussi petit soit-il, comptait environ cinq personnes. Les habitants des terres désolées qui avaient vécu assez longtemps pour devenir aussi compétents étaient fiers et difficiles à contrôler. Non seulement il était particulièrement doué, mais il était aussi très vulnérable. Il était précisément le genre de personne qu’Hydra pouvait utiliser.

« Très bien, j’accepte ta vie. » Son œil droit brillait d’une lumière rouge dangereuse, comme l’œil d’un démon. Il mesurait le marchand d’esclaves agenouillé devant lui. « Si tu me trahis de quelque façon que ce soit, je te ferai regretter d’être né. Tu sais qui je suis et ici, dans l’avant-poste, personne ne peut te protéger. »

Léonine n’avait pas à douter de son influence.

Bien qu’Hydra craignait les sbires du démon, ici, dans l’avant-poste, s’il y avait quelqu’un qu’il voulait voir mort, rien ne pourrait l’arrêter. Léonine remit son sort et celui de sa famille entre ses mains – ce n’était pas différent de vendre son âme. C’était la seule façon pour lui de continuer à respirer.

Cloudhawk aida la reine à suivre le chemin tracé par Hydra.

Il faisait si sombre qu’ils ne pouvaient pas voir plus loin que le bout de leur nez. Utilisant le peu d’énergie qui lui restait, la reine invoqua un minuscule phénix qui les suivit. La luminescence de l’oiseau de feu éclaira leur chemin et leur permit d’examiner leur situation.

L’état de la reine s’était amélioré, mais la lutte pour leur vie l’affaiblissait une fois de plus. Sa volonté était comme de l’acier – si elle avait été quelqu’un d’autre, les tribulations qu’elle avait subies l’auraient mise en terre. Cependant, elle avait encore du mal à continuer. Il n’était pas question de se battre.

Soudain, des cris résonnèrent dans la cavité noire.

« Tu y vas en premier ! »

L’anxiété était évidente dans sa voix.

La route vers la liberté était comme une brume noire. Des mottes brûlantes de rouge apparaissaient, s’y intercalaient et se rapprochaient.

Cloudhawk fit pivoter son bâton sur l’une d’elles, l’envoyant se briser contre un mur. Il vit alors clairement la chose, une bête ailée d’environ un demi-mètre de long avec des serres acérées et des yeux écarlates.

Des chauves-souris mutantes !

Lorsque la marée de bêtes mutantes avait attaqué l’avant-poste de Blackflag, il avait vu ce qu’un essaim de ces monstres pouvait faire. Il ne s’attendait pas à les rencontrer ici, sous l’avant-poste du Groenland.

Cette horrible nuit était encore fraîche dans son esprit, quand les monstres des terres désolées étaient venus chercher du sang. Ces créatures étaient plus petites, mais il y en avait des dizaines. Plus que ce qu’il pouvait gérer.

Il entendit la voix râpeuse de la reine devant lui. « Je vois une sortie ! »

À 200 mètres de là, un rayon de lune perça l’obscurité. Cloudhawk ressenti un élan de vitalité. Hydra leur avait dit la vérité.

« Allez-y, je vais les retenir ! »

Il prit la tige de l’exorciste dans sa main droite et l’agita pour repousser les chauves-souris qui s’approchaient trop. Il tenait le pistolet dans sa main gauche, tirant au hasard dans l’obscurité, et réussit à toucher plusieurs des chauves-souris. Elles continuaient d’arriver, mais l’odeur du sang provoqua une frénésie chez les autres. En un clin d’œil, les mutants tombèrent sur les leurs et les déchiquetèrent comme une meute de diables affamés.

Ils étaient incroyablement féroces et assoiffés de sang ! C’était épouvantable à voir.

Il ne fallut pas longtemps pour qu’il soit à court de balles, et bien qu’il réussisse à en tuer quelques-unes, d’autres chauves-souris continuèrent à venir. Leur nombre continua d’augmenter. Plusieurs le dépassèrent et se dirigèrent droit vers la reine, car elle saignait et l’odeur fomentait leur faim vorace.

Elle envoya le phénix du feu l’incendier, mais quatre ou cinq autres se rapprochèrent.

Il appela la puissance de son manteau et soudain, l’air et la gravité le libérèrent de toute contrainte. Il bondit en avant à toute vitesse comme un coup de vent, s’élançant avec son bâton pour atteindre la reine et faire tomber deux autres chauves-souris. Sans s’arrêter pour s’occuper des autres, il la traîna vers la sortie.

Finalement, elles s’étaient échappées !

Il faisait nuit et les chauves-souris se déversèrent hors de la caverne comme un nuage mortel, tournant au-dessus d’eux de façon inquiétante. Leur apparition soudaine et violente fit sursauter le personnel groenlandais et plusieurs coups de feu furent entendus.

Pendant ce temps, Il continuait à tirer parti de la puissance du manteau, les rendant plus rapides. Il cherchait frénétiquement un endroit sûr pour se cacher.

« Je les ai trouvés ! »

Une équipe de balayeurs errants qui passait la zone au peigne fin les avait repérés. Ils étaient plus de dix, armés de haches et d’arbalètes. Comme un essaim d’abeilles, ils étaient tombés sur les deux chasseurs de démons.

Cloudhawk réfléchissait à la situation à laquelle ils étaient confrontés. « Putain de merde ! Ces merdes sont partout ! »

Des tueurs expérimentés avec des armes à courte et longue portée les encerclaient, les laissant sans aucun moyen de s’échapper ou de se défendre. Leur seule option était de trouver une couverture.

Les balayeurs n’étaient que de simples formes sombres sous le clair de lune, des ombres mortelles qui entouraient leur proie et commençaient à se rapprocher.

Cependant, ils étaient tellement fixés sur leur cible qu’ils ne virent pas la silhouette discrète derrière eux. Comme le spectre de la mort, celle-ci s’approchait sans bruit, le reflet d’un poignard à la main.

Sans même un murmure, la silhouette enfouit son poignard dans la colonne vertébrale d’un balayeur, qui s’effondra aussitôt sur le sol, ayant perdu toute capacité de mouvement. Avant qu’il ne puisse crier, une main calleuse lui serra la bouche et de l’acier froid lui ouvrit la gorge.

Impitoyable, rapide et efficace. La figure fit glisser le cadavre sur le sol.

Un deuxième puis un troisième furent réduits au silence par l’ombre qui brandissait le poignard – tous tués sans un bruit. Peu importe qui était l’ombre meurtrière, elle était apparue aussi vite qu’elle avait disparu dans la nuit, et chaque cadavre laissé derrière elle avait été tuée d’une manière différente.

Finalement, les balayeurs comprirent que quelque chose n’allait pas lorsqu’ils entendirent moins de pas. Ceux de devant regardèrent derrière eux et virent cinq de leurs frères morts, la gorge tranchée, et couverts de sang.

Ils regardèrent, horrifiés. Il n’y avait que des cadavres et pas de tueur. Qui avait fait ça ? Cinq de leurs compagnons avaient été tués sans aucun bruit et en quelques secondes !

L’un des balayeurs recula de quelques pas. « Attention ! »

La piqûre d’un poignard lui trancha la colonne vertébrale et il ne prononça plus un seul mot.

« Par ici ! »

Les balayeurs repérèrent l’assassin et tirèrent presque instinctivement avec leurs armes. Le tueur utilisa le corps de leur camarade mort comme bouclier de viande pour absorber les balles et les flèches, laissant cette ombre mystérieuse indemne. Une paire de poignards sifflèrent dans la nuit.

« Ahh ! »

« Ugh ! »

Deux cris. Deux autres balayeurs s’étaient effondrés.

Ce qui restait de l’équipe de balayeurs s’était précipité vers l’avant, à parts égales, surpris, effrayé et enragé. Mais lorsqu’ils atteignirent le cadavre que l’assassin avait utilisé comme couverture, l’ombre était déjà partie.

Sssshhhht !

Un autre tomba en s’agrippant à sa gorge ouverte. Et puis un autre, un poignard dans le cou.

La peur s’abattit sur les balayeurs, les remplissant de terreur. Leur assaillant était la mort incarnée venue les prendre dans la nuit. Effrayés, ils coururent chercher de l’aide.

Caché derrière un rocher, Cloudhawk vit toute la scène se dérouler.

Une silhouette, pas particulièrement imposante, émergea de l’obscurité pour se tenir devant lui. Il était de type asiatique, vêtu de vêtements en loques et le visage pâle. Son expression était un masque d’indifférence, bien que l’odeur de la mort planait au-dessus de lui comme un nuage. Le clair de lune scintillait sur sa dague.

Sous le choc, Cloudhawk se retourna, les yeux écarquillés: « Mantis, c’est toi ? Qu’est-ce que tu fais ici ? »



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 62 – Le plan d’hydra Menu Chapitre 64 – Reconstruire l’équipe