Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 62 – Le plan d’hydra

Livre 1 chapitre 62 – Le plan d’Hydra

Au moins trois cents balayeurs avaient inondé les cachots de l’avant-poste, ainsi que d’innombrables gardes. Bien que les égouts soient grands, interconnectés et remplis de zones inexplorées, ils avaient suffisamment de monde pour tout balayer et fouiller chaque recoin. Il n’y avait nulle part où s’enfuir.

Heureusement, Cloudhawk eut la prévoyance de libérer les esclaves. Le donjon était en plein chaos et les lumières avaient été brisées, le plongeant dans l’obscurité. D’énormes sections du donjon étaient recouvertes d’une ombre impénétrable. On entendait des coups de feu venant de toutes les directions, se mêlant aux cris et autres bruits de combat. Le chaos n’allait pas durer longtemps, mais il leur donnait une lueur d’espoir pour s’échapper.

Bang !

Il tira sur un garde à une douzaine de mètres de là, mettant fin à ses jours.

Les autres gardes qui l’accompagnaient tournèrent autour, juste à temps pour voir un visage démoniaque se précipiter sur eux depuis l’obscurité. La reine volait parmi eux avec un poignard qu’elle avait dérobé, tournoyant gracieusement comme une danseuse, ou un papillon chevauchant la brise à travers une forêt. Elle traversa la meute de gardes si rapidement qu’ils ne virent même pas sa lame bouger. Partout où elle passait, des fontaines de sang éclaboussaient les murs de gouttelettes.

Les deux continuaient leur chemin, pour finalement arriver à une intersection. Soudain, le bruit des pas qui s’approchaient se fit entendre, une douzaine de paires d’après ce qu’ils pouvaient dire. Cloudhawk attira la reine dans un coin, les couvrit tous les deux avec le manteau et y déversa son énergie psychique. Ils disparurent.

Quelques instants plus tard, un groupe de gardes et un autre groupe de balayeurs se rencontrèrent au centre de la jonction. Ils épiaient les quatre gardes morts et savaient que leur proie devait être proche. Ils criaient des ordres pour que ceux qui se trouvaient à proximité soient vigilants, puis se séparaient rapidement pour fouiller les couloirs.

Cloudhawk laissa le pouvoir du manteau se dissiper. « Mon attention s’estompe. Plus j’utilise la cape, plus elle me fatigue, donc nous devons trouver un moyen de sortir d’ici rapidement. Si nous ne le faisons pas, nous allons mourir. Le problème est maintenant de savoir quelle direction nous allons choisir. »

Le donjon était un endroit complexe. Comment savoir où aller ? Ils n’avaient aucune carte.

« On va juste devoir tenter notre chance. »

La reine choisit une route au hasard et avança.

Qu’allait-il faire ? Avait-il une meilleure suggestion ? Que ce soit la voie de sortie ou non n’était pas aussi important que de rester en mouvement. S’ils étaient pris, ils seraient finis, alors il valait mieux confier leur vie à la chance d’une femme !

Le couloir était étroit, plutôt comme une canalisation. Il était seulement assez grand pour que deux personnes puissent le traverser côte à côte.

Clowdhawk fronça les sourcils, car il savait que si un groupe d’ennemis venait par ici, il était trop étroit pour qu’ils puissent se cacher sous le manteau. Comme si ses pensées les avaient interpellés, les bruits de pas de cinq ou six personnes résonnèrent. La meute de gardes contourna un coin et les deux groupes se retrouvèrent face à face.

« Les voilà ! »

« Tuez-les ! »

Clowdhawk répondit en faisant un trou dans l’un d’eux avec son arme.

Deux des gardes s’accroupirent et levèrent leurs armes, tandis que trois autres, de dos, tirèrent d’une position debout. Les deux groupes se tenaient à une vingtaine de mètres l’un de l’autre, trop loin pour que la reine puisse les couvrir, quelle que soit sa vitesse, le passage était trop étroit pour qu’ils puissent éviter cinq tireurs.

Bang-bang-bang  ! Les gardes tirèrent une salve sur eux.

Ces canons de fortune n’étaient pas de la meilleure qualité, mais à seulement vingt mètres de distance, ils étaient mortels. Brandissant une paire de poignards, la reine fouetta ses lames en l’air, provoquant une foule d’étincelles. Grâce à sa vitesse et à sa précision incroyable, elle coupa les balles en plein vol. Elle avait donc aussi cette capacité !

Leurs visages tombèrent alors que les gardes se dépêchaient de charger une autre salve. Cependant, la gourde suspendue à la taille de la reine émit soudain des rayons de lumière et fit jaillir une flamme. Le feu se rassembla à l’image d’un phénix, qui s’écrasa sur le groupe de cinq gardes, mettant le feu à leurs vêtements.

L’odeur de la chair et des cheveux brûlés emplit le passage. Les cinq gardes roulèrent et gémirent pendant que le feu les consumaient.

Clowdhawk leur tira quelques coups de feu avant de suivre la reine sur le chemin. Finalement, le tuyau aboutit dans une pièce caverneuse, ce qui rendit les choses plus compliquées. Il n’y avait même plus un seul faisceau de lumière, et l’obscurité était si complète qu’il pouvait tendre le bras et voir sa main devant son visage. Mais cela signifiait aussi qu’ils étaient sortis du donjon.

Se faufiler dans l’obscurité était mieux que d’attendre la mort dans le donjon.

Les deux attendirent deux secondes au bord de l’abîme, et juste au moment où ils se préparaient à avancer, un tremblement de terre les assaillit !

Il sentit une intention oppressante et sauvage le submerger. Il se retourna et vit un homme barbu de cinquante à soixante ans aplanir une énorme arme sur leur chemin. Il les chargeait comme un rhinocéros fou.

Léonine ! Ce connard !

Il tira sans même réfléchir, mais Leonine avait des décennies d’expérience. Au moment où il leva son arme, l’esclavagiste changea de direction et la balle s’enfouit dans un mur. Tout en maudissant, le jeune esclave jeta le fusil devenu inutile au sol et retira l’arme de poing de sa taille. Le temps qu’il le charge et vise, Léonine serait arrivé devant lui, alors que son sabre scintillait en traçant un arc dans l’obscurité.

Clang !

Deux petites lames bloquèrent le poignard du marchand d’esclaves. Les trois armes se heurtèrent, engendrant un son assourdissant.

Les poignards de la reine se brisèrent sous la tension – Léonine était aussi fort que rusé. L’élan derrière le coup était suffisant pour le maintenir et la reine recula d’un demi-pas pour l’éviter. Elle trembla, et une traînée de sang sortit du coin de sa bouche. Le choc de leur collision avait du provoquer des blessures internes.

Avec un rugissement sauvage, Léonine lança une nouvelle attaque, en levant ses mains au-dessus de sa tête et avec assez de force pour la fendre en deux.

« Ce vieux bâtard cherche la mort ! »

Clowdhawk tira avec son arme de poing plusieurs fois de suite.

Léonine s’arrêta net et utilisa son épée pour bloquer les tirs dirigés vers sa tête. Les autres finirent leur chemin dans sa poitrine. Thud , thud , thud ! Il recula de quelques pas, sauf que les balles ne tuèrent pas. L’esclavagiste rusé portait un épais manteau et du cuir durci en dessous, ce qui empêchait les balles de faire beaucoup de dégâts.

Léonine prépara une contre-attaque lorsque, dans l’obscurité de la caverne, une silhouette s’avança.

L’étranger était grand et costaud, vêtu d’une armure complète de la tête aux pieds, avec une épée à la taille. Son visage hideux était tordu dans un ricanement qui déformait les cicatrices autour de la tâche couvrant son œil droit. Il dégageait une aura menaçante comme celle d’une vipère, et émergeait lentement de l’obscurité pour se tenir devant les fugitifs.

Lorsque Léonine vit qui c’était, il disparut. « Hydra, ce sont les chasseurs de démons ! »

« Les chasseurs de démons ? » Hydra prit son arme et la sortit lentement. Il les regarda d’un bon œil et gloussa d’un air sombre. « Depuis quand les chasseurs de démons sont-ils de telles merdes ? Et tu ne peux toujours pas les abattre… tu es une vraie déception, vieil homme. »

Leonine se réjouit du nouveau venu, tandis que le visage de Cloudhawk était figé par le choc.

Léonine n’était pas moins puissant que feu Mad Dog, et le borgne lui parlait comme s’il ne valait rien. Cela ne pouvait que signifier qu’il était plus fort que l’esclavagiste. La reine étant blessée, était-elle assez forte pour supporter ce personnage ?

Qu’elle le puisse ou non, ses yeux débordaient de colère. Être chasseur de démons était une source de fierté et ce païen osait insulter son illustre ordre.

Elle se leva et arracha la croix de son cou. Aussitôt, le borgne vit son esprit de combat et aplanit sa lame bleue chatoyante sur son chemin. Son arme était longue, fine et magistralement façonnée. « Tu n’as nulle part où aller. Tu ne t’échapperas pas. Mais si tu me bats, je t’aiderai. »

Qu’est-ce que ce type disait ?

« Mais », continua-t-il, « si tu ne peux même pas me battre, tu mourras ici même ! »

Il ne dit rien d’autre, les attaquant avec une fureur aveugle. Son poignet se mit à clignoter et en un clin d’œil, il balança huit ou neuf coups. Cloudhawk n’avait jamais vu quelqu’un manier une épée aussi vite !

La reine était tout aussi rapide, esquivant ses attaques comme elles venaient. Tous sauf la dernière, juste au moment où ses blessures commençaient à faire des ravages. Elles la ralentirent juste assez pour que l’épée de l’homme l’atteigne et lui transperce l’épaule. Un filet de sang frais tacha ses vêtements.

Les ricanements d’Hydra retentirent. Il attaqua à nouveau, comme neuf vipères d’acier affamées de sang.

Cette série d’attaques était plus dangereuse que la précédente. La reine semblait être submergée par son assaut. Pourtant, elle semblait calme comme la surface d’un lac placide, son cœur et son corps ne faisant qu’un. Tout à coup, un bouquet de lumière blanche jaillit de sa main, se transformant en une croix flamboyante de lumière sacrée.

« C’est… »

La pupille du bon œil d’Hydra se contracta et il se mit à frapper par réflexe. Sa précieuse épée rencontra la Sainte-Croix à mi-chemin de son élan et se brisa en mille morceaux. Hydra se sentit comme s’il avait été frappé par un taureau enragé et fut projeté à une bonne distance de cinq à six mètres.

La reine tenait sa puissante arme en l’air, peignant la zone dans une lumière sacrée éblouissante. Toute l’énergie de son épée crépita alors qu’elle s’unissait. Si elle la lâchait contre son ennemi, Hydra serait coupée en deux.

Il l’appela, trébuchant sur sa propre langue. « Tu as gagné ! Je vais te sortir de là ! »

Cloudhawk s’écria sur le côté. « Reine, ne lui fais pas confiance ! »

Hydra essaya de s’expliquer. « Nous avons le même but. Je peux t’aider. »

Hydra n’avait pas prévu de les tuer tous les deux, du simple fait qu’ils avaient plus de valeur vivants. Ils étaient des chasseurs de démons et tuer des démons était leur devoir. Celui qu’Hydra voulait voir abattre n’était pas deux enfants, mais le méchant démon lui-même et ses laquais.

C’était le seul moyen pour Hydra de devenir le véritable dirigeant de l’Avant-poste du Groenland, et maintenant qu’il avait été témoin du véritable pouvoir d’un chasseur de démons, il pensait avoir une chance. S’il réussissait, Hydra aurait tout ce qu’il désirait. S’il échouait, la faute en reviendrait aux chasseurs de démons.

Peu à peu, la lumière de l’épée sacrée de la reine s’éteignit. Bien qu’elle ne l’ait pas montré, elle n’avait pas l’intention de la laisser s’éteindre. Elle était trop faible et trop blessée pour le décapiter.

Hydra lui indiqua l’un des chemins. « C’est le seul moyen de sortir du donjon. »

« Hydra, que fais-tu ? »

Léonine ne comprenait pas ce que faisait le chef de l’avant-poste.

Hydra se retourna lentement, fixant le marchand d’esclaves avec un regard de mort. « Je fais ce que je veux, et je ne peux pas me permettre d’avoir quelqu’un derrière moi qui attends de me poignarder dans le dos ! C’est l’heure de mourir ! »

Sa voix était froide et cruelle alors que les couleurs du visage de Léonine disparaissaient subitement.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 61 – Les cachots Menu Chapitre 63 – S’échapper du donjon