Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 61 – Les cachots

Livre 1 chapitre 61 – Les cachots

Le cachot des esclaves était l’un des endroits les plus cruels de toutes les friches. Jour et nuit, des cris de douleur et de désespoir résonnaient dans ses chambres. Jour et nuit, les esclaves mouraient aux mains de leurs tortionnaires. Le sang et les os des esclaves qui mouraient ici tapissaient chaque centimètre du sol.

Sombre, pécheur et cruel. Ils avaient été amenés en enfer.

Les cachots étaient installés dans le réseau d’égouts réaménagé du bâtiment. Des couloirs miteux s’étendaient dans toutes les directions comme un labyrinthe. Cependant, les habitants de l’avant-poste n’avaient occupé que les sections les plus complètes. De temps en temps, des créatures mutantes s’y promenaient pour attaquer et manger les esclaves qu’elles attrapaient.

Cloudhawk fut introduit dans les cachots avec des chaînes. Un des gardes avait pris sa canne d’exorciste. La reine ne portait aucune arme visible, donc rien ne fut confisqué.

Plusieurs gardes les forçaient à avancer sous la menace d’une arme. Quand ils entrèrent dans le donjon sombre et humide, ils purent voir que cinq à six cents esclaves y étaient actuellement enfermés. Des instruments de torture couverts de sang étaient éparpillés partout, en attendant d’être utilisés. A proximité, une série constante de gémissements résonnait dans l’obscurité.

De nouveaux esclaves étaient amenés et placés dans l’obscurité la plus totale. Pendant des semaines ou des mois, ils étaient soumis à un processus de domestication au cours duquel une torture démente était appliquée pour briser leur volonté. Voilà comment ils rendaient dociles ces sauvageons du désert.

« Dépêchez-vous ! »

Un des gardes utilisa la crosse de son fusil pour frapper un des esclaves les plus lents.

Le donjon était rempli de cages à esclaves. Ce qui restait de la récolte de Léonine fut divisé pour éviter toute révolte et consigné dans des cellules en attendant que la domestication commence. Ils furent escortés dans une section plus profonde du donjon avec seulement une poignée d’autres esclaves en fuite qui les accompagnaient.

Il regarda autour de lui, afin de se faire une idée de la situation. Il compta quatre gardes derrière eux avec des fusils sur le dos et cinq ou six autres gardes de prison à proximité. Pas plus de dix ravisseurs en tout. Aucun d’entre eux ne savait à quel point les gardes étaient compétents, mais s’ils étaient des combattants moyens, alors ils étaient trop pour lui. Mais pour elle c’était une autre histoire.

Mais comme lui, la reine était enchaînée. Ses mouvements étant limités, il devait supposer que cela affecterait ses compétences. Elle devait tuer les quatre porteurs d’armes le plus rapidement possible, ce qui était une tâche difficile lorsqu’elle était blessée et attachée. Dans ces conditions, il semblait que même la puissante reine était impuissante.

Que faire ?

Il se tortilla les poignets mais ne put les libérer. En regardant autour de lui, il était clair que les donjons étaient bien gardés – après tout, aussi improbable que cela puisse paraître, les esclaves avaient encore une chance de s’échapper. Leur chance résidait dans les reliques cachées de la reine. Si elle pouvait se libérer, ils pourraient peut-être se défendre.

Tous deux réfléchissaient tranquillement à la même question. Ils savaient que les laquais du démon étaient proches, et que si la reine réussissait à s’échapper du donjon, le chaos qui s’ensuivrait révélerait leur présence. N’était-ce pas la même chose que d’annoncer eux-mêmes leur présence? Les balayeurs sous le commandement du monstre en tenue noire n’avaient qu’à les encercler et leur audacieuse évasion serait annulée.

Mais s’ils ne faisaient rien, seraient-ils à jamais piégés dans ces donjons comme des esclaves ?

Une voix coupa leurs sombres pensées.

« Halte. »

Les gardes s’arrêtèrent et se retournèrent pour voir qui appelait. Ils firent face au nouveau venu avec un visage respectueux. “Capitaine”, saluèrent-ils, « quels sont vos ordres ? »

L’homme qui approchait était le même que celui qui les avait enchaînés dehors. Ses yeux noirs planèrent un instant sur la silhouette et les fesses rondes de la reine, et plusieurs gardes crurent connaître ses intentions. « Vous… vous là. Viens ici. »

Cloudhawk savait que rien de bon ne résulterait de tout ça.

La reine se sépara du groupe. À travers son manteau en lambeaux, on pouvait encore discerner sa silhouette voluptueuse et serrée. Son visage était toujours caché derrière le masque, mais son corps seul suffisait à réveiller la nature bestiale de ces gardes.

« Je veux la voir seul… laissez-la-moi. »

« Oui, capitaine ! » Un des gardes vit que Cloudhawk ne bougeait pas et le frappa durement avec le talon de sa botte. « Qu’est-ce que tu regardes, putain ? Bouge ! »

« Je ne pensais pas que Léonine ramènerait une marchandise d’une telle qualité. » Le capitaine s’approcha lentement de la reine. « Voyons voir à quoi tu ressembles. »

Une lueur meurtrière se glissa dans le regard de la reine.

Il savait à ce moment-là que faire profil bas n’était plus une option. Le tempérament de la reine étant ce qu’il était, les choses allaient devenir violentes.

Un des gardes se déplaça pour le pousser à nouveau quand soudain, il se jeta en avant. Il heurta le garde et parvint à saisir son bâton d’exorciste.

Le capitaine leva les yeux et vit l’agitation. Son visage s’assombrit.

« Tu te défends, sale gosse ? Attrape-le ! »

« Reine ! »

Cloudhawk dirigea son bâton vers elle. Elle se retourna et lui tendit les mains.

Le bâton en acier sifflait dans l’air à grande vitesse et se brisait contre ses chaînes. Dans une pluie d’étincelles et avec un cri assourdissant, il découpa les menottes comme une scie. Elle jeta les menottes de ses poignets et envoya sa main vers le capitaine.

Le capitaine de la garde de l’avant-poste du Groenland était un guerrier compétent, tout aussi compétent que les commandants de la garde d’élite de l’avant-poste de Blackflag. Cependant, l’attaque de la Reine fut rapide, soudaine et inattendue. En un instant, il savait que cette femme était une combattante de haut niveau, mais il était trop tard pour esquiver son coup.

Le capitaine leva son bras pour dévier son attaque. Tirant un poignard de son brassard avec sa main gauche, il le poussa contre son abdomen. Le chef de l’avant-poste était rapide – mais la reine l’était aussi. Le bras de ce dernier devint une bonne prise qu’elle attrapa en étau.

« Ahhggg ! »

Il hurla, un cri inhumain, empli de douleur. En un instant, son bras entier brûla, noirci comme du vieux charbon. La reine fouetta sa jambe mince et se lia à la poitrine du capitaine avec suffisamment de force pour briser une demi-douzaine d’os. Son épaule droite se fendit et son bras fut arraché de son orbite. Il fut même projeté en arrière si fort qu’il s’écrasa contre le mur du fond. Il n’y survécut pas.

Elle pivota et utilisa le bras noirci du capitaine comme un gourdin, le fracassant au visage d’un garde avant que quiconque ne puisse réagir. Pendant que les autres tentaient de lever leurs armes, elle tomba sur deux autres gardes en un éclair. Ses mains gantées se pressèrent contre la peau de leur visage.

Whoosh ! Le feu jaillit de tous leurs orifices. Quand la reine les lâcha, ils tombèrent à terre, tout ce qui se trouvait au-dessus de leur cou étant devenu du coke1. Les trous carbonisés qui étaient leurs yeux, leur nez et leur bouche étaient désormais des cratères hideux.

Dire que les deux autres étaient terrifiés par cette femme serait un euphémisme. Ils trébuchèrent en reculant tout en essayant de pointer leurs armes. Le garçon s’élança vers l’avant et planta son bâton dans la poitrine d’un garde, mais il arriva un demi moment trop tard pour l’en retirer et attaquer le second.

Bang !

Le dernier garde réussit à tirer, mais son fusil était rudimentaire et à un coup. La reine esquiva la balle et le garde tâtonna avec le verrou du fusil pour dégager la douille. Quand le second tir fut prêt, il leva la tête mais sa cible avait disparu.

Crack !

La reine s’était glissée derrière le garde, avait enroulé ses mains autour de son cou et l’avait tordu. Sa colonne vertébrale s’était brisée comme une brindille. Le corps s’effondra et, haletante, elle se dirigea vers Cloudhawk pour l’aider avec ses chaînes. Une fois qu’il fut libre, sa voix rauque se fit entendre. “Allez”.

C’était une sacrée dame ! Elle avait réussi à faire tomber une poignée de gardes sans grands efforts, alors qu’elle était blessée.

Ils s’étaient occupé des gardes, mais les coups de feu avaient alerté tout le monde dans la zone. Bientôt, ils allaient être entourés de dizaines de gardiens de prison, plus que ce qu’ils pouvaient supporter à eux deux.

Clowdhawk tomba au sol et commença à fouiller les cadavres. Il déroba un pistolet qui pendait à la taille du capitaine, le fusil d’un des gardiens, ainsi qu’un stock de balles. Les autres habitants du désert qui avaient été ramenés ici avec eux récupérèrent les autres armes.

« Nous n’allons pas nous échapper comme ça », dit-il aux autres. « Vous libérez les autres. Si nous pouvons rassembler une force suffisante, nous pourrons peut-être nous battre pour nous en sortir. »

Ils étaient bien trop effrayés par le spectacle mortel de la reine pour réagir. La femme était aussi terrifiante que le masque de démon qu’elle portait !

Trop stupéfaits pour penser à autre chose que faire ce qu’on leur disait, les hommes partirent en rassembler d’autres. Ils réussirent à ouvrir quelques-unes des cellules et à libérer une douzaine d’esclaves avant qu’un groupe de gardiens de prison n’apparaisse.

« Que tout le monde coure, dispersez-vous ! Libérez autant d’esclaves que vous le pouvez ! »

Il savait qu’ils ne pouvaient pas se cacher, donc leur meilleure chance était de semer le chaos. S’ils pouvaient libérer suffisamment d’esclaves, ils pourraient leur donner la couverture dont ils avaient besoin pour sortir.

« Allons-y ! »

Il tira sur un gardien de prison qui leur bloquait le chemin et le poussa, ouvrant un chemin vers la sortie. Alors qu’ils couraient, ils brisèrent les serrures pour libérer d’autres esclaves et générer plus de chaos. Il y en avait trop pour que les gardiens puissent les réprimer et ils furent rapidement débordés.

Ils atteignirent la sortie, mais alors qu’ils étaient sur le point de sortir, ils furent accueillis par un bruit de tonnerre. Un grand nombre de personnages, armés jusqu’aux dents, fonçaient sur eux.

La reine les reconnut instantanément. « Des troupes de balayeurs ! »

Une foule de troupes en armure brandissant des haches à large tête se précipitait, suivie par l’arrivée d’un homme ailé venu d’en haut. Sa descente souleva un nuage de poussière. À travers la faible lumière et la crasse, les yeux aiguisés du mutant repérèrent les deux personnages qui se préparaient à fuir.

« C’est vraiment eux ! » Un rire incrédule s’éleva dans sa gorge.

« Mes frères, nous avons trouvé les deux rats ! »

Comment étaient-ils arrivés si vite ? !

Ils sentirent leur cœur se serrer dans leur poitrine. Ils étaient encerclés et les trois chefs mutants et les meilleurs combattants de l’avant-poste se rapprochaient. Les deux ne pouvaient absolument pas se battre pour sortir et avec autant d’ennemis, ils pouvaient verrouiller les donjons tout en se déployant.

« Cachez-vous ! »

Cloudhawk et la Reine coururent sur le premier chemin qu’ils virent.

Les trois mutants se rapprochaient de l’endroit où ils se trouvaient, avec une douzaine de subordonnés armés d’arbalètes à leur suite. Il ne leur fallut que quelques minutes pour trouver la direction dans laquelle ils s’étaient enfuis.

La voix glaciale et glissante de Stranger Black sifflait à leurs oreilles. « Ils sont là. Ils n’ont pas pu s’enfuir loin ! »

Les mutants amenèrent des équipes avec eux et commencèrent à fouiller les donjons. Cependant, aucun d’entre eux ne remarqua que quelque chose de différent se trouvait dans l’air, comme s’il manquait une partie.

Ils se serraient l’un contre l’autre, face à face. Il avait jeté son manteau de relique sur eux et canalisé son énergie psychique à travers lui pour les cacher temporairement. Les mutants ne voyaient rien et passaient donc à côté, ignorant complètement que leur proie était à quelques centimètres d’eux.

« Les salles principales doivent être pleines d’ennemis maintenant. Nous ne pouvons pas aller par là, nous devons penser à autre chose. »

Le nuage d’invisibilité retrouva sa substance.

Aussi surprenant que soit le dernier jouet de Cloudhawk, la reine n’eut pas le temps de l’interroger. Ils devaient trouver une sortie !

1 : Le coke est du charbon concentré d’où on a éliminé la plupart des matières volatiles.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 60 – Exposé Menu Chapitre 62 – Le plan d’hydra