Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 60 – Exposé

Livre 1 chapitre 60 – Exposé

L’avant-poste du Groenland pouvait faire vivre une population de cinquante mille personnes parce que, contrairement au reste des terres désolées, il disposait de nourriture et d’eau en abondance. Il y avait également des hectares de sites archéologiques non fouillés qui étaient remplis d’outils et de matériaux. En d’autres termes, la seule chose dont cet endroit avait besoin, c’était de gens pour déterrer ces choses.

Il y avait des kilomètres de sites à creuser qui attendaient d’être pillés et des champs de terre fertile qui devaient être cultivés.

Compte tenu de ses environs, l’avant-poste avait besoin de nombreux soldats pour aider à tenir à distance les créatures moins amicales de l’oasis. Il fallait des ouvriers pour forger et entretenir le matériel et il fallait de jolies filles pour divertir les habitants aisés de l’avant-poste.

Les ouvriers, les soldats et les femmes étaient les biens que l’avant-poste du Groenland recherchait. Et là où il y avait un besoin, il y avait un marché… et des marchands.

la demande.

L’avant-poste du Groenland était également fertile pour les esclavagistes, dont Leonine était l’un des plus remarquables. Il écumait les déchets et attirait les malheureux avec des promesses de surplus et de confort dans l’avant-poste du Groenland. Ceux qui survivaient au voyage étaient vendus comme esclaves, mis aux fers et jetés dans des cages où ils étaient “domestiqués” par le biais de la torture.

Ce n’était pas la première fois que Léonine vendait un lot d’humains de cette manière. Lui seul avait apporté cent cinquante biens de haute qualité pour travailler dans l’avant-poste. La plupart étaient devenus des soldats ou des ouvriers, mais il avait aussi amené quelques femmes de valeur. Les dirigeants de l’avant-poste étaient satisfaits de ses produits.

Alors que les prisonniers criaient et crachaient en lui lançant des injures, Léonine restait impassible. Il les regardait avec une indifférence froide et imperturbable.

Ses marchandises étaient escortées par des gardes armés jusqu’à la chambre forte des esclaves, l’une des zones les plus surveillées de la colonie. Des gardes étaient postés partout à l’intérieur et à l’extérieur, et les marchandises étaient enfermées derrière d’énormes portes en fer. Une fois que les esclaves entraient dans la prison, toute chance de s’échapper était perdue.

Les esclaves étaient forcés de supporter des traitements inhumains, moulés peu à peu jusqu’à ce qu’ils soient brisés et acceptent leur sort. On les travaillait à mort en creusant des puits, puis en les nourrissant pour en faire des bêtes, tandis que les femmes étaient réduites à des jouets. Tous étaient condamnés à des destins terribles, et finalement, ils mouraient.

Léonine ne se sentait coupable de rien de tout cela. Il n’y avait pas de place pour lui parmi les déchets.

Le chef des gardes de l’avant-poste parla alors qu’ils marchaient vers le camp d’esclaves. « Comme toujours, nous prenons quarante pour cent, vous en gardez soixante. Pour l’instant, attendez le mot. »

Ce putain de vampire. Il tuait sans aucun risque, mais Léonine n’avait pas d’autre choix que d’accepter l’extorsion du chef des gardes. Sinon, il truquerait les rapports ou sous-estimerait ses biens et Léonine en souffrirait. Il devait ravaler sa fierté.

Léonine utilisa de l’eau pour se laver, changea de vêtements et rentra chez lui. Il se rendit dans un bâtiment en pierre, l’une des structures restantes de la vieille ville, et frappa doucement sur la porte.

« Qui est-ce ? » Une voix anxieuse résonnait de l’intérieur. On aurait dit un jeune garçon.

« C’est moi. »

La porte ouvrit juste une fissure et une petite tête en sortit. Un garçon d’à peine dix ans leva les yeux vers Léonine, et bien qu’il soit jeune, il était très vigilant. Il tenait un revolver dans la main.

Quand il vit qui c’était, les yeux du garçon s’illuminèrent. Il ouvrit les bras et le serra fort.

Soudain, la grimace ridée et chargée de Léonine disparut et il sourit. Il enroula un de ses bras autour de l’enfant dans une étreinte de son cru. Lorsqu’il parla, il le fit sur un ton doux et paternel. « Regarde-toi avec le pistolet que je t’ai donné. Tu comptes l’utiliser sur moi ? »

L’enfant secoua la tête avec véhémence. « Tu as dit que j’étais un homme. Je dois protéger ma mère et ma sœur ! »

« Ouais, bon garçon. »

Léonine le porta et entra dans l’habitation miteuse. À l’intérieur, une femme d’âge mûr, d’apparence modeste, était perchée sur le côté d’un lit. Elle s’occupait d’une petite fille, de cinq ou six ans peut-être. La petite avait une tête de cheveux de lin ébouriffés qui lui donnait l’air d’un adorable petit lutin, mais elle n’avait que la peau sur les os. Une grosse excroissance avait pris le dessus sur le côté gauche de son cou – une sorte de tumeur maligne.

Cette femme, le garçon et l’enfant malade formaient une famille. Oui, une famille. Ce frêle clan était tout ce que Léonine avait au monde !

Bien qu’ils aient séjourné ici, ils n’étaient pas citoyens de l’avant-poste. Le fait de les héberger ici coûtait une somme d’argent importante, et le simple fait d’apporter de l’eau et des céréales à ses jeunes enfants était une grande dépense, d’autant plus qu’ils ne pouvaient pas travailler. Parfois, c’était un tel fardeau que Léonine avait du mal à respirer.

Les désastres se succédaient, et le marchand en souffrait.

Il y a six mois, sa fille avait commencé à montrer des signes de maladie. La croissance avait commencé à se manifester, avec un renflement du côté gauche de son cou. Jour après jour, elle semblait s’affaiblir, s’effriter. Léonine fit tout ce qu’il pouvait pour essayer de la sauver, en l’amenant chez les médecins de l’avant-poste qui étaient équipés de la haute technologie d’autrefois. Cependant, leur aide avait un coût ahurissant.

Léonine devait gagner davantage et il fallait prendre des risques. La traite des esclaves était un moyen d’augmenter ses revenus afin qu’il puisse économiser suffisamment pour le traitement de sa fille. La situation était certainement difficile et il n’était pas sûr de la durée de vie de sa petite fille.

Léonine posa le garçon. Il se dirigea vers le lit et prit la main de sa femme dans la sienne. « Comment va-t-elle ? »

« Ça s’aggrave. » C’était une femme à l’apparence banale, le temps et le stress l’ayant rendue hagarde. « Elle ne mange rien et dort toute la journée. Elle se réveille peut-être une fois dans la journée et se plaint de vouloir voir son papa. »

Elle ne pouvait pas empêcher le nœud dans sa gorge de se glisser dans sa voix.

A force de parler, les yeux de la petite fille affligée s’ouvrirent. Ils étaient bruns, et clairs comme du cristal. Dans ce désert putride, il était difficile de trouver des yeux comme ceux-là.

La petite fille s’efforça d’étendre sa main fine comme un bâton et de la mettre dans la main calleuse de Léonine. Ses yeux pétillants étaient joyeux quand elle le regardait, comme si elle avait oublié toute la douleur qui enveloppait son petit corps. Elle l’appelait, sa voix aussi fine et frêle que les ailes battues d’un moustique. « Ne pars pas papa… d’accord ? »

« Arrête tes bêtises et repose-toi. » Il embrassa sa petite main. « J’ai presque assez d’argent. On va te trouver les meilleurs médecins et ce sera comme avant. »

« Frère et maman sont toujours malmenés par des hommes mauvais. Tu dois rester, papa. » Des larmes commençaient à couler dans ses yeux, scintillant dans la faible lumière. « Je ne me sens pas mal. Je suis honnête. Je ne me sens pas mal. »

Les yeux de Léonine étaient rouges. Elle avait huit ans, mais elle savait qu’il ne lui restait pas beaucoup de temps. La petite fille ne voulait pas que son père se mette en danger parce que sa mère et son frère avaient besoin de lui.

Léonine ferma les yeux à cette pensée douloureuse. Il ne pouvait pas abandonner. Il ne le pouvait pas. Même s’il savait qu’il y avait si peu d’espoir.

La femme d’âge moyen essuya le bord de ses yeux et parla à Léonine. « Tu dois être fatigué après tous ces voyages. Laisse-moi te préparer à manger. Nous mangerons ensemble ce soir. »

Peu importe la noirceur du monde, la cruauté des terres désolées, la difficulté de vivre, chaque fois qu’il terminait une tâche et qu’il posait ses os fatigués pour se reposer à la maison, entouré de sa famille, Léonine était heureux. Il était prêt à faire n’importe quoi pour les protéger.

Ils n’étaient pas ensemble depuis longtemps…

« Hé, Léonine est à la maison ? » Un garde fit irruption. « Votre lot a été inspecté. Veuillez vous rendre au Fort pour récupérer vos gains. »

Léonine ne tarda pas. Il se dirigea tout de suite vers le fort.

Le Fort du Groenland dominait l’avant-poste depuis son centre, la tour d’ivoire d’où régnait sa direction.

Le bâtiment occupait environ cinq mille mètres carrés de terrain et mesurait quarante à cinquante mètres de haut. Il était assez grand pour que dix mille personnes puissent y vivre, et celles qui y arrivaient étaient les meilleures de l’avant-poste. Les habitants du fort disposaient d’une eau plus propre, de meilleurs soins de santé et de logements plus sûrs.

Le rêve de Léonine était de pouvoir un jour installer sa famille dans la tour.

L’étage le plus élevé était réservé au chef de l’avant-poste. Plus de cent cinquante gardes du corps triés sur le volet y étaient stationnés en permanence, qui s’occupaient également des plus de deux cents femmes qu’il gardait pour son usage personnel. Toute autre personne n’ayant pas d’activité officielle n’était pas autorisée à entrer.

Léonine suivit le garde, qui le conduisit jusqu’au hall d’entrée du patron.

Le patron recevait quelqu’un, alors Léonine se tenait silencieusement à côté et attendait son tour. Pendant ce temps, l’esclavagiste jetait des regards furtifs sur les personnes que le patron rencontrait. C’était trois hommes étranges. L’un d’eux était entièrement vêtu de noir et un masque tubulaire lui couvrait le visage. Un autre était également noir mais c’était la teinte naturelle de sa peau noire comme du charbon, et une paire de cornes de taureau poussait sur son crâne. Le dernier était plus jeune, et son dos portait une paire d’ailes.

Le patron de l’Avant-poste du Groenland était connu pour être féroce de nature – on l’appelait Hydra. Cependant, lorsqu’il parlait avec les trois mutants, il se montrait clairement déférent. S’il ne le savait pas, Léonine aurait pensé qu’il émanait de lui une certaine peur.

Celui qui était vêtu de noir parlait d’une voix froide comme la mort. « N’oublie pas, Hydra, cet endroit ne serait rien sans l’aide du maître. Sans son soutien, tu ne serais pas le patron. Et maintenant, tu portes un pantalon de grand garçon et tu veux te débrouiller seul ? »

Hydra portait une armure avec une épée attachée à la taille. Son œil mort était couvert par un cache-œil. Son visage était escarpé et féroce, loin d’être attirant. C’était un homme robuste, grand et musclé, mais son regard était aussi profond qu’un puits. Il fronçait quelque peu les sourcils lorsqu’il parlait avec l’homme en noir, mais il parlait avec respect. « Comme vous l’avez dit, je dois tout ce que j’ai à notre maître. Je n’oserais pas le trahir. Seulement, pour que vous trois demandiez deux mille hommes… vous demandez beaucoup à cet avant-poste, alors pardonnez-moi si je ne suis pas désireux d’accepter. »

« Hydra, tu n’as manifestement aucune idée de ce qui est bon pour toi ! » Le jeune homme ailé arracha un fauchon1 de sa gaine. Il le poussa vers le chef de l’avant-poste, rapide comme l’éclair. « Si tu ne suis pas les ordres, alors à quoi es-tu bon, putain ! Autant te tuer et installer quelqu’un d’autre ! »

L’homme à cornes de taureau attrapa l’épée de son compagnon à main nue. Le métal acéré sonna contre ses doigts comme s’il frappait de l’acier ou de la pierre et ne laissa aucune blessure. « Ne sois pas si pressé, Troisième Frère. »

La main d’Hydra reposait sur le pommeau de son arme. « Tu dois au moins me dire pourquoi tu as besoin de tant de gens. »

Celui en noir répondit, sa voix légère et distante. « Nous poursuivons une paire de chasseurs de démons. »

« Des chasseurs de démons ? »

« En bref, nous les avons perdus dans une tempête de sable. Nous avons besoin de plus d’hommes pour nous aider à retrouver leur piste. » Il s’arrêta un moment avant de continuer. « Aussi, je suis prêt à offrir une récompense aux mercenaires de l’avant-poste. Si quelqu’un trouve ces deux-là et nous les livre, il sera richement récompensé. »

Un regard étrange transparut dans les yeux d’Hydra. « Comment les reconnaîtrons-nous ? Ne vous méprenez pas, je vous le demande car je pourrais participer personnellement à la recherche. »

« Un homme, une femme. L’âge de la femme est inconnu, peut-être une vingtaine d’années. Elle porte un masque, des gants et un pendentif en forme de croix autour du cou. Le garçon a quinze ou seize ans, les cheveux et les yeux noirs. Il est mince et porte avec lui un étrange bâton, plutôt en forme de prisme… »

Alors que l’homme en noir donnait sa description, une voix se fit entendre.

« Eux ?! »

Les trois commandants mutants et le chef de l’avant-poste étaient des individus forts et compétents. Bien sûr, ils entendirent le mot, et lorsqu’ils tournèrent la tête pour en trouver la source, ils aperçurent un homme de grande taille avec une grande barbe qui les regardait en retour.

Hydra rétrécit les yeux. « Léonine ? Tu viens de dire quelque chose ? Ne me dis pas que tu as une idée de l’endroit où ces chasseurs de démons pourraient se trouver ? »

« Oh, je sais où ils sont. Je peux te les amener directement ! » Mais il eut une idée, et s’avança pour faire face à l’homme en noir. « Mais tu dois tenir ta parole ! »

Les trois hommes se regardèrent tranquillement pendant un moment. Finalement, l’homme en noir parla. « Vous avez ma parole… tant que vous la tenez. »

Léonine parla. « Je les ai déjà amenés ici. Ils sont dans l’avant-poste, enfermés dans la chambre forte des esclaves ! »

Ils se turent à nouveau et les mutants se regardèrent avec une surprise évidente. Se pourrait-il qu’ils n’aient pas à user la semelle de leurs chaussures pour parcourir les terres désolées ? Leur proie était-elle venue pour échapper à la chaleur, pour ensuite atterrir les pieds dans le feu ?

Hydra jeta un coup d’œil à Léonine, une lueur sombre lui traversa les yeux. « Je vais vous les amener ! »

1 : Un fauchon est un sabre droit, développé en Europe durant le Moyen Âge et utilisé entre le XIᵉ et XVIᵉ siècle. La lame mesure généralement entre 40 et 60 centimètres, parfois plus, et peut être droite ou légèrement recourbée. https://fr.wikipedia.org/wiki/Fauchon_(arme)



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 59 – La vente de produits Menu Chapitre 61 – Les cachots