Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 59 – La vente de produits

Livre 1 chapitre 59 – La vente de produits

Cloudhawk regardait à entre les branches des arbres. Les nids de ces hideuses araignées ornaient la couronne de presque tous les arbres et les victimes accrochées aux branches et aux fissures de l’écorce ne servaient pas de nourriture. Elles servaient de sacs charnus dans lesquels leurs petits pouvaient grandir. Comme des fruits lugubres et macabres, elles se balançaient dans la brise étouffante.

Les arbres étaient leur maison mais aussi leur terrain de chasse. D’épaisses cordes de toile acide les traversaient, créant un réseau que les araignées utilisaient pour se déplacer et communiquer. Grâce à leur réseau de toiles, elles pouvaient courir d’un arbre à l’autre sans jamais avoir à toucher le sol.

En plus d’être partout, les toiles étaient extrêmement collantes et aussi résistantes que de l’acier. Il n’était pas question de se faire prendre dans l’une d’elles, car même un couteau ne pouvait pas vous libérer.

Mais chaque arbre abritait au moins un nid d’araignée. Ils étaient trop nombreux !

Les araignées utilisaient leurs toiles comme principal moyen d’attaque. Elles rampaient le long des vrilles pour descendre rapidement sur les victimes qui se trouvaient au-dessus de leur tête. La soie d’araignée corrosive était crachée pour étouffer leur proie avant qu’elles n’entrent en action pour sceller la mise à mort par une morsure venimeuse.

Cloudhawk continua à avancer avec le reste de son équipe. Mais des bruits de bruissement provenaient des arbres autour d’eux.

Shhrrr ! Shhrr !

Trois ou quatre des araignées voyageaient parmi les arbres le long de leur réseau de toiles d’araignées. Les arbres épais les cachaient parfois, et parfois leurs yeux de fouine apparaissaient, scintillant dans l’obscurité. Chaque fois qu’elles réapparaissaient, les araignées étaient un peu plus proches.

« Tuez-les ! »

Les chasseurs commencèrent à tirer des flèches dans la forêt. Devant eux, une des araignées prit un bâton dans la tête mais n’en mourut pas. Au lieu de cela, elle se jeta sur les humains avec un sifflement et ses huit pattes s’étendirent.

Léonine brandit son sabre, décrivant un arc mortel dans l’air. Lorsqu’elle termina sa marche, l’araignée était au sol en deux morceaux, se tortillant de façon erratique. Du sang rouge violacé, épais de poison, s’écoulait de son corps mutilé comme de la boue.

Le reste des araignées leur fonçaient dessus par la gauche et la droite.

Des blocs de crachat corrosif volaient sur les voyageurs et ils esquivaient du mieux qu’ils pouvaient. L’un des meilleurs combattants frappa avec son marteau de guerre et fit tomber une araignée au sol, ce à quoi Cloudhawk donna suite en lui enfonçant à plusieurs reprises le bout pointu de son bâton dans le cerveau. L’insecte mutant hurla et lutta pour s’enfuir tandis que ses plaies étaient couvertes d’une hémorragie de saleté violette. De telles blessures étaient difficiles à guérir, même pour les créatures qui guérissaient rapidement. Même si ses coups vicieux ne tuaient pas la chose, il était au moins hors de danger.

Plusieurs autres araignées prirent sa place, et d’autres encore vinrent à chaque instant.

Il ne fallait pas être un génie pour savoir que les araignées étaient plus nombreuses que les humains, un fait dont il était intimement conscient. S’ils étaient encerclés, les chances de s’en sortir vivants seraient minces, voir nules.

« Avec moi ! » Léonine coupa quelques toiles et dégagea un chemin sur les cadavres de plusieurs araignées. « Par ici ! »

Devant eux s’étendait une zone tapissée d’œufs d’une blancheur éclatante. Chacun d’eux était à peu près de la taille d’un poing et, alors qu’ils passaient dans la zone, un liquide aussi collant que de la colle jaillit, enrobant les pieds alors qu’une odeur nauséabonde imprégnait l’air. Cet endroit devait être le nid des araignées, où leurs œufs étaient rassemblés. Sous leurs pattes se trouvaient de nouveaux œufs et de vieilles coquilles fendues. Le sol, les arbustes et les troncs d’arbres étaient recouverts d’une masse brune qui se tordait. Tout était recouvert d’araignées de la taille d’une paume de main.

« Putain ! Ce sont toutes des araignées ! »

Les jambes, la tête et le dos étaient couverts d’araignées aussi grosses que des mains. Aussi jeunes étaient-elles, leur âge ne les rendait pas moins féroces. Elles fonçaient sur les intrus sans peur, prêtes à tuer.

« Ah ! »

« Elle m’a mordu ! »

« Ah ! Putain ! C’est un nid d’araignée ! »

Alors que l’équipage trébuchait dans les champs d’œufs, il ne fallait pas plus de cinquante mètres pour qu’ils soient couverts d’araignées de la tête aux pieds. Clowdhawk pensa qu’il avait dû subir une douzaine de morsures d’araignées le long de ses bras et de son cou. Heureusement, les jeunes araignées avaient un poison plus faible et leurs capacités de chasse n’étaient pas encore développées. Bien que les morsures aient provoqué un gonflement important sur les zones touchées, elles ne mettaient pas la vie en danger.

Ils pataugeaient dans une mer d’araignées, avec des araignées devant, derrière et des deux côtés. Vingt à trente araignées de pleine maturité les rattrapaient. Désespoir et détresse étaient les seuls mots qui décrivaient au mieux ce qu’ils ressentaient, mais leur pur instinct de survie les poussait à continuer. Finalement, alors que les grandes araignées étaient sur le point de les rattraper, ils sortirent du nid et entrèrent dans ce qui se trouvait au-delà.

Clowdhawk arracha de son cou une araignée et l’écrasa contre le sol. Elle se releva et essaya de courir, mais il la réduisit en viande hachée avec son pied.

Le jeune chasseur de démons était dans un état pitoyable. Son cou et son visage étaient enflés et ses mains gonflées, du double de leur taille normale. Le reste de la bande n’était certainement pas en bien meilleure condition, à l’exception de la reine qui semblait totalement exempte de morsures.

Les arbres du dessus bruissèrent quand une grande araignée émergea. Des fils de soie furent tirés sur elles comme des flèches, essayant de les immobiliser pendant leur fuite, mais sans succès. L’acide grésillait contre le sol, dégageant une fumée blanche caustique.

Ces maudites choses nous poursuivent encore ?!

Ces surprises désagréables continuaient à les chasser. Les araignées ne se laissaient pas abattre, leur crachant de la soie corrosive jusqu’à vingt ou trente mètres de distance. Chaque coup était comme un tir de fusil, si bien qu’ils ne pouvaient pas ralentir. Ils couraient la tête la première aussi vite qu’ils le pouvaient à travers l’oasis.

Les araignées continuèrent, jusqu’à ce que…

Bang-bang !

Deux fissures se dégagèrent de l’obscurité autour des arbres, comme une paire de coups de feu étouffés. Les arachnides en poursuite s’effondrèrent, mortes sur le coup. Clowdhawk était surpris – à en juger par le bruit, les tirs devaient venir de loin. Y avait-il quelqu’un qui pouvait faire un tir comme ça, de si loin et à travers une forêt ?

« Snipers de l’avant-poste du Groenland ! »

« On a réussi ! »

Une autre salve fut tirée. Chaque coup de feu signifiait qu’une autre araignée était morte. Cloudhawk nota que chaque tir n’était pas seulement à longue distance, mais aussi systématiquement mortel. Ils pénétraient dans la tête et traversaient tout le monstre, laissant une large blessure de sortie à l’arrière.

Finalement, les araignées se séparèrent et disparurent dans les broussailles. Peu de temps après, Leonine cria son identité aux tireurs d’élite.

Plusieurs hommes apparurent. Ils surgirent de nulle part, couverts de feuilles avec des visages barbouillés de peinture de camouflage pour leur permettre de se fondre dans la masse. D’autres apparaissaient depuis des rochers et tombaient des arbres au-dessus, tous armés de gros fusils et équipés pour s’attaquer à la forêt. En termes de compétences, ils n’étaient pas moins impressionnants que l’escouade d’élite de l’avant-poste de Blackflag. Cependant, ils étaient des centaines de fois mieux équipés. Il n’y avait qu’une poignée d’endroits dans ce qui restait du monde ayant le pouvoir de lever une telle force.

L’Avant-poste du Groenland avait le pouvoir.

« Ce n’est pas une mauvaise récolte cette fois, Léonine. » Un des gardes forestiers, qui semblait être le chef, surveillait ceux qui avaient survécu dans la forêt.

« Très bien, laisse-les entrer. »

Cloudhawk ne comprenait pas. Pas une mauvaise “récolte” ? Que voulait-il dire ? Léonine avait traversé les déchets avec rien d’autre qu’eux, une vingtaine d’étrangers.

Deux des soldats de la jungle avaient flanqué leur groupe avec des armes à moitié levées. Ils parlaient durement. « Qu’est-ce que vous foutez, bande de cons ? Dedans ! »

Pour la première fois, il vit les grands murs, étouffés par les vignes. Le mur lui-même était le vestige d’une architecture ancienne, haut et épais comme une sorte de fortification. Il tenait à distance la plupart des terreurs de l’oasis.

Lorsque la vue de l’avant-poste fut déployé devant ses yeux, Clowdhawk fut absolument bouleversé.

Le centre de l’avant-poste était une ancienne métropole, dont la grâce avait été perdue avec le temps mais qui était toujours utilisable. La plupart des bâtiments étaient encore debout, bien qu’ils soient rouillés et couverts de mousse et de vignes. Dans la nuit noire, les bâtiments découpaient des formes sombres dans le ciel, denses et quelque peu étrangères au monde. Dans l’obscurité, il pouvait à peine voir les gens s’agiter dans les rues.

Cet avant-poste avait été construit sur les ruines d’une ancienne ville. Les habitants cooptèrent1 les fondations de la ville afin de créer une nouvelle colonie.

En termes d’échelle, c’était énorme, au moins plusieurs fois la taille de l’avant-poste de Blackflag. Quatre-vingts pour cent de l’endroit était disposé autour de la ville où vivait la majorité de la population. Un bâtiment de cinquante à soixante mètres de haut avec une base de quatre à cinq mille mètres carrés dominait les plus petites structures comme un titan.

Les lumières scintillaient à l’intérieur. C’était une tour suffisamment grande pour que tout l’avant-poste de Blackflag puisse y entrer.

Il s’appelait le Fort du Groenland et était situé au centre de la colonie avec plusieurs autres structures éparpillées tout autour. Une estimation plus approfondie avait révélé qu’il y avait peut-être quarante à cinquante mille résidents au total.

« Dépêchez-vous, mutants ! »

Ils furent conduits sur un site de fouilles en pleine activité, où une douzaine de mutants costauds passaient les restes au peigne fin. De temps en temps, ils déterraient un outil ancien ou du matériel utile.

Les mutants vivaient dans l’avant-poste du Groenland ? La plupart des difformités les rendaient rapidement furieux. Les garder ici, c’était comme vivre avec des bombes à retardement.

La reine donna un coup à Cloudhawk. Elle avait un regard étrange lorsqu’elle tendit un doigt. Son regard se déplaça vers l’endroit qu’elle pointait et le garçon se figea comme s’il avait été frappé par la foudre. Ses yeux devinrent aussi larges que des soucoupes, et une sueur froide se répandit sur tout son corps.

Un grand dirigeable de type « friches » était amarré d’un côté du fort de Greenbelt.

C’était la quatrième fois qu’il voyait ce vaisseau.

La première fois, c’était après sa première mission avec les mercenaires, après qu’ils aient terminé leur tâche. La deuxième, lorsque ces bienfaiteurs avaient trahi ses anciens collègues. La troisième, alors que l’avant-poste de Blackflag était envahi. Le dirigeable du monstre en robe noire était là, sous ses yeux, et pourtant, aucun des membres de l’Avant-poste ne semblait en être gêné. Que cela signifiait-il ?

marchaient-ils effrontément dans un piège ? passaient-ils la corde autour de leur cou ?

Quoi qu’il en soit, si le dirigeable était ici, cela signifiait qu’il y avait aussi des balayeurs à proximité. Mais surtout, ils ne pouvaient pas ignorer la possibilité que leurs trois lieutenants mutants se trouvaient au prochain coin de rue !

Clowdhawk s’adressa à la reine en murmurant: « C’est trop dangereux ici. Nous devons nous éclipser le plus vite possible. »

Alors qu’il se préparait à emmener la reine, un groupe de soldats de l’avant-poste se précipita, composé d’humains et de mutants, pour encercler le groupe.

« Attachez-les ! »

Les vingt nouveaux venus ne résistèrent pas, alors même qu’on leur mettait des menottes en fer aux poignets.

« C’est une récolte de qualité », dit Léonine au chef. « Parmi les meilleurs survivants des terres désolées. Le prix – »

Le chef de la garde lui barra la route en grognant. Ses manières étaient bourrues et abrasives. « Vous ne fixez pas le prix. Amenez-les à l’intérieur d’abord ! »

« Qu’est-ce que vous faites ? »

« Léonine, espèce de connard, tu me vends ? ! »

Les paysans du désert criaient avec colère et incrédulité. Soudain, Cloudhawk et la reine comprirent pourquoi le vieil homme grisonnant prenait de tels risques alors qu’il semblait avoir les mains vides. Ses biens étaient avec lui depuis le début – c’était eux !

Ce tas de merde était un marchand d’esclaves !

Bang ! L’un des gardes posa son poing sur un négrier particulièrement bruyant. « Ne sortez pas du rang ! À partir de maintenant, vous êtes tous la propriété de l’Avant-poste du Groenland. Des esclaves. Si vous faites des bêtises, je vous botterai le cul. »

Les armes des gardes de l’avant-poste furent pointées sur les vingt captifs fraîchement vendus.

Ils étaient furieux, horrifiés. Après avoir survécu à la forêt démoniaque, ils étaient tous épuisés et ne pouvaient pas se défendre même s’ils le voulaient. Ces soldats étaient bien entraînés et encore mieux équipés, ne leur laissant aucun espoir de s’échapper !

« Emmenez-les. Enfermez-les tous ! »

Les esclaves, menottes aux poignets, étaient forcés de se dandiner comme des canards à la poursuite de leurs ravisseurs.

Ils surveillaient leur situation avec des sourcils serrés. Cet avant-poste était beaucoup plus grand que celui d’où ils venaient, on pouvait donc supposer que les combattants habiles étaient aussi communs que les nuages. S’ils essayaient de s’échapper sans plan, ils n’arriveraient à rien. Mais s’ils n’essayaient pas de s’enfuir, ils étaient esclaves dans un endroit qui avait un lien avec le démon. Rester ici était clairement très dangereux.

Fuir ? Même s’ils pouvaient échapper à leurs geôliers, où iraient-ils ? Ils n’avaient pas oublié les terreurs de l’oasis tout autour d’eux !

1 : La cooptation, au sein d’un groupe ou d’une assemblée, est un mode de désignation par lequel les membres actuels choisissent les nouveaux membres.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 58 – La forêt meurtrière Menu Chapitre 60 – Exposé