Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 58 – La forêt meurtrière

Livre 1 chapitre 58 – La forêt meurtrière

Cloudhawk était l’un des malheureux à respirer les spores. La première réaction fut une sensation piquante et brûlante qui parcourut toute sa gorge et atteignit ses poumons. C’était comme s’il avait respiré de la poussière de charbon brûlante.

Cela ne dura que quatre ou cinq secondes avant que les choses ne commencent à changer. Des sensations auxquelles il ne s’attendait pas apparurent.

Un sentiment d’exaltation s’éleva en lui, une joie qui dépassait tout ce qui était raisonnable. Elle commença dans son cerveau et se répandit dans chaque partie de son corps jusqu’à ce qu’il ait l’impression de flotter parmi les nuages. Il ne ressentait plus la douleur de ses blessures, ni même ne se souvenait qu’elles étaient là.

Ces spores stoppaient la douleur ?

Il commença à remarquer d’autres changements. Son cœur commença à battre plus vite et des images jaillirent des coins de ses yeux. Sa tête était lourde et embrouillée comme dans un monde de rêve, ce qui ne faisait qu’augmenter cette énigmatique humeur joyeuse dans laquelle il se trouvait.

Ces spores devaient être une sorte de neurotoxine, un hallucinogène naturel. Les victimes se sentaient joyeuses et satisfaites, mais elles avaient aussi des hallucinations et étaient engourdies par le monde extérieur. Cependant, il s’agissait également d’une dépendance intense. Dès qu’on la respirait, on ne pouvait plus s’arrêter. Il en voulait toujours plus. Comme un homme ivre, il se balançait de façon instable, luttant contre une démangeaison profonde et un bourdonnement étouffant dans sa tête. Il fallait qu’il en ait plus. Il avait besoin de continuer à se défoncer.

Que faire ? La grappe de champignons trouvée sur le cadavre contenait beaucoup plus de spores !

Aussi séduisante qu’était la pensée, il reconnut le danger. Il se mordit la langue pour tenter de se vider la tête et se couvrit la bouche et le nez avec un tissu utilisé pour se protéger du vent et du sable.

La reine avait également commencé à se balancer et ses yeux étaient vitreux. Il se pencha vers elle et recouvrit de sa main la soupape d’admission d’air de son masque. Il l’appela très fort. « Ne le respirez pas. Ne respirez pas ! Les spores sont toxiques ! »

C’était une femme volontaire et tenace, alors quand il l’appela, elle retrouva ses sens. Furieuse et honteuse, elle lui grogna dessus à travers son masque. « Touche-moi encore et je te coupe la main. »

Il était clair que la reine n’était plus affectée par la poussière. Il soupira de soulagement et retira sa main.

Apparemment, les effets de la neurotoxine se dissipaient rapidement, mais les symptômes de sevrage se manifestaient tout aussi rapidement. Il eut l’impression qu’il y avait une centaine de fourmis qui rampaient le long de ses os, une sensation exaspérante.

Heureusement, ils n’en avaient inhalé qu’une petite quantité. Quelques-uns de leurs compagnons n’eurent pas cette chance et furent soumis à une dose beaucoup plus forte. Les hallucinations qui en résultaient leur avaient fait perdre la tête.

« Ah ! Ah ! Aaaaaahhhhhh !! »

Certains d’entre eux étaient rouges de la tête aux pieds comme s’ils avaient été bouillis, leur bouche fonctionnant comme celle d’un poisson hors de l’eau. Il n’y avait pas assez de spores dans l’air pour nourrir leur dépendance, alors leurs yeux désespérés se fixaient sur la grappe de champignons.

Cloudhawk cria. « Vite, attrapez-les ! »

Ses paroles tombèrent dans l’oreille d’un sourd. La plupart des combattants avaient absorbé quelques spores et luttaient eux-mêmes contre leurs effets. Comment pouvaient-ils arrêter ces trois drogués fous alors qu’ils pouvaient à peine s’en occuper eux-mêmes ?

Il ne pouvait que regarder ces trois pauvres bâtards tituber dans la forêt de champignons. Ils aboyaient et hurlaient, retiraient leurs vêtements et enfonçaient des clous sales dans leur peau pour atteindre des démangeaisons qu’ils ne pourraient jamais gratter.

Pop ! Sllluuurp .

Ils arrachaient des bandes de leur propre peau et les jetaient à terre. Fous, ils fuirent des ennemis invisibles s’infligeant de terribles blessures dans leur hystérie dévorante.

En un clin d’œil, ils étaient devenus des fonts baptismaux de sang1. Ils erraient dans la forêt de champignons, nourrissant la terre de leurs fluides vitaux et semant la terre de leur propre chair comme des fermiers attentifs dans leurs champs. L’effroyable spectacle sanglant continua pendant dix minutes jusqu’à ce que, ne pouvant plus supporter leurs corps mutilés, les hommes s’effondrent au centre de la champignonnière.

Il y avait plus de chair et de sang éparpillés dans le champ qu’il n’en restait sur leurs os. Il essaya de ne pas penser à ce dont il venait d’être témoin.

Putain, c’est comme ça que ces champignons maléfiques avaient si bien poussé. Cela expliquait aussi tous ces os tordus ! Voir ces tueurs errer vers leur propre mort et se transformer en engrais… si je ne le voyais pas de mes propres yeux, j’aurais du mal à le croire.

Finalement, les autres se ressaisirent et lorsqu’ils virent le sort effroyable qui avait frappé leurs compagnons, tous étaient impatients de partir. Ils fuirent aussi vite qu’ils le purent, mais ils étaient épuisés par ce voyage éprouvant et souffraient encore des séquelles des spores de champignons. Ils trouvaient ce qu’ils espéraient être un endroit relativement sûr pour se reposer et se rétablir.

« Hé Leonine, on est encore loin de l’avant-poste du Groenland ? » Il jetait des morceaux de lapin dans sa bouche et les mâchait pour reprendre des forces. « On peut y aller aujourd’hui ? » demanda-t-il.

« Ce n’est plus très loin », répondit-il. « Mais il ne s’agit pas simplement de s’y rendre, il s’agit d’y aller avant la tombée de la nuit ». Léonine balaya leur environnement sombre avec une inquiétude visible. « Si nous sommes pris ici cette nuit, la moitié de l’équipage ne verra pas le prochain lever de soleil ! »

Les chasseurs préféraient traquer leur proie dans l’obscurité.

Les terres désolées étaient vastes et peu peuplées de bêtes et de feuillages. Bien sûr, elles cachaient leurs propres dangers. Mais la situation dans laquelle ils se trouvaient dans l’oasis était différente, car bien qu’elle soit plus petite, elle abritait cent fois plus de monstres. Pendant la journée, les prédateurs restaient dans leur repaire, mais quand le manteau de la nuit tombait, la forêt devenait mille fois plus dangereuses.

Cloudhawk était découragé mais aussi curieux. « Léonine, on peut dire que tu connais bien l’oasis. Tu dois être de l’avant-poste du Groenland, n’est-ce pas ? »

« Non. »

« Alors pourquoi t’y vas ? »

Avant d’être amené dans cette fichue oasis, il n’aurait même pas pensé à poser la question. Après tous les dangers auxquels lui et la reine avaient été exposés, il ne pouvait plus se taire. La réponse de Léonine, selon laquelle il n’était pas de l’avant-poste du Groenland, le surprit. Si c’était vrai, alors quel était le but de cette escapade ? Voyager à travers l’oasis, les ruines et les terrains vagues n’était rien d’autre qu’une marche suicidaire.

Léonine leva la tête et le fixa du regard. « Mes affaires me regardent. Tu n’as pas besoin de comprendre. Je ne vous pose pas non plus de questions sur ce que vous faites. »

Clowdhawk fronça les sourcils en entendant la réponse. Il y avait quelque chose de bizarre chez ce vieil homme !

Il croyait qu’il y avait toujours une raison à tout ce que quelqu’un faisait.

Il devait y avoir une raison pour laquelle il risquait sa vie encore et encore dans l’oasis. Même s’il était simplement fatigué de vivre, s’il ne voulait pas l’admettre, que pouvait-il y faire ?

De plus, les terrains vagues étaient couverts de balayeurs qui les tueraient sans hésiter. Toute situation était meilleure que celle dans laquelle ils s’étaient trouvés auparavant.

Léonine utilisa son sabre pour se relever. « On bouge. »

Alors que l’oasis s’assombrissait, certains soldats fabriquaient des torches de fortune et le groupe utilisait la lumière de ces feux pour avancer à tâtons. Au fur et à mesure que la lumière du jour s’éloignait, ils voyaient de moins en moins leur environnement, tandis que les créatures qui chassaient la nuit pouvaient se déplacer comme des poissons dans l’eau.

La reine les suivait à tâtons jusqu’à ce que, soudainement, elle s’arrête.

Elle s’arrêta brusquement et s’écria à voix basse. « J’entends quelque chose ! »

Cloudhawk s’arrêta et se concentra, retenant son souffle pour pouvoir être plus attentif. Du plus profond des arbres, il pouvait en effet entendre quelque chose qui ressemblait au battement des ailes d’un insecte. Comme le bourdonnement devenait de plus en plus fort, il pouvait voir qu’ils étaient plusieurs et qu’ils se rapprochaient.

Il écouta attentivement pour connaître la provenance précise du son, avant de tirer sans hésiter sa baguette d’exorciste en se balançant pour frapper ! L’arme toucha quelque chose qui tomba au sol. C’était comme une sauterelle de jadis, mais énorme et se tortillant frénétiquement sur le sol. Elle avait à peu près la taille d’un pigeon des livres d’histoire, mais avec une tête hideuse et huit longues serres noires. Le plus effrayant était sa queue en forme de scorpion, dont on savait d’un seul coup d’œil qu’elle était gorgée de poison.

« Sauterelles scorpion ». Léonine pouvait aussi entendre le son qui se rapprochait autour d’eux. « Éteignez ces torches, il faut sortir d’ici ! »

Les torches de fortune furent jetées à la hâte au sol et éteintes. Il ne perdit pas de temps pour prendre la tête du groupe et le guider au loin.

Alors qu’ils erraient dans l’obscurité, Cloudhawk pouvait voir et entendre toutes sortes d’insectes qui volaient. Soudain, la forêt en était remplie, pas moins de cent paires d’ailes bourdonnaient agressivement à leurs oreilles.

Une fois qu’ils repéraient des humains, ils les pourchassaient.

« Ah ! »

Une des sauterelles se précipita sur un combattant et s’accrocha à son visage avec ses griffes acérées. Le sang coula alors que les serres noires s’enfonçaient dans la chair. Alors que plusieurs de ses compagnons venaient se joindre à la mêlée, la sauterelle scorpion enfonça ses serres directement dans la joue de sa victime. En quelques secondes, il gonfla comme un ballon. Le combattant, qui ne pouvait ni crier ni fuir, s’effondra au sol, écumant de la mousse blanche de sa bouche.

Dix autres l’assahirent. Il réussit à se débattre, mais seulement pendant un court instant, avant de devenir le dîner de ces insectes carnivores.

Cloudhawk le regarda avec horreur. Son poison était-il si puissant ?

Il poussa sa concentration à son maximum, déterminé à ne laisser aucune de ces monstruosités s’approcher. Heureusement, il était toujours proche de la reine, donc si l’une d’entre elles passait son bâton, elle pouvait s’en occuper. Sans elle, il était sûr qu’il ne passerait pas la nuit, même s’il avait dix vies.

Un autre cri douloureux retentit. Leur équipage venait de perdre quelqu’un d’autre.

Léonine n’avait pas prévu de rencontrer de telles créatures non plus. Elles venaient de toutes les directions. Le plus effrayant dans cette menace était qu’une seule petite égratignure suffisait à sceller le destin.

Il n’y avait pas le choix. Ils devaient faire tout ce qu’ils pouvaient pour survivre !

Léonine partit et les autres le suivirent dans une multitude de toiles d’araignée. Les sauterelles les poursuivaient, mais ils furent pris par les vrilles collantes qui recouvraient les arbres. Malgré leur lutte, ils ne pouvaient pas se libérer.

Les humains ne pouvaient pas reprendre leur souffle.

Des dizaines d’énormes araignées sautèrent de leurs nids. Chacune d’entre elles mesurait un ou deux mètres de long, trop nombreuses pour être comptées. L’oasis était passée d’un nuage d’insectes à un labyrinthe d’araignées et de toiles. Plus vite qu’elles ne le pensaient, les proies des araignées étaient enveloppées comme des momies et laissées à la merci du vent, suspendues aux arbres comme d’horribles fruits.

Thud !

L’une des araignées cracha une boule de toile d’araignée collante, frappant l’un des humains en fuite. Il se retrouva coincé, mais la qualité de la soie de l’araignée était encore plus terrifiante. Elle était enduite d’une sorte de liquide corrosif et la peau qu’elle touchait devenait d’abord rouge puis noire nécrotique, avec un grésillement.

Les araignées s’approchaient de plus en plus près, en plus grand nombre que les voyageurs ne pouvaient le croire.

Cloudhawk ne pouvait pas s’empêcher de crier pendant la nuit. « Léonine, dans quel putain d’enfer nous as-tu entraînés ! »

« C’est un raccourci ! » Il ne mentionna pas que c’était un raccourci qu’il n’avait pas voulu prendre, mais s’ils n’avaient pas pris ce risque, ils seraient sûrement morts. D’autres criquets se battaient à travers les toiles et les araignées les poursuivaient. Ennemis naturels, les deux camps continuaient à s’affronter.

« L’avant-poste est droit devant ! »

1 : Les fonts baptismaux sont un mobilier ecclésiastique utilisé pour le baptême chez les chrétiens.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 57 – L’oasis du désert Menu Chapitre 59 – La vente de produits