Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 57 – L’oasis du désert

Livre 1 chapitre 57 – L’oasis du désert

Entrer dans l’oasis, c’était comme entrer dans un monde complètement différent. Cloudhawk ne pouvait pas croire qu’il pouvait y avoir autant de vert en un seul endroit. Il était choqué par la hauteur des arbres et le nombre de fleurs de différentes couleurs qui l’entouraient. Toute la zone émanait d’une vigueur naturelle et le simple fait de se tenir devant elle l’emplit d’excitation.

Les mots qu’il connaissait ne pouvaient décrire ce qu’il voyait. L’oasis était un pays merveilleux, capable d’imprégner son âme.

La reine cachait également sa surprise en contemplant le paysage verdoyant. L’existence d’un si bel endroit dans ce désert rude et périlleux était tout aussi étonnante pour elle.

Quiconque en était témoin pour la première fois serait stupéfait.

« N’oubliez pas, c’est une oasis de désert. Vous la sous-estimez et vous sous-estimez les friches ! » Léonine mit en garde. « Je vous le dis, cet endroit prend plus de vie que n’importe où ailleurs. C’est le sang et non pas l’eau, qui a nourri cet endroit et l’a rendu si grand. »

Léonine montra du doigt un arbre chargé de fruits. Ils étaient de la taille d’un poing et parsemaient l’arbre d’épais points, rouges comme du sang frais. La vue et l’odeur étaient délicieuses. Léonine pêcha un morceau de viande séchée de son sac et le jeta à la base du feuillage. Soudain, une masse de lianes se tordit et attrapa la viande en l’air. Les lianes l’enveloppèrent et se tortillèrent comme des serpents affamés, émettant un bruit de mastication négligé.

Les autres regardaient fixement, choqués et horrifiés. L’arbre était carnivore !

Léonine agita la main, signe qu’ils pouvaient continuer.

Alors qu’ils se déplaçaient dans la jungle, Cloudhawk vit un spectacle incroyable après l’autre. Il apprit que toute plante à fleurs pouvait le tuer et que le plus bref moment d’inattention pouvait signifier le désastre. Léonine, riche en expérience, lui montra les prédateurs qui se cachaient dans les broussailles. Ses yeux perçants capturaient les mantes qui essayaient de se fondre dans la flore mortelle. Chaque rencontre était éprouvante, mais ils n’étaient pas en danger avec lui en tête de groupe.

« Je pensais que nous avions trouvé un paradis. Au lieu de cela, cet endroit est plus dangereux que le désert », murmura-t-il à la reine tout en observant ses pieds, se frayant un chemin avec précaution. « Sans l’expérience de Léonine, nous serions morts avant de le savoir. »

« Ne trouvez-vous pas cela suspect ? » Sa voix était rendue grave et grossière par son masque. Sa condition physique n’avait cessé de s’améliorer avec le temps. « À en juger par son degré de connaissance, il est très probablement un mercenaire de l’avant-poste du Groenland. Il semble aller et venir souvent – mais dans quel but ? »

Quand elle le dit, il réalisa qu’elle avait raison. C’était étrange.

Si Leonine était un mercenaire, la plupart des autres membres de son parti ne l’étaient manifestement pas. Au moins deux tiers étaient des canailles choisies dans le désert, alors pourquoi les ramenait-il ? Était-ce vraiment juste pour se protéger ? Souvent, les petits groupes étaient plus en sécurité dans les terrains vagues.

Si c’était un marchand ou un excavateur, il cherchait à faire du profit. Les marchands erraient parfois dans les déchets en vendant des cigarettes et du vin, des munitions, des machines… ces articles étaient très recherchés et pouvaient rapporter un bon prix. Mais l’équipe de Léonine ne transportait rien. Il était certainement suspect.

Les gens des friches étaient des pécheurs par nature. Ils devaient tous les deux rester sur leurs gardes !

La reine se remettait bien. Elle ne pouvait toujours pas trop bouger, mais sa fièvre était retombée. Elle avait maintenant assez de force pour faire résonner une relique en cas de besoin, de sorte que même Léonine ne serait pas une menace. Tout au long de leur voyage, elle s’était efforcée d’éviter de se battre. Au lieu de cela, elle se concentrait sur la récupération de ses forces et cachait son pouvoir au cas où elle en aurait besoin plus tard.

C’est alors qu’un des combattants s’exclama en regardant un autre compagnon. « Hein ? Quand diable es-tu devenu si maigre ? »

L’autre le regarda, déconcerté. « Mais qu’est-ce que tu fous ? Qu’est-ce que tu veux dire par “maigre” ? »

Cloudhawk jaugea rapidement l’homme en question et il repéra le problème. Il était initialement corpulent, même un peu gros. Mais la graisse avait complètement disparu et son visage était pâle. Son apparence était plus qu’étrange.

Que se passait-il ? Il devait être malade ! Mais quel genre de maladie se déclenchait si rapidement ?

Le combattant se rendit compte que quelque chose n’allait pas. Il souleva sa chemise et soudain, le visage de tout le monde se vida de sa couleur. Son abdomen, sa taille et son dos étaient couverts de créatures gonflées qui palpitaient en absorbant le sang et la graisse.

« C’est quoi ce bordel ? ! »

« C’est dégueulasse ! »

Tous les autres inspirèrent un souffle avec surprise et dégoût, avant de s’éloigner instinctivement de l’homme.

Le pauvre combattant commença à paniquer. Depuis quand était-il couvert par ces choses ? Il ne les avait jamais senties. Désespéré de se libérer, il commença à gifler et à essuyer les endroits où les créatures étaient attachées à lui.

C’étaient des sangsues, bien que monstrueuses, mutées par les terrains vagues. Elles se cachaient sur des feuilles et des brindilles, dans la terre boueuse et le gravier. Lorsqu’elles ne se nourrissaient pas, elles étaient minces et brunes comme des brindilles, ce qui les rendait difficiles à repérer. Lorsqu’un être s’approchait suffisamment, les parasites s’y accrochaient et commençaient à se gaver.

Ils ne se nourrissaient pas seulement de sang, mais aussi des graisses présentes sous la peau. Une fois cette graisse disparue, les sangsues commençaient à consommer du muscle, libérant continuellement un agent anesthésiant pour maintenir l’hôte inconscient. Lorsque les victimes s’affaiblissaient ou commençaient à avoir des vertiges, elles étaient déjà aux portes de la mort.

« Pas tes mains ! » cria Léonine. « Tu dois les brûler ! »

Tous les autres s’inspectèrent les uns les autres à la recherche des méchantes bestioles. Cloudhawk en trouva plusieurs et bien qu’il ne sache pas depuis combien de temps ils se nourrissaient de son sang, ils étaient déjà ronds et gros. Il était couvert de sueur froide, mais heureusement il n’y en avait pas beaucoup. Cela aurait pu être bien pire.

Jusqu’à présent, il n’aimait pas beaucoup cette jungle diabolique.

Ils fuirent les zones de reproduction des sangsues et arrivèrent à un endroit où le bruit de l’eau qui coule leur chatouillait les oreilles. Ils trouvèrent un ruisseau dont le son était aussi agréable qu’un carillon de jade. Ce n’était pas un grand ruisseau, mais dans les terres désertiques desséchées et cuites par le soleil d’où ils venaient, c’était un déluge qui valait plus que n’importe quel trésor.

« Restez loin de l’eau. » Léonine parla d’une manière qui ne laissait aucune place au débat. « On fait le tour ! »

Aussi séduisant que soit le ruisseau, Léonine leur avait déjà montré huit ou neuf fois qu’il connaissait les dangers de l’oasis. S’il leur disait de ne pas s’en approcher, les autres n’allaient pas l’interroger.

Ils commencèrent à marcher sur les berges.

Tout à coup, le cri étrange d’un animal retentit des arbres voisins. Léonine, le visage raidi, leva la main. « Stop ! »

Tout le monde était figé, immobile comme les arbres qui les entouraient. Quelle nouvelle terreur l’oasis leur réservait-elle ?

Alors qu’il regardait attentivement autour de lui, Cloudhawk trouva une créature couchée sur le ventre au milieu du feuillage. Sa peau était d’un magnifique vert bleuté et était recouverte d’une nappe de liquide qui scintillait. Ses joues étaient gonflées comme une poche d’air sortie de sa gorge. Des motifs élaborés étaient gravés sur la peau de son dos et son ventre était d’un blanc uni. En tout, ce nouveau monstre avait à peu près la taille d’un chien sauvage et était à l’origine de cet étrange cri. Autrefois, on l’appelait grenouille.

Cette créature avait depuis muté comme tout le reste. En plus de sa taille, sa peau humide était également recouverte d’une armure écailleuse.

L’un des combattants réagit en lui tirant une flèche depuis son arbalète.

Thud .

La flèche tomba dans la forêt. La partie avant s’enfonça inoffensivement dans le sol tandis que la partie arrière s’enfonçait dans les broussailles. Ils remarquèrent qu’un liquide corrosif la rongea. Trop vite pour qu’ils puissent le voir, la grenouille géante avait utilisé sa langue pour faire tomber la flèche.

« Espèce de connard ! Qui t’a dit de tirer ? ! »

Léonine dut lutter contre l’envie de découper le crétin avec son sabre. La vision dynamique d’une grenouille était très précise et elle pouvait repérer des cibles en plein vol, quelle que soit la vitesse à laquelle elles se déplaçaient. Cependant, rester immobile rendait les grenouilles effectivement aveugles, et si l’on avait de la chance, on pouvait éviter la détection. Maintenant que cet idiot avait attaqué la grenouille, elle pouvait deviner où ils se trouvaient.

Rrribbit ! Rrrrrrribit, ribbit  !

Les sons venaient de tout autour d’eux comme une marée. Jusqu’à six ou sept grenouilles apparurent, parfaitement camouflées dans la jungle qui les entourait jusqu’à présent. Si elles restaient immobiles et silencieuses, il n’y avait pratiquement aucun moyen de les repérer.

« Bougez ! »

Léonine fendit l’une des grenouilles avec son sabre et la fit reculer. Ces monstres pouvaient sauter sur des distances énormes et utiliser leur langue pour attaquer leurs proies. Non seulement leurs langues musclées étaient aussi dangereuses et rapides que des balles, mais elles étaient aussi enduites d’une puissante toxine. Un seul coup et la victime s’engourdissait et perdait connaissance.

Heureusement, les grenouilles n’aimaient pas manger les humains. Tant que les délinquants quittaient leur territoire, elles n’étaient pas connues pour leur poursuite sur de longues distances. Il perdit trois autres guerriers au cours de leur fuite et ils furent obligés de trouver un autre chemin.

« Hein ? Qu’est-ce que c’est ? »

Peu de temps après avoir fui la menace de mort d’une grenouille, le groupe réduit tomba sur un bosquet d’arbres. Leurs racines étaient recouvertes de champignons rouges et violets poussant sur les restes décomposés de… quelque chose. Le plus grand d’entre eux était à peu près aussi grand qu’un homme, son chapeau large comme un parapluie. Son ombre particulière scintillait comme une pierre précieuse, très belle à voir.

Mais qu’est-ce que c’était exactement ? Même Léonine n’avait jamais rien vu de tel.

L’oasis était un défilé sans fin de choses étranges et fantastiques, et il n’était donc pas rare de rencontrer quelque chose de nouveau. Ce qu’il savait, c’est que ce genre de plantes poussait généralement sur les cadavres de créatures mutantes et d’humains morts. Aussi frais et délicieux qu’ils puissent paraître, ces champignons se nourrissaient-ils aussi de chair ?

Qu’ils le fassent ou non n’avait pas d’importance. Moins il y avait de choses mystérieuses et inconnues sur lesquelles ils tombaient, mieux c’était.

Ils n’avaient pas le choix. Léonine devait les conduire à un autre détour.

Les autres ne le contredirent pas. Seul un idiot regarderait les os éparpillés sur le sol et penserait qu’ils indiquent un passage sûr. Qui chercherait les ennuis ? Mieux valait trouver un chemin plus long que de mourir !

La trentaine de personnes qui restaient marchèrent donc le long de l’anneau extérieur du bosquet.

Soudain, une puissante rafale balaya la forêt et les spores de la forêt de champignons furent remuées. Comme un nuage, elles se répandirent sur une large surface, certaines se posant sur les vêtements ou la peau des voyageurs. Certaines étaient inhalées profondément dans les poumons à leur insu.

C’était mauvais. C’était très mauvais.

Le visage de chacun changea quand ils réalisaient ce qui s’était passé. Ils ne savaient pas ce qu’étaient ces spores, mais ils savaient que tout ce qui les touchait devait être mauvais.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 56 – La terre en ruine Menu Chapitre 58 – La forêt meurtrière