Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 51 – Fugitifs

Livre 1 chapitre 51 – Fugitifs

C’était une équipe de reconnaissance, des éclaireurs – peut-être vingt ou trente, dont un tiers de rangers. Une paire de mangeurs d’hommes de trois mètres de haut se promenait parmi eux. Plusieurs des rangers étaient montés sur d’énormes lézards qui glissaient sur le sable.

Ces bêtes étaient d’une classe supérieure aux autruches mutantes que les mercenaires du Tartare avaient utilisées. Ils chevauchaient des montures de guerre efficaces qui pouvaient se défendre. Ils étaient féroces, avaient la peau aussi épaisse qu’une armure et possédaient une endurance incroyable. Leurs cavaliers portaient des arcs longs sur le dos.

Ils étaient mobiles et efficaces à courte et à longue distance. De véritables chasseurs.

Cloudhawk ne les avait pas sentis venir. Mantis étant parti, les chances qu’ils puissent s’en sortir en se battant étaient minces. Leurs ennemis étaient à une centaine de mètres et se rapprochaient rapidement.

« Bon sang ! Ils ont des loups pourris ! » Il repéra le plus proche d’entre eux, un loup-garou cavalier. Avec ses poils noirs et grossiers, le loup avait le museau pressé contre le sol pendant qu’il les cherchait. Se cacher n’allait pas les aider. « Allez… on doit y aller ! »

Les deux sortirent de leur cachette aussi discrètement que possible et tombèrent de l’autre côté d’une dune de sable. Ils glissèrent jusqu’à la base de la dune.

«  Awooo ! Awoooo ! »

Les loups étaient sensibles à toutes sortes de mouvements. Ils se précipitèrent vers l’endroit où ils venaient de s’enfuir, en captant leur odeur.

« On les a ! » Le chevaucheur de loup fit un sourire hideux en voyant les taches de sang sur le sol. Cela provenait d’une blessure. Il balança ses bras pour attirer l’attention des autres. « Que quelques-uns d’entre vous avancent pour les découper. Donnez le signal pour que les autres viennent. »

Les cavaliers lézards s’élancèrent sur les deux flancs et contournèrent la dune de sable. Grâce à leurs pieds palmés, ils s’élançaient sur le sable comme le vent. Il n’y avait aucun doute sur le fait qu’ils pouvaient dépasser leurs proies.

L’un des balayeurs tira une flèche de son carquois et l’aspergea d’essence. Après l’avoir enflammée, il la tira dans le ciel nocturne. Instantanément, la lumière rouge brûlante fendit l’obscurité, visible à des kilomètres dans toutes les directions. Lorsqu’elle atteignit le sommet de sa trajectoire, elle explosa.

Un signal ?

Cloudhawk maudit intérieurement. Quand les autres balayeurs virent le signal, ils se mirent à courir.

« Ce maudit loup pourri peut nous suivre partout. On ne peut pas le semer. » dit-il. « Tu dois utiliser ta croix pour le tuer ! »

Elle était sans voix devant la stupidité de sa suggestion. Oui, la lumière sacrée pouvait être utilisée à distance, mais l’utiliser une fois la vidait de presque toute son énergie. Elle était censée être utilisée en dernier recours. L’allumer sur un seul balayeur et son chien, c’était comme écraser une mouche avec un marteau incandescent.

Au même moment, les lézards les dépassèrent. Ils grimpaient une dune de sable devant eux. Le cavalier-loup guidait les autres par l’odeur. Ils étaient trop rapides !

Lorsqu’il vit que la reine ne voulait pas utiliser ses pouvoirs, il s’arrêta en dérapant. Sous son regard curieux et incrédule, il ramassa un rocher pointu et commença à le peser dans ses mains.

Mais que faisait donc cet imbécile ?

Ils se retournèrent et virent le loup glisser sur la dune, comme une ombre qui voltige au clair de lune. Il se rapprochait, à quelques dizaines de mètres seulement. Les yeux verts de la bête scrutaient la nuit à la recherche de ses victimes.

Assez près !

Clowdhawk gardait les yeux rivés sur le loup. Il se lança soudainement en avant en courant d’un pas, puis d’un autre, et d’un autre, et d’un autre. Le loup l’aperçut, mais fut stupéfait à la vue de sa proie qui chargeait. Les autres balayeurs qui se répandaient sur la dune virent également le jeune homme arriver. Ils libérèrent leurs longs arcs et commençèrent à tirer des flèches empoisonnées.

Danger ! Tous ses cheveux se dressèrent.

Une poignée d’archers visaient, peut-être à dix mètres seulement de leur cible. C’étaient des tueurs entraînés. Frapper une proie de si près n’était pas difficile. Pourtant, il ne fit aucun effort pour esquiver. Avec un contrôle précis de chaque muscle de son corps, ses jambes s’enfonçaient dans le sable et commençaient à déraper. Tout fonctionnait de concert pour envoyer de la puissance dans ses mollets, ses cuisses, sa taille, ses épaules, ses bras et finalement ses poignets.

Woosh !

Quelle vitesse ! La pierre qu’il lança traversa l’air et s’écrasa sur le museau du loup. Il gémit de douleur et de surprise de voir son nez écrasé et fit tomber le cavalier de son dos.

Coup direct !

Mantis lui avait dit un jour de ne pas se fier uniquement à des armes compliquées. Tout tueur digne de ce nom pouvait achever une cible avec ce qu’il avait sous la main. Seul quelqu’un ayant ces compétences pouvait se dire un vrai maître des terres désolées. Il avait appri à lancer après avoir vu ce que Mantis pouvait faire avec un scalpel.

Il avait un contrôle, une vitesse, une force et une perception incroyables. Il se servit de ces qualités pour écorcher le nez du loup dans l’obscurité… mais il n’avait pas le temps de le célébrer.

Le tintement des cordes d’arcs se mit à vibrer et une grêle de flèches suivit, dont beaucoup le visaient directement. Il se pencha et releva sa peau de loup alpha. Thud, thud, thud  ! Les flèches le frappèrent, mais ne purent percer complètement son pelage. Elles ne réussirent qu’à lui infliger plusieurs entailles et égratignures.

Certaines, cependant, étaient dirigées vers sa tête où il n’avait aucune protection.

Il avait du mal à suivre les flèches noires dans l’obscurité, mais il sentait le danger qu’elles représentaient. Elles étaient trop nombreuses pour qu’il puisse les esquiver ou les dévier. Puis, dans ce moment critique, elle apparut, poignard à la main.

Ting, ting, clang  ! Elle fit tomber les dernières flèches avant de le tirer pour fuir.

Il parvint à crier ses remerciements alors qu’ils couraient. Il avait réussi à faire sortir le nez du loup de l’équation, mais cela n’avait pas amélioré beaucoup leur situation. Les balayeurs continuaient à se rapprocher de tous côtés. Ils risquaient d’être encerclés.

Dans quelques minutes, leur fuite serait complètement interrompue. Une fois que les trois mutants seraient arrivés, ils seraient dans une merde encore plus profonde.

Ils ne purent aller bien loin. Une paire de lézards s’éleva sur leurs pattes arrière juste devant eux, leurs cavaliers brandissant des armes. Ils se balançaient avec d’épais cimeterres au-dessus de la tête et effectuaient des arcs mortels dans les airs tandis que leurs montures les propulsaient vers l’avant.

Les lames leur arrivaient en plein visage.

Le corps de la reine se tordit sur le côté. Comme si elle était projetée par une catapulte, son corps svelte et agile vola dans les airs, glissant devant les lames pour leur ouvrir la gorge avec son poignard.

Elle atterrit avec un pied sur la tête de la monture du lézard, puis fut repoussée. Elle tourna comme une danseuse d’acier qui trancha les artères de la gorge d’un autre cavalier.

À ce moment-là, Il avait vu quelques experts à l’œuvre, tels que Mad Dog, Slyfox, Grizzly, et d’autres. Mais il n’avait jamais rien vu de comparable aux capacités gracieuses, souples et fatales de la reine.

Les cavaliers étaient morts – mais leurs lézards respiraient encore. Sans leurs cavaliers, ils étaient furieux et encore plus brutaux. Lorsque leurs corps lourds tombèrent sur le sol, ils se retournèrent pour rugir, révélant une gueule remplie de dents en forme de rasoir.

La reine, toujours en l’air, se replia dans une posture défensive.

Elle attendait que sa proie attaque, prête à lui enfoncer son poignard dans l’œil.

Puis, quelque chose que personne n’attendait se produisit.

Aucun lézard n’essaya de la mordre. Au lieu de cela, des langues barbelées lui tirèrent dessus rapidement comme des fouets, avec assez de force pour briser la pierre. Plus important encore, leurs langues étaient remplies de glandes sécrétant du poison. Une seule égratignure de ces piques aurait des conséquences trop horribles pour être envisagées.

La reine n’avait aucun moyen de pression pour se mettre à l’abri du danger et ne pouvait donc éviter que l’un d’entre eux.

Clowdhawk se précipita sur elle en brandissant son bâton de métal. Il le fit s’écraser sur la tête d’une des créatures mutantes, lui fendant le crâne. Le coup le secoua et modifia la trajectoire de la langue de la bête.

La reine retomba sur le sol en toute sécurité, pour ensuite resurgir dans un nuage de sable. Elle se précipita sur l’autre lézard comme une rafale de vent. Des dizaines d’entailles brutales apparurent sur le ventre vulnérable du lézard, de la gorge à l’abdomen.

« Laissez l’autre vivant ! »

Les balayeurs ne cessaient d’affluer de tous les côtés. Aussi capable que soit la reine de sang, elle n’était qu’une personne et approchait rapidement de sa limite. Au-delà, ses blessures étaient graves. Tous ces mouvements allaient être les derniers !

Le nombre de chasseurs augmentait. Comment pouvaient-ils espérer distancer leurs poursuivants en n’utilisant que leurs deux jambes ? Cette situation n’était pas un siège. Les chasseurs les écraseraient jusqu’à ce qu’ils soient trop faibles.

Il se balança sur l’autre lézard et enroula ses rênes autour de son poing. La bête se mit à se balancer et à se débattre en signe de protestation. Les yeux de Clowdhawk se remplirent d’une couleur rouge sang alors qu’il frappait la créature sur la tête avec son bâton. « Relaxe ! Putain ! Stop ! »

La menace de mort de cet humain fou fit trembler le lézard de peur. Il était soudain beaucoup plus docile.

Il tendit la main à la reine. « Qu’est-ce que vous regardez, bon sang ? Allons-y ! »

Elle ne pouvait pas croire qu’il avait dressé cette créature avec rien d’autre que sa voix. Ce type ne manquait pas de la surprendre. Il possédait des pouvoirs dont elle ignorait l’existence. Elle n’hésita pas à sauter sur le dos du lézard. Elle se stabilisa en enroulant ses bras autour de sa taille.

« Sors-moi de là ! »

Avec les rênes dans une main, il fouetta la peau du lézard avec son bâton. Bien que sa peau soit épaisse, il n’était pas un faible. Le bâton triangulaire frappa assez fort pour briser la peau et le lézard laissa échapper un petit sifflement de douleur. Il se mit à courir sauvagement dans l’obscurité.

« Plus vite ! »

« Plus vite ! »

Voyant ses poursuivants gagner du terrain. Clowdhawk frappa son arme contre le lézard encore et encore, le poussant à avancer. Pour échapper à la douleur, le lézard poussa davantage encore sur ses pattes palmées. Il courut sur les pentes et les dunes, augmentant lentement la distance avec les balayeurs.

Ils arrivaient sur une fosse conique. Le lézard s’apprêtait à la traverser lorsqu’il remarqua ses profondeurs sablonneuses. Quelque chose bougeait et le sable avait commencé à dégringoler sur les côtés.

Cette vue n’était pas rassurante. Clowdhawk trembla et des sueurs froides émergèrent sur son corps. Ce n’était pas une vallée normale – c’était les portes de l’enfer !

« Arrête, arrête ! »

Il tira fort sur les rênes et battit sa monture en même temps. Le lézard, confus, le prit comme un signe pour accélérer.

« C’est dangereux, on doit se tirer ! »

Il relâcha sa prise sur les rênes et presque aussitôt, les deux furent jetés. Le lézard continua sa course jusqu’à ce qu’il touche le fond et le tout sembla prendre vie. Une énorme créature jaillit du sol, effrayant le lézard. Ce dernier essaya de se précipiter dans une autre direction, mais il était déjà trop tard.

La chose monstrueuse était longue et pesait des centaines de livres. Elle se faufilait dans les airs, la gueule sanglante. En un seul coup, la moitié du corps du lézard mutant fut arrachée.

La reine fixa la créature avec stupéfaction. « Mais qu’est-ce que c’est que ce truc ?! »

Des dizaines de pattes hideuses se tortillaient de chaque côté, comme celles d’un gros mille-pattes géant. Une différence marquée était que cette chose était couverte de chair et de cuir, bien qu’elle ait la même forme segmentée. Elle mesurait au moins vingt mètres de long et était aussi épaisse que cinq hommes costauds attachés ensemble. Une carapace le couvrait du haut de la tête jusqu’au bas du dos. Ses flancs étaient couverts de glandes à venin semblables à des tumeurs, et bien qu’il n’ait ni yeux, ni oreilles, ni nez, il avait des mâchoires sauvages qui feraient honte à un requin.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 50 – Rêves Menu Chapitre 52 – Au bord de la vie et de la mort