Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 52 – Au bord de la vie et de la mort

Livre 1 chapitre 52 – Au bord de la vie et de la mort

Le sable trembla. Le monde tremblait. Sous la faible lumière de l’aube, la chose monstrueuse fut révélée. Plus d’une centaine de jambes en forme de faux se tortillaient, celles qui jaillissaient de sa partie supérieure étaient rouge écarlate et vive comme des poignards. Elles étaient si serrées qu’elles s’entrechoquaient les unes contre les autres comme une multitude de lames. C’était une démonstration de domination.

Le monstre dégageait également une odeur fétide de putrescence. C’était un agent de la mort, si terrifiant qu’il pétrifiait même les soldats d’élite.

Cloudhawk était un modèle de son éducation, un pillard. L’agressivité sortait de ses os et il n’était en aucun cas un lâche… mais devant cet enfer, il était absolument stupéfait. Les balayeurs qui le poursuivaient en étaient témoins eux aussi, en voyant la créature sortir de son nid secret comme un empereur majestueux de son territoire. Elle éleva le premier tiers de son corps et libéra de sa gueule béante un cri de pure fureur.

Le bruit était plus terrible que n’importe quel coup de tonnerre, pire que l’explosion d’un volcan en éruption, et plus assourdissant qu’un raz-de-marée ! Il roulait à travers le vaste désert et dans les cieux, disant à tous ceux qui osaient entrer sur son territoire qu’ici, il était maître !

Clowdhawk reprit ses esprits. « Cours ! »

Les montures des balayeurs paniquèrent lorsqu’elles se trouvaient face au monstre. Leurs cavaliers se battaient pour les maîtriser tandis que celui qui était en tête lançait sa hache en l’air. « Ne les laissez pas s’échapper ! Tuez ces deux rats ! »

Les autres balayeurs grognaient comme une meute de loups acculés. Bien que l’apparition de ce monstre les ait effrayés, ils n’allaient pas abandonner la poursuite – une décision apparemment insensée.

Mais il ne fallait pas oublier… que c’était le désert !

Les sables soufflés par les rafales de vent apportaient avec eux le bruit des cordes d’arc qui se relachaient. Les fléchettes empoisonnées se succédaient, remplissant l’air de sifflements terrifiants. Ils poussèrent leurs montures en avant et se précipitèrent tête baissée dans la fosse de sable.

Cloudhawk fut touché par deux flèches. Elles ne transpercèrent pas complètement son manteau, mais elles l’avaient quand même troué. Deux coupures apparurent sur sa peau et bien qu’il ne s’était pas arrêté pour regarder, il savait qu’il y aurait du sang.

Le monstre du désert se déplaça, traversa le sable à toute allure, comme n’importe quel navire, propulsé sur la mer granuleuse par ses jambes qui se tortillaient en continu, et des panaches de sable furent projetés derrière lui alors qu’il avançait à toute allure.

L’odeur nauséabonde de la pourriture se mêlait aux nuages de sable qui s’enroulaient dans les airs. Les yeux, la bouche et le nez étaient étouffés. Clowdhawk ne voyait et n’entendait rien, impuissant comme un homme qui se noie et se débat sans but.

Le monstre se glissa derrière lui. Une centaine d’appendices rouge sang, semblables à des couteaux, s’étendirent pour l’empaler.

Des faisceaux de lumière les illuminaient depuis l’horizon. Lorsque la bête ouvrit sa gueule pour dévorer sa proie, la lumière disparut dans sa gueule caverneuse. D’innombrables dents en forme d’aiguilles tapissaient la cavité, ressemblant à un hachoir à viande vivant. Même avec une peau de cuivre et des os de fer, vous seriez toujours déchiqueté et il n’avait de toutes façons aucun de ces éléments.

Il était sur le fil du rasoir.

La reine ensanglantée apparut, son manteau battant, soulevant le sable dans son sillage. Elle souleva Cloudhawk, sauta du sol et atterrit sur la tête du monstre. Elle répondit en se balançant d’avant en arrière et en se soulevant plus haut. Mais quoi que fasse le monstre, la reine était fixée à la carapace qui formait sa calotte comme un aimant. Agile comme un moineau, elle glissa sur son dos jusqu’au milieu de son corps.

Le jeune homme était en état de choc. Il avait l’impression d’avoir été arraché des mâchoires de la mort, littéralement. Il avait été si près de la mort qu’il avait l’impression que son âme avait fui son corps ! Il n’avait jamais ressenti une sensation aussi terrifiante auparavant.

Il n’avait survécu que grâce aux fantastiques compétences de la reine. Même s’il avait eu dix vies, la bête les aurait toutes anéanties. Mais lorsqu’il la regarda, elle ne se réjouissait pas de leur fuite. Du sang coulait continuellement du bas de son masque. Tout ce mouvement et cette tension ne faisaient qu’aggraver son état.

« Est-ce que ça va ? »

Avec son masque, elle ne pouvait répondre par un regard. Sa réponse fut un grognement froid et dédaigneux, mais il ne pouvait pas cacher sa faiblesse. « Inquiète-toi pour toi-même. Ne compte pas sur moi pour te sauver à chaque fois. »

Cloudhawk se sentit extrêmement malheureux lorsque sa question, fondée de bonnes intentions, fut prise avec mépris.

Il ne pouvait rien y faire. Dix de ses hommes ne pouvaient pas égaler une reine blessée. Il lui serait déjà difficile de briser l’encerclement seul, deux fois plus si elle devait l’entraîner avec elle.

Il s’accrochait aux brèches où l’armure chitineuse du monstre se connectait. Là, il était ballotté d’un côté à l’autre comme s’il montait sur des montagnes russes cauchemardesques. Il réussit à crier : « Si vous voyez une chance de réussir, vous m’oubliez ! »

« Je n’attendais pas ta permission », elle se rétracta.

Il savait qu’elle dirait quelque chose comme ça parce qu’il comprenait déjà sa personnalité. Mais c’était quand même un coup porté à son ego. Cette femme apathique et grincheuse, se dit-il, elle pense toujours que je suis une merde !

Cloudhawk ouvrit la bouche pour dire quelque chose, mais ses mots furent coupés lorsqu’un boulon de l’arc d’un sniper s’enfonça dans la poitrine de la reine. Elle haleta et elle vacilla, sur le point de s’effondrer.

« Reine ! »

Il l’attrapa et la recouvrit de son manteau. Les flèches tombèrent comme une grêle mortelle et le monstre, furieux, se jeta sur les balayeurs. Il fouetta à gauche et à droite en même temps, essayant de se débarrasser des parasites accrochés à son dos.

Sa multitude de bras aiguisés comme des rasoirs mâchouillait la terre devant lui. Tous les balayeurs étaient abattus comme des mauvaises herbes ! Ils étaient coupés en morceaux et éviscérés.

La charge du monstre ne servait qu’à faire enrager les balayeurs. Deux mangeurs d’hommes vêtus d’une lourde armure se lancèrent en avant comme des taureaux fous, d’énormes marteaux de guerre s’écrasant sur la tête de la bête. Le coup était assez puissant pour faire chanceler la créature mutante. Pendant ce temps, d’autres balayeurs l’entouraient et commençaient à la poignarder avec des lances et des épées.

Squelch ! Squirt !

À chaque blessure, des glandes à venin éclataient, cela faisait gicler des toxines corrosives. Les éclaboussures aveuglèrent de nombreux balayeurs et pourtant ils ne reculaient pas. Des douzaines d’autres avançaient, et certains balayeurs essayaient de grimper sur son dos.

Il la tenait serrée tout en agitant son bâton avec une intention mortelle. Il passa son arme dans le cou d’un balayeur qui s’était trop approché, laissant derrière lui une fontaine de sang béante. Il était mort avant de toucher le sol. Il se retourna et matraqua un autre balayeur, frappant si fort sur le casque que des étincelles jaillirent.

Le mille-pattes mutant se souleva de toute sa circonférence et dans toutes les directions possibles, essayant de se libérer du piège dans lequel il se trouvait. Mais les balayeurs étaient comme des asticots et s’y accrochaient peu importe où le monstre essayait de s’enfuir. Il s’en prenait à tout ce qui s’approchait, mais ne pouvait pas tenir éternellement.

Cloudhawk ne comptait plus ses blessures. Il était trop faible pour utiliser son bâton d’exorciste et ne pouvait que s’accrocher désespérément à la carapace du monstre et se laisser balancer. S’il perdait sa prise et qu’il heurtait le sable, les balayeurs seraient sur lui en une minute. Il semblait destiné à une mort brutale, une récompense apparemment inévitable pour ses tentatives frénétiques de survie. Dans sa brume folle, le monstre ne se rendait pas compte que le nombre de balayeurs ne faisait qu’augmenter. Si cela continuait, quelle que soit sa force, il serait bientôt tué !

La reine ensanglantée tendit faiblement la main, la laissant tomber sur le corps du monstre.

De ses doigts, une flamme s’alluma. La partie extérieure de la créature résista au clapotis des flammes, mais la chaleur la faisait bouillir vivante à l’intérieur. Elle poussa un cri de douleur et s’élança avec un abandon sauvage. Les mangeurs d’hommes se mirent à l’écart et le monstre plongea dans la mer des balayeurs.

La reine ne cessa jamais d’insuffler au monstre sa puissance brûlante. Comme une bête devenue folle de douleur, l’insecte mutant se déchaîna sous la pression des ennemis.

Grâce à la puissance écrasante de ce monstre, Cloudhawk et la reine se libérèrent de l’encerclement. Il ignorait la distance qu’il avait parcourue, se concentrant uniquement sur la douleur que les Burning Angels lui infligeaient en carbonisant ses entrailles. Alors que sa force vitale commençait à s’épuiser, il poussa un cri de détresse et tomba en boitant sur le sable.

Enfin, ils ne purent endiguer les vagues d’épuisement qui les consumaient. En raison de son armure, la flèche logée dans la poitrine de la reine était heureusement peu profonde1. Ils pensaient que les pointes de flèches étaient empoisonnées, mais n’étaient pas sûrs des toxines utilisées. Cloudhawk ne pouvait que recourir à des mesures d’urgence, il tira l’armure de la reine sur le côté et l’aida à retirer la flèche. Sa blessure commença à saigner librement.

La reine ne résista pas. Elle n’avait pas la force de le faire. L’aube était arrivée, mais le soleil n’avait pas encore couvert le désert de sa lumière impitoyable. Cloudhawk se dirigea vers le sommet d’une dune et regarda où l’horizon jaune-brun rencontrait le ciel tout aussi repoussant.

Un nuage d’un brun opaque s’épaississait. Plus il se rapprochait, plus les choses devenaient sombres, jusqu’à ce qu’elles soient presque plongées à nouveau dans l’obscurité. Comme il avait grandi dans les friches, il savait ce qu’était ce phénomène.

Il jeta un des bras de la Reine par-dessus son épaule. « Putain, on a une tempête de sable qui se dirige vers nous. On doit trouver un endroit pour se cacher sinon on va se faire embarquer ! »

C’était une vraie tempête de sable, une tempête née de la nature. La zone couverte par ces tempêtes était énorme et elles étaient puissantes. Des rafales étaient si intenses qu’elles lançaient des voitures entières en l’air. C’était l’une des catastrophes naturelles les plus dévastatrices qu’ils pouvaient rencontrer !

La bouche de la reine s’ouvrit. « Laisse-moi. »

Il se jeta sur elle. « Qu’avez-vous dit ? »

Pour la première fois, cette puissante femme semblait prête à se rendre. « Je ne survivrai pas à la tempête de sable. Tu dois y aller seule. »

Elle n’était pas dramatique. Que ce soit physiquement ou mentalement, elle avait depuis longtemps dépassé ses limites. Ses blessures, la douleur, rien de tout cela ne la blessait autant que le fait de savoir qu’elle avait échoué dans sa mission. Elle avait ignoré toute opposition et violé les règles de chasse aux démons pour venir elle-même chasser sa proie. Au final, elle n’avait même pas aperçu le visage du démon. Maintenant, elle faisait face à une mort misérable et étouffante.

C’était sans espoir ! Tout était perdu !

Même dans les meilleures conditions, la reine n’était pas à la hauteur du démon, et encore moins de son contrôle sur les terres incultes. Maintenant que sa tâche était vouée à l’échec, il semblait que ses péchés allaient être emportés avec elle.

« Quel genre de conneries débitez-vous ? »

Il refusa de reconnaître ses supplications et la mit sur son épaule. Elle n’était pas lourde, mais il avait aussi le vent et le sable contre lesquels se battre alors qu’il trébuchait vers l’avant, luttant contre son épuisement. Dix minutes plus tard, la tempête de sable les engloutit. Des vents chargés de pierres les secouaient comme une tempête de lames.

Au-delà du danger d’être découpés ou écrasés par une roche errante, les vents pouvaient aussi les envoyer voler dans les débris.

Il trouva un monticule abrité par un rocher. Il s’y blottit et utilisa son manteau pour la protéger des éléments. Cela n’empêchait pas les pierres aéroportées de les percuter constamment.

La tempête était là et ils n’avaient pas d’autre choix que d’attendre la fin !

Au fond de son esprit, la reine rejeta l’idée qu’elle et un jeune homme du désert allaient mourir côte à côte. Avec effort, elle ouvrit les yeux et traîna sa vision le long de son visage sale. Soudain, elle ne le trouvait plus si répugnant. Elle voyait l’anxiété sur son visage, la peur, mais ce qui la frappait, c’était son calme. Qu’ils survivent ou qu’ils meurent, il avait fait tout ce qu’il pouvait.

Cette ténacité face aux moments difficiles, cette persévérance inébranlable face à la souffrance, cette défiance quand le monde entier semblait être contre vous – toutes ces qualités étaient quelque chose que seuls les terrains vagues pouvaient enseigner !

Si nous survivons à cette tribulation et qu’il devient un chasseur de démons, il me surpassera !

Mais dieux tout-puissants, pourquoi laisseriez-vous un tel homme naître dans ces terres désolées ?

1. Chez la plupart des gens, l’épaisseur entre le derme et les poumons est d’un pouce et demi en moyenne. Il n’y a donc pas beaucoup de marge.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 51 – Fugitifs Menu Chapitre 53 – Une nouvelle relique