Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 46 – Un autre monde

Bonjour à tous, nous avons décidé de simplifier le fonctionnement des Tips sur Tipeee. Dorénavant, vous pourrez participer et lire à l’avance tous les chapitres bonus disponibles de 「Chroniques des Dieux Déchus」 en effectuant un seul type mensuel, que vous pouvez choisir de renouveler ou non chaque mois. N’hésitez pas à tester cette nouvelle méthode et à nous faire part de vos réactions! Merci pour votre soutien et bonne lecture à tous.


Cloudhawk plongea de la falaise, certain qu’il allait mourir. Il ne s’accrocha pas à des branches et ne pria pas pour un étrange miracle. Son corps était complètement détendu, son esprit complètement libre. Il était vraiment comme un faucon sur le point de mourir, mais il profitait d’un dernier plongeon avant de le faire.

C’était un sentiment de liberté, un moment où son âme était complètement vide et en paix.

Cependant… juste au moment où il se délectait de ce sentiment, la pierre sur sa poitrine s’activa, libérant une quantité incroyable de chaleur et une grande quantité d’énergie invisible mais puissante qui balaya la zone, provoquant une torsion et une déformation de l’espace comme si l’eau était portée à ébullition.

C’était en train de se produire ! Cela se reproduisait ! Il semblait avoir compris quelque chose, et il commença à s’agiter comme un homme qui se noie et qui ne sait pas nager. L’espace autour de lui se transforma en un tourbillon qui ressemblait beaucoup au vortex qui se formait lorsque quelqu’un remuait une flaque d’eau.

Un battement de cœur plus tard… le monde entier semblait se diviser.

Il eut l’impression de voir clair dans l’essence même de toutes choses. Il n’y avait ni lumière, ni obscurité, ni matière, ni énergie. Il n’y avait que ces innombrables cordes vibrantes. Certaines étaient droites, d’autres bouclées, mais toutes vibraient et oscillaient comme les cordes d’une guitare, produisant une étrange mélodie.

Ces choses étaient les fondements, l’essence même de toute chose. Ces innombrables cordes vibrantes s’unissaient pour former la matière. Tous les types de matière étaient, à un niveau fondamental, les mêmes. La seule différence était la vitesse à laquelle elles vibraient, qui les faisait se manifester de différentes manières et qui finissait par produire les nombreux types de matière différentes qui constituaient ce monde multi-variable.

Tout se passa vite. L’espace s’enroula autour de lui et durant sa chute il disparut. Au moment où le monde ce ré-assembla, Il s’était déjà écrasé dans un tas de décombres.

La chute ne fut ni légère, ni trop violente. Tout ce que l’on pouvait dire, c’est qu’au moins il n’éclata pas au contact du sol. Il n’était pas possible qu’il ait juste fait une chute de quelques centaines de mètres. Pourtant, il se sentait étourdi et faible, presque comme si son corps était sur le point de s’effondrer. Il dut rassembler toute l’énergie restante dans son corps pour se mettre debout.

Où se trouvait-il ?

Le ciel était sombre et lugubre, empli de nuages noirs qui s’enroulaient sur eux-mêmes. Lorsque la lumière du soleil les traversait, elle peignait une scène d’une beauté morne et désolée. La lumière ressemblait à des dragons jaune foncé qui erraient dans le ciel. L’air de cet endroit était rempli d’un peu de poussière, ce qui lui donnait un aspect onirique.

Où était la falaise ? Il n’y en avait plus !

Il n’y avait que le ciel, aussi sombre que le crépuscule. Le monde sur un millier de kilomètres autour de lui n’était constitué que de rochers et de plaines ondulantes. Il n’y avait pas de collines, et encore moins de falaises. Cependant, dans ses terres vides des ruines très anciennes, et pourtant magnifiques, se dressaient silencieusement.

Ces ruines semblaient être bien plus anciennes que toutes les ruines des terres désolées qu’il avait vues dans le passé, et elles étaient aussi complètement différentes sur le plan stylistique. La grande majorité des bâtiments ressemblait à des piliers de pierre dressés, tandis que les autres ressemblaient à des formes géométriques parfaitement formées. Il y avait des pyramides, des cubes, des sphères, des octaèdres, et bien d’autres choses encore. Bien qu’ils aient été soufflés par le vent et la poussière pendant d’innombrables années, la grande majorité d’entre eux continuait de se dresser vers le ciel.

Chaque bâtiment était couvert d’une écriture qui s’articulait autour de diagrammes complexes et abscons qui semblaient suivre une certaine cadence ou un certain rythme. Ces choses ne dataient certainement pas d’une époque sur Terre. La zone qui les entourait était jonchée de nombreux os provenant de monstres gigantesques, et à en juger par la taille des os, ces monstres devaient avoir chacun une longueur d’au moins cent mètres.

Il trouva tout cela difficile à croire. Il était impossible que ce soit le monde dans lequel il vivait ! Bien qu’il n’ait aucune idée de ce qui se passait, il semblait probable qu’au moment où sa vie était en jeu, il avait réussi à activer accidentellement cette étrange pierre. Il l’avait réveillée, lui faisant libérer ses énergies et le téléportant à cet endroit.

Quelque chose comme cela s’était déjà produit une fois. Il avait vécu quelque chose de similaire il y a environ six mois, lorsqu’il avait été forcé à entrer dans ces tunnels. Il se rappelait encore clairement comment il avait été téléporté dans un endroit où il y avait deux soleils… mais ce qui était étrange, c’était que cette fois-ci il était envoyé dans un endroit complètement différent. Est-ce que les endroits où la pierre l’avait envoyé avaient été choisis au hasard ? Où était-il désormais ?

Il ressentait de la joie d’avoir survécu face à une mort certaine, mais il était également empli de confusion et de peur de l’inconnu. Et s’il était la seule personne dans ce monde ? Serait-il piégé ici pour toujours ? Que devait-il faire ?

Il repensa aux mercenaires et à leur mort misérable. Ils étaient tous morts pour lui ! Maintenant que l’homme en noir avait tué les mercenaires, sa prochaine cible serait sans aucun doute la reine.

Il devait se venger du Tartare ! Il devait y retourner et avertir la reine ! Et il devait tuer ce détestable “démon” !

Il serra la pierre autour de son cou et cria : « Renvoie-moi ! Tu m’entends ? Renvoie-moi maintenant ! »

La pierre était silencieuse. Peu importe comment il la secouait, elle ne réagissait pas du tout. Il n’avait pas d’autre choix que de la mettre de côté pour le moment. Au moins, il avait réussi à survivre ; tant qu’il était en vie, il trouverait un moyen de revenir. Il se força à se calmer et commença à marcher dans les ruines.

Les ruines étaient énormes en termes de taille et d’échelle ; seuls les piliers de pierre ordinaires avaient plus de cent mètres de hauteur chacun. En comparaison, il était comme une fourmi, se frayant lentement un chemin à travers les pierres éparpillées. Au loin, il y avait une stèle de pierre rectangulaire incroyablement vaste, avec une statue de chaque côté. Les statues n’étaient pas des humains, mais une sorte de créature étrange qu’il n’avait jamais vue auparavant.

Il n’était pas intéressé par les statues, ni par les bâtiments. Il fut intrigué lorsqu’il découvrit une ouverture dans la stèle de pierre rectangulaire. Il était battu par le vent et complètement desséché ; il ne pouvait pas continuer à gaspiller l’énergie qui lui restait à courir au hasard. Il décida d’abord de se rendre à l’intérieur du bâtiment et de se reposer un moment.

Le passage à l’intérieur du bâtiment était extrêmement large et ses murs étaient tapissés de peintures claires et complexes. Bien qu’il n’ait pas reconnu l’écriture étrange, il pouvait plus ou moins comprendre que les images représentaient les gens de ce monde subissant une sorte de rituel religieux. Il n’était cependant pas d’humeur à examiner les choses de plus près, car il découvrit à son grand étonnement que l’intérieur du bâtiment était éclairé.

La lumière semblait provenir des murs, des piliers, du plafond et même du sol lui-même. L’étrange matériau dont était fait ce bâtiment semblait avoir absorbé la lumière du monde extérieur pour ensuite la libérer à l’intérieur. Tant qu’il y avait de la lumière à l’extérieur, l’intérieur du bâtiment ne tombait jamais dans l’obscurité. Il ne comprenait pas quels principes guidaient ce phénomène, et il ne s’en souciait pas non plus.

Soudain, il se figea. Il pouvait vaguement sentir une étrange ondulation dans l’air, une ondulation qui lui était extrêmement familière. Cette ondulation devait être générée par une relique divine.

Il cria nerveusement : « Qui est là ? » Mais la seule réponse fut l’écho de sa voix dans le bâtiment vide.

Il sortit sa baguette d’exorciste, avançant lentement et avec désinvolture vers la source des ondulations. Après avoir dépassé plusieurs piliers, il trouva la source. Il s’agissait en fait d’un homme vêtu de robes volumineuses, agenouillé sur le sol, le dos tourné vers lui. Il n’y avait aucun moyen de voir son visage de dos, mais il pouvait dire qu’une couche de poussière extrêmement épaisse recouvrait le corps de cet homme, si épaisse qu’il semblait que l’homme était devenu une partie du bâtiment lui-même.

Clowdhawk tourna lentement son regard vers le haut. L’homme en robe noire faisait face à ce qui ressemblait à une sculpture absolument énorme. En raison de la faible luminosité de l’éclairage, il ne pouvait pas dire à quoi ressemblait exactement cette sculpture. Il s’approcha et utilisa son bâton d’exorciste à trois lames pour pousser l’homme agenouillé.

La robe s’effondra dans une explosion de poussière, révélant des os corrodés en dessous. Il ne put s’empêcher de tousser. Ah, merde. C’était quelqu’un qui était mort il y a si longtemps que même ses os s’étaient en grande partie désintégrés.

Il ramassa la robe noire et la secoua, ce qui fit se lever une grande quantité de poussière d’os. Apparemment, c’était en fait une sorte de manteau à capuche.

« Attendez, c’est une relique ! » Le manteau à capuche avait enduré plus de mille hivers sans être détruit. Il n’avait aucune idée de ce dont était faite cette chose, mais il la sentait complètement en apesanteur dans ses mains. Bien qu’elle ait eu l’air plutôt sale et laide, elle était extrêmement brillante et lisse au toucher. Cependant, ce qui l’intriguait était le fait qu’il émanait de cette chose les ondulations d’une relique divine.

Il révéla un regard d’excitation, puis se retourna en tendant la main et creusa à travers les tessons d’os sur le sol. Il avait passé plus d’un mois à étudier la dissection et l’anatomie avec Mantis, et il était donc très familier avec la structure du squelette humain. Il était clair que ces os n’appartenaient pas à un humain. Cependant, cela n’avait pas vraiment d’importance ; ce qui importait, c’était le fait qu’il avait trouvé un autre objet qui émanait des ondulations de reliques parmi les os.

Cet objet ressemblait à une gourde. Elle avait la taille d’une paume de main et était rouge feu, mais était couverte de runes dorées et sombres. À en juger par la force des ondulations, cette “gourde” était probablement une relique d’une certaine puissance. Elle était au moins aussi puissante que la lame de lumière sacrée utilisée par la Reine et peut-être même plus forte.

« C’est donc le squelette d’un chasseur de démons ? » Il fixa les os qui jonchaient le sol, intrigué. Il était clair que cet endroit n’était pas une partie du monde d’où il venait. Pourquoi, alors, y avait-il aussi des chasseurs de démons ? Et le cadavre s’était agenouillé devant cette idole. Était-ce les soi-disant “dieux” ?

Il nettoya les deux reliques avant de les examiner de plus près. Il découvrit à sa grande surprise que le manteau à capuchon et la gourde portaient tous deux un étrange insigne. Il sortit son bâton d’exorciste pour comparer, pour découvrir que les insignes étaient pratiquement identiques!

Mais avant qu’il n’ait pu réfléchir aux implications de cette découverte, un profond sifflement se fit entendre de l’extérieur.

Son corps entier se tendit alors qu’un sentiment d’énorme danger remplissait son esprit. Le temps qu’il se retourne pour regarder dans la direction d’où venait le son, on pouvait voir une énorme ombre ramper lentement devant les colonnes de pierre.

Mais qu’est-ce que c’est que ça ? Un serpent géant ? Mais c’est énorme !

À lui seul, le torse de la créature était quatre ou cinq fois plus épais que celui du garçon, et son corps était très long. Il enroulait son corps autour d’une des colonnes de pierre, alors que ses écailles d’un blanc cendré scintillaient d’une lumière froide et métallique.

On pouvait également entendre des sifflements dans l’autre direction. Il découvrit, à son grand effroi, qu’il n’y avait pas qu’une seule de ces créatures à l’intérieur. Sur chaque pilier, une de ces créatures s’enroulait lentement vers le bas. Chaque créature était très large et il était complètement encerclé.

Une des créatures géantes, d’un blanc cendré, descendit au sol depuis le pilier le plus proche. Elle étendit lentement la tête, et lorsque Cloudhawk put la voir clairement, il sentit son cuir chevelu s’engourdir. La bête avait le corps d’un serpent géant, mais sa tête était celle d’un lion et ses yeux brillaient d’une lumière verte et froide.

Soudain, la bête s’élança tout droit vers lui, se déplaçant aussi vite qu’une traînée de foudre.

Il n’avait jamais vu un monstre aussi terrifiant. Il était fort probable que même si toute la compagnie du Tartare revenait à la vie, le seul résultat serait qu’ils seraient anéantis une seconde fois… et il y en avait des dizaines !

Mais juste au moment où le monstre ouvrit sa grande gueule, l’étrange pierre autour du cou se réveilla une fois de plus, libérant un flux de lumière qui le fit disparaître juste au moment où les mâchoires se refermaient autour de lui.

Cloudhawk était de retour dans le désert.

Que s’était-il passé ? Il était sous le choc, silencieux, alors que l’étrange pierre s’assombrissait lentement. Cette fois, elle semblait être tombée dans un état de sommeil encore plus profond.

Le manteau à capuchon et la petite gourde dans ses mains étaient la preuve que tout cela n’était pas qu’un rêve. Il avait vraiment visité un monde incroyablement étrange et en était revenu avec des reliques divines qui n’avaient pas leur place dans les terres désolées. Il commençait vaguement à comprendre les capacités de cette étrange pierre.

Pourquoi avait-elle ce genre de capacités ? Comment tous ces mondes étaient-ils reliés ? C’était des mystères qu’il devait résoudre plus tard. Pour l’instant, le plus urgent était qu’il devait retourner à l’avant-poste de Blackflag. Il était possible que la bataille ait déjà commencé et que la reine ensanglantée soit en grave danger !

Cloudhawk scanna la zone autour de lui. Il eut la chance de reconnaître qu’il s’agissait d’un endroit où ils étaient passés plus tôt, et il put trouver les véhicules que les mercenaires du Tartare avaient garés dans les terres désolées. Il sortit une gourde d’eau, en avala et apprécia la sensation d’humidité fraîche qui envahissait son corps.

Il grimpa sur le « lézard de fer » et fit tourner le moteur. Il avait effectué de nombreux travaux d’entretien sur les véhicules au cours des dernières semaines. Bien qu’il ne les ait pas vraiment conduits, il savait comment ils fonctionnaient. Quant à la conduite proprement dite ? Il l’apprendrait sur le tas.

Le « lézard de fer » commença à se frayer un chemin à travers les terres désolées, en accélérant de plus en plus vite. C’était la première fois qu’il conduisait et il était un conducteur aussi fou que les mercenaires.

Pour l’instant, il n’avait qu’une chose en tête… il allait revenir dès qu’il le pourrait et écraser ces bâtards !



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 45 – Massacré Menu Chapitre 47 – L’avant-poste déchu