Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 45 – Massacré

Livre 1 chapitre 45 – Massacré

Le roi des rats, malgré sa puissance, n’avait pas réussi à les éliminer. Ce résultat dépassait les attentes de l’homme au manteau noir. Les mercenaires étaient vraiment plus puissants que ce à quoi il s’attendait. Pourtant, cela n’avait pas d’importance. Les choses étaient encore gérables. Quelle menace pouvaient représenter ces mercenaires malmenés, blessés et démolis ?

La mission était un plan dès le début. Elle visait l’avant-poste de Blackflag et la reine. Ils avaient déjà commencé à préparer un assaut total contre l’avant-poste !

Les gardes d’élite de l’avant-poste avaient subi de lourdes pertes. Les mercenaires du Tartare avaient été poignardés dans le dos et à moitié détruits. Les blessures de la Reine ensanglantée n’avaient pas encore guéri.

La situation était bien plus grave que ce que l’on croyait dans l’avant-poste, alors face à sa fin.

À ce moment précis, quelques dizaines de figures apparurent dans la zone qui les entourait. Ces guerriers étaient tous habillés dans des “tenues” classiques de déserteurs. Ils portaient des casques rugueux faits d’un mélange de cuir et de métal, et leur visage était à moitié couvert par des visières protectrices qui aidaient à bloquer le sable. Ils étaient principalement armés d’armes à feu et d’arcs longs. C’était une équipe de terrain vague superbement équipée et ils étaient tous venus du dirigeable. Cela signifiait qu’ils étaient les subordonnés de l’homme en noir.

L’homme parla d’une manière très sincère et douce : « Comment préféreriez-vous mourir ? »

« Arrête tes conneries ! » Slyfox leva son pistolet et tira ! La puissance du tir le fit reculer de quelques pas, mais un trou de la taille d’un pouce apparut dans la poitrine de l’homme. « Tu peux mourir le premier ! »

Le tir l’avait touché ! L’homme était-il mort ? Les mercenaires avaient du mal à le croire.

Le tir avait été effectué à bout portant et il avait utilisé l’une de ses balles les plus puissantes. Le tir avait touché l’homme dans ses organes vitaux et avait laissé une énorme blessure. En vertu de tous les droits, aucun être humain ne devrait pouvoir survivre à un tel tir.

Tous ces facteurs combinés n’auraient dû laisser aucun doute sur le résultat… mais ils étaient dans le désert. Dans ces foutus terrains vagues, rien n’était impossible. Rien n’était absolu. Le bon sens n’avait souvent pas lieu d’être ; sinon, comment un monstre comme le roi des rats aurait-il pu naître ?

L’homme en noir n’était pas tombé. Il n’avait pas crié. Il n’avait pas tremblé. Il n’avait même pas remarqué qu’on lui avait tiré dessus… et pas une seule goutte de sang ne sortit de ses blessures. Il resta planté là, continuant à fixer les mercenaires.

Un étrange frisson remontait le long de la colonne vertébrale des mercenaires. C’était comme si Slyfox avait tiré sur un bloc de bois immobile qui ne ressentait aucune douleur.

« Es-tu surpris ? » Cette voix rauque retentit derrière l’étrange appareil respiratoire de l’homme. Il retira lentement le gant noir de sa main gauche, révélant quelque chose qui ne ressemblait pas du tout à une main humaine. Plusieurs tentacules noirs sortaient de son “bras”, se tordant et se contractant comme des fouets. À l’extrémité de chaque tentacule se trouvait un os pointu, semblable à un couteau.

Cette créature n’était pas un humain normal. C’était un monstre, un véritable monstre !

Mad Dog sortit sa machette et chargea droit devant. « Voyons si tu es toujours aussi arrogant après que je t’aie coupé en morceaux ! »

L’homme balaya avec son bras gauche, les cinq tentacules s’enroulant les uns autour des autres tandis que leurs lames osseuses lançaient des attaques depuis différentes directions. Mad Dog dut se battre frénétiquement à droite et à gauche pour se défendre.

Slash ! Une blessure apparut sur son épaule droite. Slash ! Une autre blessure apparut sur le haut de sa cuisse. Une entaille ! Mad Dog faillit être éventré !

« Arrêtez de vous battre et fuyez ! » Slyfox hurla alors qu’il se dépêchait de tirer deux autres fois. Une balle toucha l’homme à la poitrine, tandis que l’autre toucha l’homme à la tête. Le second tir brisa la moitié du masque, lui perçant le crâne et le faisant tituber. Il pressa une main sur sa tête, laissant échapper un grognement grave. De toute évidence, ce monstre n’était vulnérable que dans la tête… mais même un tir parfait n’avait pas suffi à le tuer.

Les guerriers du désert commençaient à se rapprocher d’eux. Si ce combat continuait, ils finiraient encerclés. Tous leurs ennemis étaient armés d’armes à longue distance. Si les mercenaires se laissaient encercler, ils mourraient tous.

Cloudhawk et les autres se précipitèrent pour soutenir Mad Dog gravement blessé et se mirent à fuir frénétiquement. L’homme en noir avait alors réussi à se relever, une balle dans la paume de la main. La blessure à la tête se cicatrisait lentement et sa chair se régénérait visiblement sur tout son visage.

Pas étonnant que ce monstre n’ait pas eu peur des balles ! Il était un méta-humain de récupération d’une force terrifiante. Il fallait le tuer instantanément, sinon ses blessures se cicatrisaient en un temps extrêmement court. Le chef balayeur qui avait mené l’assaut précédent contre l’avant-poste était un méta-humain de contrôle étrangement puissant… mais aujourd’hui, ils rencontraient un monstre encore plus fort.

Combien de subordonnés comme eux ce “démon” avait-il ? Il n’en avait aucune idée ! Et la reine ? Serait-elle capable de survivre à ce combat ?

Mais ce n’était pas le moment de s’inquiéter pour elle. Si les mercenaires du Tartare étaient au complet et en excellente condition physique, ils pourraient peut-être donner un bon coup à ce monstre. Mais maintenant, ils n’avaient plus aucune chance… et le monstre avait quelques dizaines de guerriers entièrement armés pour le renforcer !

Cloudhawk courut épauler Mad Dog. Slyfox était au milieu, tandis que trois des mercenaires servaient d’arrière-garde. Les mercenaires coururent frénétiquement sur une pente, incapables de voir ce qui se trouvait de l’autre côté. Il semblait y avoir une falaise extrêmement abrupte devant eux, mais ils n’avaient nulle part ailleurs où courir.

Alors que l’homme en noir les poursuivait, il tendit sa main tentaculaire droite vers eux. Elle se déchira dans l’air comme une ombre floue, s’étendant vers les mercenaires.

L’attaque brutale se déroula à une vitesse incroyable, forçant deux des mercenaires à s’arrêter, à sortir leurs armes et à se retourner pour se défendre. Cependant, chacun d’entre eux ne put bloquer que deux ou trois attaques avant que les tentacules ne parviennent à percer leurs défenses, laissant des blessures béantes et géantes dans leur cou alors que les lames d’os sectionnait leurs trachées.

Les deux mercenaires s’effondrèrent sur le terrain vallonné, incapables de laisser échapper un dernier cri. Ils pressaient leurs mains sur leur cou, incapables d’arrêter le sang qui giclait de toute part. Après avoir lutté pendant quelques instants, ils cessèrent de bouger.

L’homme en noir ne bougea pas vite, mais vu l’état dans lequel se trouvaient les mercenaires, il allait leur être pratiquement impossible de le secouer.

« C’est une falaise devant nous ! » Mad Dog hurla avec colère, secouant les mains de Cloudhawk et de l’autre mercenaire à côté de lui. Il était complètement couvert de blessures et celle sur sa poitrine était particulièrement profonde. Ses entrailles étaient visibles à l’œil nu. « Courez ! Vous tous, courez ! Je vais les arrêter ! »

Mad Dog savait que ses blessures étaient trop lourdes. Il choisit de mourir au combat, en se battant jusqu’à son dernier souffle !

« Nous allons l’aider ! » Trois des mercenaires survivants s’arrêtèrent, des regards déterminés sur leurs visages en disant à Slyfox : « Boss, courez ! »

L’homme en noir était tout simplement trop fort et avait de nombreux renforts. Il était impossible pour tous de s’échapper ; s’ils essayaient, ils mourraient simplement l’un après l’autre !

Ce qu’ils devaient faire, c’était en sacrifier quelques-uns pour permettre aux autres de gagner du temps. Le plus fort des mercenaires de combat rapproché était Mad Dog, mais il était dans un tel état qu’il ne pouvait pas l’arrêter tout seul. Les trois qui choisirent de le rejoindre dans sa position finale étaient tous des mercenaires parmi les plus talentueux de la compagnie du Tartare ; s’ils travaillaient tous ensemble, ils devraient être capables de survivre une minute ou deux.

Tout le monde savait qu’il n’y avait aucune chance de victoire. En choisissant de rester, ils avaient choisi la mort.

« J’ai foiré tout le reste de ma vie, mais la meilleure décision que j’ai prise fut de devenir ami avec toi, gros cul. Au cours des vingt dernières années, nous avons bâti cette entreprise et nous avons détruit les terrains vagues. On a bu, on a tué, on a baisé des femmes… J’ai pris un malin plaisir à tout ça ! » Mad Dog regardait fixement les friches qui se rapprochaient, mais son visage noir, laid, sauvage et en sang, était paisible. Ignorant ses blessures, il leva ses machettes et chargea vers les ennemis : « Cette vie en valait la peine ! Je te retrouverai dans la prochaine ! »

« Faire partie de la Compagnie du Tartare a été le plus grand honneur de notre vie ! » Les trois autres mercenaires se mirent à courir. « Mad Dog ! Mourons ensemble et faisons la fête ensemble dans l’au-delà ! »

Ils n’étaient pas aussi forts que lui, ni aussi talentueux que Slyfox. Cependant, ils avaient adoré suivre une paire d’illustres déserteurs de ce genre. Ils s’étaient battus et avaient vécu des aventures ensemble… et aujourd’hui, ils mourraient ensemble. Qu’y avait-il à regretter ? S’ils pouvaient choisir de refaire leur vie, ils choisiraient quand même de se joindre à eux !

L’ennemi commença à leur tirer dessus. Il frappa avec ses cinq tentacules, les attaquant tous les quatre en même temps. Cependant, cela réduisit la pression sur chacun d’entre eux individuellement. Mad Dog réussit à esquiver plusieurs coups mortels d’affilée. Filtré par les autres, il s’avança et porta un coup furieux avec sa machette.

CLANG  !

L’homme utilisa son bras droit pour bloquer la frappe.

Il était plus de deux fois plus fort que Cook. L’énorme puissance de son coup détruisit le gant droit de l’ennemi… mais la main droite était différente de la main gauche. La main droite était de nature humanoïde, mais elle était extrêmement épaisse et recouverte de ce qui ressemblait à une couche externe d’os. Les os étaient presque aussi résistants que l’acier… mais quand ils furent frappés, ils commencèrent à se fissurer et à se briser. Ces dommages témoignaient de la puissance de Mad Dog !

L’homme en noir était aussi fort. Après avoir bloqué la frappe avec son bras droit, il saisit l’occasion pour délivrer trois coups consécutifs de son bras gauche avec ses tentacules. La poitrine, l’abdomen et le dos de Mad Dog furent transpercés.

Les mercenaires hurlèrent avec rage : « MAD DOG ! »

Le sang coulait de ses lèvres. Il provoqua un dernier sursaut d’énergie, donnant un coup de machette à la tête et la plongeant à moitié à l’intérieur.

Il était complètement épuisé. S’il était à son niveau de force normal, il aurait probablement tranché la tête de l’homme. Aucune puissance régénératrice n’aurait permis à l’homme en noir de s’en remettre !

Mais… dans les terrains vagues, il n’y avait pas de “si”.

Mad Dog avait déjà fait tout ce qu’il pouvait. Quatre coups de feu retentirent de loin et les trois mercenaires furent touchés. Leurs corps étaient maintenant réduits à une image de sang et de chair, mais ils continuaient à se battre sans peur, plongeant leurs couteaux et leurs épées dans le corps de l’homme tentaculaire.

Pendant un instant, le temps lui-même semblait se figer. Les quatre mercenaires s’étaient battus jusqu’au bout, jusqu’au moment où la vie quitta leur corps !

Lorsque Cloudhawk se retourna pour regarder en arrière, tout ce qu’il vit était le cadavre de Mad Dog déchiré en plusieurs morceaux par ces lames en os. Le sang éclaboussa la terre jaune et les trois autres mercenaires tombèrent dans cette mare de sang, pour ne plus jamais se relever.

« Mad Dog, je viens aussi ! Attends-moi ! »

Slyfox savait ce qui s’était passé. Il savait que son ami de vingt ans venait d’atteindre la ligne d’arrivée.

Vingt ans. Vingt ans d’amitié ! Ils étaient ensemble depuis si longtemps, ils avaient affronté ensemble les terres désolées et brutales. En cette époque de ténèbres, les amis vraiment dignes de confiance étaient aussi rares que les licornes… mais leur amitié avait duré vingt ans !

Aucun chagrin ou douleur n’était visible sur le visage de Slyfox. Le chagrin et la douleur étaient des émotions pour des êtres plus faibles, moins importants. Les terres désolées ne réservaient aucune place pour les faibles. C’était le destin de chaque mercenaire de mourir ; Mad Dog était simplement mort un peu plus tôt qu’ils ne l’avaient prévu.

Qu’est-ce qui les attendait de l’autre côté de cette colline ? Des dunes de sable ? Une falaise ? La vie ? La mort ? Les mercenaires n’auraient jamais eu la chance de le découvrir.

L’homme et ses hommes étaient à leur poursuite, leurs balles et leurs flèches remplissant l’air autour des mercenaires restants. La colline devant eux était à une centaine de mètres, mais le temps manquait. Le temps était une denrée et ils l’avaient épuisée.

Slyfox cria à Cloudhawk : « Gamin, cours comme l’enfer et ne fais pas demi-tour. Saute en bas ! »

« Mais… »

« Échappe-toi ! C’est un ordre ! Et reste en vie, c’est un autre ordre ! » Slyfox commença progressivement à ralentir alors qu’il continuait à lui crier dessus. « Tu dois devenir plus fort et plus dur que n’importe qui d’autre. Trouve les enfoirés derrière tout ça et ensuite venge-toi pour nous, compris ? ALLEZ ! »

Slyfox s’arrêta, tout comme les derniers mercenaires survivants. Ils avaient déjà décidé de se battre jusqu’à la mort.

L’esprit de Cloudhawk était complètement vide alors qu’il continuait sa course effrénée. Il entendit le bruit des coups de feu derrière lui, ainsi que les hurlements furieux des mercenaires qui se dirigeaient vers une mort certaine. Ces sons écorchaient son âme comme des couteaux, les plus horribles malédictions qu’il ait jamais entendues.

Courir ! Vivre ! Se venger !

Ignorant tout le reste, il grimpa sur la colline, envahi par un sentiment de désespoir et de malaise profond. Il y avait vraiment une falaise au bout de la colline, et elle était massive. C’était comme un gouffre béant de plusieurs centaines de mètres de profondeur qui descendait à un angle parfait de quatre-vingt-dix degrés. Il n’y avait rien pour ralentir sa descente et au fond, il y avait des gravats.

N’y avait-il aucun espoir dès le début ? Ils s’étaient battus et avaient lutté… mais à la fin, ils avaient déjà atteint le bord du gouffre.

Accroupi, seul au bord de la falaise, comme un animal blessé poussé dans un coin. Clowdhawk tourna la tête, pour voir que tous les mercenaires étaient tombés. Slyfox était affalé sur un rocher. Il avait pris au moins dix coups de feu et ses yeux étaient ouverts et le fixaient. Ces yeux était sans vie.

Il n’aurait jamais imaginé que Slyfox lui aurait donné la seule chance de survie, une recrue qui les avait rejoints tout récemment. Il n’aurait jamais imaginé que cet homme gros et égoïste et ses camarades mercenaires brutaux sacrifieraient leur propre vie pour lui donner une chance.

Il se leva, levant la tête vers le ciel et poussa un cri primal. Le vent hurlait devant lui, soulevant une tempête de sable jaune. C’était une toute petite tache dans le désert, une piqûre sans importance… et pourtant sa voix voyageait très, très loin, et était remplie d’une puissance étonnante !

C’était un cri de résistance, d’entêtement, de rage ! Il maudissait les cieux et la terre. Surtout, il maudissait les terres désolées !

Il n’était qu’une fourmi, mais c’était une fourmi qui osait crier à la face des cieux indifférents. Il était petit et faible, ne méritant ni inquiétude ni crainte, mais même à la fin, il refusait de baisser la tête face au destin.

Il sauta… et tomba tout droit de la falaise.

Lorsque les dizaines de guerriers du désert arrivèrent au bord de la falaise, ils ne virent plus que quelques corbeaux noirs mutés. Le jeune homme avait disparu depuis longtemps.

Était-il mort ? La falaise était haute de plusieurs centaines de mètres ; quiconque tombait d’une telle hauteur mourrait !

La seule façon dont Cloudhawk aurait pu survivre était qu’il se fasse pousser des ailes comme un vrai faucon et qu’il s’élève dans le ciel. Sinon, aucun miracle n’aurait pu le maintenir en vie !



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 44 – Trahis Menu Chapitre 46 – Un autre monde