Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 39 – Partir

Livre 1 chapitre 39 Partir

Les terres incultes étaient vastes et sans fin. Il était presque impossible de les traverser à pied, ce qui rendait les moyens de transport fiables incroyablement importants. La qualité du réseau de transport dans les friches était uniformément mauvaise. Bien que les grands avant-postes d’excavateurs aient souvent apprivoisé des bêtes pour le transport ou qu’ils possèdent des véhicules de mauvaise qualité, le nombres de véhicules ou de bêtes qu’ils pouvaient acquérir était limité. En fin de compte, seule une infime partie des gens avaient la chance de les utiliser.

Étant donné la férocité innée de la plupart des muta-bêtes, il y en avait peu qui pouvaient être apprivoisées et entraînées pour servir de montures. Il fallait du temps pour trouver et capturer de jeunes bêtes, et les élever jusqu’à l’âge adulte. Tout ce processus était très coûteux et avait de fortes chances d’échouer, donc chaque monture était un bien précieux.

Quant aux véhicules en friche, ils étaient assemblés à partir d’une grande variété de pièces de provenance aléatoire, la plupart ayant été déterrées du sol. D’autres pièces étaient tirées de véhicules récupérés lors de batailles sur le terrain. Certaines des pièces les plus grossières requises pouvaient même être fabriquées ! En général, c’était un exploit de faire bouger ces machines. Cependant, ne pensez-pas produire un véhicule capable de conquérir le terrain accidenté et les environs inhospitaliers des friches.

Les montures avaient besoin de nourriture et d’eau, tandis que les véhicules brulaient de l’essence.

En raison de ces diverses contraintes, la plupart des déserteurs étaient confinés dans une très petite zone autour des avant-postes. Seuls les fous buveurs de sang comme les mercenaires de la Compagnie Tartare oseraient s’aventurer plus loin dans des zones plus dangereuses. Les mercenaires du Tartare étaient parmi les plus anciens et ils purent acquérir une importante collection.

Au cours des années, des organisations de l’avant-poste avaient construit une collection de véhicules de transports. Cette fois, Slyfox mobilisa cinq véhicules. Quatre étaient des véhicules lambda tandis que le cinquième était un camion de marchandises. Cela faisait un bon moment que l’Avant-poste n’avait pas vu une caravane comme celle-ci partir !

Les pare-chocs des véhicules avaient tous été arrachés et remplacés par des pointes acérées, tandis que les portes des voitures, les toits et les pneus étaient également cloutés. Ces quatre véhicules ridiculement barbares ressemblaient à d’énormes hérissons d’acier alors que leurs pneus en forme d’engrenages déchiraient le sol, ce qui expliquait pourquoi les mercenaires les appelaient souvent des « hérissons de fer ».

Quant à leur camion, il était énorme. Le camion avait huit pneus et deux énormes dalles d’acier fixées à l’avant, chaque dalle d’acier étant inclinée à 30 degrés. Derrière la camionnette se trouvait un affreux chariot en forme de cage. Dans l’ensemble, il ressemblait à une sorte de créature squelettique rampante. Et ainsi, les mercenaires du Tartare lui avaient donné un surnom amical: Le « lézard de fer ».

Les mercenaires du Tartare utilisaient souvent ces véhicules. Afin d’éviter les accidents et les dommages, ils passaient un certain temps à les ajuster et à les renforcer lorsque c’était nécessaire. Bien que les véhicules soient restés exceptionnellement laids et n’aient aucun attrait esthétique, d’un point de vue fonctionnel, ils étaient plus ou moins convenablement équipés pour faire face à la rudesse des friches.

En plus des véhicules, il y avait huit oiseaux Bigfoot qui poussaient des cris étranges tandis que huit mercenaires entièrement équipés les chevauchaient.

Cook allait être le chef des mercenaires montés dans cette mission. Il était plus que qualifié parmi les mercenaires pour être le capitaine de la division montée. Son arme de prédilection était un long hameçon de sept pieds de long ! Cette arme avait les meilleurs attributs des faux et des lances. Elle pouvait être utilisée dans une charge montée et aussi pour trancher et taillader. C’était l’arme parfaite pour un cavalier.

Ils avaient une force principale, des forces auxiliaires, des éclaireurs, des arrière-gardes, un entraînement et des tactiques. Cette compagnie de mercenaires serait considérée comme l’élite partout dans les friches… Et chaque membre de la compagnie était exceptionnellement talentueux et très expérimenté. Ils étaient extrêmement puissants au combat et plus que capables de faire face à la vaste majorité des dangers.

Cependant… quelle était la chose la plus dangereuse dans les friches ?

Les plans des autres hommes !

Terrifiantes catastrophes naturelles, vagues de bêtes… En fin de compte, rien ne tenait par rapport aux cœurs sombres des autres hommes. Les humains étaient par nature des animaux communaux qui avaient besoin de vivre parmi les autres de leur race, il était donc nécessaire de toujours se méfier du danger posé par les autres. D’innombrables exemples de la vie réelle prouvaient que parfois, les humains pouvaient être encore plus sauvages que n’importe quelle bête et encore plus effrayants que n’importe quelle catastrophe naturelle.

C’était une ère de chaos. Il était presque impossible de trouver un groupe de frères et d’amis sur lequel on pouvait vraiment compter.

Les mercenaires étaient peut-être grossiers, anarchiques et brutaux, mais au moins, ils étaient très unis et loyaux les uns envers les autres. Cette loyauté était quelque chose que le jeune homme avait lentement reconnu au cours du mois où il avait été avec eux. Si les mercenaires du tartare avaient pu survivre si longtemps, c’était probablement dû à leur unité, quelque chose d’incroyablement rare dans un endroit comme les terres désolées.

« Revenez-nous ! » Les autres guerriers de l’avant-poste firent leurs adieux aux mercenaires. Même Grizzly et les membres de l’escadron d’élite étaient là pour les saluer. De temps en temps, leurs regards vacillaient en jetant un coup d’œil aux engins, des regards étranges dans leurs yeux.

Les portes de l’avant-poste s’ouvrirent et les mercenaires partirent officiellement !

Ils avaient assigné des sièges à bord du lézard de fer. Les oiseaux à grandes pattes étaient d’excellentes montures, mais les mercenaires n’en avaient que très peu. S’ils étaient contraints de courir une centaine de kilomètres à côté des véhicules, ils seraient probablement épuisés au moment où ils seraient réellement nécessaires au combat.

Les cinq véhicules sortirent en ligne droite. Deux hérissons de fer menaient le chemin tandis que deux montaient à l’arrière, avec le lézard de fer au milieu alors que cette escouade de mercenaires d’élite fonçait plus profondément dans les sables jaunes ondulants des terres désertiques.

Les terres désolées étaient si vastes qu’elles engendraient le désespoir de ceux qui tentaient de les traverser, et d’innombrables ruines et squelettes étaient cachés sous le sable. Cela faisait à peu près un mois et demi, la dernière fois où il avait traversé ce désert, cette fois, ses émotions étaient complètement différentes.

Les mercenaires du tartare ressemblaient à un long et sinueux dragon jaune qui sortait lentement du territoire de l’avant-poste et s’enfonçait plus profondément dans les terres désertiques.

Aucun d’entre eux ne remarqua qu’en se déplaçant, un groupe d’hommes équipés d’équipements étranges se trouvaient furtivement à proximité de l’avant-poste.

On aurait dit qu’ils surveillaient de près ce qui se passait à l’intérieur. Le chef de ce groupe était un homme musclé qui semblait déborder de force et de vitalité. Sa peau était noire corbeau et brillait d’une huile lisse qui le rendait presque métallique. Il était complètement chauve, mais on pouvait voir deux cornes de taureau au sommet de sa tête. Quant à son arme, c’était une énorme épée de la taille d’un être humain normal.

Cette arme devait peser au moins cent livres. Seul un homme d’une force énorme serait capable de manier une telle chose… et clairement, cet homme en était un. Tout aussi clairement, il était un mutant. Mais malgré son apparence brute et son comportement brutal, il avait une paire d’yeux froids qui étaient remplis d’un calme mortel alors qu’il regardait sans ciller la colonie dans les sables « Blackflag. »

Juste à ce moment, un mutant relativement plus mince vint vers lui. Le corps entier de cette personne était couvert de plumes d’un blanc grisâtre. Il avait une bouche acérée et des pieds en forme de pattes d’oiseau, avec des ailes qui sortaient de son dos et suggérait qu’il était peut-être capable de voler. Cette deuxième personne laissa échapper un léger grognement: « Numéro deux, les choses vont mieux se passer cette fois, non ? Ce chasseur de démons est plutôt costaud. Numéro quatre est mort de ses mains. »

« Ne t’inquiète pas, numéro trois. J’ai déjà examiné attentivement cette affaire. Elle est venue sur les terres désolées, donc il n’y a aucune chance qu’un autre chasseur de démons apparaisse ici. Penses-tu vraiment que cette femme soit assez forte pour lutter contre notre maître, toute seule ? Les yeux de l’homme à cornes brillaient d’une haine infinies. « Cette femme a tué un certain nombre de nos amis. Faisons en sorte que sa mort soit lente. »

Le mutant ailé poussa un rire de hibou.

Elle avait osé voyager seule dans les terres désolées ? Elle osait essayer de traquer leur maître toute seule ? Quelle femme stupide !

……

Les sables sans fin dansaient dans les airs, s’élevant vers le ciel et vers le soleil couchant tandis qu’un vent sauvage soufflait à travers les friches. C’était le crépuscule maintenant. Les friches étaient au niveau de la mer et un soleil rouge flamboyant descendait lentement à l’horizon. Une escouade de véhicules émergea soudainement, ressemblant presque à un mirage généré par les torsions de l’air.

Les terres qui se trouvaient devant le convoi étaient déjà très différentes de celles qu’il avait laissées. Toutes sortes de bâtiments et de ruines complètement aléatoires étaient entremêlés dans des anneaux en couches, et toutes sortes de vieux déchets pouvaient être vus. Un certain nombre d’énormes bâtiments métalliques anciens semblaient plantés dans la mer de sable. Ils ressemblaient presque à des navires naufragés géants qui avaient coulé à mi-chemin dans la mer.

Slyfox était dans le véhicule le plus rapide. Il tourna la tête et cria en arrière : « Tout le monde, ralentissez un peu. Nous sommes entrés dans la zone de mission. La géographie ici est assez étrange et il y a beaucoup de ruines ici. Soyez prudents ! »

« Compris ! » Les mercenaires aboyaient tous simultanément.

Woola remarqua que Cloudhawk avait commencé à somnoler. Il ouvrit sa grande gueule et lui donna un coup de croc dans la cuisse. Cloudhawk agit comme un chat dont la queue avait été piétinée et tomba presque du lézard de fer.

« Woola, c’est quoi ce bordel ! » Mais Woola aboya droit sur son visage.

Mad Dog utilisait un morceau de tissu en lambeaux pour polir ses machettes brillantes de neige, une cigarette brute pendait à ses lèvres. Il marmonna indistinctement : « Les ruines comme celle-ci sont l’endroit idéal pour se cacher pour les muta-bêtes… et il pourrait y avoir des unités de balayeurs qui se cachent. À partir de maintenant, tu dois garder les yeux ouverts. »

Cook offrit à Cloudhawk une cigarette allumée. « Tu veux fumer ? »

« Je ne fume pas. » Répondit-il.

« Tu ne fumes pas ? Espèces de tapette »

Il était trop fier pour être insulté. Il attrapa la cigarette avec colère et prit une bouffée très profonde. Les ingrédients bruts qui étaient utilisés par l’avant-poste pour produire des cigarettes assaillirent instantanément ses poumons, lui donnant l’impression qu’une boule de feu venait de s’envoler dans sa gorge et le brûlait de l’intérieur. Le jeune homme toussa si fort qu’il faillit s’évanouir par manque d’air.

« HAH ! »

« Cette recrue est complètement inutile. »

« Bois de l’eau et calme-toi. » Un des mercenaires les plus gentils lui lança une gourde qu’il porta à sa bouche. Sans même y penser. Hélas, on aurait dit que la gourde était remplie d’acide et pas d’eau. Le visage de Cloudhawk devint instantanément rouge et il cracha immédiatement tout le liquide.

Enfoiré. C’était de la gnôle !

Les mercenaires tapaient leurs jambes en rugissant de rire. Depuis que ce gamin avait rejoint leurs rangs, il leur avait fourni un amusement sans fin. Au cours du dernier mois, ils le taquinaient sans pitié quand ils n’avaient rien de mieux à faire.

Juste à ce moment, une voix retentit du véhicule principal. C’était l’un des mercenaires qui criait : « Attention ! Il y a quelque chose devant ! »

Les mercenaires se mirent immédiatement en alerte et le jeune homme sortit précipitamment son bâton. Un groupe d’animaux apparut soudainement à l’avant et à la gauche de leur convoi. Il y avait environ vingt créatures, chacune de la taille d’un chien loup. Ils avaient des yeux rouges, une fourrure aussi dure que l’acier, et ils couraient à une vitesse incroyable en direction de leur convoi.

« Les rats ! » Les mots sortirent des lèvres de Cloudhawk. Ces créatures étaient, sans aucun doute, les rats terribles décrits dans le rapport. Ces choses étaient vraiment grandes. Bien qu’ils ressemblaient toujours à des rats, ils étaient presque aussi gros que des loups ordinaires. Il n’avait jamais vu des rats aussi énormes.

Ils trouvèrent finalement leurs cibles ! Deux des mercenaires tirèrent leurs arcs courts et laissèrent voler deux flèches. Deux des rats laissèrent échapper des cris misérables alors qu’ils s’effondraient au sol. Quand les autres rats affreux virent cela, ils semblaient comprendre le danger dans lequel ils se trouvaient et tous se tournèrent pour fuir dans une autre direction.

« Hah ! »

« Vous ne courrez nulle part ! »

Deux des véhicules accélérèrent après eux. L’un des énormes rats mutants fut frappé de plein fouet et écrasé sous un énorme pneu, ses entrailles jaillissant de son corps. Les mercenaires continuèrent d’accélérer, réussissant à écraser quelques autres rats. La sensation de chair écrasée sous leurs véhicules était enivrante pour eux.

« Chassez-les ! »

« Écrasez-les ! »

Deux des hérissons de fer étaient déjà bien en avance sur le reste du convoi, et ils avaient réussi à écraser et à tuer sept ou huit des rats. Peu importe à quel point ces derniers étaient féroces et sauvages, ils étaient encore faits de chair et de sang ; comment pouvaient-ils résister à l’écrasement de ces monstres de métal ? Peut-être que cette mission ne serait pas aussi difficile qu’ils le pensaient !

Mais au moment où il pensait cela, ils entendirent soudain un cri de surprise.

« Faites attention ! » Un des hérissons de fer perdit soudainement son équilibre, soulevant une énorme tempête de sable alors qu’il volait dans les airs, se retournait, et venait s’écraser au sol. Heureusement, les mercenaires assis sur le hérisson de fer étaient tous très agiles. Dès que le véhicule perdit son équilibre, ils sautèrent immédiatement et évitèrent de se faire écraser.

Que diable était-il arrivé ? Pourquoi un véhicule s’était soudainement retourné ?

Les quatre autres véhicules s’arrêtèrent. » Clowdhawk sortit un vêtement pour couvrir son visage, le protégeant du sable. Le bâton à la main, il descendit et suivit les autres mercenaires pour savoir ce qui se passait.

« Slyfox, Mad dog, regardez ici. C’est… »

Cloudhawk se rapprocha. Le hérisson de fer renversé était fermement planté dans le sol, ses deux roues avant apparemment enduites d’une sorte de liquide vert incroyablement corrosif. Les pneus avaient presque complètement fondu et même les pièces métalliques avaient subi de graves dommages. Ce véhicule était plus ou moins complètement détruit.

« Acide ! Un de ces rats mutants avait probablement du sang acide à l’intérieur. Le rapport de mission ne dit rien sur les rats acides ! » Slyfox fronça les sourcils en scrutant les alentours. « Va te faire foutre. La géographie ici est très compliquée et nous ne pourrons pas conduire cette voiture plus loin. Trouvons un endroit sûr où passer la nuit. Nous finirons de tracer cet endroit demain. »

Les mercenaires ne purent s’empêcher de marmonner. Quant à Clowdhawk, il était tout simplement stupéfait. Ces rats mutants étaient incroyables ; leur sang était apparemment si acide qu’il pouvait même corroder le métal. Si quelque chose tombait sur lui, sa chair et ses os seraient probablement ruinés. Rien qu’une seule goutte de cet acide suffirait à le blesser !

Cook passa devant, lui donnant une tape sur l’épaules. « Il y a toutes sortes de bestioles étranges dans le monde. Allons-y ! »



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 38 – Mission Menu Chapitre 40 – Piège