Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 36 – Détention orçée

Livre 2, Chapitre 36 – Détention forçée

Aurore traîna Cloudhawk jusqu’au manoir du commandant. Quand elle y arriva, elle poussa un soupir de soulagement excité. Ça faisait du bien de s’en prendre à ce glaçon, Frost de Winter.

« Tu l’as ramené rapidement. C’est vrai que tu es ma petite-fille. Ha ha ha ha  ! »

Skye Polaris fonça sur eux comme un grizzly avec la posture valeureuse que seul un général pouvait commander. Il jeta un regard royal sur la forme inconsciente de Cloudhawk, et son visage se durcit. Cet idiot de voleur allait recevoir une douloureuse leçon.

« Attendez… celui-ci est différent. »

« Je me fiche d’où il vient. Il a choisi de s’en prendre à ma famille. Il doit mourir. »

Skye Polaris prenait de l’âge, mais sa fureur explosive n’en était pas moins puissante. Elle était si puissante qu’elle s’imprimait sur les âmes de sa famille, intraitable et éternelle.

« Laisse-moi finir d’abord, tu veux ? ! »

Aurore aboya cette phrase sur son grand-père. Il s’était figé mais s’était tu avec dépit. Elle continua à lui expliquer en détail tout ce qu’elle avait entendu et vu, et son visage perdit peu à peu sa colère pour laisser apparaître la surprise. Il s’était passé beaucoup de choses dans la ville, et il ne l’apprenait que maintenant.

« Trouvez quelqu’un. Appelez M. Ink ! »

Un homme étrangement habillé apparut dans le hall principal du manoir. Il n’avait pas l’air très vieux, peut-être trente à quarante ans. Un masque couvrait la moitié de son visage, et il était habillé dans tous les tons gris foncé. Alors qu’il marchait vers eux, il n’émettait pas un seul son, comme s’il n’était guère plus qu’un esprit.

M. Ink s’était approché de Cloudhawk et avait jeté un regard superficiel à l’homme inconscient. Il tendit une main et tapa doucement sur sa rotule, rétractant avec elle une aiguille fine comme un cheveu, prise entre ses doigts. M. Ink approcha ensuite l’aiguille et l’inspecta pendant quelques instants. « Ce sont les aiguilles de foudre d’Arcturus Cloude. Il est le seul à pouvoir faire ça. »

Le vieil homme connaissait déjà cette réponse. Il insista avec des questions plus urgentes. « Comment est-il ? Estropié ? »

Monsieur Ink l’examina de plus près, puis répondit : « Avec des blessures comme celles-ci, le risque est important. Cependant, il semble que le Seigneur Arcturus n’ait pas délibérément essayé de le massacrer. De plus, ce jeune homme a une constitution unique – certainement atypique. Ses blessures sont sérieuses mais rien qu’un petit traitement ne puisse arranger. Je pense qu’il peut être guéri avec un minimum de blessures permanentes. »

« Bien, alors je vous le laisse. »

Pendant que M. Ink arrachait les aiguilles restantes, Skye Polaris se grattait la barbe et le regardait. Ses yeux brillaient d’intérêt. Il y avait quelque chose de spécial à propos de celui-ci, si Lord Arcturus s’était impliqué personnellement.

« Celui-là a des couilles. Il s’est introduit dans la maison de la famille Polaris pour voler et a fait demi-tour pour brûler le manoir du gouverneur. » Aurore pensait être la personne la plus anarchique et la plus imprudente de la ville. Comparée à celle-ci, elle était un maître de l’étiquette. « Au moins, il est unique. Ce serait une honte de le gaspiller. Laisse-le-moi pour jouer avec pendant un moment. Qu’est-ce que tu en penses ? »

« Jouer, qu’est-ce qu’il est ? Un jouet ? » Il tripota sa barbe et lui lança un regard en coin. « Si nous voulons des soldats, nous avons des soldats. Si nous voulons des chevaux, nous avons des chevaux. Mais la seule chose qui est difficile à trouver, c’est une personne avec un vrai talent. La famille Cloude les a tous. Vous avez raison de dire que le tuer serait une honte. Il est brut, mais il fait un bon bloc à sculpter. En fait… »

Juste à ce moment-là, un bruit surgit de l’extérieur. L’un des soldats fit irruption et se mit à genoux devant le commandant. « Monsieur, le gouverneur Arcturus est là ! »

Le joli visage d’Aurore révéla de la surprise. « Aussi vite ? Comment ? ! »

Son grand-père se leva avec un grognement, se déplaçant comme un grand ours mais avec le commandement majestueux d’un dragon. « Je vais m’occuper de lui. Amène l’enfant en bas. Laissez-moi saluer notre ami de la famille Cloude. »

Quelques minutes plus tard, Arcturus Cloude entra dans la pièce. Il était flanqué de part et d’autre d’Augustus et de Frost de Winter. L’expression d’Auguste était sombre et intraitable, tandis que Frost de Winter était en proie à la fureur. Le gouverneur les menait, vêtu d’une simple robe grise et dégageant le même calme professoral que d’habitude. Ses cheveux poivrent et sel étaient méticuleusement coiffés, sans une mèche mal placée, et il les regardait avec des yeux doux mais pénétrants, aussi profonds et insondables que l’océan.

Le commandant et le gouverneur, deux hommes au contraste saisissant, se faisaient face de part et d’autre de la pièce.

Le commandant militaire en chef de Skycloud affichait ses émotions au grand jour, et la plupart de ceux qui croisaient son regard commençaient immédiatement à trembler des genoux. Il n’était pas un homme. Sous la peau, c’était une bête sauvage. De près, on avait l’impression qu’il pouvait les mordre à tout moment.

Le gouverneur se tenait aussi léger et paresseux que les nuages. Tout en lui témoignait d’une parfaite maîtrise de soi et de la contrainte. Pour quiconque ne le connaissait pas, le gouverneur était l’image d’un érudit aimable.

Baignés dans l’impériosité qui découlait de Skye Polaris, Augustus et Frost de Winter se sentaient tous deux transpercés par des aiguilles. En fait, marcher vers lui était comme combattre un courant. Cela sape votre énergie et le sentiment de danger était étouffant.

Si les deux autres hommes étaient comme des rochers secoués par la montée d’une rivière, alors Arcturus Cloude était comme un filet. Toute la force de la présence du commandant le traversa comme s’il n’était pas là. Le filet n’avait pas bougé, en particulier lors de la fermeture.

« Haha, gouverneur ! Cela fait un bon bout de temps ! » Skye Polaris leur hurla dessus alors qu’il avançait, le visage large et invitant comme s’il saluait de vieux amis. « J’ai entendu dire que votre maison a brûlé ! Ahh, chose terrible. La nouvelle est partout dans la ville. Tous ces dossiers fiscaux – quel gâchis. Ils ne sont pas tous partis en flammes, n’est-ce pas ? »

« Soyez à l’aise, commandant. Il y a eu de légers dégâts, mais d’importants à mentionner n’a été perdu. Nous conservons toujours des sauvegardes des documents importants, donc le problème n’est pas grave. » Lord Arcturus sourit gracieusement et hocha la tête. Il avait certainement l’air aussi indifférent qu’il en avait l’air, traitant l’incident plus comme si quelqu’un avait cassé une de ses tasses. Il poursuivit : « En fait, j’ai entendu dire que quelqu’un est entré par effraction chez vous il y a quelques jours et a volé des choses. La jeune Miss Aurore n’a subi aucune perte insignifiante. Le coupable a-t-il été trouvé ?

«  Hah hah, ah  ! Notre gouverneur est bien informé. Juste un petit voleur, hein ? Si nous le voulions, nous pourrions le rattraper sans problème, mais quel souci est-ce pour un commandant ? »

« Au contraire, vous ne devriez pas prendre cela à la légère. Voler au domicile d’un fonctionnaire met en danger les documents gouvernementaux sensibles. Un intrus dans la maison de notre plus haut officier militaire met tout notre domaine en danger. En tant que gouverneur, j’ai le devoir de m’occuper personnellement de cette question. »

« Relaxe. Je vais m’assurer de trouver ce voleur. »

Ce ne serait pas un problème. N’importe quel bouc émissaire pourrait être évoqué.

« En fait, j’ai déjà réussi à retracer la contrebande. Il a été trouvé avec un groupe de renégats séditieux, bien qu’ils soient sous la direction d’un cerveau. J’ai également entendu dire qu’il y avait des problèmes à la prison, que tous les prisonniers s’échappaient par le réseau de tunnels de la ville. En plus quelques-uns d’entre eux ont été déclarés ennemis publics par le Temple. J’ai des raisons de croire que celui qui vous a volé est la même personne qui a été à l’origine de ces actes terroristes. »

Le visage de Skye Polaris s’assombrit.

« C’est une question que je promets que le Temple prend très au sérieux. » Son ton était égal, ni rapide ni lent. La sincérité semblait recouvrir chaque mot. « J’attends avec impatience l’aide du commandant pour appréhender ce criminel. Nous devons être vigilants. Nous ne voudrions pas apprendre des erreurs – par exemple, héberger des criminels. Cela attirerait certainement la colère du Temple, et ils exigeraient une explication.

Les derniers mots avaient enlevé le masque jovial du visage de Skye Polaris. Le vieux renard était aussi intelligent que jamais. Il ne lui avait pas fallu de temps pour apprendre l’effraction et l’avait même retracée. Il l’avait même apporté au Temple. Ce n’était pas un problème grave, pas encore. Il dut attendre et voir ce que le gouverneur voulait faire avec cette information.

Le vol au domicile du commandant constituait une réelle menace pour la sécurité nationale. De plus, des preuves de cette effraction avaient été trouvées entre les mains d’une organisation illégale. Il suffisait d’alimenter les soupçons selon lesquels d’importants documents militaires avaient également été divulgués.

La même personne était également responsable du jailbreak.

C’était le carburant parfait pour quel que soit l’objectif d’Arcturus Cloude.

« Le gouverneur parle et le commandant écoute. A quoi d’autre pouvons-nous nous attendre ? Mais il y a autre chose. J’espère que je pourrais demander de l’aide. »

« Dites ce que vous pensez, commandant. »

Skye Polaris avait dansé autour d’elle. Son ton devint pensif. « Je suis tombé sur un jeune homme, je pensais qu’il pouvait être transformé en quelqu’un d’utile. Je me suis demandé ce qu’il aurait pu faire pour gagner une telle haine de la part du gouverneur ? L’enfant est à peine adulte et n’est même pas à Skycloud depuis un jour. Je suis surpris qu’un homme de votre stature s’intéresse aussi personnellement. J’ai pensé qu’il devait savoir quelque chose qu’il n’était pas censé savoir. Juste… quelque chose qui me rend curieux.

Frost de Winter ne put plus se retenir et s’avança. « Cloudhawk est un agent d’un démon. Le protéger est un affront aux dieux !

« Un agent démon ? C’est toute une accusation ! Si vous dites qu’il l’est, je suppose que je devrais demander une preuve. Avez-vous des ? Preuve ? A-t-il eu droit à un procès ? Peut-être que « Je suis un espion démon » est gravé sur son front ? J’ai dû le manquer. Il me semble qu’il a été condamné sur votre seule parole – vous dites qu’il est un espion et cela vous donne le droit de le faire disparaître. C’est vrai ? »

Frost de Winter fit un autre demi-pas en avant alors que sa colère débordait. « Tu-! »

Lord Arcturus le coupa d’un signe de la main puis tourna les yeux vers le commandant. « Êtes-vous sûr de vouloir le protéger? »

« Votre famille a toujours été riche en talents. Trois maîtres en une génération, leaders de leurs domaines et intégrés au paysage de la ville, même le Temple. Et à vos côtés, il y a plus qu’Auguste. Vous avez Sélène, Zephyr, Frost de Winter et plus encore. Votre famille contrôle quatre-vingts pour cent des chasseurs de démons du domaine et plus d’agents cachés que je ne peux en compter. Ma famille n’a qu’Aurore à présenter. Les bonnes graines sont difficiles à trouver. Pensiez-vous que j’en laisserais un ? J’y ai déjà pensé – il devrait être envoyé à Hell Valley. Les dieux décideront de son sort. S’il meurt, qu’il en soit ainsi, mais s’il vit, alors il appartient à la famille Polaris !

Contre toute attente, Lord Arcturus n’avait pas semblé prendre longtemps à réfléchir. « Très bien. Étant donné que le commandant est catégorique, je serais heureux de l’obliger. Nous allons y aller. »

Frost de Winter n’en revenait pas. « Maître, mais-»

« Viens. »

Frost de Winter ne pouvait pas comprendre ce qui était arrivé à son maître. Il avait le dessus ! Personne n’était à la hauteur de Lord Arcturus dans ce genre de contestation verbale, alors pourquoi avait-il cédé ?



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 35 – Présence de deux talents Menu Chapitre 37 – Le prix à payer