Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 34 – Le monde exérieur

Livre 1 chapitre 34 Le monde extérieur

à quoi ressemblaient les terres désolées ?

Elles débordaient de pourriture, de saleté, de violence, de barbarie et de corruption ! Elles servaient de griffes aux démons, nés avec le péché dans le sang et à la fois hideux et révoltants. C’est pourquoi ils avaient été bannis des terres Élyséennes.

La reine ensanglantée était une croyante incroyablement dévote et pieuse. Elle n’aurait jamais considéré les profanateurs comme des êtres humains et bien qu’il n’était pas interdit aux Élyséens de faire preuve de pitié ou de miséricorde envers les profanateurs, ils profaneraient les dieux tout-puissants s’ils le faisaient. Mais… ce garçon semblait être différent.

Au cours des deux jours, la reine ensanglantée découvrit peu à peu que ce jeune profanateur n’avait pas trop de mauvaises habitudes. Après s’être empoisonné avec la fléchette afin de la sauver, il lui donna la majorité du peu de nourriture qu’il recevait chaque jour. Il l’aida à soigner ses blessures. Face à son arrogance et à son impuissance, il ne put faire preuve que d’une réticente tolérance à son égard.

Il était une race extrêmement rare de déserteurs.

L’attitude de la reine à son égard s’était améliorée. Elle était maintenant assez forte pour le tuer avec facilité si elle le voulait. Devait-elle le faire ? Devait-elle se débarrasser de l’enfant ? … Il avait des capacités sensorielles uniques ; il pourrait être en mesure de lui servir de système d’alerte précoce. Si elle le laissait vivre, il pourrait lui être utile dans sa mission. Lutter contre ce démon était plus important que tout.

Le désir de tuer de la reine s’était peu à peu estompé, permettant à Cloudhawk de se détendre. Bien qu’elle semblât cruelle et sauvage, elle était en fait une personne très pure et sensible. Elle s’était recouverte d’une coquille de glace dure et acérée, mais c’était pour se protéger dans ces terres désolées et cannibales. Si elle ne se forçait pas à être aussi dure que les habitants des friches, comment pouvait-elle les retenir ?

De plus, elle était une femme pleine de mystères ! Elle était venue d’une terre lointaine pour chasser un de ces soi-disant “démons”. Sa motivation ne pouvait pas être simplement due à sa vocation de chasseuse de démons, n’est-ce pas ? La haine qu’elle avait accidentellement révélée la dernière fois qu’il lui en avait parlé était la preuve que cette mission était une mission de vengeance. La Reine était là pour se venger… mais il n’osa pas lui poser de questions.

Lorsqu’il regarda cette femme guerrière, dure et pieuse, il sentit qu’il pouvait voir la gloire, la sincérité, la fermeté et la vertu des Élyséens. C’étaient des mondes à part, bien loin de ce monde de brutes et de tordus des folles terres désolées. Cette distinction ne fit que rendre Cloudhawk encore plus désireux de visiter les terres élyséennes.

Mais bien sûr, il n’était pas facile de se lier d’amitié avec elle. Elle ressentait un important complexe de supériorité que Cloudhawk ne comprenait pas et elle semblait avoir l’impression que vivre avec un rebus comme lui pendant quelques jours était comme une tache sur son honneur, la plus grande qu’elle ait eu à supporter. C’était comme si la noble fille d’une impératrice était forcée de vivre dans une cabane de mendiant et de partager sa nourriture pendant des jours entiers… et le fait que le mendiant lui avait sauvé la vie était la pire partie !

Si elle n’avait pas voulu se rétablir le plus vite possible pour combattre son ennemi mortel, elle n’aurait jamais accepté une telle humiliation !

Mais la méfiance de la Reine ensanglantée continuait à diminuer de jour en jour, tandis que Cloudhawk devenait lentement de plus en plus audacieux. Pleurnichard, suppliant… il utilisa toutes les méthodes à sa disposition pour essayer d’en savoir plus sur le monde extérieur. Il était vraiment comme un moustique qui bourdonnait toute la journée. Comment la reine de sang ne pouvait-elle pas le trouver irritant ?

Pourtant, par rapport aux autres profiteurs, le gamin avait ses propres qualités, comme son entêtement et sa ténacité. Même s’il était ridiculement stupide et ignorant, c’était vraiment une personne exceptionnelle pour un profane. Elle n’avait jamais rencontré un homme qui rêvait à ce point de quitter les terres désolées.

C’est pourquoi elle répondait de temps en temps à l’une de ses questions. Grâce aux quelques informations qu’elle lui avait fourni, Il avait acquis une toute nouvelle compréhension du monde extérieur.

Les terres désolées représentaient environ 95 % du monde… mais il y avait vraiment des terres bénies. Seulement, elles étaient toutes très, très lointaines, la plus proche se trouvant à environ 2000 kilomètres.

La grande majorité des véhicules des friches roulaient rarement à plus de 150 kilomètres dans n’importe quelle direction. Vous étiez à court de provisions et de carburant et il n’y avait aucune information sur la région dans laquelle vous vous retrouviez. Vous seriez submergé par les bêtes, volé par les hommes, étouffé par le sable, ou peut-être tomberiez-vous dans l’une de ces terrifiantes régions où l’espace et le temps étaient tous deux dilatés. Il y avait de nombreuses variables dans un long voyage, et ainsi même le plus expérimenté des chasseurs de démons n’oserait pas prétendre qu’il pourrait certainement traverser les vastes terres désolées.

Un faible habitant des terres désolées qui passait ses journées à rêver de quitter les terres désolées n’était qu’un imbécile ! La reine ensanglantée n’essaya même pas de dissimuler son mépris pour lui, lui lançant souvent quelques mots moqueurs en lui faisant remarquer combien ses rêves étaient stupides et irréalistes. Même en supposant que ce jeune homme faible et déserteur était vraiment capable de survivre à son voyage en terre élyséenne, pensait-il vraiment qu’ils le laisseraient entrer ? Lui, un païen de bas étage ?

Mais Cloudhawk ne se laissa pas décourager par ses paroles. En fait, il ne fit que s’exciter encore plus. Les terres élyséennes étaient peut-être très éloignées, mais elles n’étaient pas inaccessibles. Avoir un objectif à atteindre était mieux que de se promener, complètement perdu ! Même s’il savait que ses chances étaient minces, il irait quand même se battre pour l’atteindre. Quant à savoir si les Élyséens l’accepteraient ou non ? Cela ne l’intéressait pas du tout.

Le gamin était sans espoir ! La reine finit par se lasser de se moquer de lui.

Quelle était la relation entre les “dieux” et les “démons” ? Entre les « terres désolées » et les « terres élyséennes ? » Cloudhawk n’avait toujours pas de réponse claire à cette question, mais il commençait lentement à comprendre.

Les terres élyséennes étaient un paradis, béni par la prospérité, rempli de piété et de foi. Les dieux avaient accordé une fertilité sans fin aux terres élyséennes, les honorant de récoltes abondantes, ce qui permettait à tous les Élyséens de manger à leur faim. Les dieux avaient béni les terres élyséennes avec un bétail spécial qui se développait très rapidement, permettant à tous les Élyséens de boire le lait de vache le plus délicieux. Quant aux enfants élyséens, les dieux les avaient bénis avec une puissance et une sagesse inconcevables.

Les dieux avaient apporté l’ordre et la paix, et avaient chassé toutes les calamités, les maladies et les douleurs. Ils dotèrent leurs chasseurs de démons de puissants artefacts et de pouvoirs spéciaux et établirent de vastes villes et de merveilleux temples à travers lesquels ils accomplirent le plus inconcevable des miracles. Chaque personne vivant en terre élyséenne n’avait que la plus absolue des révérences envers les dieux.

Quant aux démons ?

Comme leur nom l’indique, ils étaient des monstres et des abominations totalement contraires aux dieux. Ils étaient incroyablement brutaux et sauvages, remplis d’une ambition nue et d’une ruse diabolique. À de nombreuses reprises, ils avaient failli causer la destruction de la race humaine. Ce n’était que grâce aux conseils et à l’aide des dieux que l’humanité avait vaincu les démons. Grâce aux nombreux Élysées que les dieux établirent, des dizaines de millions d’humains purent vivre dans la paix et la prospérité.

Le reste du monde, cependant, fut consumé par les déchets. Les terres désolées étaient auparavant dominées par les démons et les ancêtres des habitants de ces terres étaient supposés être les serviteurs des démons. C’était cette relation qui expliquait pourquoi les habitants des terres désolées étaient généralement hideux et brutaux, et pourquoi ils n’étaient pas acceptés dans les terres élyséennes !

Mais cette époque chaotique de guerre était terminée, les démons ayant pratiquement disparus sans laisser de traces. Les dieux unifièrent le monde, le rendant ordonné et pacifique. Cependant, il y avait encore quelques démons cachés dans les différents coins du monde qui cherchaient stupidement à causer des problèmes, fomentant un vilain plan après l’autre. La ligue des chasseurs de démons fut créée pour mettre fin à leurs vils péchés.

Les chasseurs de démons étaient les guerriers d’élite de toute la race humaine. Ils étaient tous des guerriers sincères et dévoués des dieux qui avaient été dotés de pouvoirs spéciaux… et comme le titre l’indiquait, leur mission divine était de chasser les démons. Chaque fois que la Reine mentionnait les chasseurs de démons, de l’orgueil apparaissait dans ses yeux.

Elle était née dans un clan entier de chasseurs de démons et était la plus jeune et la plus talentueuse chasseuse de démons de sa génération ! Son père, son grand-père, ses oncles… tous étaient de glorieux chasseurs de démons !

……

Cloudhawk secoua le flacon de solution médicinale avant de hausser les épaules en signe d’impuissance. « Nous n’avons plus de médicaments. Je vais devoir en voler un peu plus dans l’atelier de Mantis. »

À ce jour, la reine avait récupéré environ trente à quarante pour cent de son pouvoir. Elle n’avait plus à craindre personne dans l’avant-poste… mais bien sûr, elle n’était pas encore assez forte pour chasser les démons.

La reine de sang n’avait pas encore combattu personnellement un démon. Lorsque les chasseurs de démons partaient à la chasse, ils se déplaçaient généralement en groupe. Elle s’était rendue toute seule, si loin dans les terres désolées. Elle était sans aucun doute courageuse, mais aussi extrêmement téméraire.

Quant à ses blessures, elles mettraient au moins deux semaines à guérir ! Elle espérait que l’ennemi lui donnerait au moins ce temps pour se rétablir.

La reine se leva et se prépara à partir.

« Où allez-vous ? Vous êtes encore blessé. Vous ne pouvez pas encore partir ! » Cloudhawk se dépêcha de l’arrêter. Il n’avait toujours pas les réponses à ses questions ; s’il laissait passer cette occasion, il n’aurait probablement plus jamais d’autre occasion.

« Il n’est pas nécessaire que je continue à me cacher dans cette pièce minable. » Elle avait déjà pris sa décision. « J’admets que tu m’as été d’une grande aide. Les guerriers des dieux n’oublient pas ceux qui leur ont apporté leur aide ! Je peux accepter n’importe quelle de tes demandes, tant qu’elle n’est pas excessive. Parle ! »

Cloudhawk fut instantanément stupéfait. La reine ensanglantée promettait de lui accorder une requête ? Quelle chance incroyable ! Si il le choisissait, il pourrait condamner à mort n’importe quelle personne de l’avant-poste ; qui pourrait bien être le prochain adversaire de ce monstre ? Mais bien sûr, Il ne gâcherait jamais une telle opportunité pour quelque chose d’aussi inutile.

« Je veux quitter les terres désolées ! »

« Impossible ! »

La reine ensanglantée était très mécontente. Elle lui avait déjà dit à de nombreuses reprises que cette demande était impossible, et pourtant le gamin persistait.

Il fronça les sourcils, l’air frustré, puis réfléchit à la question avant de prendre une décision. « Alors je veux apprendre les techniques de chasseur de démons. Pouvez-vous m’en enseigner ? »

Elle ne comprenait pas. « Pourquoi veux-tu les apprendre ? »

« Je le veux, c’est tout ! » Cloudhawk répondit fermement : « Peut-être que je peux aussi devenir chasseur de démons ! »

« La reine ne pouvait pas s’empêcher de rire. Ils avaient passé plusieurs jours ensemble, mais c’était la première fois qu’il la voyait sourire. Cela ne manqua vraiment pas de l’étonner. C’était comme si un iceberg gelé depuis dix millénaires avait soudainement dégelé et fondu, révélant l’âme éblouissante, vivante et belle qui se cachait à l’intérieur. Il fut étourdi par cette vision.

« Espèce d’imbécile têtu et rêveur ! » Le visage de la Reine s’endurcit rapidement une fois de plus. Elle dit de sa voix froide habituelle : « Je peux t’enseigner, oui… mais je dois t’avertir dès maintenant que si tu n’as pas le talent nécessaire ou la bénédiction des dieux, ces techniques te seront complètement inutiles, même si par miracle tu parviens à les maîtriser. »

Le garçon révéla un regard d’extase absolue. Il ne s’attendait vraiment pas à ce qu’elle soit d’accord… mais elle le fut ! « Je m’en fiche ! Je veux juste avoir la chance de l’apprendre ! »

« Si tu es vraiment si têtu pour essayer d’apprendre des techniques de chasseurs de démons, alors je vais te les enseigner. Cependant, je ne le ferai qu’une journée. » La reine ensanglantée remit son masque d’argent et sa voix redevint rauque et grinçante une fois de plus. « Viens me trouver quand tu seras prêt. »

Après avoir parlé, elle quitta la pièce. Cloudhawk restait là, bêtement, en regardant sa silhouette s’éloigner.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 33 – Traitement Menu Chapitre 35 – La conviction des faibles