Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 35 – La conviction des faibles

Livre 1 chapitre 35 La conviction des faibles

La nuit tomba. L’entraînement terminé, les mercenaires se séparèrent en petits groupes en quête de divertissement.

Cloudhawk, cependant, se faufilait furtivement vers l’atelier de Mantis. Il voulait profiter de cette période où personne n’était là pour fouiller dans sa cachette et voler quelques pots de médicaments. Il se rappelait comment il avait mélangé les différents produits et les fluides médicinaux et était sûr de pouvoir faire de même. « Ce monstre. Il continue à me donner des ordres tout le temps. Il considérera ce truc comme mon salaire ! »

Cloudhawk n’était pas un saint venu pour sauver les masses, ni un gentleman qui suivait un code de chevalerie. L’avant-poste était sur le point d’affronter un ennemi puissant ! C’était cette question qui le préoccupait. Plus la reine était forte, plus l’avant-poste serait sûr… et plus l’avant-poste était sûr, plus Cloudhawk serait en sécurité. De plus, se lier d’amitié avec la reine était une forme d’investissement qui pourrait être rentable à l’avenir. Il pourrait être capable d’apprendre quelques choses d’elle.

C’est fait ! Cloudhawk berça avec suffisance les deux pots de médicaments et se prépara à partir. En se retournant, il vit une grande silhouette maigre qui se tenait juste derrière lui. L’homme se tenait là comme un spectre, ne faisant aucun bruit et couvert par l’obscurité d’une nuit sombre. Une aura silencieuse et sinistre émanait de lui, mais on ne pouvait voir aucune expression sur son visage. Ses lunettes, cependant, brillaient d’une lumière froide.

Cloudhawk faillit sauter en l’air de frayeur. « Es-tu un fantôme ? ! » Quand ce type était-il apparu ? Pourquoi ne l’avait-il pas remarqué ?

Mantis tourna son regard vers les pots de médicaments que Cloudhawk tenait. Il avait été pris en flagrant délit et il n’avait nulle part où se cacher. Tout ce qu’il pouvait faire, c’était trouver une excuse farfelue : « J’ai l’impression de ne pas être encore complètement guéri, alors j’ai pensé que je pourrais prendre un peu plus de médicaments. Ne sois avare, d’accord ? »

Mantis resta impassible, comme un morceau de glace. Il n’y avait aucun moyen de savoir s’il était en colère ou non.

Swoosh  ! L’homme fit un seul pas en avant, un scalpel glacé s’envola soudainement d’entre ses doigts. Les yeux de Cloudhawk s’élargirent. Putain de merde. Ce n’était qu’un médicament ! Tu vas vraiment me tuer pour ça ?

Mantis s’avança, agile et silencieux comme un chat. Ses mouvements étaient fantomatiques et insondables. Le scalpel glacé embrassa les oreilles de Cloudhawk alors qu’il passa devant sa tête… et puis Mantis marcha devant lui, sans même jeter un regard au garçon alors qu’il retournait à son poste de travail habituel. Mantis mit ses gants, prit ses outils, alluma une lampe, puis commença à effectuer son travail normal avec son imperturbabilité habituelle.

Les vêtements de Cloudhawk étaient complètement couverts de sueur froide. Pendant ces quelques secondes, il eut l’impression d’être face à une vipère, comme s’il avait attiré l’attention d’un dieu de la mort. Après s’être remis de sa peur, un élan de colère le traversa. « C’est quoi ce bordel, mec ? Tu essaies de me faire mourir de peur ? »

Les trois capitaines étaient des salauds. Slyfox était insidieusement vicieux. Mad Dog était brutal et violent tandis que Mantis était complètement insondable.

Cependant, les paroles suivantes de Mantis firent complètement disparaître sa rage. Il se tenait là, un regard stupéfait. La voix de Mantis était calme et froide, comme s’il ne discutait que de questions mineures, mais ses paroles étaient comme un coup de tonnerre.

« Son monde ne t’est pas destiné. Nous sommes nés dans l’obscurité des déchets, et à l’obscurité appartient les déchets, et ceux, pour toujours. »

« De quoi tu parles ? »

Mantis ouvrit le cadavre devant lui avec précision en utilisant son scalpel, et dit de sa voix habituellement sans émotion, « Souviens-toi de ce que j’ai dit. Tu peux partir maintenant. »

Cloudhawk stupéfait resta là pendant cinq secondes. Mantis ne se retourna pas pour le regarder, et ne rajouta rien de plus ; il semblait complètement absorbé par ses recherches.

Cloudhawk connaissait bien le tempérament de Mantis. L’homme appréciait ses mots comme de l’or et ne disait jamais de bêtises. Cet homme mystérieux et secret savait-il quelque chose ? Cloudhawk voulait le savoir, mais il finit par avaler ses mots.

Si Mantis ne voulait pas parler, il n’y avait aucun moyen de lui soutirer des mots. De plus, cela n’avait pas vraiment d’importance pour le moment. La chose la plus importante était d’aller trouver la Reine. Il n’avait pas de temps à perdre ici, alors il serra les pots médicinaux dans ses bras en s’enfuyant de l’atelier de Mantis.

……

Il y avait un grand complexe d’appartements au centre même de l’avant-poste. Non seulement cette structure était grande, mais elle était aussi extrêmement robuste ; dans les terrains vagues, elle pouvait absolument être considérée comme un luxueux manoir.

Le garçon voulait en savoir plus sur le monde extérieur, ainsi que sur les compétences et les techniques de ce monde. Il était de plus en plus enthousiaste rien qu’à y penser. Il frottait la pierre qui pendait autour de son cou. Peut-être que s’il devenait chasseur de démons, il apprendrait à libérer le véritable pouvoir de cette pierre. Cette possibilité était la raison pour laquelle il insista pour apprendre les techniques de chasseur de démons. Même s’il ne savait pas d’où venait la pierre, il était certain qu’elle était extraordinaire.

Mais juste au moment où il s’apprêtait à entrer dans la résidence privée de la reine… swish  ! Une flèche à plumes passa devant son nez et plongea dans le rocher juste à côté de lui. Un quart de la flèche était enfoui dans la roche et la plume tremblait encore. Si elle n’avait été que de quelques centimètres à droite, elle aurait fait un trou directement dans sa tête.

« Cet endroit t’est interdit. Dégage ! »

Un homme énorme s’avança, avec des gardes d’élite à ses côtés. Il avait déjà vu cet homme et l’avait reconnu ; c’était le (maintenant seul) capitaine des gardes d’élite, Grizzly ! Un expert au même niveau que les trois capitaines des mercenaires du Tartare. Il n’aurait pu battre aucun des gardes d’élite, et encore moins Grizzly lui-même.

« Pourquoi tu m’arrêtes ? » Cloudhawk regarda Grizzly droit dans les yeux, ni obséquieux ni autoritaire. « La reine m’a convoqué ! »

« HAH ! »

« Va pisser dans une piscine et regarde-toi bien. »

« Tu crois vraiment que la reine convoquerait un morveux comme toi ? » Les gardes d’élite se mirent à se moquer de lui.

« Alors une recrue des mercenaires du Tartare est venue sur mon territoire pour causer des ennuis, hein ? » Grizzly se dirigea vers Cloudhawk. Comme une montagne, il fixa le morveux qui se trouvait devant lui, ses yeux bestiaux et affamés brillaient de colère. « Même Slyfox n’oserait pas causer de problèmes ici. Tu vas aller te faire voir avant que je ne commence à m’énerver sérieusement. »

Cloudhawk n’était pas du tout effrayé par ses paroles. Il regarda fixement l’homme de la taille d’une montagne.

« Espèce de petite merde. » Grizzly était furieux de l’attitude du gamin. Alors qu’il s’apprêtait à frapper, une voix rauque s’éleva soudain de l’intérieur de la résidence. « Laisse-le entrer ! » La voix ressemblait au sifflement d’une centaine de serpents et était absolument époustouflante.

Grizzly s’arrêta, l’air hébété. « Ma Reine… »

La voix rauque de la reine ensanglantée retentit une seconde fois. « Avez-vous des objections ? »

« Aucune ! » Grizzly s’empressa de reculer respectueusement. C’était un guerrier légendaire de Blackflag, le premier capitaine des gardes d’élite… et pourtant il n’osait même pas respirer trop fort en présence de la Reine !

Cloudhawk devait vraiment admirer cette femme pour cette démonstration de respect. Il n’était pas possible d’apprivoiser facilement quelqu’un comme Grizzly. Prenons l’exemple de Slyfox ou de Mad Dog : bien qu’ils craignaient le pouvoir de la reine, il était impossible qu’ils soient vraiment prêts à se soumettre de tout leur cœur à elle !

Grizzly regarda le garçon entrer dans la résidence privée de la reine, une lueur de jalousie au fond des yeux. Il avait suivi la reine pendant près d’un an, mais n’avait jamais eu la chance d’entrer dans sa résidence privée. Comment ce déchet que les mercenaires du Tartare avaient ramassé on ne sait où avait-il pu bénéficier des bonnes grâces de la reine ? Comment ? COMMENT ?

Plusieurs des gardes d’élite se mirent à marmonner à leur tour.

« La Reine a disparu pendant quelques jours. Que lui arrive-t-elle ? »

« Même notre chef Grizzly n’a pas été autorisé à entrer dans sa résidence privée. Pourquoi diable le gamin a-t-il été autorisé à entrer ? »

Grizzly aboya : « Fermez-la ! » Les gardes échangèrent quelques regards, et tous se turent.

Pourquoi le règne de la reine sur l’avant-poste de Blackflag était-il si stable ? Son pouvoir écrasant était une raison, mais une autre raison très importante était qu’elle avait le soutien indéfectible des gardes d’élite.

Grizzly était le chef des gardes d’élite. Pourquoi était-il si loyal envers la reine ? C’était peut-être un mystère pour les autres, mais tous les membres de l’élite de la garde connaissaient la vraie raison. Hélas, la reine ensanglantée était cruelle et fière ; elle considérait tous les profiteurs comme des fourmis pour la trituration ou du blé pour la fauche. Elle ne les considérait jamais comme des égaux ! Tous les frères des gardes d’élite se sentirent mal pour Grizzly ; ils pensaient que cela ne valait pas la peine.

Grizzly avait un regard complexe. Lorsque la reine ensanglantée était venue pour la première fois à l’avant-poste de Blackflag, il avait, tout à fait par accident et par hasard, réussi à voir son vrai visage. On peut dire qu’il fut la toute première personne de tout l’avant-poste à voir son vrai visage. Bien qu’il n’en ait eu qu’un aperçu, sa beauté était quelque chose d’extérieur à ce monde et n’était pas quelque chose que les terrains vagues pouvaient voir naître… son esprit fut marqué au fer rouge.

Il n’avait aucune idée d’où venait la reine ensanglantée. Il ne savait pas ce qu’elle avait vécu ni quel était son but. Il ne savait rien du tout d’elle… et rien de tout cela n’avait d’importance. Depuis qu’il avait vu son vrai visage, il avait l’impression d’avoir trouvé une oasis pure et sacrée au sein de la sombre brutalité du monde.

Ses sentiments n’étaient pas seulement l’amour et l’adoration que les faibles ressentaient envers les forts ; c’était un type de foi, un type de conviction que chaque personne avait.

Grizzly croyait avoir découvert la plus belle chose au monde. Elle était le plus parfait des joyaux, la flamme de la foi qui bannissait l’obscurité autour de lui. À partir de ce jour, il décida de consacrer entièrement tout ce qu’il avait à sa protection. C’était peut-être un homme grossier et méprisable qui n’était pas digne de tenir ce trésor divin entre ses mains, mais il ne permettrait absolument à rien ni à personne de le violer. Pas même la moindre tache n’était acceptable !

« Ce gamin… »

Les grands poings de Grizzly, durs comme de l’acier, ne purent s’empêcher de se serrer. Il se sentait nauséeux, comme s’il venait d’être forcé d’avaler quelques dizaines d’asticots ! Ce sale charognard de bas étage… comment avait-il bénéficié des faveurs de la Reine ? Pourquoi diable était-il autorisé à entrer dans sa résidence ?

« Grizzly, que dirais-tu si je prenais quelques-uns de nos frères et… » Un des gardes d’élite balaya la zone avant de faire un geste de coupe avec sa main.

Grizzly hésita un moment. « Faites attention aux mercenaires du Tartare. Slyfox est extrêmement protecteur. »

Le garde d’élite ricana. « Ne t’inquiète pas, patron. On va le tuer proprement. Personne ne nous suspectera. »

Grizzly ne pouvait pas s’empêcher de penser à Wulf. Si Wulf n’était pas mort, l’équipe d’élite n’aurait pas du tout à craindre les mercenaires du Tartare. Il avait déjà perdu son ami le plus loyal ; il ne pouvait pas laisser l’être le plus sacré de son monde être souillé par un rat. Elle était la dernière chose qui le maintenait en vie dans le monde obscur des terres désolées !

Ce pauvre bâtard, Il n’aurait jamais imaginé dans ses rêves les plus fous que Grizzly était à ce point épris de la Reine… et il ne se serait certainement jamais attendu à offenser toute l’escouade d’élite de la garde de l’Avant-poste à cause de cette visite.

« Je ne m’attendais pas à te voir si tôt. »

Les cheveux noirs corbeaux de la reine ensanglantée se répandirent sur ses épaules alors qu’elle s’avançait vers lui. Elle ne portait pas sa cape habituelle ni son armure de cuir, juste une longue robe. Son cou blanc comme neige était long et gracieux, ce qui lui donnait l’air d’un cygne noble et fier. Le léger décolleté qu’elle montrait suffisait à rendre fou de luxure presque n’importe quel homme, et ses longues et fines jambes pâles étaient à peine visibles. Ses jambes étaient comme une œuvre d’art. Elles s’ajoutaient à sa froideur, à sa dignité et à sa beauté majestueuse.

La seule chose désagréable chez elle était cet hideux masque de démon.

Cloudhawk était encore trop jeune et ignorant pour être ébloui par sa beauté, aussi son attention fut-elle attirée par autre chose. La salle de bain avait une baignoire entière d’eau propre qui semblait avoir été utilisée, car elle disparaissait lentement dans les tuyaux.

« Preniez-vous un bain à l’instant ? » Les yeux de Cloudhawk étaient si ronds qu’ils menaçaient de sortir de sa tête. « Vous avez utilisé une baignoire entière d’eau propre, juste pour prendre un bain ? »



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 34 – Le monde exérieur Menu Chapitre 36 – Comptes réglés