Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 33 – Traitement

Livre 1 chapitre 33 : Traitement

Qu’est-ce qui lui donna le courage de faire une telle chose ? L’ignorance absolue !

Pour Cloudhawk, si la Reine pouvait survivre plusieurs jours sans mourir, le poison ne pouvait pas être si puissant, n’est-ce pas ? C’était un méta-humain de récupération. Comment pouvait-il perdre contre une femme dans ce domaine ?

Mais bientôt, il réalisa qu’il avait tort. Complètement, ridiculement tort ! Moins de cinq minutes après que la fléchette empoisonnée lui entailla la peau, il réalisa qu’il avait complètement perdu toute sensation dans tout son bras. De larges pans de peau commencèrent à virer au noir violacé. Effrayé, il se mit à courir tout droit vers l’atelier de Mantis !

Mantis était en train d’inspecter un nouveau spécimen. Il ajusta ses lunettes, la lumière froide se reflétant sur le verre. « Comment exactement as-tu été empoisonné par une vipère à deux têtes ? »

Cloudhawk fit semblant d’être complètement désorienté en secouant vigoureusement la tête. « J’ai dû être pris en embuscade par un des balayeurs pendant ce combat. Je n’ai rien remarqué au début, mais maintenant tout mon bras est engourdi ! »

Mantis lui jeta un regard profond et prolongé. « Vraiment ? »

« Pourquoi tu me regardes comme ça ? ! » Le regard fit se dresser les cheveux de Cloudhawk. « Tu vas me sauver ou pas ? »

Sans dire un mot de plus, Mantis se mit au travail. Il mélangea un certain nombre de fluides médicinaux étranges, produisant deux petits pots de fluide qu’il lui remit. « Le premier doit être étalé sur la blessure elle-même, pour éviter qu’elle ne s’infecte. Le second doit être pris par voie orale pour éliminer le poison dans ton corps. Tu t’en remettras en un jour. »

Le visage de la reine était cendré alors qu’elle était allongée sur le lit. Ses cheveux noirs comme des corbeaux étaient couverts de sueur et ses sourcils étaient tricotés dans la douleur. Cette femme dominatrice, qui réussit à tuer un mangeur d’hommes de trois mètres de haut en une seule caresse, était maintenant complètement impuissante. En fait, elle avait l’air plutôt triste et pitoyable. Lorsqu’il poussa la porte et courut à l’intérieur, elle n’avait pas réagi.

S’était-elle encore évanouie ? Même si ce n’était pas le cas, elle était clairement dans un sale état ! « Vous ne pouvez pas mourir. Même si vous mourrez, vous ne pouvez pas mourir ici. Je ne vous ai encore posé aucune question ! »

Cloudhawk commença à enlever maladroitement ses vêtements. Juste au moment où ses mains touchaient sa peau, ses cils battirent légèrement. Un regard glacé se posa sur lui. Elle utilisait son regard pour l’avertir qu’il prenait une décision dangereuse, très dangereuse.

Lorsque Cloudhawk vit le regard de la femme, il sentit son cœur se serrer de peur. Même si elle était extrêmement faible, son regard contenait encore une qualité hypnotique et terrifiante.

Elle était d’une beauté incroyable. C’était aussi une guerrière indomptable et sans peur. Ces deux traits étaient complètement contradictoires, mais ils avaient en quelque sorte été réunis en elle. Quel type de foi pouvait produire quelqu’un comme elle ?

« Je croyais que vous vous étiez évanouie. » Il retira maladroitement ses mains et montra les deux bouteilles qu’il apportait. « J’ai l’antidote ici. Puisque vous ne vous êtes pas évanouie, vous pouvez vous soigner vous-même. »

Cette femme n’était pas seulement puissante, elle avait aussi un terrible tempérament. Cloudhawk était terrifié à l’idée qu’elle puisse le gifler et le transformer en de la viande hachée, il n’osa donc pas la toucher. Au lieu de cela, il lui remit docilement les deux bouteilles.

La reine se sentit à la fois engourdie et impuissante. Elle n’avait plus du tout la force de bouger. Elle essaya de se lever, mais découvrit qu’elle en était incapable. Après de nombreuses tentatives, elle finit par abandonner.

Cloudhawk était perplexe. « Qu’est-ce qui ne va pas ? »

La Reine lui lança un regard lourd. Bien qu’il soit un méprisable homme du désert, il était plutôt beau et son expression ne révèlait aucune arrière-pensée. « Tu le fais. » Elle était membre d’un clan noble, était une fière chasseuse de démons et avait un sens inné de la supériorité sur les profanateurs. En conséquence, elle s’exprimait de manière très impérieuse, presque comme si elle ordonnait à un serviteur de faire quelque chose.

Mais cela n’avait pas vraiment d’importance. Cloudhawk n’était pas gêné par son attitude. Il cligna des yeux plusieurs fois avant de marmonner doucement : « Je peux vous aider si vous voulez, mais si je vois accidentellement quelque chose que je ne devrais pas voir ou si je touche quelque chose que je ne devrais pas toucher… J’ai peur que vous m’arrachiez les yeux ou que vous me coupiez les mains. Je ne veux vraiment pas faire ça. »

Ses inquiétudes n’étaient pas complètement infondées. Étant donné la personnalité de la Reine, elle était tout à fait capable de faire de telles choses.

La Reine continuait de le regarder sévèrement. Si les regards pouvaient tuer, il serait mort cent fois. « Hmph. Je ne suis pas aussi excessive que tu le penses. Je ne te ferai rien tant que tu ne tenteras rien d’étranges. »

« Très bien. » Cloudhawk s’approcha à contrecœur. Il l’aida d’abord à enlever ses vêtements extérieurs, révélant les vêtements noirs serrés et moulants qui se trouvaient en dessous. Il s’agissait d’une armure fabriquée à partir d’une sorte de cuir incroyablement résistant. Le travail était exquis et minutieux ; il était impossible de fabriquer quelque chose comme cela dans les terres désolées.

« Je, euh, dois enlever ce truc aussi. »

« Tais-toi et fais-le ! »

Les mots de la reine étaient durs et méprisants, mais son visage se mit à rougir légèrement. Elle ferma les yeux, ne voulant rien voir de plus. Ses actions rendirent Cloudhawk encore plus mal à l’aise ; elle ne le tuerait pas par la suite pour le faire taire, n’est-ce pas ? Mais il ne pouvait rien faire d’autre.

Il détacha soigneusement son armure de cuir, mais il lui était impossible d’éviter tout contact avec elle pendant qu’il faisait cela. Grâce à son méta-pouvoir de contrôle, Cloudhawk pouvait clairement sentir tout son corps tendu chaque fois qu’il la touchait. Il était clair que cette femme n’était pas aussi ouverte à l’idée d’être touchée par un homme qu’elle le prétendait.

La plus grande partie de son armure de cuir était maintenant retirée, laissant derrière elle un sous-vêtement noir qui couvrait le haut de sa poitrine. Le reste de son corps était maintenant complètement dénudé. Il n’avait jamais touché une femme avant aujourd’hui, et encore moins vu une forme aussi parfaite. Chaque centimètre de son corps semblait avoir été parfaitement sculpté et moulé. Quant aux liens noirs de sa poitrine, ils étaient extrêmement serrés mais ne pouvaient toujours pas masquer complètement ses courbes.

« Attention à tes yeux ! » La reine fermait ses propres yeux lorsqu’elle lança cet avertissement. Cloudhawk reprit rapidement ses esprits et commença à soigner ses blessures. Elles étaient encore plus graves que prévu ; son ventre était presque complètement noir. Il ne pouvait même pas imaginer quelle méthode elle avait utilisée pour limiter les dégâts dans cette région, afin d’empêcher qu’ils ne s’étendent davantage.

Il avait appris de Mantis, et par conséquent, ses mouvements étaient très rapides et propres. Il utilisa un scalpel pour couper la chair en décomposition autour des plaies, laissant le sang coagulé s’écouler. Il versa une partie des fluides médicinaux sur ses plaies. La Reine plissa les sourcils de douleur, peut-être parce que le liquide piquait, mais elle ne sortit aucun son.

C’était vraiment une femme solide. Cloudhawk lui-même était sur le point de sauter de haut en bas à cause de la douleur qu’il ressentait en étalant le médicament sur ses blessures.

« Vous ne pourrez pas vous remettre de ces blessures en un ou deux jours seulement. » Il banda ses blessures avec un tissu et mit le reste du médicament de côté. « Heureusement, je suis un méta-humain de récupération et en tant que tel, je peux guérir rapidement. Je n’ai pas eu besoin d’utiliser trop de médicaments. Tout le reste est à votre disposition ».

La Reine ensanglantée se sentit complètement humiliée tout au long de ce processus, mais elle n’avait pas le choix. Elle serra les poings très fort. Heureusement, l’enfant n’avait pas essayé de la peloter pendant le processus, sinon elle l’aurait vraiment coupé en morceaux jusqu’à ce qu’il se transforme en viande hachée. Quant au médicament, il semblait vraiment efficace ; sa douleur commençait déjà à s’atténuer et elle ressentait déjà un soulagement.

« Je connais l’atelier de Mantis comme ma poche et j’ai mémorisé tous les ingrédients qu’il a utilisés pour créer l’antidote. Si cela ne suffit pas, j’y retournerai et j’en volerai d’autres pour vous ». Cloudhawk l’aida à remettre ses vêtements. « En bref, ne vous inquiétez pas. Vous vous remettrez de tout ça. »

La reine le regarda d’un air plutôt contrarié. « Arrête de bavarder ! »

Elle était vraiment difficile à gérer. Cloudhawk secoua la tête et se retourna pour partir. La reine ensanglantée se sentit instantanément perplexe. « Où vas-tu ? »

Ce dernier répondit sans défense : « Votre Altesse Royale, si je voulais vous faire du mal, je n’aurais pas perdu tout ce temps à vous aider. Pouvez-vous arrêter avec tous vos soupçons ? Reposez-vous. Je reviendrai bientôt ! »

« VOUS ! » Les yeux de la reine ensanglantée se plissèrent. Comment ce profiteur osait-il agir ainsi à son égard ? C’était absurde et inacceptable !

Environ quinze minutes plus tard, Cloudhawk revint avec un gros tas d’objets dans les bras. Il avait quelques bouteilles d’eau propre, quelques morceaux de viande séchée, des médicaments pour les blessures par perforation, des bandages fraîchement lavés et nettoyés, et divers autres instruments nécessaires pour soigner les blessures.

Il ramassa un des morceaux de viande séchée, qu’il mâcha et avala en marmonnant du coin de sa bouche : « Vous êtes gravement blessé. Je me suis dit que vous auriez besoin de temps pour vous remettre, alors j’ai pris quelques objets dont nous pourrions avoir besoin ». Cloudhawk termina le morceau de viande en quelques instants… et à ce moment-là, un gargouillement se fit entendre.

Le son était très doux, mais il était extrêmement perceptible vu le silence de la pièce. Le son provenait du ventre de la reine. Elle était couchée là comme une statue de jade, les yeux fermés pendant qu’elle se reposait… mais maintenant, son beau visage était devenu rouge-betterave. La rougeur s’étendait jusqu’à son cou et ses oreilles, la rendant plutôt adorable.

C’était gênant. Vraiment, vraiment gênant. Elle s’était en fait mise dans l’embarras devant ce bâtard païen. « Oh mon Dieu, je veux trouver un trou pour me cacher. »

Cloudhawk continuait à mâcher sa nourriture en marmonnant : « Vous avez faim, hein ? »

Elle laissa échapper un reniflement, mais ne dit pas un mot. Sans déconner ! Tu fais exprès d’essayer de m’énerver ? S’il savait qu’elle avait faim, pourquoi ne pouvait-il pas simplement lui donner à manger ? Attendait-il qu’elle lui demande ? La Reine était très fière ; elle préférait mourir de faim plutôt que de baisser la tête et de demander de la nourriture à un païen !

« Attendez une seconde. » Cloudhawk versa un peu d’eau dans un bol, arracha quelques bandes de viande séchée et les déposa dans le bol avec du pain. Quelques instants plus tard, il se rendit à sa porte et alluma un morceau de bois, en tenant le bol au-dessus pour le réchauffer. Ce n’est qu’ensuite qu’il rapporta la “soupe” à la Reine. « Votre corps est assez faible en ce moment. Cela vous aidera à aller mieux plus vite. »

La reine fixa vaguement la soupe chaude et panifiable, quelques émotions mitigées scintillant dans ses yeux clairs et limpides.

« Je sais que vous êtes habituée à un meilleur traitement, mais c’est la meilleure nourriture que j’ai sur moi. En fait, je l’ai gardée ces derniers jours pour me faire plaisir. Pour l’instant, il faut juste faire avec, d’accord ? Vous voulez que je vous nourrisse ? »

« Pas besoin. » La reine avait un visage plutôt complexe quand elle prit le bol brut dans ses mains. Elle prit une petite gorgée de façon très délicate, laissant de petits morceaux de pain dur et de viande de rat s’écouler dans son estomac avec l’eau chaude. Cela n’avait pas vraiment bon goût, mais elle sentait qu’une certaine force lui revenait.

Cloudhawk se détourna pendant qu’elle mangeait pour s’occuper d’autres tâches. Mais alors qu’il se retournait, une voix douce et murmurante lui parvint de derrière. « Merci… »

Cloudhawk fut stupéfait. Entendait-il des choses ? Il se retourna, le regard confus. « Qu’est-ce que c’est ? Vous avez dit quelque chose ? »

« Tu es sourd ? Va te faire foutre ! » Le regard de la reine ensanglantée était si vif qu’il avait l’impression de pouvoir le couper en trois.

« Ne vous énervez pas. Je ne m’attendais pas à ce qu’une femme sauvage comme vous dise “merci” à quelqu’un. Je n’essayais pas de me moquer de vous, honnêtement ! » Cloudhawk ne put s’empêcher de lancer deux piques. Il était désormais certain qu’elle n’était pas aussi inhumaine qu’il le pensait.  « La reine ensanglantée »… ça ressemble à un surnom. Vous devriez avoir un vrai nom, non ? Vous pouvez me le dire ? »

La Reine finit le reste de la “soupe”. « Je suis fatiguée. »

« Oh. Je suis fatigué aussi, en fait, mais il n’y a qu’un seul lit. Je suppose qu’on va devoir se serrer un peu. » Il l’avait fait pour plaisanter et les résultats étaient tout à fait prévisibles ; les yeux de la Reine le fixaient. Il se dépêcha de dire : « Mais vous savez, c’est trop serré. Je vais dormir par terre. »

C’était mieux comme ça ! La reine ne dit pas un mot de remerciement alors qu’elle s’allongeait sur le lit.

Elle n’avait même pas répondu à la question ! « Ah, oubliez ça. Pas de précipitation. » Cloudhawk souffla la lampe, se fit un lit de paille et se recouvrit de la peau de loup que Slyfox lui avait apportée.

« Je m’appelle Cloudhawk. »

La reine ne répondit toujours pas.

« C’est sûr qu’elle est inamicale. Je suppose qu’elle n’aime vraiment pas les friches. » En réalité, rien de tout cela n’avait d’importance. La peau de loup puait terriblement, mais elle était aussi très chaude. Cela faisait deux jours et deux nuits qu’il ne s’était pas reposé, alors il plongea dans le doux pays du sommeil.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 32 – Empoisonnement volontaire Menu Chapitre 34 – Le monde exérieur