Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 22 – Le bataillon de balayeur

Livre 1 chapitre 22 : Le bataillon de balayeur

Le soleil du matin se levait de plus en plus haut, libérant sa chaleur brûlante sur le monde. La lumière du soleil se répandit sur les terres désertiques, embrassant le visage des guerriers de l’avant-poste de Blackflag et les baignant d’une lumière brûlante et sanglante. Même lorsque la lumière du soleil devenait si intense que les gardes de l’avant-poste pouvaient à peine voir, ils continuaient à loucher et à regarder fixement alors que le bataillon se rapprochait de plus en plus.

Ils étaient les véritables prédateurs des déserts, les sauterelles des terres désertes, les êtres les plus terrifiants et les plus notoires que ces terres stériles avaient à offrir !

Les balayeurs aimaient se promener dans les déchets et attaquer les caravanes et les unités, mais ils n’osaient généralement jamais lancer des attaques directes contre des bases aussi importantes que l’avant-poste de Blackflag. Après tout, celui-ci comptait plus de dix mille habitants et des milliers d’hommes valides. Sans aucun doute, c’était un os dur à mâcher pour toute unité de balayeurs.

Mais les choses étaient différentes à l’heure actuelle. La désastreuse vague de bête venait de prendre fin, entraînant de multiples brèches dans les barricades et de lourdes pertes pour les défenseurs de l’avant-poste, alors que tous étaient épuisés. Blackflag n’avait jamais été aussi faible. Si un bataillon de balayeur était déterminé à détruire l’avant-poste de Blackflag, l’occasion la plus parfaite se présentait ce jour.

Même des personnages comme Mad Dog et Slyfox avaient le regard lourd. Un bataillon de balayeur était tout aussi dangereux qu’une vague de bêtes, mais il y avait une différence. Les vagues de bêtes étaient peut-être sauvages, mais elles n’étaient finalement rien d’autre qu’une bande d’animaux stupides. Les bataillons de balayeurs, eux, étaient composés de mutants humains.

Les mutants n’étaient pas forcément stupides. Certains d’entre eux étaient très intelligents et les plus intelligents se voyaient souvent attribuer des rôles de direction. Ils aidaient à forger des armures, à fabriquer des armes, à apprivoiser des bêtes, à conduire des véhicules, ou même à faire des armes à feu. Les bataillons de balayeurs avaient leurs propres tactiques militaires. Ils comprenaient les principes du renforcement et pouvaient rechercher les faiblesses. S’occuper d’eux était complètement différent de s’occuper de vagues de bêtes !

« Ecoutez, les bleus. Ne faites pas une seule chose sans ordre. » Slyfox commença lentement à charger des balles dans ses pistolets. « Je n’ai jamais entendu parler d’un bataillon de balayeur aussi important opérant dans cette zone. Il y a quelque chose de louche. »

À ce moment , les rayons ultraviolets étaient si forts qu’ils pouvaient causer la cécité. Cloudhawk se força à garder les yeux ouverts en fixant le bataillon à l’assaut. Il ne pouvait pas dire combien de personnes il contenait, mais il pouvait sentir que leur force était importante.

Cloudhawk trembla soudainement. Il pouvait entendre un bruit étrange venant de très loin. Il ne pouvait décrire ce son à personne ; ce n’était pas quelque chose qu’il entendait avec ses oreilles. Il l’entendait plutôt grâce à une sorte de perception extrasensorielle. C’était comme si une corde de guitare invisible était en l’air devant lui, et quand le vent soufflait, il arrachait la corde, créant ainsi un son palpitant.

Mais qu’est-ce que c’était que ce son ? Pourquoi semblait-il si familier ? Cloudhawk ne pouvait s’empêcher de penser à la sensation similaire et étrange qu’il avait ressentie dans ce passage souterrain. Il avait suivi cette étrange sensation jusqu’à ce qu’il trouve finalement l’étrange pierre qu’il portait maintenant autour du cou. Ces balayeurs avaient-ils un équipement similaire à sa pierre ? C’était impossible, n’est-ce pas ?

Mad Dog vit le visage de Cloudhawk devenir pâle et afficha un sourire sur son visage balafré en faisant tournoyer ses machettes blanches. « Si tu as peur, petit, tu peux te cacher derrière moi. Les bleus comme toi ne sont pas préparés pour faire face à des ennemis comme eux. »

« Putain de merde ! Quand ai-je jamais eu peur ! » Cloudhawk s’était battu aux côtés de Mad Dog dans cette auberge et pouvait donc répondre sans réserve. Cependant, un regard solennel apparut alors sur son visage. « Mais j’ai le sentiment que nous ne devrions pas être pressés. Ne soyons pas les premiers à agir ».

Cloudhawk n’essaya pas d’expliquer l’étrange sentiment qu’il avait. Autrement, les mercenaires auraient probablement pensé qu’il devenait fou. Cependant, Cloudhawk pouvait vraiment sentir une sorte d’énergie souffler vers eux comme des pissenlits dans le vent. Cette étrange énergie avait déjà encerclé la zone autour de leur base et il avait le sentiment que quelque chose allait leur arriver. Ce type de sentiment, cette profonde sensation de danger mortel, cela ne trompait presque jamais !

Slyfox avait également le sentiment qu’être à l’avant-garde était une mauvaise décision. Il ordonna immédiatement aux mercenaires de se retirer légèrement. Les gardes de l’avant-poste et les escouades d’élite pouvaient former les lignes de front. Les mercenaires du Tartare n’avaient pas besoin de se battre pour cet “honneur”.

Les dizaines de mercenaires du Tartare se replièrent de quelques dizaines de mètres. À ce moment précis, une puissante tempête se déclencha soudainement, balayant tous les cailloux et le sable des rues. C’était comme si une petite tempête de sable avait soudainement attaqué l’avant-poste, attrapant au dépourvu tous les gardes de l’avant-poste qui s’étaient préparés au combat.

« Bon sang ! »

« Pourquoi y a-t-il du vent ? ! »

« Ça n’est pas bon. Je vois plus rien ! »

Bien que le temps dans les friches ait toujours été mauvais, le timing de cette petite tempête de sable était un peu trop suspecte. Le champ de vision de chacun était complètement bloqué, rendant impossible de voir les manœuvres que leurs ennemis effectuaient. Quant au bataillon de balayeurs, il accéléra le rythme. Le sol se mit à trembler, tandis que les pierres des rues se mirent à claquer comme des gouttes d’huile et d’eau dans une poêle à frire. Tout le monde sentait que le danger était imminent.

« Ils sont là ! »

« Attention, attention ! »

Les multiples camions lourdement modifiés s’écrasaient à grand bruits sourds contre les barricades de la ville comme des béliers géants ! Les énormes camions perforaient les barricades, provoquant des bruits d’explosion qui secouèrent la terre. Les sacs de sable empilés et les gros rochers furent projetés vers le bas par la force des grandes collisions. Un grand nombre de camions foncèrent à travers les barricades, écrasant les gardes aveuglés par le sable.

Tous les véhicules étaient hérissés de pointes. Lorsqu’ils passaient devant les gardes, ils déclenchaient, tels des hachoirs à viande, une tempête de pluie sanglante. Les gardes de l’avant-poste commencèrent à hurler misérablement en tombant au sol, certains étant empalés par les pointes des véhicules.

« Qu’ils soient maudits ! » Le capitaine Grizzly de l’escouade d’élite hurla furieusement : « Battez en retraite ! » Mais hélas, la tempête empêcha sa voix de porter très loin. À ce moment précis, plusieurs de ces véhicules rudimentaires se percutaient les uns contre les autres, causant la mort d’au moins vingt guerriers. Les véhicules firent marche arrière sur quelques mètres avant de s’écraser à nouveau contre les murs, provoquant la destruction presque complète du périmètre extérieur de l’avant-poste.

Le vent tourna vers l’intérieur, entraînant avec lui le bruit de pas et de sabots qui résonnaient comme des gouttes de pluie dans une tempête. Une dizaine de muta-bêtes à deux cornes, recouvertes d’écailles et ressemblant presque à des taureaux, pénétraient dans l’avant-poste. Chacune de ces bêtes était recouverte d’affreuses plaques d’armure en fer. Ces plaques de fer leur fournissaient non seulement une protection, mais elles étaient aussi munies de rasoirs et de pointes.

Les yeux des taureaux mutants étaient recouverts de bandes de tissu noir, ce qui les empêchait de voir où ils allaient, alors que leur queue avait été mise à feu. Le feu brûlant derrière eux leur fit perdre complètement le contrôle et les fit foncer droit sur les masses de gardes de l’avant-poste.

Ces derniers furent envoyés voler, les uns après les autres, certains encornés, d’autres piétinés à mort. Ces bêtes sauvages étaient incroyablement fortes et disposaient également de ces plaques de fer pour se protéger. Aucun des gardes de base ordinaires ne pouvait les arrêter. En quelques minutes seulement, les corps des taureaux mutants étaient maculés de sang, et les défenses de l’avant-poste étaient dans un état de chaos total.

« Tuez ces choses ! » Une dizaine de gardes de l’avant-poste hurlèrent avec colère alors qu’ils avançaient à l’unisson vers l’un des taureaux sauvages. Le taureau sauvage fit voler deux d’entre eux, en éventra un troisième, avant de lever ses sabots et d’en piétiner un quatrième, tandis que les pointes de son corps s’enfonçaient dans la poitrine d’un cinquième. Quant aux attaques des gardiens, elles ne semblaient pas avoir eu beaucoup d’impact sur eux. En fin de compte, le capitaine Grizzly dut intervenir personnellement. Il trancha le cou du taureau d’un coup de sabre et le déchaînement de la bête enragée pris fin.

Cette course effrénée d’une dizaine de taureaux mutants ne suffit pas à vaincre l’avant-poste, mais elle eut un impact majeur sur ses défenses. La tempête de sable s’était déjà calmée. Les balayeurs avaient eu plus que le temps nécessaire pour pénétrer dans l’avant-poste, si bien que tous les soldats durent se replier sur leur seconde ligne de défense.

Lorsque Slyfox vit l’état hagard des défenseurs, la graisse de son visage s’agita un peu en riant. « Putain, c’est une bonne chose que nous nous soyons retirés. Sinon, ces connards nous auraient aussi botté le cul. »

« Ce n’est pas le moment de se réjouir de leur malheur ! » Cloudhawk était muet face à ce putain de gros lard. « On est vraiment mal barré, là maintenant ! »

Il y avait encore plus de balayeurs qu’ils ne l’avaient prévu à l’origine, avec plus de dix de ces camions lourds réaménagés. Ils avaient même deux camions de ravitaillement géants derrière les camions d’attaque, ainsi que plusieurs dizaines de motos, plusieurs dizaines de lézards géants et de nombreux oiseaux bigfoot.

Combien de balayeurs y avait-il ? Il devait y en avoir au moins trois ou quatre cents… et ce n’était qu’une estimation !

Cloudhawk savait que la puissance de combat n’avait aucun rapport avec les chiffres bruts. Ces balayeurs étaient tous des mutants brutaux et féroces qui s’étaient unis pour faire des ravages en masse dans le monde. Comparés aux balayeurs ordinaires, ils avaient de meilleures armes, étaient plus puissants et étaient des adversaires bien plus redoutables !

Il était incroyablement rare qu’un bataillon de plus de trois ou quatre cents balayeurs se présente à quelques centaines de kilomètres de cette zone. Un bataillon comme celui-ci était plus que capable d’assiéger un avant-poste d’environ dix mille habitants… et ils étaient apparus au bon moment, au moment où la force et le moral de l’avant-poste n’était pas encore retrouvé.

Désormais, ils avaient été capables de percer le périmètre extérieur de l’avant-poste sans même avoir besoin de se battre.

Les deux camps se trouvaient à environ trois cents mètres l’un de l’autre. Des mutants à l’allure étrange apparurent les uns après les autres. Plus de 80 % de ces balayeurs étaient fortement mutés, et moins de 20 % étaient modérément mutés.

Une dizaine de mutants étaient particulièrement frappants. Ils avaient des visages laids et étaient de tailles différentes, mais tous mesuraient au moins trois mètres et étaient environ quatre fois plus gros qu’un être humain ordinaire. Cloudhawk n’aurait jamais pu croire que de tels mutants puissent exister s’il ne les avait pas vus de ses propres yeux ! Ces créatures ne ressemblaient pas du tout à des humains ; elles n’étaient rien d’autre que des mastodontes bipèdes !

Mais si vous pensiez que le seul avantage de ces mastodontes était leur grande taille, vous vous tromperiez complètement. Leur poitrine, leurs bras et leurs cuisses étaient entièrement recouverts de plaques d’acier et leurs armes étaient des marteaux de guerre géants qui pesaient plus de deux cents kilos. Ce n’était pas des êtres humains, c’était des forteresses mobiles ambulantes, habillées d’acier !

Dans les terres incultes, ces mutants géants étaient généralement appelés « mangeurs d’hommes ». Les mangeurs d’hommes possédaient une force incompréhensible et lorsqu’ils brandissaient ces énormes marteaux de guerre, ils pouvaient même affronter des véhicules blindés. Un simple mangeur d’hommes ordinaire serait capable de dominer sans effort une escouade de plus de dix gardes d’avant-poste… mais les dix mangeurs d’hommes étaient tous armés jusqu’aux dents ! Ils représentaient sans aucun doute une énorme menace pour l’avant-poste de Blackflag !

Clank  ! Clank  ! À ce moment précis, un autre grand groupe de balayeurs très mutants fit son apparition et s’aligna derrière les mangeurs d’hommes.

Ces balayeurs n’étaient pas aussi terrifiants que les mangeurs d’hommes, mais ils étaient tout de même deux fois plus volumineux et musclés que les hommes ordinaires et mesuraient environ deux mètres de haut. Ils étaient entièrement équipés d’armures et de casques métalliques fabriqués par leurs soins et portaient des boucliers d’acier avec leur bras gauche et des haches de guerre lourdes avec leur bras droit.

Ces créatures étaient connues sous le nom de “voyous balayeurs” et servaient d’infanterie moyenne pour les bataillons de balayeurs ! Seul un balayeur sur dix était choisi pour devenir un voyou et ils étaient donc tous des personnages particulièrement féroces. Ils portaient des casques en métal lourd et des cuirasses épaissent, ce qui les faisait ressembler à des boîtes de conserve géantes. Quant à leurs lourdes haches de guerre, elles pouvaient couper des membres aussi facilement que de cueillir des fleurs.

Les autres balayeurs n’étaient pas équipés de manière aussi ordonnée, mais ils étaient tout de même bien équipés pour une armée de balayeurs. Certains avaient des sabres. D’autres avaient des marteaux de guerre. Certains chevauchaient des lézards géants et d’autres conduisaient des véhicules.

Une trentaine de mutants relativement petits attiraient particulièrement l’attention. Ces mutants n’avaient subi qu’une mutation modérée et il était possible de dire qu’ils étaient autrefois humains. La plupart d’entre eux étaient équipés d’arcs longs, d’armes à feu et d’autres armes longue distance.

Cloudhawk avait l’impression d’avoir vu un fantôme. Comment diable était-il possible que des balayeurs soient équipés d’armes à feu ? !

Ils avaient des troupes de choc lourdes, une infanterie moyenne, des cavaliers, des archers, des formations, des tactiques de combat, et des ensembles complets d’armes et d’équipement. Dans les terrains vagues, c’était une véritable armée !



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 21 – Une vague après l’autre Menu Chapitre 23 – Broyé