Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 23 – Broyé

Livre 1 chapitre 23 : Broyé

Quatre cents balayeurs entièrement équipés constituaient une force capable de parcourir impunément les terrains vagues, écrasant facilement tous les idiots qui osaient se dresser devant eux. La situation de Blackflag était bien plus désastreuse qu’elle ne l’était une nuit plus tôt lorsqu’il faisait face à la vague de bêtes.

En comparaison, les guerriers de l’avant-poste étaient individuellement inférieurs aux balayeurs mutants dans tous les domaines, sans parler de leur épuisement. De nombreux guerriers furent également blessés. Comment étaient-ils censés gagner ce combat ?

Mais ce que Cloudhawk craignait, ce n’était pas les balayeurs. Dans tout l’avant-poste, il était le seul à savoir que la tempête de sable précédente ne s’était pas produite par hasard. Elle avait été levée par quelqu’un ou quelque chose à l’aide d’une arme unique.

Cloudhawk ne pouvait pas imaginer, et n’osait pas imaginer, quel type d’objet possédait un pouvoir surnaturel aussi incroyable. Les humains avaient toujours ressenti de la peur face à l’inexplicable et à l’inconnu, et Cloudhawk ne faisait pas exception. Il était certain que les balayeurs avaient derrière eux un soutien insondable et puissant.

Les deux camps se regardaient à une distance d’un ou deux cents mètres. Les balayeurs ne semblaient pas pressés d’attaquer.

Une silhouette complètement enveloppée dans un manteau en lambeaux apparut d’un des véhicules des balayeurs. Une grande capuche recouvrait toute sa tête, rendant impossible de voir son visage. Cependant, comparé aux mutants sanguinaires, violents et agités, cet homme semblait presque étrangement immobile, si bien que sa poitrine ne semblait pas se soulever et s’abaisser au fur et à mesure qu’il respirait. S’il était resté là sans bouger, tout le monde l’aurait pris pour une statue en manteau !

Cloudhawk remarqua quelque chose d’assez intéressant. Même les mangeurs d’hommes sauvages d’une force terrifiante reculèrent lorsque cet homme mystérieux passa à côté d’eux, dégageant volontairement le chemin. C’était comme s’ils avaient peur de se mettre en travers de son chemin.

Ces créatures géantes avaient depuis longtemps perdu pratiquement toute leur raison et leur intellect. Malgré cela, elles pouvaient encore distinguer les forts des faibles et reconnaître un chef digne et puissant. Par-dessus tout, ils savaient exactement quel genre de prix ils paieraient s’ils essayaient de se rebeller contre leur chef.

Leur esprit était déjà imprégné de souvenirs des punitions qui attendaient les rebelles… et l’imprégnation s’était faite de la manière la plus simple, la plus directe et la plus brutale possible. C’est pourquoi ils s’étaient presque instinctivement détournés de l’homme !

La bataille était dans une impasse, comme si tout était embourbé. Les choses étaient incroyablement tendues et tout le monde était à bout de nerfs. Les guerriers de l’avant-poste faisaient très attention à ne pas respirer trop fort, de peur que le moindre stimulus ne perturbe ce fragile et délicat équilibre.

La figure masquée avançait lentement vers le front, pas à pas. Pendant ce temps, Cloudhawk le regardait fixement sans cligner des yeux, essayant de comprendre ce qui le rendait si différent. Et pourtant, malgré tous ses efforts, Cloudhawk était toujours incapable de discerner l’une de ces étranges ondulations émanant de l’homme. Ce n’était pas lui !

Cette armée de balayeurs était équipée d’armures métalliques, de machines lourdes, de machettes, de haches de guerre, d’arcs, d’armes à feu et même de véhicules. Ils étaient littéralement armés jusqu’aux dents. Il était impossible qu’une armée comme celle-ci puisse apparaître soudainement de nulle part. Pourquoi personne n’avait-il entendu parler d’une telle organisation dans le passé ?

Les deux capitaines des gardes d’élite de l’avant-poste étaient tous extrêmement perplexes. Pourquoi les balayeurs n’attaquaient pas après avoir franchi le périmètre extérieur ? Ils se tenaient juste là, laissant aux défenseurs assiégés le temps de reprendre leur souffle. Pourquoi faisaient-ils cela ? Se sentaient-ils si confiants en leur supériorité ? Attendaient-ils quelque chose ? Ou s’inquiétaient-ils de quelque chose ?

Les arcs étaient prêts. Les fusils étaient tous chargés. Peu importe ce que les balayeurs préparaient, les guerriers de l’avant-poste avaient une fois de plus reformé un solide périmètre défensif. Cependant, ils savaient tous que l’avant-poste ne pèserait pas grand chose dans cette bataille. S’ils commençaient vraiment à se battre, la majorité des humains seraient anéantis, même s’ils gagnaient. Dans le pire des cas, l’avant-poste tout entier serait baptisé de sang !

La pression était si lourde que tout le monde avait du mal à respirer. Quant à la silhouette de la statue masquée, elle bougeait légèrement, levant la tête et révélant un visage blanc comme du papier sous sa capuche. Sa peau était aussi pâle qu’une statue d’albâtre, mais ses yeux étaient aussi noirs que les profondeurs infinies de la nuit. Lorsqu’il « clignait des yeux », ses paupières ne bougeaient pas vraiment, mais une sorte de membrane nictitante rouge foncé se refermait rapidement sur ses globes oculaires. C’était extrêmement étrange à voir.

L’homme mystérieux tendit la main et la pointa sur l’avant-poste. « Cet avant-poste nous appartient maintenant. » Ses mots étaient très calmes et désinvoltes, comme s’il était arrivé à une décision assez simple. C’était comme s’il annonçait qu’il allait manger un morceau de pain ou peut-être cueillir une fleur au bord de la route. Sa voix était stridente et sombre, portant une cadence étrange, mutée et sinistre.

Les défenseurs de l’avant-poste avaient tous un visage plutôt laid lorsqu’ils entendirent sa proclamation. L’homme mystérieux continua : « Rendez-vous ! »

Un regard étrange apparut également sur le visage de Cloudhawk. Les balayeurs n’étaient-ils pas censés n’être rien d’autre que des bouchers malhonnêtes qui balayaient les terrains vagues comme des sauterelles ? Pourquoi ce balayeur désirait-il posséder cet avant-poste ? C’était trop bizarre !

Mais bien sûr, personne ne pouvait accepter cette demande. Ces énormes mangeurs d’hommes étaient capables de manger un être humain entier à chaque repas. Ils ne voulaient même pas épargner les os. Même le plus grand des imbéciles ne se porterait pas volontaire pour devenir de la nourriture pour les balayeurs !

Face à cette provocation évidente, un jeune maigrichon se leva et s’avança. C’était le second capitaine de l’équipe d’élite, l’homme connu sous le nom de Wulf. Ses yeux crachaient du feu en disant : « Vous le voulez ? Si vous en avez les couilles, venez et prenez-le ! » Les autres gardes de l’avant-poste le soutenaient avec un chœur empli de railleries et de malédictions.

Ils n’étaient pas vraiment fâchés par l’arrogance de ce type. Cette réaction était la seule méthode dont ils disposaient pour soutenir le moral de leurs compagnons d’armes.

« Alors je suppose qu’il n’y a rien d’autre à faire. » Le personnage masqué leva doucement la main, chacun de ses mouvements semblant extrêmement désinvolte. C’était comme s’il disait bonjour à un voisin… mais avant de prendre la décision finale, il jeta un coup d’œil aux alentours, presque comme s’il attendait quelque chose.

L’homme mystérieux balaya la zone et hésita pendant quelques secondes comme s’il attendait que quelque chose se montre. La déception traversa ses yeux et sa voix résonna clairement dans les oreilles de chaque homme présent comme de la glace, remplie de la froide promesse de la mort. « Très bien alors. Nous allons tous vous anéantir ! »

Sa déclaration était si désinvolte et directe. Il n’avait même pas l’air de considérer cela comme une tâche particulièrement onéreuse ; il dit ces mots comme s’il disait à quelqu’un de boire un verre d’eau. C’était un ordre simple, mais qui était totalement incontestable. Peut-être que pour ce mystérieux balayeur, ces guerriers d’avant-poste n’étaient rien d’autre que des insectes qu’il pouvait écraser d’un geste de la main !

«  RAAAAAAAAAAAAAAAGH  ! » Les balayeurs attendaient avec impatience cet ordre !

Les plus de dix mangeurs d’hommes commencèrent à courir, tandis que les plus de cent voyous les suivaient. L’armure grossière, laide mais extrêmement épaisse qu’ils portaient émettait des bruits de cliquetis et de grincement. On aurait dit un de ces anciens trains rouillés de l’Ancien Temps. A chaque pas qu’ils faisaient, le sol tremblait. Ils étaient à la fois tenaces et forts, et tout homme qui se tenait devant eux était destiné à être réduit en miettes de sang.

Les guerriers de l’avant-poste de Blackflag étaient à la fois choqués et horrifiés. La bataille avait commencé, juste comme ça ? Ils pensaient que le face-à-face aurait duré un peu plus longtemps, ce qui leur aurait donné assez de temps pour reconstituer leurs stocks de flèches et de munitions. Qui aurait pu penser que ce satané bataillon de balayeurs lancerait une attaque immédiate sans le moindre répit?

Grizzly rugit : « Archers et artilleurs, feu ! » Les guerriers se mirent à tirer, mais leur formation était si chaotique qu’ils n’avaient aucun moyen de concentrer leur puissance de feu.

Les dix énormes mangeurs d’hommes levèrent leurs armes, utilisant le manche pour protéger leurs yeux. Les épaisses cuirasses d’acier qui recouvraient leur corps étaient plus que suffisantes pour protéger leurs organes vitaux, rendant impossible que ces flèches et balles ordinaires ne causent des blessures mortelles.

« Attention ! Ils arrivent ! »

Les énormes monstres s’élancèrent droit sur les défenseurs avec un élan absolument étonnant. Chacun d’entre eux brandissait d’énormes marteaux de guerre pesant plusieurs centaines de kilos et les faisait tournoyer avec une telle facilité qu’on aurait dit qu’ils jouaient avec des bâtons de bois. Ils soulevaient ces lourds marteaux de guerre avant de les envoyer se fracasser vers les humains avec suffisamment de puissance pour pulvériser un troupeau de taureaux.

CRUNCH  ! Deux hommes furent frappés de plein fouet et leurs corps se désintégrèrent comme s’ils étaient faits de verre, pulvérisant du sang partout !

Quand quelques coups manquaient et s’écrasaient sur le sol, ils faisaient trembler la terre elle-même. Certains des hommes les plus éloignés sentirent leurs jambes vaciller avec la terre, tandis que des groupes entiers de défenseurs proches furent en fait frappés au sol par les ondes de choc d’une puissance écrasante générée par les frappes. Les guerriers de l’avant-poste encore debout essayèrent de transpercer les mangeurs d’hommes avec leurs lances, mais même lorsqu’ils purent frapper à travers les fissures de l’armure, ils ne réussirent pas à percer la peau dure des mangeurs d’hommes.

A chaque coup de marteau de guerre, de nombreux humains étaient projetés au loin comme des balles de tennis. Un, deux, trois, quatre… les énormes monstruosités continuaient leur avancée folle, leur épaisse armure d’acier les rendant imperméables à presque toutes les attaques. Leurs marteaux de guerre tourbillonnants écrasait chaque humain avec lequel ils entraient en contact en un tas de viande réduite en pulpe.

Un groupe entier de voyous armés de haches accompagnait chaque mangeur d’homme massif, qui l’entourait d’un mur de boucliers de fer. Bien que ces voyous n’aient pas la taille et la puissance étonnantes des mangeurs d’hommes, ils faisaient toujours partie de l’élite des guerriers que les balayeurs comptaient dans leurs rangs. Ils mesuraient tous près de deux mètres de haut et étaient deux fois plus musclés que les humains ordinaires. De la main gauche, ils tenaient des boucliers de fer qui semblaient capables d’arrêter toute attaque et de la main droite, ils brandissaient des haches de guerre qui tranchaient les corps humains comme des légumes.

Derrière les voyous se trouvaient les groupes de balayeurs modérément mutés à l’arc et au fusil. Ces mutants n’avaient pas la puissance de combat rapproché des deux premiers groupes, mais ils étaient beaucoup plus intelligents et étaient donc chargés d’utiliser des armes à feu pour tuer à distance ainsi que de protéger leurs alliés. Ils étaient chargés d’abattre des cibles particulièrement dangereuses.

Les arcs de balayeur étaient conçus sur mesure. Chaque tir était d’une puissance énorme et d’une précision terrifiante. Ils étaient capables de transpercer complètement le crâne d’un homme, garantissant pratiquement que presque personne une fois touché, ne survivait.

Quant aux lézards, aux motards et aux autres cavaliers, ils portaient des faucilles et d’autres armes longues et étaient chargés de sécuriser les flancs.

Cette formation était extrêmement puissante et extrêmement bien organisée. Un bataillon de balayeurs comme celui-ci était incontestablement puissant et garantissait une domination écrasante sur presque tous ses adversaires. Les guerriers n’avaient aucune chance !

ces derniers poussaient des cris lorsqu’ils mouraient et ces cris se mêlaient au bruit de leurs os brisés et de leur corps écrasé, ainsi qu’au tintement des cordes d’arc et aux bruits des armes à feu. Tous ces sons se mélangeaient, se combinant pour former une mélodie étrange et horrifiante qu’aucune des personnes présentes ne pourrait jamais oublier. Ils formaient une mer de terreur qui noyait le cœur des guerriers les plus robustes, faisant s’effondrer leur dernière once de courage.

Jusqu’à ce jour, Cloudhawk avait côtoyé la mort et la misère de près en de nombreuses occasions. Il pouvait dire que la différence de pouvoir entre les deux camps était un gouffre; même si tous les guerriers des avant-postes combattaient jusqu’au bout, cela ne suffirait pas. Pour eux, la résistance était complètement futile et dénuée de sens.

Les balayeurs continuaient à attaquer sans pitié, écrasant tout espoir et entraînant le désespoir dans leur sillage. Ces deux forces étaient à des niveaux de compétence et de puissance complètement différents, et cette bataille fut dix fois plus calamiteuses que la vague de bête !

Quant au mystérieux homme masqué, il regardait se dérouler en silence le massacre devant lui. C’était comme s’il regardait une œuvre d’art après un bon repas et ne semblait pas du tout enclin à prendre part à la bataille.

Cloudhawk avait l’étrange sentiment que ce type était plus dangereux que dix mangeurs d’hommes réunis. Même des experts comme Mad Dog et Slyfox étaient loin d’être à la hauteur face à quelqu’un comme lui. La seule raison pour laquelle cet homme mystérieux ne participait pas à la bataille était tout simplement parce qu’il n’en avait pas besoin.

Comment cette bataille allait-elle se terminer ? Quelle devait être la réponse de Blackflag ? Cloudhawk ne connaissait pas les réponses à ces questions, mais on lui rappela une fois de plus que c’était le triste sort des faibles. Dans ce cauchemar, il n’y avait rien qu’il puisse faire.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 22 – Le bataillon de balayeur Menu Chapitre 24 – Entrer dans la mêlée