Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 107 – Le marché

Livre 1 chapitre 107 – Le marché

L’académicien Roste observa Cloudhawk en partant. Son regard trouble, mais astucieux, était infecté par une lumière fanatique comme si un feu s’était allumé dans ses entrailles. Mais cela ne dura qu’un instant, puis, il partit comme si rien ne s’était passé.

Il toussa, s’appuya sur sa canne pour se soutenir, et ses gardes du corps le conduisirent dans le laboratoire.

Le laboratoire du vieil homme ressemblait à un abattoir sournois. Il était couvert de sang et de morceaux de chair, qu’une petite coterie d’ouvriers s’affairait à nettoyer. L’air était épais, chargé d’une odeur gore, et un homme chauve et costaud était attaché à une table.

Un homme s’approcha, plein de déférence. « Dois-je commencer ? »

Roste lui toussa dessus et répondit : « Commencez. »

L’homme était le même chef mercenaire chauve qui l’avait poursuivi à travers la tourbière. Après avoir reçu les coups de Hyène, il n’était pas mort et fut emmené dans le laboratoire. Il était maintenant réveillé et regardait son environnement cauchemardesque avec de grands yeux. Il avait l’air à moitié fou de peur, incertain du sort qui l’attendait.

Un tuyau avait été introduit dans son abdomen et dans son estomac. Une substance inexplicable y était pompée, donnant à l’homme chauve l’impression que ses entrailles étaient en feu. Il ne savait pas de quoi ces trous du cul le remplissaient, mais il savait que cela ne pouvait pas être bon.

Plusieurs autres chercheurs l’entouraient et enfonçaient d’autres tubes de transfusion dans différentes parties de son corps. Des litres de substances inconnues furent pompés en lui, ce qui fit tressaillir le malheureux mercenaire. Pour lui, c’était comme s’ils le bombardaient de feu, d’acide ou d’une centaine de couteaux tranchants. Une douleur qu’il ne pouvait pas exprimer avec des mots enveloppait chaque centimètre de son corps. Le châtiment le plus cruel qu’il pouvait imaginer pâlissait en comparaison de cette torture.

Il voulait crier, mais aucun son ne sortait. Il voulait se battre, mais il ne pouvait pas bouger un seul muscle.

Chacun de ses pores se déchirait. Chaque muscle était arraché. Chaque os se brisait. Ses yeux étaient inondés de sang, car les capillaires ne pouvaient pas supporter la pression et éclataient. Le sang s’écoula de ses pores, et en quelques secondes, il en fut recouvert. Alors que le tourment inhumain se poursuivait, ses os éclatèrent de façon audible, encore et encore, comme s’il était remué de l’intérieur.

Si on lui avait laissé le choix, il aurait volontiers demandé la mort !

« Ce processus peut vous causer des douleurs. » Roste regarda le pauvre homme souffrir, son visage étant un masque sans expression. « N’ayez pas peur. N’ayez pas peur. Nous te construisons une nouvelle vie, et quand tu renaîtras avec le pouvoir que je te confère, tout cela en vaudra la peine. »

L’académicien et ses collègues chirurgiens ignoraient le sort du sujet et se concentraient uniquement sur les données. Les données indiquaient que leurs chances de réussite étaient d’environ trente pour cent. Ce mercenaire chauve était un patient intéressant.

Il était un bon sujet de test pour leur important travail.

Roste se distrayait en tripotant une corde d’os autour de son cou. L’ornement était une chaîne d’os de doigts façonnée en collier. Bien qu’il soit rugueux, les os n’avaient rien de spécial.

Hellflower marchait devant. Elle se déplaçait avec grâce et sa blouse blanche soulignait sa silhouette mûre, en particulier son dos. Chaque mouvement de ses hanches était comme un métronome, et les hommes la regardaient se balancer avec une grande attention. Elle était une contradiction, étant à la fois moderne et classique, modeste mais enchanteresse. Elle était aussi étourdissante qu’elle était une distraction fascinante.

Cloudhawk n’était plus l’enfant jeune et naïf qu’il était. L’attrait du sexe opposé avait commencé à s’immiscer dans sa pensée, si bien qu’il ne pouvait plus s’empêcher de voler des regards. Cependant, aussi séduisant qu’elle était à regarder, il était plus curieux de connaître les chercheurs et leur influence dans les terres désolées. « Qu’est-ce qui vous différencie des autres habitants des friches ? Pourquoi vous appelle-t-on des chercheurs ? »

Une expression désagréable traversa le visage de Hellflower. « Nous sommes ceux qui portent la flamme du passé. Tout vrai chercheur est fidèle à notre mission : parcourir les ruines à la recherche des vérités et des secrets laissés par les anciennes civilisations. La plupart des humains de notre époque sont des sauvages, qui vivent de tout ce qui leur tombe sous la main. Pendant ce temps, nous avons passé des années à rechercher des médicaments, des armes et des outils que l’on croyait perdus à jamais, afin de changer le sort tragique des terres désolées. Sans nous, le monde extérieur serait dix fois plus barbares qu’il ne l’est aujourd’hui ».

Porter la flamme du passé. Fouiller les ruines à la recherche de vérités et de secrets. C’était le but des Chercheurs ? C’était ce qui les rendait différents ?

Il ne pouvait pas comprendre. « Mais le monde est déjà comme ça. Quel est l’intérêt de déterrer les déchets d’une société morte depuis longtemps ? »

« Chaque jour, le monde devient plus déformé, plus tordu. Les friches deviennent plus mortelles, pas plus sûres. Les terres élyséennes, quant à elles, sont un lieu de tromperie et d’hypocrisie. Notre objectif est d’apprendre tout ce que nous pouvons sur la façon dont tout cela est arrivé. Comment était le monde avant que tout ne s’écroule ? D’où venaient les dieux et les démons ? De toute évidence, l’humanité s’était perdue sur un mauvais chemin. C’est pourquoi nous avons besoin de chercheurs pour guider l’humanité sur le chemin qu’elle est censée suivre. N’est-ce pas ce que nous sommes censés faire ? »

L’idéal de Hellflower était simple. Elle voulait voir le monde tel qu’il avait été autrefois.

Cloudhawk était intrigué. « Intéressant. J’ai connu un vieil homme une fois. Il aimait collectionner des choses de l’ancien monde. Il m’a même appris à lire leur langue. »

Il le mentionna de façon désinvolte, sans trop y penser. Cependant, Hellflower s’était arrêté net. Cloudhawk faillit entrer en collision avec ses fesses bien formée.

Son expression changea peu, mais la lumière dans ses yeux brillait de doute. « Tu sais lire ? »

Était-ce spécial ?

Le langage des friches et celui de l’ancien temps étaient deux choses différentes. Au cours des centaines d’années qui suivirent l’effondrement de la civilisation, les habitants des terres désolées avaient créé leurs propres textes, qui différaient d’une région à l’autre. En général, ils étaient suffisamment proches les uns des autres pour que l’on puisse faire passer leur message. Cependant, il était né avec une curiosité et une soif de connaissances innées, et comme la vie d’un charognard se passait souvent dans des trous sombres, il avait appris les mots anciens.

« Viens avec moi. »

Elle se retourna et le conduisit dans un autre couloir.

Quelques instants plus tard, elle lui ouvrit une porte donnant sur un grand appartement ; il comprenait un salon, une chambre à coucher, une salle de bain et plusieurs pièces annexes comme des bureaux. Dans l’ensemble, c’était une installation très complète. Le salon seul était assez grand, et de nombreuses tables y avaient été rassemblées. Elles étaient recouvertes de flacons de médicaments, de bocaux à spécimens, de tubes à essai, etc…

Les sens aiguisés de Cloudhawk repéraient les odeurs étranges qui flottaient dans l’air, dont d’étranges produits pharmaceutiques et des matériaux non identifiés. Il pouvait également déceler l’odeur de moisi des livres mêlée à un parfum délicat qui correspondait à celui de Hellflower.

C’était sa chambre ?

Elle ne disait rien au début. Elle fit passer Cloudhawk par l’appartement et dans son bureau où elle choisit un tome décrépit sur une étagère. Ce n’est que lorsqu’elle l’ouvrit qu’il vit que ce n’était pas un livre, mais plutôt une collection de papiers collés ensemble en un grand volume. « Comprends-tu ce qui est écrit ici ? »

« Il y a beaucoup de choses que je n’ai pas apprises, mais je pense que je peux en comprendre le sens général. »

Il commença à traduire un paragraphe. Sa traduction était saccadée, difficile et parfois incohérente, mais il avait quand même réussi à obtenir le sens général. Elle était vraiment surprise par cette révélation.

Pourtant, elle était toujours méfiante. « Et tu me dis que l’homme qui t’as appris cela était un vieux charognard ? »

Il n’avait jamais eu de raison de soupçonner que le vieil homme était autre chose que ce qu’il apparaissait. « Comment pourrait-il être autre chose ? Nous avons vécu ensemble pendant sept à huit ans. »

Son visage se crispa comme si elle réfléchissait à quelque chose. « Non, ça ne peut pas être vrai. Cela signifie que le vieil homme… est-il toujours là d’où tu viens ? »

« Il est mort il y a longtemps. »

« Mort ? Quel dommage ! » Son expression était retombée, avec regret.

Alors qu’il la regardait, ses propres soupçons commencèrent à se former. Y avait-il vraiment si peu de gens qui pouvaient comprendre l’écriture ancienne ? Si ces chercheurs, qui en savaient tant, ne la comprenaient pas, alors comment le vieil homme pouvait-il la lire ?

Elle continua à le presser avant qu’il ne puisse poser ses propres questions. « Parle-moi de toi. Ton histoire. »

Il ne pensait pas cacher grand-chose, alors il lui expliqua brièvement ce qui lui était arrivé. Les quinze premières années de sa vie se déroulèrent sans incident, et il passa la plupart de son temps à fouiller les ruines et à se cacher dans des trous. Ce furent de longues années marquées par la soif et la faim alors qu’il luttait à la frontière entre la vie et la mort.

Les derniers mois avaient été plus mouvementés que toutes ces années réunies.

Hellflower était stupéfait que cet enfant peu impressionnant ait pu vivre autant de choses. Elle était également intéressée de découvrir qu’il voyageait vers les terres élyséennes lorsqu’ils l’avaient pris en charge. Lorsque son récit se termina, ses yeux d’érudite avaient vacillé. « Faisons un marché. »

« Un marché ? » Il répondit avec curiosité.

« Tu n’es pas prêt à te rendre sur les terres élyséennes. » Elle lui parla lentement pour s’assurer qu’il avait bien compris. « D’un côté, tu es trop faible, et de l’autre, tu ne comprends pas la langue qu’ils parlent. Quel genre de vie penses-tu pouvoir mener dans ces conditions, même si tu y parviens ? »

Cloudhawk fronça les sourcils. « Alors, qu’est-ce que tu dis ? »

« C’est simple. Je t’apprendrai la langue des terres élyséennes, et tu m’apprendras les écritures anciennes. J’utiliserai également les ressources dont nous disposons ici pour te rendre plus fort, en améliorant à la fois tes capacités et ton corps, à condition que tu acceptes de travailler avec moi et de suivre tous mes ordres. Tout ce que je te dirai de faire, tu le feras sans condition et sans te plaindre ».

Cloudhawk n’était pas préparé à son offre. Elle connaissait la langue parlée dans les terres élyséennes ? Et elle promettait de le rendre plus fort ?

Ignorant la première offre, les ressources commandées par les Chercheurs pouvaient déjà certainement lui être utiles. Après tout, les médicaments et les matériaux trouvés dans les terres désolées venaient d’eux. Avec leur soutien, il pouvait récolter des bénéfices considérables.

Et pourtant, il y avait quelque chose chez cette femme en laquelle il n’avait pas confiance. En fait, il ne faisait plus confiance en personne, surtout pas à quelqu’un d’aussi intelligent et déroutant qu’elle. « Comment puis-je savoir que tu n’essayes pas de me piéger ? »

Les lèvres pulpeuses de Hellflower avaient aussitôt esquissé un sourire. « L’académicien s’intéresse beaucoup aux capacités des chasseurs de démons. Il voudra certainement faire des expériences sur toi. Pendant ce processus, personne n’oserait te faire du mal, moi y compris. Tu n’as pas à t’inquiéter pour ta santé ». Elle avait omis le fait que pendant ce processus, il ne serait pas non plus autorisé à partir.

Cloudhawk n’avait aucune raison de lui faire confiance.

Cependant, il était également vrai qu’à l’heure actuelle, il n’y avait pas de meilleures options. Il souhaitait également apprendre ce qu’il pouvait des chercheurs. S’il passait un peu de temps ici et apprenait leurs connaissances, cela pourrait peut-être lui servir à l’avenir.

Elle n’attendit pas sa réponse. Son esprit vif et perspicace pouvait discerner sa décision de son expression. Elle lui parla doucement : « Je vais installer un lit de camp ici, dans le bureau. Pour l’instant, tu vivras avec moi, et ton travail principal sera de traduire des données ».

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 106 – L’académicien Menu Chapitre 108 – Examens