Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 106 – L’académicien

Livre 1 chapitre 106 – L’académicien

Dans toute sa vie, Cloudhawk avait rencontré deux femmes qu’il considérait comme des amies.

La reine ensanglantée fut la première. Elle avait à peu près son âge, elle était forte, tenace, persistante et pieuse. Physiquement, on pouvait dire qu’elle était d’une beauté incomparable, et même sur les terres élyséennes, elle était spéciale. Il était difficile de parler d’elle sans avoir l’air trop enthousiaste. Pourtant, il avait été difficile de s’entendre avec elle. Ils étaient plus proches lorsqu’ils s’étaient séparés, mais il y avait toujours une distance entre eux.

Artemis était la deuxième, une jeune fille d’une vingtaine d’années, modèle de la friche, avec toutes les mauvaises habitudes qui accompagnaient son éducation. Elle était aussi lâche que zélée, franche que têtue. À bien des égards, elle était inférieure à la reine, mais elle avait été la plus proche.

Hellfllower ne possédait ni la saveur sauvage des terres désertes, ni la marque délicate et sans défaut des terres élyséennes. Son style était unique, comme celui de quelqu’un de ces temps passés.

Cette caractérisation était un peu abstraite. Pour être plus précis, elle lui rappelait les images qu’il avait vues lorsqu’il était charognard. Lui et le vieil homme les rassemblaient et passaient en revue les images de cette époque lointaine. On aurait dit que Hellflower était sortie de l’une d’entre elles et était entrée dans ce laboratoire.

Son allure, de la façon dont elle se tenait ainsi qu’à ses manières et à ses gestes, tout exprimait l’équilibre et l’intellect. Elle était tout à fait différente du peuple du désert et des Élyséens.

Comme la vue magnifique d’une rivière sinueuse, la beauté de Hellflower était inexplicable – inatteignable. Elle se retourna vers Cloudhawk et l’observa pendant qu’il la regardait, et dans ses yeux, il pouvait voir le doute. Elle ne dit rien, mais le léger mépris dans ses yeux lui fit comprendre son opinion sur lui.

Considérez la réputation du calife des Sables, ce qu’avait été cette bête. Lui demander de croire que ce maigrichon du désert avait tué un démon, c’était comme lui dire qu’une fourmi pouvait manger cinq éléphants en une seule bouchée.

Hyène le fit entrer respectueusement dans la pièce.

« Nous sommes à court d’échantillons pour le projet Prométhéen. J’aimerais que vous mettiez du temps de côté pour en collecter plus. » Elle enleva ses gants pour transmettre ses ordres à Hyène, avant de se tenir devant Cloudhawk. Elle mesurait environ 1,75 mètre, soit une demi-tête de plus que lui. Elle le regarda de haut en bas. « Tu es un chasseur de démons ? »

Il la regarda attentivement à son tour. Elle avait un visage mûr et séduisant, encadré par cette chevelure argentée particulière, soigneusement entretenue. Cloudhawk ne se doutait pas qu’elle était forte physiquement. Cependant, sa présence n’en était pas moins maladroite.

Il lui répondit de sa manière directe et typique : “Non”.

Cette réponse prit Hyène par surprise. « Comment est-ce possible ?! »

Le métamorphe le fixa d’un regard inquisiteur. Il vit un jeune homme de quinze ou seize ans, maigre à cause d’années de malnutrition. Ses traits rudes des friches avaient été révélés depuis que son masque avait été enlevé, et une serpillière de cheveux longs et en désordre s’était posée sur sa tête. Son visage était recouvert de boue ou de sang séché, mais ses yeux étaient au contraire clairs et nets.

Le manteau gris foncé qu’il portait était si sale qu’il aurait pu tout aussi bien être une couverture de crasse. Le pantalon qu’il portait était si déchiqueté qu’il pouvait à peine être considéré comme un vêtement. Presque chaque centimètre de peau qui était exposé était blessé. La ceinture qui maintenait son pantalon en place supportait une poignée de poignards et un revolver, et attaché à son dos se trouvait un fusil de terrain vague de fabrication grossière.

Les chasseurs de démons n’utilisaient pas d’armes à feu. Tout le monde savait cela.

Les outils mystiques qu’ils utilisaient étaient souvent de loin supérieurs, et d’ailleurs, les fusils et les balles des friches étaient retrouvés dans les ruines de l’ancien temps. Les habitants des terres élyséennes considéraient ces choses comme maléfiques et les considéraient comme tabou. Les chasseurs de démons, ainsi que les gens ordinaires, n’avaient pas le droit d’y toucher. Tout membre de l’ordre sacré vu se promener avec l’un d’eux risquait d’être sévèrement puni.

Hyène n’avait jamais vu de chasseur de démons, mais s’ils étaient tous comme ce gosse boitillant, les terres élyséennes ne seraient pas à craindre.

« Nous avons donc fait une erreur ? »

« Oui. Je ne suis pas un chasseur de démons, et j’ai quelque chose d’important à faire. Alors si c’est ça, j’apprécierais que vous me laissiez y repartir. »

Les traits fondus de Hyène s’étaient tordus en un éclat gênant et irrité. « Mme Hellflower, cette – »

L’assistant de l’académicien jeta un coup d’œil sur le bâton d’exorciste attaché à la taille du jeune homme. Ses lèvres s’enroulèrent lentement en un sourire. Elle jeta un regard silencieux à Hyène, et le chercheur sembla comprendre et se mit en position de combat. Il fixa son regard dur et impitoyable sur le jeune homme.

Quand le sentiment de danger l’envahit, il fut surpris : « Mais qu’est-ce que c’est que ça ? »

« L’académicien attendait un chasseur de démons comme invité de marque. Si ce n’est pas vous… » Sa voix chantante était facile, comme si elle parlait avec un ami autour d’une tasse de thé. Elle s’était dirigée vers un évier et avait trempé ses doigts fins dans l’eau en poursuivant : « Il se trouve que je suis à court de sujet de test pour ce composé ».

Quelle femme détestable !

Lorsque Hyène s’était jetée sur lui, son corps changea. Une fois de plus, ce grossier poil noir glissa de ses pores, et il était devenu mi-homme, mi-chien au milieu du bruit des articulations qui éclatent. Il tâtonna le garçon avec des griffes de plusieurs centimètres de long à une vitesse incroyable.

A quelle vitesse ce cabot allait-il ?

Cloudhawk n’eut pas le temps d’attraper son bâton ou de dégainer son arme. Il n’eut le temps que d’esquiver sur le côté, puis il se volatilisa. Hellflower, bien qu’elle ait eu le dos tourné en se lavant les mains, semblait savoir que quelque chose s’était passé. Ses lèvres s’écartèrent dans un petit sourire.

Hyène fut stupéfait par la brusque disparition du garçon, mais il ne lui fallut qu’un instant pour retrouver sa cible. Il s’était mis à quatre pattes puis s’était lancé en l’air comme un ressort. Sa main droite s’était tendue et avait arraché quelque chose de l’air apparemment vide.

« Lâchez-moi ! »

Il se remit involontairement en vue. Sa gorge était prise dans la poignée de fer de Hyène, et il savait que le métamorphe pouvait écraser son larynx au moindre effort.

Comment le type avait-il fait ? Jusqu’à présent, personne n’avait réussi à le sortir de l’invisibilité aussi facilement.

Hellflower se retourna pour le regarder. « Le nez de Hyène est plus vif que celui d’un limier. Il pourrait vous suivre rien qu’à l’odeur de vos blessures. »

Cloudhawk se renfrogna. L’odeur, alors ? La cape d’invisibilité pouvait masquer la vue et l’ouïe, mais le mouvement faisait couler le sang de ses blessures. Pour une créature comme Hyène, c’était facile à suivre.

« Alors, je vais te faire lâcher prise ! »

Il avait de plus en plus de mal à respirer. Sa vision devenait floue. Dans sa colère, il réveilla le bâton d’exorciste qu’il gardait toujours à la taille, et libéra un jet d’énergie vers la tête de Hyène. Il frappa le limier, qui repoussa le jeune homme. Cloudhawk trébucha quelques pas en arrière, puis reprit son équilibre, mais pas avant d’aggraver sa blessure à la jambe. Il s’était effondré sur le dos, le visage pâle haletant avec difficultés.

« Si vous n’êtes pas un chasseur de démons, pourquoi possédez-vous les reliques d’un chasseur de démons ? » Hellflower le regarda avec des yeux qui semblaient tout voir. « Votre arme est une baguette d’exorciste, un armement standard dans les terres élyséennes. Si vous n’aviez pas les talents d’un chasseur de démons, vous ne pourriez pas l’utiliser – comment expliquez-vous cela ? »

Cloudhawk fronça les sourcils. En fait, il ne savait pas comment l’expliquer.

« Il doit être un chasseur de démons sans aucun doute. » Hyène reprit lentement forme humaine. « Seulement, il est pitoyablement faible. Je n’ai jamais combattu le calife des Sables, mais je pense qu’il était beaucoup plus fort que moi. S’il avait vraiment combattu le démon, il n’aurait pas pu survivre. »

« C’est une explication. Il y a d’autres chasseurs de démons dans les terrains vagues. En fait, il y a six mois, j’ai appris qu’il y en avait un particulièrement talentueux qui était venu des terres élyséennes pour chercher le calife. S’il est vraiment mort, je soupçonne que ce soit le fait de ce chasseur de démons. » Sa voix était douce et calme. C’était comme si la rencontre violente n’avait pas eu lieu. « Ce garçon, cependant… »

« Vous êtes tous les deux terriblement irrespectueux. » Soudain, une voix tremblante et rauque s’interposa. Son propriétaire était un vieil homme en blanc qui boitillait avec l’aide d’une canne. Il s’approcha, flanqué de deux robustes gardiens lézards. « Il est notre invité. Pourquoi rends-tu les choses difficiles à notre jeune ami ? »

Aussitôt, le visage de Hyène perdit son expression féroce, et il s’inclina jusqu’à la taille.

Hellflower, en revanche, était restée tout aussi impassible. Cependant, avec l’apparition de ce vieil homme, elle resta silencieuse.

Le vieil homme ridé et sans prétention ne mesurait qu’environ 1,50 mètre. Même Cloudhawk était plus grand d’une tête.

S’il n’avait pas cent ans, il avait au moins soixante-dix à quatre-vingts ans. Il était si émacié que l’on aurait dit de la peau tendue sur un os, et il vacillait comme s’il pouvait basculer à tout moment. Il gardait son équilibre à l’aide de sa canne. Des cheveux blancs clairsemés poussaient toujours autour de sa tête, mais la calvitie avait atteint la majeure partie du haut de son crâne. Des yeux rhumatisants les regardaient derrière d’épaisses lunettes. Sa forme déjà frêle s’arrêtait visiblement comme s’il avait un pied dans la tombe. Cet homme à moitié mort était-il l’Académicien ? Le chef des Chercheurs ?

D’après toutes ses expériences, Cloudhawk savait qu’un chef devait être fort. Ce vieil homme avait l’air d’être à la merci de la moindre brise. Pourtant, des gens comme Hyène et Hellflower travaillaient assidûment pour lui. C’était certainement inattendu.

« Vous êtes l’académicien ? »

« En fait, j’ai un nom. » Le fossile maigre gloussa et enfonça ses lunettes sur son nez avec ses doigts noués. « Vous pouvez m’appeler Roste. »

Il eut l’impression que, bien que cet Académicien, du nom de Roste, soit le chef des Chercheurs, il était extrêmement doux. Il avait l’allure d’une personne ayant vécu toutes sortes d’expériences.

« Et la raison pour laquelle vous m’avez mené jusqu’ici… »

« Jeune homme, ne soyez pas si pressé. » Roste s’arrêta pour se soulager de quelques faibles toux. Il ne semblait pas être en très bonne santé. « Je sais que vous êtes pressé de faire quelque chose, mais pour autant que je sache, toutes les terres désolées sont là pour vous tuer. Si vous partez d’ici maintenant, vous ne ferez qu’avancer vers votre mort. N’êtes-vous pas d’accord ? »

Il ne pouvait pas dire qu’il avait tort.

« La base de Blackwater est très sûre. Vous pouvez vous y cacher un temps. Maintenant que le calife est mort, personne n’oserait nous déranger ici. » L’académicien regarda Cloudhawk. « Tu apprendras beaucoup si tu restes parmi nous. Bien sûr, nous aurons aussi besoin de ton aide pour certaines choses. J’espère que nous pourrons nous entraider ».

Il se mit à réfléchir un instant.

Le vieil homme Roste fit une remarque pertinente. Continuer son voyage maintenant sans amis et potentiellement avec des milliers d’ennemis serait difficile, c’était le moins qu’on puisse dire. Quel mal y aurait-il à rester ici un petit moment, hors de vue ? Pour le moins, ces chercheurs s’intéressaient beaucoup à lui, bien qu’il ne soit pas sûr que ce soit une bonne chose. En tout cas, s’ils voulaient vraiment le garder ici, il était trop tard pour qu’il puisse résister. Il était plus logique de rester calme et de capituler pour l’instant.

« Hyène est mon agent le plus fidèle, et Hellflower est mon assistante la plus compétente. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, vous pouvez les trouver. » Ses paroles avaient été interrompues par une autre série de toux. L’effort l’avait affaibli. Le vieil homme fit signe à ceux qui l’entouraient. « Vous tous, soignez ses blessures. »

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 105 – Base de Blackwater Menu Chapitre 107 – Le marché