Le Monde des Arts Martiaux | Martial World | 武极天下
A+ a-
Chapitre 336 — Partager les secrets

     — Vu comme je ressens Ailes Dorées, ça ne fait aucun doute. À moins qu’elle se soit enfuie autrement… Déclara un autre membre du groupe d’une voix âcre et nasillarde. Petit et d’allure ordinaire, il scrutait le camp de son regard perçant.

‟Ailes Dorées” qu’il venait de mentionner était l’Aigle Vent Céleste sur lequel Zhou Xinyu était arrivée avec le jeune homme à la tunique jaune.

La Région de l’Horizon Austral était si vaste que lorsque vous quittiez le territoire de la Lune Montante, la terre et le ciel se déployaient en des paysages complexes qui s’étendaient à perte de vue. À l’ouest se trouvaient les Étendues Sauvages Australes et ses innombrables tribus. Sans une méthode spéciale, essayer de retrouver quelqu’un à travers de telles immensités revenait à chercher une aiguille dans une botte de foin.

Ces individus avaient poursuivi Zhou Xinyu jusque dans cette cité de mortels. L’homme de petite taille était ni plus ni moins que le maître des écuries de la Lune Montante. Il ne brillait pas par sa force, mais il avait eu la chance de recevoir un don spécial à la naissance qui lui permettait de communiquer avec les animaux. Pour éviter de perdre cette précieuse créature qu’était Ailes Dorées, il avait tissé un lien spécial avec lui au fil du temps, et il était ainsi en mesure de ressentir sa présence à plusieurs centaines de milliers de kilomètres à la ronde.

Tous ces hommes étaient des survivants de la Lune Montante. Ils avaient récupéré ce fabuleux pisteur et s’en étaient servis comme guide. Ensemble, ils avaient parcouru montagnes et rivières, traversant les Étendues Sauvages Australes et affrontant les innombrables dangers qui s’y trouvaient pour finalement retrouver Zhou Xinyu dans la Ville du Mûrier Vert.

     — Eh ! eh ! je ne pensais pas qu’elle se cacherait dans une cité de mortels, déclara l’homme au chapeau de bambou en se léchant les lèvres avec excitation.

     — Deuxième Oncle, la petite a beau être seulement au sommet de la Condensation de l’Impulsion, Tante Shui Yue pourrait lui avoir laissé un atout ou deux pour sauver sa peau et s’échapper. Et puis y’a pas mal de monde dans ce camp. Ce sera facile de la perdre si la situation venait à dégénérer. On devrait prendre le temps de poser une barrière, comme ça il pourrait bien lui pousser une paire d’ailes qu’elle ne réussirait pas à s’échapper, haha !

« Kof ! kof ! » Un des hommes du groupe enveloppé d’un étrange brouillard noirâtre se mit à tousser. Son visage était étonnement pâle. De toute évidence, il était blessé.

     — Qu’est-ce qu’on fait de tous ces mortels ? interrogea celui qui se faisait appeler ‟Deuxième Oncle.”

     — Si on parvient à récupérer Zhou Xinyu sans révéler quoi que ce soit, on n’aura pas besoin de s’occuper d’eux. C’est le territoire des Sept Profondes Vallées après tout. On risquerait d’avoir des ennuis si on massacre tout le monde. Mais si le secret est révélé, on n’aura pas le choix, il faudra tous les tuer et faire porter le chapeau à la harde sauvage. Les bêtes féroces détruisent tout sur leur passage ces derniers jours, ça nous fera une couverture idéale. Et puis quelques milliers de soldats de plus ou de moins… L’homme au chapeau de bambou avait l’air parfaitement indifférent du sort de ces hommes. De toute évidence, leur vie n’avait pas la moindre valeur à ses yeux.

     — Entendu, on procédera comme tu viens de dire, acquiesça Deuxième Oncle en sortant un disque enchanté pour déployer une barrière. Les autres l’aidèrent immédiatement. De fonctionnement relativement simple, cette matrice permettait de retenir un maître pendant seulement une courte période. Mais cela suffirait amplement pour bloquer Zhou Xinyu et la capturer.

Son rôle ne se limiterait toutefois pas à ça, la barrière ayant également la capacité d’empêcher les mortels de s’échapper. Puisque ces hommes appartenaient à la Lune Montante, si les Sept Profondes Vallées venaient à apprendre qu’ils commettaient des massacres sur leur territoire, leur situation pourrait devenir vraiment préoccupante.

Alors qu’il plaçait les symboles de la matrice les uns après les autres, l’homme au chapeau de bambou se découvrit la tête, révélant un visage aux traits élégants que seul un regard dur et féroce venait déparer.

     — Vous avez été bien injuste et bien cruelle, Tante Shui Yue, siffla-t-il entre ses dents dans un ricanement cruel. Maintenant, il ne faudra pas venir me reprocher à moi, Huang Sanping, d’être sans cœur !

La lune brillait avec clarté dans le ciel de la nuit. Lin Ming méditait, assis au milieu de sa tente. Grâce à l’effet combiné d’élixirs et de pierres de véritable énergie de grade moyen, il avait presque entièrement recouvré ses forces.

Voyant qu’il était déjà bien tard, il sortit le feuillet de jade qu’il avait récupéré dans l’anneau spatial de Bi Luo. Une première lecture lui avait déjà permis de découvrir que les techniques qu’il contenait n’étaient pas particulièrement difficiles à cultiver.

Alors qu’il s’apprêtait à entrer dans Éther pour réfléchir et méditer les concepts du feuillet de jade, un tressaillement parcourut tout à coup son cœur dans sa poitrine.

Lin Ming s’élança aussitôt à l’entrée de la tente avec l’agilité et la discrétion d’un félin. Passant un bras à travers les auvents, il entrouvrit le rideau pour jeter un coup d’œil à l’extérieur. Un parterre d’étoiles surplombait les silhouettes des montagnes encore plongées dans l’obscurité. Tout semblait parfaitement normal, pourtant, il avait très clairement ressenti une étrange fluctuation d’énergie à l’instant.

Quelqu’un était là, prêt à leur tendre une embuscade.

Le visage de Lin Ming s’assombrit. Alors qu’il réfléchissait déjà à une contre-attaque, quatre silhouettes se découpèrent à l’horizon. Deux Aigles Vent Céleste volaient en direction du camp à un rythme étonnement calme.

Bien qu’encore loin et camouflés par le voile de la nuit, Lin Ming n’eut aucun mal à distinguer très clairement leurs apparences. Ils étaient habillés de manière peu ordinaire et leurs tuniques étaient couvertes de poussière ; ces hommes arrivaient visiblement de loin.

Si deux d’entre eux étaient seulement à la Condensation de l’Impulsion, les deux autres étaient au Houtian. L’un au milieu du Houtian et l’autre, un homme un peu plus âgé dont le corps était enveloppé d’un étrange nuage de ténèbres, carrément au sommet du Houtian, soit plus très loin du Xiantian.

L’expression de Lin Ming changea radicalement. À en juger par la densité de leur véritable énergie, ces artistes martiaux appartenaient tous à une secte. Et en l’état actuel des choses, Lin Ming n’était pas en mesure de se frotter à un maître d’une secte au sommet du Houtian.

Alors qu’ils approchaient, l’un des artistes martiaux au Houtian sortit une perle violette de son anneau spatial et la jeta sans hésitation dans les airs.

Une puissante explosion retentit dans la foulée, pareille à un coup de tonnerre, aussitôt suivie d’une violente onde de choc qui arracha toutes les tentes à proximité. Des armes, des vêtements, de la nourriture, des couchages et toutes sortes d’autres objets furent projetés dans les airs, tandis que des dizaines de soldats étaient soulevés par le souffle de l’explosion et jetés contre le sol dans des cris de douleur effroyables.

Le campement fut immédiatement plongé dans le chaos. Croyant que les bêtes féroces étaient de retour, nombre de soldats ramassèrent leurs armes en s’élançant à l’extérieur du camp à la rencontre de la harde sauvage. Avec la menace constante qui pesait sur la cité, la majorité d’entre eux n’avaient pas ôté leurs armures, mais dans la précipitation, ils s’élancèrent avec une autre arme que la leur, enfilèrent la mauvaise paire de chaussures ou le mauvais casque.

Zhu Xinyu était restée dans le camp après le départ de la deuxième vague de bêtes féroces avec l’idée qu’elle aurait ainsi d’autres occasions de parler avec Lin Ming. Lorsqu’elle entendit l’explosion, elle s’habilla rapidement et sortit en trombe de sa tente. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’elle leva le regard dans le ciel…

Huang Sanping ? Huang Zixuan ? Qu’est-ce qu’ils font ici ? La jeune fille resta confuse pendant quelques secondes. Huang Sanping était l’autre génie de la Lune Montante sélectionné pour faire partie du programme d’entraînement conjoint de l’Île du Phénix Divin. Il était encore en vie ? Et que faisait-il ici avec Deuxième Oncle Huang Zixuan ? Étaient-ils à sa recherche ?

Réfléchissant aux raisons qui pouvaient expliquer leur présence, Zhou Xinyu sembla tout à coup réaliser quelque chose et son expression changea brusquement.

Ça craint !

Effrayée comme un écureuil fuyant dans son arbre, la jeune fille se replia aussitôt dans sa tente, le visage blême.

Depuis sa plus tendre enfance, elle n’avait presque jamais quitté la Lune Montante – ou seulement en de rares occasions – et elle ne connaissait pas grand-chose aux affaires de ce monde, mais elle n’était pas idiote pour autant. Huang Sanping n’avait pas fait tout ce chemin à la recherche des disciples perdus de la Lune Montante pour reconstruire leur secte tous ensemble. Non, il devait plutôt être au courant de ce qu’elle détenait sur elle et lorgner les trésors de son maître.

     — Que faire ? se lamenta-t-elle dans un élan de panique. Elle ne savait pas comment Huang Sanping avait fait pour s’en sortir, qui lui avait appris pour les trésors de leur secte ou de quelle manière il était parvenu à la poursuivre jusqu’ici. Mais elle savait en revanche très bien que l’homme qui l’accompagnait était leur Deuxième Oncle de la Lune Montante, un Aîné de cercle extérieur et un maître à seulement un demi-pas du Xiantian.

Un tel personnage pouvait la tuer d’un simple revers de la main.

Zhou Xinyu se mordit les lèvres et enfila rapidement un jeu de vêtements sombres avant de se diriger vers l’entrée de sa tente. Elle voulait se mêler aux soldats et profiter du tumulte qui régnait dans le camp pour filer discrètement. C’était sa seule voie de sortie.

     — Qui commande ici ? Montrez-vous ! s’écria Huang Sanping depuis les airs en dévisageant la foule rassemblée en dessous de lui avec mépris.

Zhu Ping aurait normalement dû se manifester, mais voilà une heure qu’il avait disparu sans laisser la moindre trace derrière lui. Ses gardes n’avaient rien remarqué et ne soupçonnaient donc pas une seule seconde que Lin Ming ait pu le tuer. Ils en avaient simplement conclu que leur commandant s’était absenté sans juger opportun de leur notifier où et pourquoi il partait au beau milieu de la nuit. Quoi qu’il en soit, sans chef pour commander, le camp se retrouvait plongé dans un désordre absolu. Et puisque Zhu Ping était mort, personne ne s’avança.

L’élan de panique retombé, les soldats réalisèrent rapidement qu’il n’y avait pas de bêtes féroces à repousser, et que la source de tout ce grabuge était plutôt à chercher du côté de ces mystérieux individus qui volaient au-dessus de leur tête…

Puisque Zhu Ping était introuvable, Lin Wanshan finit par se décider. Mais alors qu’il approchait, son cœur se mit à battre la chamade en découvrant le niveau de cultivation de ces types dans le ciel. S’ils étaient animés de mauvaises intentions…

     — Quel motif peut bien conduire des maîtres comme vous dans notre modeste cité ? demanda-t-il poliment en joignant les poings pour les saluer.

     — Vous avez offert votre hospitalité à une jeune femme qui est arrivée ici sur un aigle aux ailes d’or. Où se trouve-t-elle ? Tout en parlant, Huang Sanping pointa un doigt en direction d’un enclos aux abords du camp où attendait un Aigle Vent Céleste ailes dorées.

Lin Wanshan écarquilla les yeux de surprise. De toute évidence, ces gens n’étaient pas à la recherche de Lan Yi pour l’aider. Mais cela ne les regardait pas vraiment, eux habitants de la Ville du Mûrier Vert, et Lin Wanshan ne voulait pas risquer la vie de ses compatriotes pour la protéger.

Alors qu’il s’apprêtait à leur indiquer sa tente, le Deuxième Oncle de Huang Sanping, Huang Zixuan s’écria tout à coup : — Là-bas ! Elle vient de toucher la barrière !

     — Hé ! où est-ce que tu vas comme ça ? Huang Sanping se lécha les lèvres avec avidité et lança immédiatement sa monture en direction de Zhou Xinyu.

La jeune femme sentit un frisson lui glacer le sang en réalisant qu’elle venait de déclencher une matrice, et son visage perdit aussitôt toute couleur. Se sachant découverte, elle courut se réfugier à nouveau dans la foule. Les tentes formaient un vaste dédale d’allées, véritable labyrinthe fourmillant de soldats aux tenues identiques. À la faveur de la nuit, il n’était pas vraiment difficile de se fondre à travers cette masse grouillante en se faufilant d’une tente à une autre.

     — Ha ! ha ! tu vas me forcer à te faire du mal si tu continues à te cacher, ma très chère sœur-apprentie. Est-ce que tu veux que j’enterre tous ces mortels avec toi ?

Huang Sanping riait effrontément, comme un chat jouant avec une souris. Au sein de la Lune Montante, tout le monde s’imaginait que Zhou Xinyu et lui étaient pareils à un phénix et un dragon épris d’un amour sincère. Mais la réalité était toute autre… la lutte pour les ressources les plaçant en compétition permanente. En privé, leurs relations étaient donc exécrables, à tel point que les deux jeunes gens en étaient arrivés à se vouer une haine féroce au fil des années.

Mais aujourd’hui, cette jeune sœur-apprentie autrefois si rayonnante était seule, tandis qu’il se trouvait lui à la tête d’un groupe de maîtres prêt à la capturer. Elle n’avait nulle part où fuir ni aucun moyen de s’échapper. Elle était prise au piège, comme la souris dans les griffes du chat. Situation qui procurait une immense satisfaction à Huang Sanping.

De son côté, Lin Ming se tenait dans l’ombre, observant silencieusement les quatre individus dans le ciel. Avec ses sens aiguisés, il pouvait voir que le maître au sommet du Houtian – celui au corps enveloppé d’un étrange brouillard – semblait blessé. Mais même blessé, ça restait un adversaire trop fort pour lui. Zhou Xinyu et lui n’étaient ni proches ni parents, pas plus qu’amis. Alors pourquoi irait-il risquer sa vie pour la sauver ?

Mais à ce moment-là, une voix triste et éplorée résonna dans ses oreilles : — Monsieur Lin ! sauvez-moi, je vous en supplie ! Je détiens les secrets de la Lune Montante. Sauvez-moi et je les partagerais avec vous !

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Fleadly
  • 🥈2. Guillaume
  • 🥉 3. Lionel
  • 4. Léo
  • 5. Alexis
  • 6. PascalW
  • 7. Cesar
  • 8. Noa
  • 9. Ba-Soma
  • 10. OyaTec_Suko-??
  • 11. Thomas
  • 12. Martin
  • 13. David
  • 14. enzo
  • 15. Paredes
  • 16. Kyshin
  • 17. Wakou
  • 18. Ronan
  • 19. Maxime
  • 20. matsu 1
  • 21. Zovan
  • 22. Cédric
  • 23. 94macadam
🎗 Tipeurs récents
  • David
  • Kyshin
  • Maxime
  • OyaTec_Suko-??
  • enzo
  • Noa
  • Zovan
  • Fleadly
  • Paredes
  • Ba-Soma
  • Cesar
  • matsu 1
  • Ronan
  • Lionel
  • Thomas
  • Cédric
  • Martin
  • 94macadam
  • guillaume
  • Wakou
  • Alexis
  • Guillaume
  • Léo
  • PascalW


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 335 — Technique de dissimulation Menu Chapitre 337 — Action sans retour