Ce n’est pas facile d’être un homme après avoir voyagé dans le futur | It's Not Easy to Be a Man After Travelling to the Future | 穿越未来之男人不好当
A+ a-
Chapitre 179 : Sangloter « Papa » !

Décision prise, les pensées de Ling Lan ne s’étaient plus attardées sur l’académie des recrues. Son esprit se tourna vers l’instructeur Mu, qui avait le plus profond respect de sa mère, Lan Luofeng — quel genre de personnage était-il ? Selon la description de Petit Quatre, il pouvait même réprimander le doyen de l’académie centrale des recrues sans aucune réserve — son identité n’était certainement pas simple.

Bavardant de temps en temps, Petit Quatre rapporta tout, et puis, tout à coup, pensant à quelque chose, son humeur tomba sensiblement. Avec un visage plein de réticence, il avait demandé, « Si on pars juste comme ça, ne sera-t-il pas très difficile de rencontrer papa ? »

En dehors de l’académie, quand ils se connectaient, ils se connectaient au monde virtuel réel, pas au monde virtuel de l’académie. De là, trouver la porte cachée vers le réseau de l’académie centrale des recrues, même si Petit Quatre déployait ses ressources, prendrait beaucoup de temps et d’efforts. Ce n’était pas une question simple.

Cela ne voulait pas dire que Petit Quatre ne pouvait pas franchir la barrière, mais le monde virtuel était tout simplement trop vaste — de nombreuses portes cachées seraient facilement négligées. C’était comme ce mystérieux monde BL (1) dans lequel Petit Quatre était entré auparavant — si Petit Quatre n’était pas tombé dessus par hasard, il n’aurait peut-être jamais su qu’un espace virtuel se cachait à cet endroit particulier…

C’est pourquoi Petit Quatre était plutôt inquiet — s’il ne pouvait pas trouver cette porte cachée vers l’académie centrale des recrues rapidement, alors, cela signifiait-il qu’il ne serait pas en mesure de rendre visite à papa dans un avenir proche ? Remarquez que dans un passé récent, chaque fois que Petit Quatre avait le temps, il courait vers l’espace de l’héritage de Ling Xiao, parfois même jusqu’à 3 ou 4 fois par jour. Bien que Petit Quatre avait très peur de l’immense énergie spirituelle de Ling Xiao et n’avait pas osé interagir directement avec lui, Petit Quatre n’avait besoin que de voir le sourire chaleureux de Ling Xiao et son humeur devenait incroyablement optimiste…

Ling Lan était profondément méfiante de ce genre de comportement atypique de la part de Petit Quatre. Est-ce que son Petit Quatre était déjà à l’âge où il avait besoin d’amour paternel ? Cette spéculation de sa part avait naturellement provoqué le déni empathique de Petit Quatre… mais voyant une rougeur extrêmement perceptible apparaître autour de la peau entourant les oreilles de Petit Quatre, Ling Lan avait immédiatement réalisé que Petit Quatre était trop gêné pour admettre la vérité.

La réaction de Petit Quatre avait fait tomber Ling Lan dans une contemplation silencieuse. Les émotions de Ling Lan concernant Ling Xiao étaient extrêmement compliquées. En grandissant, Ling Xiao n’était jamais apparu. Bien que Lan Luofeng ait constamment parlé de Ling Xiao et de ses exploits glorieux par son oreille depuis qu’elle était petite, en essayant d’établir l’image d’un père parfait dans l’esprit de Ling Lan, Ling Lan n’était après tout pas un vrai enfant. Sa maturité mentale signifiait qu’il lui était impossible d’accepter vraiment un homme qu’elle n’avait jamais rencontré, un homme qu’elle connaissait seulement par son nom comme son père juste parce que Lan Luofeng continuait à l’élever dans la conversation.

Ainsi, Ling Xiao avait toujours été l’étranger le plus familier dans le cœur de Ling Lan ! Tout comme un personnage sur un portrait — magnifiquement parfait mais éthéré et irréaliste.

Mais tout cela avait été brisé par son aventure accidentelle dans l’espace de l’héritage de Ling Xiao. Bien que le Ling Xiao dans l’espace de l’héritage n’était qu’une entité spirituelle, il était encore une manifestation du vrai caractère de Ling Xiao. Les mots et les interactions avec l’entité à l’intérieur représentaient les mots que Ling Xiao avait imaginé qu’il voulait dire avant même que Ling Lan soit née De ces paroles, Ling Lan avait senti l’amour profond que Ling Xiao avait porté à son enfant…

Ling Xiao était certainement un père attentionné. Il était prêt à faire confiance à son enfant, et lorsque son enfant en avait besoin, il lui prodiguait l’amour et les soins les plus chaleureux et les plus substantiels… Au cours de cette période d’interaction, Ling Lan pouvait clairement sentir cela à partir de l’entité spirituelle, et avait été ému par elle.

Ling Lan se souvient encore, quand les deux s’étaient rencontrés pour la première fois dans l’espace de l’héritage, à la fin, Ling Xiao avait demandé à Ling Lan si elle pouvait l’appeler ‘papa’… Cette demande avait alors été ignorée par Ling Lan. Parce qu’à l’époque, Ling Lan n’avait vraiment pas été capable d’accepter cet étrange et jeune homme au-delà de la raison comme son père.

Cependant, après avoir passé du temps avec lui au cours des dernières années, Ling Lan se rendait souvent dans l’espace de l’héritage pour recevoir des instructions de Ling Xiao et s’entraîner avec lui, elle avait enfin fait l’expérience du mentorat et des attentes d’un père pour son enfant. Cela avait rendu Ling Lan incapable de continuer à ignorer l’amour et les sacrifices de Ling Xiao…

Ling Lan se disait : « Oui, je dois trouver une occasion de le revoir ! » Cette fois, elle l’appellerait « papa » ! Il le méritait ; le Ling Xiao d’il y a 13 ans avait sincèrement voulu être un père dévoué à l’époque.

Les mots de Ling Lan avaient fait revivre Petit Quatre instantanément. Profondément ému, il avait dit, « Très bien, laisse-moi faire. » Même s’ils étaient dans une capsule de rétablissement en ce moment, sans apparemment aucun moyen d’entrer dans le monde virtuel — qui était-il ? Il était le dieu virtuel tout-puissant Petit Quatre ! Tant qu’il y avait un chemin pour se connecter au monde virtuel, il serait capable de se connecter… Oh non, pourquoi avait-il oublié cela plus tôt ? En fait, perdre tant de jours à attendre que le Boss se réveille.

Ouiiiiiiinnnn, papa, Petit Quatre ne t’a pas vu depuis presque 10 jours ! Tu me manques tellement ! La présence chaleureuse de Papa Ling Xiao a terriblement manqué à Petit Quatre. C’est ce qu’était avoir un père ?

Avec l’aide de Petit Quatre, Ling Lan fut transporté dans le monde virtuel. Comme il n’y avait pas de dispositif de connexion officiel, ils étaient actuellement en ligne en tant que internautes sombres sans identité. Petit Quatre avait pris l’initiative de dissimuler leurs figures, se glissant immédiatement dans l’espace de l’héritage de Ling Xiao.

Tous deux parcoururent le chemin familier à travers le manoir familial des Ling et ouvrirent la porte du bureau. En les entendant entrer, Ling Xiao leva la tête, et avec un sourire chaleureux, il dit : « Ling Lan, tu es venue… » Tout comme un père extrêmement patient qui avait attendu avec une patience incroyable que son propre enfant enjoué revienne à la maison après avoir joué son plein…

Ling Lan avait même eu le sentiment erroné qu’en ces jours où elle avait été absente, Ling Xiao était resté assis seul derrière son bureau tout ce temps, attendant le moment où elle ouvrirait la porte et entrerait ?

Ling Lan sentit une douleur traverser son cœur et ses lèvres tremblèrent. Enfin, un mot lui échappa : « Papa ! » Bien que ce sanglot fût très doux, dans ce bureau silencieux et tranquille, il était indubitablement clair.

Ling Xiao, qui, à l’origine, était assis derrière son bureau, se leva brusquement pour entendre le cri de Ling Lan. En raison du mouvement brusque, le bureau s’agita et plusieurs livres empilés sur lui tombèrent bruyamment au sol. À ce moment-là, Ling Xiao n’avait pas envie de se soucier de tout ça. Émotionnellement, il avait dit : « Ling Lan, à l’instant… comment m’as-tu appelé ? »

Ling Lan avait vu la main droite de Ling Xiao se plier en un poing serré. Ses yeux contenaient des traces de surprise agréable, de nervosité, ainsi qu’une peur inconcevable. Ling Lan n’aurait jamais imaginé que cet homme fort devant elle — qui s’était tenu au sommet de l’humanité, le pilote de classe divine Ling Xiao qui était considéré comme une arme ultime de la Fédération — aurait réellement des moments où il avait peur… De plus, il craignait que son enfant ne veuille pas l’appeler ‘papa’.

En voyant ce côté de Ling Xiao, le cœur de Ling Lan était un mélange compliqué de sentiments. Elle ne pouvait pas dire si c’était la joie ou le chagrin, mais ses paupières se sentaient en fait un peu tendues et humides… Quand Ling Xiao faisait face à la mort, avait-il eu aussi peur ? Peur qu’elle, qui ne l’avait jamais eu auprès d’elle, ne voudrait pas le reconnaître comme un père ?

« Papa ! » Le premier sanglot était sans doute le plus dur. Après l’avoir poussé, le cri suivant semblait beaucoup plus facile. Ce cri subséquent de Ling Lan était beaucoup plus clair que son premier, et il était aussi beaucoup plus fort.

« Hé ! » Ling Xiao avait répondu solennellement. Ses muscles faciaux d’abord tendus s’étaient instantanément détendus, et un grand sourire s’était épanoui sur son visage. C’était rayonnant et aveuglant, ce qui rendait impossible de le regarder directement. Même Ling Lan, qui avait l’habitude de voir des hommes magnifiques, s’était retrouvée éblouie et aveuglée à cet instant.

Sur le côté, Petit Quatre avait inconsciemment avalé, et avait haleté dans la crainte, « Je sais enfin maintenant à qui Boss ressemble… » Il se souvenait encore quand Boss avait 6 ans, un sourire d’elle aurait été capable de voler les cœurs et les âmes des gens. À l’époque, il s’était demandé comment le Boss avait ce pouvoir — on dirait qu’il l’avait hérité de son père.

Les paroles de Petit Quatre avaient brusquement réveillé Ling Lan de sa stupeur. Elle n’avait pas pu s’empêcher de jeter un coup d’œil à Petit Quatre — quel non-sens est-ce que ce petit idiot crachait maintenant ? Elle était l’enfant de Ling Xiao; n’a-t-on pas dit depuis les temps anciens que les filles ressemblaient à leurs pères ? Sa ressemblance avec Ling Xiao était parfaitement normale !

Ling Xiao était sans aucun doute de bonne humeur. Dans le passé, il avait toujours attendu que Ling Lan commence à parler, mais cette fois, il avait lancé la conversation en demandant : « Ling Lan, mon enfant, as-tu besoin que je t’explique quelque chose cette fois-ci ? »

Ling Lan secoua la tête. « Rien pour le moment. Je suis juste venue te dire que nous ne pourrons peut-être plus venir ici dans un avenir proche. »

En entendant cela, Ling Xiao fut surpris. « Pourquoi ? »

Ling Lan avait ri sèchement. « Je dois retourner au manoir. Il n’y a pas de dispositifs de connexion connectés à l’espace virtuel de l’académie des recrues. Si je veux venir ici, c’est un peu problématique. »

L’excitation et la joie initiales de Ling Xiao s’étaient dissipées graduellement, et une trace de tristesse balaya son regard. Parce qu’elle était passée si vite, et qu’elle était perdue dans ses propres pensées et émotions, Ling Lan ne s’en était pas aperçue.

Après un battement de silence, Ling Xiao ouvrit la bouche pour dire : « Quand partirez-vous, approximativement ? »

Ling Lan avait estimé silencieusement le temps dont son corps avait besoin pour se rétablir. «  Dans un mois au plus tôt. » Un mois plus tard, même si ses blessures internes n’étaient toujours pas complètement guéries, elle devrait pouvoir sortir de la capsule de rétablissement.

« Alors, en ce mois, essaye de prendre le temps de venir ici le plus possible, » avait dit Ling Xiao avec une expression sévère. Sans son sourire, il exerça faiblement une force invisible de présence, faisant en sorte que Ling Lan se sentit instantanément sous pression.

« Oui, papa ! » répondit Ling Lan en se tenant droit.

Ling Xiao avait regardé longtemps et durement Ling Lan, comme s’il essayait de graver l’apparence de Ling Lan dans son cœur. Sous le regard concentré de Ling Xiao, les mains de Ling Lan transpiraient de nervosité. Comme si, sentant l’anxiété et le malaise de Ling Lan, un léger sourire apparut sur le visage de Ling Xiao. Ce sourire fit se dissiper complètement toute la force de présence de Ling Xiao. Ling Lan sentit immédiatement la pression invisible sur elle disparaître ; toute sa personne se mettant instantanément à l’aise.

« Parle-moi de ta mère. Elle va bien ? » En posant des questions sur Lan Luofeng, l’être entier de Ling Xiao était devenu extrêmement doux, et l’amour irréfléchi dans son regard tellement saturé qu’on pouvait presque en arracher de l’eau (2).

En voyant ce genre de Ling Xiao, un vieux poème remua dans l’esprit de Ling Lan — le plus fort acier forgé à chaud (3), se transforme en soie tissée de doigts. Quand un homme aime vraiment une femme, peu importe à quel point il était fort, il deviendrait volontairement de la soie tissée (4)…

La faible mélancolie dans le cœur de Ling Lan se leva une fois de plus — si Ling Xiao n’était pas mort, lui et Lan Luofeng auraient certainement été un couple céleste. Cependant, les cieux étaient cruels, refusant de jeter les yeux sur une fin si parfaite et heureuse — il insistait pour la laisser inachevée, la gravant ainsi dans l’os et le cœur (5) .

Ling Lan raconta lentement des bribes de la vie de Lan Luofeng au cours des 13 dernières années. Elle avait parlé de sa douceur, de son amour affectueux, de ses petites crises de colère éhontées, de son inlassable acharnement… ainsi que de ses riches descriptions de ce mari parfaitement parfait dans son esprit …

À ce moment de sa narration, Ling Lan vit passer un éclair de douleur dans les yeux de Ling Xiao, ainsi qu’un faible sentiment de regret, et même une trace de vacuité.

Les deux d’entre eux — l’un assis, l’autre debout — avaient ainsi échangé la moitié de la journée. Ce n’est qu’alors que Ling Lan s’était rendu compte qu’il y avait effectivement une différence entre le jour et la nuit dans l’espace de l’héritage. La visibilité à l’intérieur du bureau s’était progressivement estompée, alors que le soleil à l’extérieur de la fenêtre tombait graduellement sous l’horizon occidental.

☾✩☽ ☾✩☽ ☾✩☽

NDT :(1) Boy’s Love. Histoire de romance entre deux hommes.

(2) Quelque chose de si heureux qu’on en pleure. Donc, on peut récupérer l’eau des larmes.

(3) Forgé plusieurs fois. La ligne originale dit 100 fois, mais c’est juste un chiffre pour dire. J’ai préféré garder le sens poétique de la phrase.

(4) C-à-d être enroulé autour du doigt de la personne aimée.

(5) Rendre qqch inoubliable.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 178 : Ling Lan se réveille Menu Chapitre 180 : Fier de toi