Je veux être Yama | Yama Raising | 我要做阎罗
A+ a-
Chapitre 37 : Disciple du Maître Céleste

Chapitre 37 : Disciple du Maître Céleste

“J’y ai accès,” dit Wang Chenghao en riant. “Je viens de me rappeler quelque chose…L’hôtel Fenglai appartient à mon père, et il y a des caméras de surveillance partout. Je les avais auparavant connectées à mon ordinateur par simple curiosité, puisque je n’avais rien de mieux à faire… Si ça marche encore maintenant, et que le monstre de l’hôtel n’est pas encore parti, alors on devrait pouvoir voir ce qu’il en est.”

Ils arrêtèrent la voiture sur le bord de la route. Wang Chenghao ouvrit son sac à dos, et les yeux de Qin Ye s’agitèrent immédiatement.

“Attends… tu n’as apporté qu’un ordinateur portable avec toi ? Pour te laver ? Et les sous-vêtements ?”

“J’étais censé les apporter ?” demanda Wang Chenghao, clignant des yeux.

Il était complètement déconcerté par la réaction de Qin Ye, presque comme s’il disait : “Qu’est-ce que je devais apporter d’autre ?”

Tu penses faire juste une sortie de classe ?

Les lèvres de Qin Ye continuèrent à trembler.

“N’aurais-tu pas dû au moins apporter des vêtements de rechange ?”

Wang Chenghao ouvrit son compte Alipay en réponse, et Qin Ye vit que le premier chiffre du solde de son compte était 6, et que le solde total s’élevait jusqu’à 6 chiffres.

Maudits soient ces riches…

“J’ai ma carte d’identité et mon permis de conduire avec moi. De quoi as-tu besoin en dehors de ton téléphone portable et d’une pièce d’identité ?”

Wang Chenghao ouvrit son portable et ajouta.

“Tant qu’il y a de l’argent sur mon compte de portable…”

Gamin… tu es honnête. Mais pourquoi ton honnêteté me blesse-t-elle tant le cœur ?

Le cœur de Qin Ye était comme criblé de trous. Ayant remarqué que le logo de la marque du portable de Wang Chenghao était celui d’une pomme croquée, il savait qu’il ne fallait pas chercher plus loin.

Son cœur se remplit soudainement de mélancolie lorsqu’il se rendit compte qu’il était déjà en train de vivre de plus en plus profondément aux dépens de quelqu’un d’autre…

Les doigts de Wang Chenghao s’agitèrent avec agilité sur le clavier.

“Ça marche ! Frère Qin ! Ça marche vraiment !” siffla-t-il victorieusement quelques frappes plus tard.

Le duo porta immédiatement son attention sur la vidéo qui était diffusée en mode plein écran.

L’image montrait que Lin Chaosheng était agenouillé sur le sol, tremblant de peur. Pourtant, personne n’entra.

Qin Ye fit un léger signe de tête. Il se trouvait à l’épicentre de l’autorité affichée par Arthis. Tant que cette démonstration d’autorité durerait, tous ceux qui se trouvaient en dessous du rang des juges infernaux ne pourraient jamais se remettre sur pied. En d’autres termes, le marionnettiste n’était pas du tout proche d’un Juge en termes de capacités.

Pendant les quinze minutes qui suivirent, personne d’autre n’entra dans la pièce. Puis, à la seizième minute de la vidéo, les nuages noirs à l’extérieur semblèrent se disperser légèrement. Dès qu’un premier rayon de lumière se fit à nouveau sentir, une voix incroyablement irritée retentit aussitôt.

“Putain de merde ! Tu serais mort si tu m’avais laissé finir mon dîner avant de te transformer en démon ! Te précipites-tu pour te réincarner ou cours-tu à la maison pour pleurer la perte de tes parents ?!”

L’explosion de sa rage fit sursauter Wang Chenghao et Qin Ye.

Il semble qu’il y ait quelque chose qui cloche ici…

Je veux dire… un expert qui a disposé du marionnettiste ne devrait-il pas sortir de l’obscurité d’une manière féerique, en agissant d’une manière qui reflète un souverain sans limites ?

Pourtant, sa première apparition… ressemblait plutôt à un propriétaire de magasin de légumes faisant la manche dans un marché aux puces…

L’énergie Yin dans les environs se dissipa avant que l’homme n’ait fini de parler. Puis, une figure ronde et bouffie apparut pour la première fois dans la vidéo.

C’est… C’est vraiment un prêtre taoïste…

On estimait que l’homme pesait bien plus de 200 kg. Sa robe était déjà éclatée à ses coutures, déchiquetée à certains endroits, alors qu’elle était couverte de graisse à d’autres. Il portait également un foulard carré. Il était impossible de savoir quand il s’était lavé pour la dernière fois. Même ses revers étaient devenus noirs. Pour ne rien arranger, au lieu de tenir un fouet bouddhiste… il tenait plutôt… un plumeau.

Un plumeau. Tu y crois, toi ?

Et il tenait même un gigot d’agneau gras dans son autre main. Quel que soit le regard qu’on lui portait, cet homme ressemblait plus à un mendiant qu’à un prêtre taoïste.

“Un expert de la classe des Chasseurs ?”

A ce moment, le marionnettiste fit une remarque d’une voix incroyablement grave.

Cependant, le prêtre ne fit même pas attention à lui. Il rongea le gigot de l’agneau qu’il tenait dans ses mains et le termina en quelques bouchées seulement. Puis, après avoir essuyé la graisse de ses doigts sur sa robe, il sortit ses paumes en forme de fleur de lotus et continua.

“Sans limites… Hic… Souverain.”

Le marionnettiste ne pouvait plus supporter l’image incongrue qui se tenait devant lui et aboyait.

“Où est ton plumeau bouddhiste ?”

“Hic… je l’ai oublié. J’ai attrapé quelque chose dans la précipitation. En tant que véritable disciple, il est de mon devoir de rester présentable à tout moment. Malheureusement… Hic… j’ai attrapé le mauvais article.”

Le duo qui regardait la scène se dérouler devant leurs yeux était complètement sidéré.

“Penses-tu vraiment qu’un simple Chasseur d’Âmes comme toi puisse affronter les Assassins du Monde Souterrain ?” s’exclama le marionnettiste d’un rire maniaque.

Son corps s’estompa dans les profondeurs du brouillard noir et les innombrables cadavres autour du prêtre taoïste commencèrent à s’agiter immédiatement.

Le prêtre s’essuya la bouche et finit par répondre d’une voix grave.

“Mon bon garçon, on dirait qu’il te manque quelque chose. Laisse-moi t’éclairer… Au cours des derniers milliers d’années, pas une seule entité n’a osé se comporter de manière incorrecte à Rivière de l’Ouest. Même aujourd’hui, le nombre d’activités surnaturelles reste le plus faible de tout le pays. Ne peux-tu pas utiliser ton satané cerveau de porcin et penser à la raison de cette situation ?”

Pourtant, il ne reçut aucune réponse. Les cadavres menaçants continuèrent à se dresser. Et puis, à l’instant suivant, ils se ruèrent tous vers le prêtre taoïste de manière synchrone.

“Parce que… deux des trois Grands Tribunaux Ancestraux Taoïstes sont situés ici. C’est là que le Maître Céleste Zhang a atteint l’illumination et a établi les techniques d’expulsion des fantômes… Ne penses-tu pas que tes entrailles de tortue sont bien trop grosses pour ton propre bien ? Transformation du Ciel et de la Terre.”

Il forma plusieurs sceaux à la main en un instant. Puis, un cercle blanc argenté rayonnant se forma sous ses pieds et un siège de lotus à neuf couches apparut à ses côtés. Alors que chaque couche de lotus fleurissait, toute la salle se remplit d’une lumière Yang rayonnante, qui se heurtait à l’énergie Yin sombre de la pièce. Toutes les marionnettes cadavériques se désintégrèrent en un instant.

Le regard de Qin Ye était incomparablement lourd. Il avait personnellement échangé des coups avec les dizaines de cadavres dans le couloir, et il savait exactement à quel point chacun de ces cadavres était difficile à manipuler. En fait, il ne pouvait même pas tenir le coup face à leurs attaques.

“Sanqing Taoïste ?! Tu es le disciple du grand Maître Céleste ?!” résonna une voix chargée d’une peur immense résonnait dans l’obscurité.

À ce moment, tout le brouillard dans la pièce commença à se lever comme un raz-de-marée et se transforma en un long dragon d’énergie Yin qui descendit les escaliers à toute vitesse.

Souverain Sans Limites .”

Le prêtre sortit une épingle à cheveux en tenant ces derniers dans un chignon et la fit glisser doucement.

“Va.”

Zou !

L’épingle à cheveux s’éleva et s’envola comme un éclair ! En un instant, elle se transforma en une épée en bois de pêcher à l’aspect ancien qui semblait même émettre le sifflement du vent et le grondement du tonnerre. L’épée se mit à capter la marée de l’énergie Yin en un clin d’œil. Avec un misérable cri, le brouillard noir se dissipa immédiatement, et l’épée plongea droit dans la boîte noire portée par Lin Chaosheng au même moment.

Le prêtre finit par s’approcher calmement.

“Maître des marionnettes… à l’époque, ta secte n’a-t-elle pas été anéantie précisément parce que vous vous étiez égarés et aviez expérimenté votre art sur des humains vivants ? Je n’avais jamais pensé que je trouverais un survivant à ce jour. Si j’étais toi, j’aurais bien caché mon identité et je me serais simplement laissé aller aux plaisirs fourmillants de ce monde. Mais hélas, tu pèches… tu pèches…”

Il s’approcha de l’épée et en tint la poignée fermement dans sa main.

“J’ai entendu dire que les maîtres des marionnettes ne s’engageaient jamais personnellement dans les combats. J’imagine que ce policier doit aussi être une de tes marionnettes, n’est-ce pas ? Tout comme les conducteurs de cadavres de Ruisseau de l’Ouest, vous êtes tout à fait remarquables en tant que tels. C’est dommage que votre art soit perdu à jamais pour le monde entier…”

Avant d’avoir fini de parler, il enfonça soudain son épée plus profondément dans la boîte !

“Argh !!!”

Un cri déchirant sortit soudain de la boîte. L’épée en bois l’avait transpercée de part en part, transperçant le plancher, ne laissant que la poignée à l’extérieur !

Blurp !

Une colonne de sang de trois mètres de haut se précipita en l’air, ce qui était totalement incongru vu la petite taille de la boîte. Les cris tragiques continuèrent sans fin. Ce n’est que quelques dizaines de secondes plus tard que tout redevient silencieux et tranquille.

“Souverain sans limites… Ton péché est d’avoir interrompu mon repas.”

Le prêtre taoïste soupira. D’un crochet du doigt, l’épée de bois se rétracta instantanément et se fixa à nouveau sur ses cheveux. Finalement, il monta dans l’ascenseur et sortit de la salle de réception.

La vidéo s’arrêta là.

Le visage de Qin Ye était incroyablement sombre. La vérité était bien pire que Arthis ne l’avait jamais imaginée. Ce n’était pas une bataille de dix minutes… Cette bataille n’avait même pas duré cinq minutes ! En fait, elle s’était terminée en deux mouvements seulement !

Pour la troisième fois, il réévalua à la hausse le pouvoir du gouvernement.

La profondeur de leurs capacités était incommensurable.

À en juger par sa conversation, Qin Ye pouvait dire que le marionnettiste était à peu près l’équivalent d’un Émissaire des Enfers de la classe des Chasseurs. Mais le fait qu’il avait été complètement et totalement anéanti par le disciple du Maître Céleste en deux coups seulement signifiait que le gros prêtre… Était probablement un expert de la classe des Gardiens des Enfers Anitya à part entière !

Et s’il s’agissait d’un simple disciple… Alors Qin Ye pouvait presque être sûr qu’il y avait des experts du même niveau que les Juges Infernaux dans le royaume des mortels en ce moment !

Après tout, il n’y avait qu’un seul niveau qualitatif de différence entre les deux classes.

“Il y a autre chose… Si le marionnettiste est de la classe des Chasseurs, alors… Son maître serait très certainement au moins de la classe des Gardiens des Enfers Anitya !”

Il ferma les yeux et respira profondément. À ce moment, son désir de percer le mystère de l’identité du Cerveau avait atteint un niveau sans précédent !

Le fait qu’un formidable fantôme de la classe des Gardiens des Enfers Anitya le regardait de loin était vraiment synonyme de repas insipides et de nuits blanches.

“Mais nous approfondirons cette question quand Arthis se réveillera enfin. Allons à la Cité du Salut.”

“La Cité du Salut ? Où ?” demanda Wang Chenghao un peu perplexe. “N’allons-nous plus à Stillight ?”

Qin Ye secoua la tête. Le gros prêtre avait raison. Rivière de l’Ouest… Était le lieu de naissance de la religion d’État, le taoïsme. Dans le passé, Père Dao Zhang avait atteint l’illumination sur la montagne de Appelcrâne avant de se diriger vers la montagne de Qingcheng où il avait massacré 8 millions de fantômes maléfiques. Les deux Salles des Ancêtres sont situées à Rivière de l’Ouest. Que ce soit des disciples de nom, des disciples laïcs ou de vrais disciples, il n’en restait pas moins que les disciples taoïstes abondaient à Ici. Après ce qui s’était passé, rester à cet endroit était bien trop dangereux.

Ses choix étaient soit de rester, soit de fuir le plus loin possible de la scène du crime.

“C’est dans la province de l’Insigne.”

“Si loin ?”

Wang Chenghao sentit venir le début d’une migraine.

Cher ami, il est facile de se contenter de parler. Mais veux-tu t’essayer à la conduite de la distance ?

“Nous y serons en sécurité.”

Qin Ye sortit son téléphone et composa un numéro.

“Tu peux choisir de ne pas rester. Tout ce que tu as à faire, c’est de m’envoyer là-bas. Après tout… J’ai un ami là-bas.”

Les yeux de Wang Chenghao s’illuminèrent.

Un ami ?

Quelqu’un comme lui a aussi des amis ?

C’est aussi un humain ?

Quelqu’un répondit rapidement. En fait, on pouvait dire que cette personne avait répondu pratiquement instantanément. Mais le plus étrange est que, malgré l’appel, ni Qin Ye ni la personne à l’autre bout du fil ne prononcèrent un seul mot. Ils ne coupèrent pas non plus l’appel.

Après une longue période, Qin Ye fut le premier à parler.

“Vieux Zhang… La dernière fois que nous nous sommes rencontrés, c’était probablement il y a vingt ans, n’est-ce pas ?”

La voix d’un homme d’âge moyen incroyablement émotif répondit.

“C’est vrai… Le temps est éphémère. Mon fils est déjà à l’université… Je… Je n’avais jamais pensé que… Je pourrais un jour entendre à nouveau ta voix…”

Qin Ye sourit.

“J’ai entendu dire que tu as été promu à nouveau ? Dois-je m’adresser à toi en tant que chef, maintenant ?”

“Heh… Est-ce que le rang et l’argent valent quelque chose devant toi ?” se moqua le vieux Zhang. “M. Qin, nous sommes des amis de longue date. Tout le reste n’est que banalités. Sans toi… Je ne serais jamais là où je suis maintenant. Je sais aussi que tu n’es pas une personne qui appellerait sans raison valable, tu dois donc avoir quelque chose d’important en tête. Dis-moi ce qui te tracasse.”

Qin Ye n’hésita pas.

“Je suis actuellement à Rivière de l’Ouest. Il se passe quelque chose dans mon comté. Comme tu le sais, je ne peux tout simplement pas me permettre de révéler ma véritable identité. J’ai donc l’intention de déménager dans la province d’Insigne pendant trois à cinq ans pour mettre les choses au point. J’aimerais que tu m’aides à m’inscrire dans une université non provinciale, et que tu me fournisses des pièces d’identité qui ne susciteront aucun soupçon.”

“Pas de soucis. Allez-y. Je suis d’ailleurs dans la Cité du Salut en ce moment. Je prendrai les dispositions nécessaires avec les autorités compétentes avant ton arrivée.”

Après avoir échangé plusieurs autres plaisanteries, les deux parties raccrochèrent presque en même temps.

“Frère Qin, tu as mentionné qu’il est ton ami ?” demanda curieusement Wang Chenghao.

“C’est exact…” répondit Qin Ye qui semblait se souvenir du passé en souriant. “Un lapin rusé a trois terriers. Ayant vécu si longtemps, penses-tu vraiment que je n’aurais pas des atouts dans mes manches ?”

Pendant ce temps, à l’intérieur d’une maison à l’allure ordinaire, dans la lointaine Cité du Salut, province de l’Insigne, une paire de mains ridées raccrocha le téléphone.

“Vraiment… Après toutes ces années… Je ne m’attendais pas à ce qu’il reste exactement le même qu’avant…”

La personne qui venait de raccrocher était un homme blanc d’une cinquantaine d’années, habillé en tenue de ville. Il se pencha sur sa chaise, une tasse de thé à la main, en se remémorant le bon vieux temps.

“Hé, vieux Zhang, n’oublie pas de faire la vaisselle ! Pourquoi tu te relâches encore ?”

Une dame portant un tablier autour de la taille sortit et réprimanda le vieux Zhang.

“Je m’en occupe.”

Le vieux Zhang ouvrit les yeux et sourit gentiment à la dame avant de jeter un coup d’œil à la porte bien fermée de la chambre de son fils. Quelques instants plus tard, il fit une expression sévère en décrochant à nouveau le téléphone.

“C’est Zhang Baoguo. Passez-moi le chef du bureau, Zheng.”

En un rien de temps, on entendit le rire d’un autre homme à l’autre bout du fil.

“Procureur général adjoint Zhang, à quoi dois-je cet honneur ?”

“Ce n’est qu’une faveur,” répondit Zhang Baoguo avec indifférence. “Un de mes parents va s’installer dans la Cité du Salut pour ses études dans quinze jours. Vieux Zheng, as-tu de bonnes recommandations d’études de la part de la branche éducation de ton bureau ? Je ne veux pas de celle de la province. Et l’idéal serait que le collège se trouve à proximité de la Cité du Salut.”



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 36 : Le deuxième éclat Menu Chapitre 38 : Le Dieu de la maison (1)