La Voie Céleste | Library of Heaven’s Path | 天道图书馆
A+ a-
Vol.1 / Chapitre 48 : Qu’est ce que c’est que cette croûte ?

– « … » Huang Yu n’avait pris aucun hallucinogène! Elle avait bien entendu et commençait à regretter d’avoir emmené ce gars chez le vieux Maître!!!

Vous ne connaissez même pas Zhennan Wang ? Mon pauvre ami, êtes-vous réellement du Royaume de Tianxuan ? Vous ne sortez pas d’un de ces coins reculés ?

Étant donné que Zhang Xuan ignorait tout de cette personne, La jeune fille craignait qu’il dise n’importe quoi et que cela lui cause préjudice.

Mais notre professeur ne faisait pas semblant, il n’en savait strictement rien! Son ancien hôte passait son temps à éviter l’expulsion, alors mettre son nez dans les affaires internes du Royaume, il n’en était pas question!

Huang Yu allait raconter au professeur Zhang les exploits de guerre glorieux de Zhennan Wang quand soudain la porte s’ouvrit et crissa. Une personne, qui devait être un majordome, les accueillit!

Le jeune Bai Xun perdit tout de son arrogance et s’exprima avec respect :

– « Oncle Cheng, je suis prêt maintenant. J’espère que le Maître m’accordera de nouveau son aide! »

Le majordome s’inclina et les pressa d’entrer :

– « Alors voici monsieur Bai et Mlle Huang! Veuillez me suivre jusqu’au salon! »

En parcourant la résidence, Zhang Xuan observa les alentours.

Les lieux n’avaient rien d’exceptionnels, ils étaient même en deçà de ce que l’on pouvait trouver dans certaines parties de l’académie, mais ils avaient ce ‘je ne sais quoi’ de différent! Chaque instant de tranquillité et chaque mouvement dans la cour intérieure rappelaient une agréable peinture qui respirait l’élégance!

Zhang Xuan remarqua une toile et s’émut :

– « Quelle peinture incroyable! »

Le majordome se retourna vers lui :

– « Oh ? Monsieur…semble s’y connaître en toile! »

– “Ce n’est qu’un simple commentaire!” Zhang Xuan n’aurait pas cru attirer autant l’attention.

Dans l’ancienne vie de notre jeune professeur, son travail consistait essentiellement à s’occuper de bouquins. Même s’il avait aperçu de nombreuses peintures, il n’était aucunement artiste. Il n’avait jamais tenu un pinceau entre ses doigts!

– « Notre Maître s’est servi de son cœur comme pinceau et de la cour intérieure comme canevas, de ce fait, il a transformé la résidence en une vaste fresque! Vous ne vous trompez pas en disant  cela Monsieur!! » Ajouta le Majordome.

Ils arrivèrent bientôt au salon.

Ce dernier n’était pas très grand, mais il était riche de toiles. Une délicatesse empreinte de classicisme s’en dégageait. On ne pouvait être qu’apaisé en entrant dans cette pièce.

Après leur avoir présenté trois sièges pour s’asseoir, le majordome se retourna et partit :

– « Je vais prévenir le Maître! »

Huang Yu observa Zhang Xuan avec curiosité :

– « Vous connaissez une chose ou deux en peinture? »

Elle avait entendu leur conversation et elle ne savait rien sur notre jeune professeur!

– « La vie qui émanait de cette peinture m’a stupéfait! » Répondit-il.

Le regard de Bai Xun était si intense qu’il aurait pu tout embraser :

– « Xiao Yu, n’écoutez pas ses foutaises. Ce type fait son cinéma pour attirer votre attention! »

Huang Yu ne l’entendait pas de cette oreille :

– « Qu’en savez-vous? Mon ami est extrêmement instruit et talentueux! Pensez-vous que tout le monde aime comme vous étaler sa moindre capacité? »

La jeune fille encensait Zhang Xuan, et Bai Xun ne pouvait l’accepter :

– « Instruit ? Lui? Xiao Yu, vous devriez faire attention. Je pense que ce jeune homme n’est qu’un play-boy sans intérêt. Malgré son âge, il est doué dans l’art du simulacre afin de s’attirer vos faveurs. Quel sans gêne! »

Huang Yu n’avait pas sa langue dans sa poche :

– « Mon ami est doué en cithare, aux échecs, en littérature et en peinture. Il n’y a rien dont il ne soit pas capable, rien dont il ne soit pas expert. Il n’est pas qu’exceptionnel parmi les jeunes de son âge, beaucoup de vieux maîtres ne lui arrivent pas à la cheville ! À l’inverse, regardez-vous! Vous n’êtes doué en rien et vous ne savez que vous battre ou tuer! C’est vous qui êtes sans intérêt!!! »

– « Doué en cithare, aux échecs, en littérature et en peinture ? Vous voulez dire lui ? Il n’est guère  plus âgé que moi. Et même s’il avait commencé à apprendre dans le ventre de sa mère, que saurait-il ? Vous allez être sa prochaine victime! » Rétorqua Bai Xun.

– « Sa jeunesse serait-elle un obstacle à son talent ? Et s’il avait du talent ? Ne méprisez pas les autres simplement parce que vous n’en avez pas! »

Zhang Xuan était embarrassé.

Si vous voulez vous disputer, faites-le dans votre coin! Vous n’avez pas à m’y mêler. Vous aurais-je  offensé ? De la cithare, les échecs, la littérature et la peinture ? Je n’ai jamais rien fait de tout ça… Si j’avais du talent, je ne serais pas classé parmi les derniers!

À l’instant de la contre-attaque du jeune impudent, des pas retentirent et une personne entra, suivie du majordome.

C’était un vieil homme arborant une barbe et des cheveux blancs. Une aura majestueuse émanait de lui. On ne pouvait pas le louper!

Il s’agissait de l’ancien tuteur de l’Empereur Shen Zhui!

Bai Xun et Huang Yu stoppèrent leur chamaillerie et s’inclinèrent devant le vieux maître!

Mais ce dernier les ignora et porta son attention sur Zhang Xuan. Le majordome devait lui avoir soufflé mots de l’histoire de la peinture :

– « J’ai entendu dire que quelqu’un voyait en mes arrangements intérieurs une expression picturale. Il est rare de rencontrer une jeunesse aussi raffinée de nos jours! »

Cela ne plaisait pas au jeune Bai Xun :

– « Maître, ce gars ne raconte que des balivernes, nul besoin de s’y attarder. J’ai révisé! Alors maître, n’hésitez pas à me tester… »

Le Maître Lu Chen fronça les sourcils :

– « Vous ai-je donné la permission de parler ? »

– « Je… » Bai Xun fut rouge de honte.

Il avait beau faire partie de la haute et avoir un père formidable, il pâlissait devant l’ancien tuteur de l’Empereur!

L’attention de Lu Chen se porta de nouveau sur le jeune professeur :

– « Puisque vous connaissez la peinture, j’ai justement une œuvre dont j’aimerai obtenir une expertise! »

Il fit un geste de la main et le majordome se hâta à dérouler une toile sur la table.

C’était une peinture simple et élégante qui prit d’assaut tous ses observateurs! Dans un village paisible, des enfants s’y amusaient et de la fumée sortait des cheminées. Si l’on se concentrait quelque peu, on pouvait presque entendre le chant des cigales et voir danser les feuilles des arbres. C’était un paysage complet!

Zhang Xuan se gratta la tête :

– « C’est… »

Il ne connaissait rien de la peinture. Tout ce qu’il pouvait dire c’était qu’elle avait de l’allure. Le Maître lui demandait de l’évaluer ? Qu’allait pouvoir dire notre jeune professeur ?

Pour palier rapidement à l’hésitation de Zhang Xuan, Huang Yu lui murmura à l’oreille :

– « Vous devez bien réfléchir avant de parler. C’est un test du maître… Il aime tester les gens. Quand je suis venu ici pour la première fois, je n’ai pas été épargnée ! Si vous réussissez, vous pourrez emprunter tous les livres que vous voudrez, mais si vous échouez, vous serez renvoyé sur le champ… »

– « Un test ? »

S ‘il avait su cela, le professeur Zhang n’aurait rien dit en entrant dans la cour intérieure!

Cependant, d’après la jeune fille, il l’aurait testé même s’il n’avait rien dit. C’était une habitude chez lui!

Quels problèmes pourrait-il y avoir avec cette toile ? Quels commentaires à faire ?

Le vieux maître était un artiste peintre. Si Zhang Xuan devait dire des bêtises, il serait chassé avec un bâton sans autre forme de procès!

– « Pourquoi ? Y a-t-il un problème ? » demanda Maître Lu Chen, intrigué.

– « Non, il n’y a rien! »

Le jeune professeur faisait mine de réfléchir :

« Vu que la Bibliothèque de la Voie Céleste peut authentifier des objets, alors… il est peut-être  possible qu’elle puisse voir dans les peintures ? »

Il avança et toucha délicatement la toile.

Un son retentit en lui et un livre apparut dans son esprit!

Zhang Xuan était fou de joie. Après avoir lu le contenu de son livre, il leva la tête et regarda les yeux brillants Lu Chen :

– « Le Maître veut-il que j’évalue cette toile ? »

Le Maître ne répondit pas ! Son silence en disait long!

– « Je n’aurais que 6 mots pour l’évaluer »

Le maître fixa Zhang Xuan :

– « Je veux les entendre! »

– « Voilà… ‘Qu’est ce que c’est que cette croûte?’ »

– « Monsieur, veuillez faire attention à vos propos! » Le majordome était curieux de l’évaluation de Zhang Xuan, mais là il allait presque tourner de l’œil. Troublé, il essayait d’avertir le jeune professeur :

– « C’est une peinture que vient de faire le Maître… »

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Lionel
  • 🥈2. SaPhirYNA
  • 🥉 3. Cinthia
  • 4. Florian
  • 5. Reinox
  • 6. jack975
  • 7. Caroline
  • 8. PascalW
  • 9. Marco
  • 10. Alexis
  • 11. Max973
  • 12. Cindy
  • 13. guillaume
  • 14. Ba-Soma
  • 15. Thomas
  • 16. nevri
  • 17. Aeyna
  • 18. Ali
  • 19. Starbuck
  • 20. Martin
  • 21. Ronan
  • 22. Xetrix
  • 23. JOSEPH
  • 24. Pierre
  • 25. Cédric
  • 26. Frederic
  • 27. Cesar
  • 28. Yaozard
  • 29. Korros
  • 30. lancelot
🎗 Tipeurs récents
  • Yaozard
  • Ba-Soma
  • nevri
  • Xetrix
  • Thomas
  • Cédric
  • Ali
  • Martin
  • Cesar
  • Reinox
  • Florian
  • Pierre
  • Ronan
  • Caroline
  • Frederic
  • Max973
  • Starbuck
  • Lionel
  • Aeyna
  • Marco
  • jack975
  • Alexis
  • Cinthia
  • guillaume
  • SaPhirYNA
  • Cindy
  • lancelot
  • PascalW
  • JOSEPH
  • Korros


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Vol.1 / Chapitre 47 : Huang Yu Menu Vol.1 / Chapitre 49 : Comment a-t-il fait ça ?