La Voie Céleste | Library of Heaven’s Path | 天道图书馆
A+ a-
Vol.4 / Chapitre 288 : Le Seigneur Ji Mo

– « Oh ? Allons-y alors! » Étant donné que Zhang Xuan avait du temps de libre, il décida d’en apprendre davantage sur le déroulement de l’examen de peinture. Donc, il suivit le préposé à travers la foule.

Droit devant se trouvaient une table vert foncé alignée contre un mur, et un jeune de 18-19 ans, vêtu de blanc, assis sur une chaise en bois, les yeux bien fermés.

Même si Ji semblait hermétique à la frénésie ambiante, de nombreuses femmes se le disputaient :

– « Seigneur Ji Mo, je vous aime! Je veux porter vos enfants! »

– « Quelle effronterie! Le Seigneur Ji est à moi! Celle qui ose être ma rivale, je lui arrache ses vêtements! »

– « Jeune maîtresse, une belle lady par là-bas a l’intention de vous défier. Allez lui déchirer ses vêtements, nous vous acclamerons d’ici! »

– « ? »

– « Le seigneur Ji est peut-être jeune mais il est charmant et extrêmement délicat avec les dames. Alors, il est devenu leur idole! » Expliqua le préposé d’une voix étouffée.

Zhang Xuan remarqua en effet qu’il avait la peau lisse et un beau visage. Même si ses yeux étaient fermés, ses lèvres étaient légèrement courbées vers le haut, comme s’il souriait.

– « Que…fait-il ? » Demanda le jeune Zhang.

– « Le seigneur Ji Mo s’apprête à peindre. Il est probablement en train de calmer son cerveau et d’ajuster son état mental! »

– « Ajuster son état mental ? Ici ? » Zhang Xuan était intrigué. Ce n’était qu’une peinture. A sa place, il prendrait son pinceau et commencerait son œuvre sur le champ…

Y-a-t-il besoin d’ajuster son état d’esprit ?

Et si besoin était, pourquoi dans un tel chahut ?

– « Le seigneur Ji possède d’incroyables talents. Il a atteint le niveau de Maître Peintre avant l’âge de 20 ans. Chacune de ses actions a un dessein profond. Ce n’est pas quelque chose qu’un plouc comme vous puisse comprendre! » Avant que le préposé ne réponde, une femme se retourna et fixa Zhang Xuan furieusement.

– « Oui, d’où vient cet amateur ? Décampez sur le côté, ne contaminez pas la peinture du seigneur Ji. » Dit une autre femme en colère.

Hualala!

– « Ah ? » Ne s’attendant pas à autant d’hostilité, Xuan était sur les “fesses”!

– « Beaucoup de civils dans le Royaume de Tianwu s’intéressent à la peinture, c’est ce qui fait que les Maîtres Peintres soient aussi estimés. Le seigneur Ji étant l’un des peintres les plus talentueux de la jeune génération, il a d’innombrables fans. Alors, il vaut mieux pour vous que vous ne disiez rien ici. Autrement, vous pourriez être submergé par les critiques de tous ces irréductibles! » Chuchota le préposé.

Soudain, Ji Mo ouvrit les yeux et se leva.

– « Regardez, le seigneur Ji va commencer à peindre! »

– « Je me demande quel niveau de peinture il réalisera ! »

– « Faut-il encore le répéter ? Le seigneur Ji est un peintre officiel, ses œuvres sont au moins du deuxième niveau! »

Les femmes qui en voulaient à Zhang Xuan, se retournèrent immédiatement pour regarder leur héro.

Tout comme Lu Chen et Yuanyu, les peintres officiels, autrement dit les Maîtres Peintre, pouvaient produire une toile de deuxième ou de troisième niveau avec facilité. Quant à savoir s’ils pouvaient atteindre la Vraisemblance Époustouflante, cela dépendait de leur chance et de leur état.

– « Moi, Ji Mo, je vais vous faire la démonstration de mes humbles capacités! » Il se tint devant la table et d’un mouvement de son poignet, fit apparaître un éventail dans sa main. Le faisant aller deux fois devant son visage, ses cheveux noirs et sa robe blanche dansaient avec la brise légère.

– « La peinture que je vais créer sera vendue immédiatement. Toutefois, je ne prendrai pas un seul centime pour mon compte personnel, je construirai avec cet argent une salle de peinture. J’inviterai les apprentis peintre à y donner des cours pour transmettre la compréhension et la passion de cet art! »

La foule s’agita une fois de plus. De nombreuses femmes criaient comme des fanatiques :

– « Le seigneur Ji se fiche bien des richesses matérielles… »

– « Voilà comment se comporte un Maître Peintre! Je suis impressionnée. »

– « … » 

– « On voit que ce type sait comment gagner les cœurs! » Dit Zhang Xuan. Ce Ji Mo était évidemment doué en politique et savait comment attirer l’attention d’autrui. Cette manière de faire s’apparentait à ces ventes de charité que le jeune professeur avait connu dans sa vie précédente. En réalité, il s’agissait juste de stratagèmes.

Pourquoi a-t-il besoin de faire autant de cinéma ?

– « Silence! »

Refermant son éventail, Ji Mo fit de grands gestes :

– « Très bien, je ne vais pas vous faire perdre votre temps, alors je vais commencer. J’espère que vous resterez silencieux durant mon travail! » La foule en délire se tue d’un seul coup.

Le sourire effleurant les lèvre, Ji Mo prit alors un pinceau. Après avoir déroulé un papier de haute qualité, il frappa doucement sur la table avec sa main gauche. Par la secousse de son zhenqi, une goutte d’encre sauta dans l’air pour se poser exactement au bout de son pinceau, puis, d’un grand mouvement de la main droite, celui-ci tomba sur la surface du papier et commença à se déplacer avec grâce. Le spectacle en imposait!

Hualala!

Le pinceau dansait sur le papier comme un poisson dans un bassin. Tout doucement…la peinture prenait forme. Elle représentait une montagne et un ruisseau. La montagne majestueuse était couverte de forêts mystiques et de rochers mystérieux. Ding Dang, on pouvait presque entendre le clapotis de l’eau martelant la pierre, et les feuilles dansaient vers une certaine direction, comme si un léger vent les caressait.

– « C’est une peinture de niveau deux! » Confirma le jeune Zhang. L’Art de la Peinture de la Voie Céleste qu’il avait compilé en utilisant les livres de Maître Lu Chen lui avait donné une compréhension profonde de cet art. Même sans la Bibliothèque de la Voie Céleste, il pouvait évaluer des peintures d’un certain niveau.

Cette oeuvre du ruisseau dans la montagne était détaillée. On pouvait presque croire qu’il s’agissait d’une scène réelle. La touche spirituelle qui s’en dégageait donnait une esthétique étrange mais magnifique. C’était la preuve que la toile avait atteint le niveau Peinture Spirituelle.

Toutefois, même si le contenu était époustouflant, la montagne et le ruisseau manquaient de conception artistique. Il n’y avait aucune touche propre à l’artiste. En d’autres termes, elle n’atteignait pas le niveau Intentions Infusées.

– « C’est dommage. S’il n’avait pas trop fait la démonstration de ses capacités, mais avait bâti sa toile lentement et calmement, il aurait pu atteindre le niveau Intentions Infusées! » Soupira le professeur Zhang. Même si ce Ji Mo était un vantard, il possédait les bases!

Bientôt, l’œuvre fut achevée…Ji Mo remit le pinceau dans le porte-pinceaux et accrocha la peinture sur le mur.

– « C’est une peinture de second niveau et je l’ai nommée, Brise près de la Montagne et du Ruisseau. Les enchères débutent maintenant. Le prix de départ est d’un million de pièces d’or, et chaque augmentation doit se faire au minimum par tranche de cent mille. » Sur ce, les lèvres du peintre firent un beau U. Se faisant de l’air avec son éventail, il prit l’allure d’un étudiant distingué :

– « Je dînerai avec l’acheteur, gratuitement! »

À l’annonce de l’ajout de cette pépite, les femmes “en chaleur” sentirent monter en elles un intense désir :

– « Un dîner !? Cette peinture est à moi! »

– « Ne me défiez pas, j’offre un million cent mille! »

– « Vous voulez acheter la toile du seigneur Ji Mo pour un million cent mille ? Arrêtez de jouer! Un million trois cent mille! »

– « J’offre deux millions! »

– « … »

– « Deux millions et quatre cent milles ? » Zhang Xuan fut estomaqué de cette hausse si rapide. Il avait vendu sa peinture niveau cinq a simplement deux millions, et cette toile médiocre avait atteint cette somme ?

– « Com…Combien coûte une peinture de niveau cinq, Esprit de la Création ? » Le jeune professeur ne put se retenir de poser la question.

– « Une peinture de niveau cinq ? Ce serait un trésor laissé par un Grand-Maître Peintre deux étoiles ! Une peinture de cet acabit deviendrait le trésor de notre Guilde, et…elle serait inestimable! » Répondit le préposé.

– « Inestimable ? » Le corps de Xuan vacilla violemment.

– « Oui ! si nous devions lui donner un prix, le prix de départ serait au minimum de dix millions de pièces d’or. Quant à la hausse, je ne peux pas dire jusqu’à combien elle irait. Toutefois, il y a six mois, nous avons vendu une toile semblable aux enchères, et le prix final a finalement atteint 34 millions. » Zhang Xuan allait pleurer…

– « La Guilde des Peintres est établie depuis moins de vingt ans, et les prix ont commencé à augmenter à partir de là. Si cela avait été il y a trente ans, quand personne n’était trop intéressé, une peinture de niveau cinq ne se serait vendue que un ou deux millions. »

– « Un ou deux millions il y a trente ans ? »

– « Correct! »

Le Royaume de Tianxuan était éloigné et il ne disposait d’aucune Guilde des Peintres. Il semblait que Huang Yu avait fait référence à ce prix historique d’il y avait trente ans quand elle considérait que deux millions était une somme énorme pour une toile de niveau cinq!

– « Est-ce que le Seigneur veut acheter une toile de niveau cinq ? Seul notre Directeur de la Guilde peut peindre à ce niveau, mais il est sorti depuis quinze jours pour chercher l’inspiration et il n’est toujours pas rentré… »

– « Je ne fais que demander… »

Fixant Zhang Xuan, le préposé demanda :

– « Alors, seigneur…pourquoi n’achetez-vous pas la Brise près de la Montagne et du Ruisseau ? C’est un niveau deux, et sa valeur grimpera! »

– « Oubliez ça! Je ne suis pas ici pour acheter des peintures…De plus, ce n’est qu’une toile de niveau deux. Ça ne m’intéresse pas! »

– « Qu’une peinture de niveau deux ? Quelle arrogance! » Ji Mo regarda froidement Zhang Xuan.

– « Hein ? Oh je m’excuse, je disais ça comme ça, ne soyez pas offensé par mes propos! »

– « Hum, pensez-vous que cela puisse se régler par une excuse ? Vous interrompez les enchères et vous critiquez ma peinture avec suffisance. Vous insultez la profession et rabaissez les peintres officiels! »

– « Alors…Que devrais-je faire à votre avis ? »

– « Achetez simplement ma peinture pour cinq millions! » Plaçant ses mains derrière son dos, Ji Mo le regarda impassiblement :

– « Ne vous inquiétez pas, je ne prendrais pas un centime. Je construirai une Salle de Peinture, en réparation de votre erreur! »

– « Cinq millions ? » Zhang Xuan était jaune.

Il y a tant de personnes qui vous adorent, ne pouvez-vous pas leur demander qu’elles vous l’achètent ?

– « Pourquoi ? Vous ne voulez pas l’acheter ? Vous pouvez refuser, mais vous devez vous excuser et jurer de ne plus jamais remettre les pieds ici! Notre Guilde n’accueille pas les gens comme vous! »

– « Ne jamais remettre les pieds ici ? » Le jeune professeur s’en étonna fortement.

La gentillesse n’engendre pas la gentillesse…

– « Je peux m’excuser, et ne jamais remettre les pieds ici. En fait, je peux même acheter votre peinture cinq millions. Toutefois…elle ne les vaut pas! Pensez-vous que ce truc, que même un apprenti pourrait faire, soit digne de ce prix ? »

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Lionel
  • 🥈2. SaPhirYNA
  • 🥉 3. Cinthia
  • 4. Florian
  • 5. Reinox
  • 6. jack975
  • 7. Caroline
  • 8. PascalW
  • 9. Marco
  • 10. Alexis
  • 11. Max973
  • 12. Cindy
  • 13. guillaume
  • 14. Ba-Soma
  • 15. Thomas
  • 16. nevri
  • 17. Aeyna
  • 18. Ali
  • 19. Starbuck
  • 20. Martin
  • 21. Ronan
  • 22. Xetrix
  • 23. JOSEPH
  • 24. Pierre
  • 25. Cédric
  • 26. Frederic
  • 27. Cesar
  • 28. Yaozard
  • 29. Korros
  • 30. lancelot
🎗 Tipeurs récents
  • Yaozard
  • Ba-Soma
  • nevri
  • Xetrix
  • Thomas
  • Cédric
  • Ali
  • Martin
  • Cesar
  • Reinox
  • Florian
  • Pierre
  • Ronan
  • Caroline
  • Frederic
  • Max973
  • Starbuck
  • Lionel
  • Aeyna
  • Marco
  • jack975
  • Alexis
  • Cinthia
  • guillaume
  • SaPhirYNA
  • Cindy
  • lancelot
  • PascalW
  • JOSEPH
  • Korros


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Vol.4 / Chapitre 287 : La Guilde des Artistes Peintres Menu Vol.4 / Chapitre 289 : Peindre par le biais d’une bête sauvage (Partie 1)