La Voie Céleste | Library of Heaven’s Path | 天道图书馆
A+ a-
Vol.3 / Chapitre 159 : Est-ce un fraudeur!

– « Feuilleter des livres ? » Lu Chen et Yuanyu se regardèrent. Ils étaient intrigués.

Nous vous avons invité ici pour peindre à votre guise et nous montrer vos prouesses artistiques…

Et vous voulez feuilleter des livres ? Qu’est-ce que ça a à voir avec les Arts Plastiques ?

Bai Xun et Huang Yu, qui s’étaient préparés à la grande surprise, venaient d’en avoir une, mais pas celle escomptée!

N’est-il pas trop tard pour lire ?

Encore plus fort… Mon Frère, vu votre niveau si élevé, croyez-vous que lire des livres vous aidera à peindre ?

– « Oui! »

Même s’il pouvait sentir que tout le monde le regardait bizarrement, Zhang Xuan dissimulait sa gêne. Il n’avait vraiment pas d’autre choix. Lui aussi aurait voulu être un expert pouvant produire une toile de niveau 3 ou 4 et impressionner tout le monde aussi facilement… Mais la vérité c’était qu’il ne savait même pas comment tenir un pinceau. Alors comment aurait-il pu être expert ?

La Bibliothèque de la Voie Céleste ne lui permettait pas de devenir un véritable Maître Peintre en un instant, à moins… qu’il ne lise suffisamment d’ouvrages sur la peinture afin de former un manuel secret de la Voie Céleste!

La Bibliothèque extrayait les bonnes portions d’un manuel, permettant à Zhang Xuan de maîtriser n’importe quel art rapidement et aisément… Si ça fonctionnait vraiment, peut-être qu’il allait pouvoir devenir un expert en peinture en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire!

– « Quel genre de livre voulez-vous lire ? Se pourrait-il que vous ayez atteint une limite dans votre niveau ? » Demanda Maître Lu Chen.

Tout comme la pratique des arts martiaux, on pouvait avoir un blocage pour percer en peinture. Il y avait des gens qui pouvaient atteindre le niveau 3 en simplement quelques années d’entraînement, alors que d’autres n’atteignaient même pas le 1er niveau de toute leur vie.

Lu Chen ne comprit vraiment pas pourquoi Zhang Xuan demandait cela. Après avoir réfléchi quelque temps, il se dit que peut-être que le jeune Zhang avait atteint une limite et désirait percer un nouvel échelon. Autrement, pourquoi voulait-il lire ?

La lecture et la peinture étaient deux matières bien distinctes!

– « Ce n’est pas ça, c’est…c’est qu’il… me faut encore acquérir l’état d’esprit nécessaire pour peindre à ma guise. Avant de dessiner, j’ai besoin de lire beaucoup de livres pour calmer mon esprit, et c’est seulement ensuite que je suis en mesure de créer des peintures de haute qualité ! » Après avoir trituré son jus cérébral, notre jeune professeur trouva une excuse. Après tout, il ne pouvait pas dire haut et fort qu’il ne savait pas comment tenir une brosse et qu’il avait besoin de lire des livres… pour apprendre! Si ces nouveaux amis finissaient par le savoir, ils le prendraient pour un fou!!!

Si vous vouliez mentir, vous auriez pu trouver quelque chose de plus crédible…

– « Une bonne peinture dépend de l’état d’esprit, de la chance et de l’opportunité… Étant donné votre âge, il est compréhensible qu’il soit difficile pour vous de produire une bonne toile sans ajuster votre état d’esprit. » Maître Yuanyu hocha la tête en signe d’approbation.

Maître Lu Chen ne rejeta pas non plus les propos de Zhang Xuan.

La peinture était un art, pas une technique physique. Si quelqu’un était en mauvaise condition physique, il était fort peu probable que sa force soit grandement impactée. Cependant, si quelqu’un ne pouvait pas atteindre l’état d’esprit approprié, peu importe que sa technique soit bonne, il n’y aurait que de la forme et aucune âme. Et il n’y aurait jamais de chef-d’œuvre.  

– « C’est dans mes habitudes… » Le professeur Zhang espérait qu’ils ne refuseraient pas.

L’art reste le même, indifféremment de l’endroit d’où l’on vient.

Par le passé, lorsque Wang Xi avait écrit « La Préface du Pavillon de l’Orchidée », il était saoul. Lorsqu’il s’était réveillé pour tenter de le réécrire, il avait été incapable de mieux faire. D’où, l’importance de l’état d’esprit.

Chacun avait son propre chef-d’œuvre, et souvent, de nombreux facteurs intervenaient. Il était parfaitement raisonnable pour Zhang Xuan de demander à parcourir quelques livres pour ajuster son état d’esprit.

– « Lu Chen, n’as-tu pas un peu de manuels secrets sur la peinture dans ton étude ? Pourquoi ne pas y emmener notre jeune ami ? Nous pouvons attendre ici qu’il atteigne son état d’esprit ! » Dit Yuanyu.

– « Mon étude ? » Lu Chen fit une bouche en U.

La dernière fois que Zhang Xuan avait effectué une percé de niveau, il avait saccagé son étude, et il était resté traumatisé par cet événement. Toutefois, il était aussi curieux de voir comment le jeune professeur se débrouillait en peinture :

– « Oui, Cheng, amenez-y Frère Zhang Xuan! »

– « Merci Maître! » Voyant qu’il avait réussi à embrouiller tout le monde, Zhang Xuan soupira fièrement sur son chemin vers l’étude.

La dernière fois qu’il y était allé, il cherchait des manuels secrets pour les combattants 6ème Dan du royaume Pixue. Jamais il n’aurait pensé y revenir pour une épreuve de peinture!

……

Quand il franchit la porte de l’étude, l’atmosphère au salon devint des plus étranges.

– « Ajuster son état d’esprit… Maître Lu, pourquoi n’ai-je jamais entendu parler de cela avant ? » Huang Yu voulait savoir. En tant qu’Assistant Maître Enseignant, elle avait vu et expérimenté de nombreuses choses, mais n’avait jamais vu agir quelqu’un aussi étrangement .

– « La nécessité d’ajuster son état d’esprit diffère d’une personne à une autre, il est alors difficile d’avoir des certitudes. » Lu Chen ne répondit pas, donc Yuanyu prit le relais après un petit moment de réflexion :

– « Oui, il s’agit plus d’une habitude. À l’époque, il y avait un expert qui vendait du bois de chauffage… »

– « Oh, est-ce que le maître parle du vénérable maître Lu Chai ? » Demanda Bai Xun.

Le véritable nom de Lu Chai était Lu Chuan, mais comme il avait vendu du bois avant de devenir célèbre, les gens l’avaient nommé ainsi. Quand il atteignit le dernier niveau du royaume Tongxuan, personne ne lui arrivait à la cheville et son nom résonna partout pendant un certain temps.

– « Oui, il s’agit de ce vénérable maître Lu Chai. Vous savez comme il a travaillé dur pour en arriver là et à quel point il fut célèbre, mais vous ignorez le fait qu’il coupait du bois pour ajuster son esprit avant de se battre. Il s’enfermait dans une pièce et passait toute une journée à couper du bois pour être au meilleur de sa forme. » Dit Yuanyu.

– « Maintenant je me souviens d’un autre expert du siècle dernier, Wu Jiangping, qui était un épéiste froid. On disait qu’il calmait la mer d’une simple épée. J’ai su qu’avant de se faire un nom, il était tisserand de bambou. Avant chaque bataille, il ajustait son état d’esprit par ce travail, atteignant le royaume Tongxuan et devenant une figure célèbre et respectée de tous ! » Ajouta Maître Lu Chen.

– « Oui, il y a de nombreux autres exemples. Notre ami Zhang Xuan lit pour ajuster son état d’esprit. Ce n’est pas vraiment bizarre, c’est juste que… » Yuanyu fit soudain une pause.

– « Frère Yuanyu, n’hésitez pas à dire ce que vous avez à l’esprit ! » Lu Chen riait.

– « Tout à l’heure, quand tu peignais, je l’ai regardé et j’ai intentionnellement posé une question à Huang Yu et Bai Xun pour voir comment il réagirait. Cependant…il paraissait confus, comme s’il était complètement ignorant en peinture et…En fait, je doute qu’il soit capable de remarquer quoi que ce soit dans tes peintures! »

En tant que médecin, Yuanyu faisait attention aux moindres détails.

– « Ignorant en peinture ? C’est impossible! » Maître Lu Chen n’était pas aussi attentif que Yuanyu, et il trouvait ses propos à peine croyables. En effet, il avait été témoin des prodiges de Zhang Xuan et il était impossible qu’il ne sache rien en peinture.

– « Ce n’est que mon intuition, il est possible que je fasse fausse route… » Rectifia Yuanyu. Lu Chen lui avait décrit notre jeune professeur de telle façon qu’il pouvait tout aussi bien être un ange tombé du ciel. Mais après l’avoir rencontré, le célèbre médecin était un peu déçu!

Les Maîtres peintres avait une allure particulière, et Yuanyu ne voyait aucun indice de cela chez Zhang Xuan. De plus, cette personne hésitait quand il s’agissait de parler de peinture. Il ne pouvait pas s’empêcher de le suspecter, et si ça n’avait pas été pour son amitié envers Lu Chen, il aurait déjà cherché à découvrir la véritable identité de cet individu.

– « Se pourrait-il qu’il…ne sache rien du tout ? Qu’il ait fait semblant pour tout ? » Une pensée bien tenace émergea dans l’esprit de Yuanyu.

Si cela est vrai, alors tout a un sens.

C’est précisément parce qu’il ne sait rien en peinture qu’il évite le sujet et qu’il cherche des prétextes, notamment celui de feuilleter des livres pour altérer son état d’esprit.

Mais cela a du sens si l’on regarde son jeune âge. Même s’il devait se vanter d’un vaste savoir en peinture, quelle maîtrise aurait-il alors ?

Il a probablement investigué sur les œuvres de Lu Chen avant de les expertiser. En fait, c’est un fraudeur.

Si c’était vrai, il devrait en avertir son ami afin qu’il ne soit pas déçu. Mais alors qu’il pensait le faire, il entendit la voix de Lu Chen :

– « Frère Yuanyu, n’as-tu pas une visite cette après-midi ? N’est-il pas préjudiciable pour toi d’attendre ici ? »

– « Oh, j’ai entendu dire qu’un maître enseignant du nom de Yang Xuan était arrivé dans la capitale. Il a soigné la maladie de l’épouse de Ling Tianyu et a réglé le problème de Du Miaoxuan par des moyens extraordinaires. Donc, j’aimerais lui rendre une petite visite pour en apprendre un peu plus sur lui »

La femme de Ling Tianyu et Du Miaoxuan étaient ses patients. Il avait cherché des moyens de les soigner, mais il n’y était pas parvenu. Pourtant, ce maître enseignant avait réussi si rapidement. En tant que médecin, il était normal qu’il lui rende visite afin d’obtenir quelques conseils et d’espérer s’améliorer.

– « Un Maître Enseignant ? » Lu Chen n’y croyait pas. Il était toujours resté reclus dans sa résidence et à fortiori il ignorait tout le chahut qu’avait occasionné dans la capitale l’arrivée de ce maître providentiel!

– « Oui. N’irions-nous pas tous les deux lui rendre visite cette après-midi ? Je sais que tu espères atteindre le 4ème niveau, mais que cela t’échappe. Peut-être qu’avec ses conseils tu pourrais y parvenir! » Maître Yuanyu avait le sourire.

– « Très bien, je m’y engage . Après avoir terminé leur examen, nous irons là-bas. » Lu Chen était excité.

………

Pendant que Zhang Xuan se trouvait à la résidence de Maître Lu Chen pour y conduire un examen, un jeune garçon portant une lance dans son dos arriva dans la salle de classe du professeur. Il s’agissait du meilleur ami de Zheng Yang, Mo Xiao.

Tous les deux avaient eu l’intention de prendre Wang Chao comme professeur en début d’année, mais voilà, seul Mo Xiao avait réussi et Zheng Yang était devenu l’élève de Zhang Xuan.

– « J’ai appris une nouvelle technique de maniement de la lance récemment et j’aimerai l’essayer avec toi! » Mo Xiao tira d’un coup sec sur sa lance pour ne plus faire qu’un avec elle. Instantanément, une aura extrêmement vive se dégagea.

– « Très bien! » Zheng Yang se tenait fièrement et disposé à ne rien céder du tout!

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Lionel
  • 🥈2. SaPhirYNA
  • 🥉 3. Cinthia
  • 4. Florian
  • 5. Reinox
  • 6. jack975
  • 7. Caroline
  • 8. PascalW
  • 9. Alexis
  • 10. Max973
  • 11. Marco
  • 12. Cindy
  • 13. guillaume
  • 14. Ba-Soma
  • 15. Thomas
  • 16. nevri
  • 17. Aeyna
  • 18. Ali
  • 19. Starbuck
  • 20. Martin
  • 21. Ronan
  • 22. JOSEPH
  • 23. Xetrix
  • 24. Frederic
  • 25. Pierre
  • 26. Cédric
  • 27. Yaozard
  • 28. Korros
  • 29. lancelot
  • 30. Cesar
🎗 Tipeurs récents
  • Yaozard
  • Ba-Soma
  • nevri
  • Xetrix
  • Thomas
  • Cédric
  • Ali
  • Martin
  • Cesar
  • Reinox
  • Florian
  • Pierre
  • Ronan
  • Caroline
  • Frederic
  • Max973
  • Starbuck
  • Lionel
  • Aeyna
  • Marco
  • jack975
  • Alexis
  • Cinthia
  • guillaume
  • SaPhirYNA
  • Cindy
  • lancelot
  • PascalW
  • JOSEPH
  • Korros


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Vol.3 / Chapitre 158 : C’est à votre tour! Menu Vol.3 / Chapitre 160 : Un duel entre frères