Vision Transcendante | Tranxending Vision | 超品透视
A+ a-
Chapitre 30 – Je t’ai fait passer pour mon petit ami

« Je ne plaisante pas », déclara Xia Lei.

Chi Jing-Qiu regarda Xia Lei avec des yeux pleins de mépris : « Camarade Xia, quand es-tu devenue ce genre de personne ? »

« Devenu quel genre de personne ? »

« Un menteur. Un menteur qui se ment à lui-même. », ajouta Chi Jing-Qiu,

Xia Lei se retourna vers elle, mais elle sourit et ne se donna pas la peine d’en dire plus. C’était une rencontre fortuite et il n’était plus lui-même au lycée. Cependant, elle semblait ne pas avoir changé par rapport à son état d’esprit du lycée, elle était toujours fière et sans cœur. Il n’était pas du tout en colère face à ses questions et à son cynisme, car cela ne valait pas la peine. Il ne voulait même plus échannger un mot avec elle, c’était trop fatigant et inutile.

Chi Jing-Qiu, cependant, pensait que le silence de Xia Lei était dû au fait qu’elle avait touché un point sensible et elle sourit : « J’avais raison, n’est-ce pas ? Camarade Xia, je te donne 30 secondes pour partir et aller là où tu devrais aller. Ce n’est pas un endroit où tu peux traîner. Si tu es toujours assis ici après 30 secondes, j’appelle la sécurité. Tu ne veux pas que cela arrive, n’est-ce pas ? »

« Camarade Chi, je ne veux vraiment pas gaspiller ma salive pour toi, c’est fatigant. Si je pars maintenant, et que je pars à cause de toi, le président Ning te prendra à partie. »

« On dirait que je vais devoir appeler la sécurité. »

Chi Jing-Qiu sortit son téléphone et se prépara à composer un numéro.

Xia Lei ne prit pas la peine de s’expliquer. Il prit un magazine et commença à le feuilleter.

Juste à ce moment-là, un homme d’âge moyen franchit le seuil de la porte. Il n’était pas grand, peut-être un peu moins de 170 cm. Son visage gras et son ventre bedonnant lui donnaient l’air d’être un de ces gens sous-performants qui manquaient d’autodiscipline.

« Chérie, qu’est-ce qu’il y a ? »

L’homme d’âge moyen avait appelé Chi Jing-Qiu chérie dès qu’il entra, montrant sans retenue son affection pour elle.

Cette salutation avait choqué Xia Lei. La ligne que Chi Jing-Qiu avait écrite sur sa lettre d’amour planait dans sa tête : J’aime les garçons comme Wu Qi-Long, alors, camarade Xia, êtes-vous comme lui ?

Est-ce que ce cher ami ici présent était le genre de garçon ressemblant à Wu Qi-Long ?!

Xia Lei se mit à rire tout d’un coup, il ne pouvait plus se retenir. Si quelqu’un disait que cet homme-là était Wu Qi-Long et non pas Wu Meng-Da, il le giflerait. (Wu Meng-Da est un acteur célèbre à Hong-Kong)

En voyant Xia Lei rire seul, l’homme d’âge moyen lui demanda impoliment : « Qui es-tu ? »

Avant que Xia Lei ne puisse répondre, Chi Jing-Qiu prit la parole en premier : « Chéri, il s’appelle Xia Lei. C’était mon camarade de classe au lycée. Je pense qu’il est ici aujourd’hui pour me causer des ennuis. Il traîne dans la salle de réception exclusive du président Ning et ne veut pas partir. »

Le visage de l’homme d’âge moyen s’assombrit de colère. Il désigna Xia Lei et ordonna : « Sors ! »

Xia Lei rit en disant : « Veuillez utiliser un ton plus courtois, M. Wu Qi-Long. »

« Wu Qi-Long ? »

L’homme d’âge moyen s’arrêta : « Qui est Wu Qi-Long ? »

Xia Lei regarda Chi Jing-Qiu et fit semblant d’être surpris : « Votre amant n’est-il pas Wu Qi-Long ? »

« Chérie, qu’est-ce que c’est ? Qui est Wu Qi-Long ? Quand ce Wu Qi-Long est-il apparu ? », demanda l’homme d’âge moyen avec suspicion.

Par rage, Chi Jing-Qi tapa du pied : « Wu Qi-Long est un chanteur taïwanais ! Tu es si embarrassant ! »

« Je… »

Le visage gras de l’homme d’âge moyen prit la couleur du foie de porc. Il sut alors que Xia Lei s’était joué de lui. Il s’avanca vers Xia Lei, prêt à lui donner un coup de poing.

À ce moment, Ning Jing entra, suivi d’un grand monsieur âgé et digne.

Dès qu’ils virent Ning Jing et le grand homme âgé, Chi Jing-Qiu et l’homme d’âge moyen s’inclinèrent respectueusement et saluèrent « Président Ning ».

Ce grand monsieur âgé était le président des Industries éoliennes de l’est, Ning Yuan-Shan. Chi Jing-Qiu et son mari étaient respectueux envers lui, mais Xia Lei avait juste légèrement baissé la tête face à lui.

Ning Jing engagea la conversation : « Oncle, voici la personne dont je vous ai parlé, Maître Xia. »

Elle se tourna vers Xia Lei : « Maître Xia, voici mon oncle, Ning Yuan-Shan. »

Xia Lei se leva du canapé et tendit les deux mains vers Ning Yuan-Shan pour lui donner une poignée de main, en disant : « Salutations, Président Ning. »

Ning Yuan-Shan étendit une main et serra celle de Xia Lei. Il n’était pas nécessaire d’utiliser les deux mains puisque Xia Lei était de la jeune génération. Ils se les serrèrent deux fois. Ning Yuan-Shan dit : « Maître Xia, j’ai été intrigué lorsque Ning Jing a parlé de vous. Je suis heureux que vous soyez venu aujourd’hui. Venez, asseyons-nous et discutons. »

« Bien sûr, vous d’abord, Maître Ning », dit Xia Lei.

Ning Yuan-Shan sourit en remerciant Xia Lei pour sa politesse, puis il vit Chi Jing-Qiu, tétanisée, qui se tenait à côté d’eux, une ride entre les sourcils.

« Pourquoi êtes-vous encore là ? Dépêchez-vous de servir le thé à Maître Xia. »

Chi Jing-Qiu reprit ses esprits et se dépêcha de faire du thé. Ses joues s’enflammaient en se souvenant du ton qu’elle avait utilisé avec Xia Lei et de la façon dont on l’avait réprimandée pour ne pas avoir apporté de thé à Xia Lei. La gifle faite à sa fierté fut dure. Elle ne comprenait pas comment un pauvre type qu’elle avait rejeté il y a des années pouvait se distinguer à ce point aujourd’hui.

Ning Yuan-Shan regarda le mari de Chi Jing-Qiu et lui dit : « Liu Shuai, pourquoi restes-tu planté là ? N’as-tu pas de travail à faire ? »

« Je… Je vais m’occuper de mes affaires, Président Ning. »

L’homme nommé Liu Shuai se déplaça plus vite que le vent.

Chi Jing-Qiu porta trois tasses de thé et plaça la première devant Ning Yuan-Shan, la seconde devant Ning Jing et la troisième devant Xia Lei. Alors qu’elle servait le thé devant Xia Lei, elle le regarda, son regard montrant un mélange d’émotions.

« Merci », dit Xia Lei sans ambages.

« De rien », dit maladroitement Chi Jing-Qiu.

Xia Lei ne lui parla plus.

« Secrétaire Chi, apportez un cahier et un stylo. Prenez des notes de notre entretien », dit Ning Yuan-Shan.

« Oui, Président Ning. »

Chi Jing-Qiu se tourna pour aller chercher un carnet et un stylo. C’était une femme avisée et capable de discerner facilement les choses, mais elle s’était sentie dépassée cette fois-ci. Elle n’arrivait pas à comprendre de quoi le haut et noble président Ning aurait besoin pour discuter avec le petit voyou Xia Lei.

Chi Jing-Qiu n’était pas encore retournée à sa place quand Ning Yuan-Shan dit : « Maître Xia, j’aime être direct dans mes relations. J’espère que notre entretien se déroulera également de manière directe. »

Xia Lei sourit : « Cela me convient parfaitement, Président Ning. S’il vous plaît, parlez franchement. »

« Très bien, je vais être franc. Je crois que Ning Jing vous a déjà parlé un peu de la situation avant que vous ne veniez aujourd’hui, je ne le répéterai donc pas. Je voudrais vous demander ceci : Si je vous remettais un bon de commande extrêmement important à remplir, seriez-vous en mesure de l’honorer ? », poursuivit Ning Yuan-Shan

Xia Lei réfléchit un moment avant de répondre : « Cela devrait dépendre des exigences de qualité du traitement et du volume de la commande. Mon atelier est petit et nous ne sommes que trois personnes, donc les grosses commandes sont impossibles. »

Ning Yuan-Shan sourit.

« Vous êtes un homme réaliste. J’ai rencontré beaucoup de personnes qui se vantaient de la taille de leur entreprise et du nombre d’employés qu’elles avaient, mais vous dites que vous n’en avez que trois. J’aime votre honnêteté. »

Xia Lei sourit poliment, écouta mais ne l’interrompit pas.

Chi Jing-Qiu s’était assise derrière Ning Yuan-Shan avec un cahier. Elle regarda Xia Lei, et l’on pouvait voir sur ses lèvres la trace d’un sourire moqueur, bien qu’elle ait l’air calme et douce.

Même s’il savait quel genre de femme elle était, elle restait toujours une beauté avec un bon tempérament si on ignorait ses traits négatifs. Xia Lei avait été attiré par cette caractéristique lorsqu’il était plus jeune, mais il n’était plus le même jeune garçon. Peu importe à quel point elle était attirante, il ne pouvait plus trouver une once de l’excitation ou des sentiments qu’il avait eus pour elle. Il ne ressentait rien, nada, zilch.

« Vous n’avez pas à vous inquiéter de cela, Maître Xia. Nous n’avons jamais fait de grosses commandes pour un traitement de précision. Nous avions l’habitude d’importer les pièces dont nous avions besoin d’Amérique et d’Europe lorsque les blocus technologiques n’étaient pas aussi stricts. Maintenant que des restrictions strictes ont été mises en place, nous ne sommes plus en mesure d’acheter les choses dont nous avons besoin. Dans le même temps, l’industrie de la transformation de précision de notre pays est sérieusement à la traîne. C’est très regrettable pour le développement économique et infra-structurel de notre pays… », continua Ning Yuan-Shan

Ning Jing interrompit soudain Ning Yuan-Shan : « Mon oncle, vous recommencez à divaguer sur les grands principes. J’ai déjà entendu tout cela trois fois. »

Ning Yuan-Shan rit : « Tu es une fille effrontée. Tu as été gâtée par moi et ton père. Aucun respect, hmm ? »

« Oh, mon oncle. »

Ning Jing avait l’air mécontente.

Ning Yuan-Shan rit : « D’accord, d’accord, tu as gagné. Je reviens aux affaires. Alors c’est comme ça, Maître Xia. Notre entreprise a besoin de toute urgence d’un traitement de précision et ce n’est qu’une petite quantité. Cependant, la qualité et la précision requises sont très élevées. Nous avons consulté plusieurs entreprises nationales de fabrication de machines et elles disposent de l’équipement nécessaire, mais personne ne peut le faire. Même lorsqu’ils ont essayé, les pièces qui en résultaient ne répondaient pas aux exigences. Si vous êtes en mesure de le faire, notre entreprise fournira l’équipement et le matériel de traitement nécessaires. Nous avons également des échantillons. Vous n’avez pas besoin de comprendre à quoi servent ces pièces de traitement et vous devez seulement faire un lot selon nos spécifications. Qu’en pensez-vous ? Êtes-vous prêt à essayer ? »

« Pas de problème. Je suis prêt à faire un essai », déclara Xia Lei.

« Bien ! J’aime les jeunes gens audacieux comme vous », dit Ning Yuan-Shan.

« Maintenant, dites-moi ce que vous aimeriez demander, de quoi avez-vous besoin ? »

« Parlons-en quand je pourrai le faire. J’aimerais voir les originaux de ce qui doit être traité et votre matériel de traitement. Est-ce que cela vous convient ? » déclara Xia Lei.

« Bien sûr, je vous y emmène tout de suite. »

Ning Yuan-Shan se mit debout, prêt à partir. Il regarda Chi Jing-Qiu et dit : « Secrétaire Chi, il n’y a plus besoin de notes. Allez à l’atelier et demandez-leur de préparer ce dont nous avons besoin. »

« Oui, président Ning. Tout de suite. »

Chi Jing-Qiu n’avait pas osé tergiverser. Elle s’était empressée de quitter la salle de réception avant que Ning Yuan-Shan n’arrive à la porte.

Ning Yuan-Shan passa la porte et Xia Lei et Ning Jing le suivirent dans un atelier.

Ning Jing parla doucement : « Maître Xia, la secrétaire Chi vous regardait bizarrement. Vous vous connaissez ? »

Cette fille est très observatrice . Xia Lei répondit doucement : « Oui, nous étions camarades de classe au lycée. »

« Je vois. »

Un sourire sournois apparut sur le visage de Ning Jing,

« Ce regard qu’elle vous a lancé… Je suppose que vous avez une sorte d’aventure tous les deux ? »

Xia Lei sourit mais ne voulut pas continuer à discuter sur ce sujet et en changea.

« Bien, Grande Soeur Ning, pourquoi ton oncle ne m’a pas demandé quelles étaient mes qualifications ? C’est un gros travail et il m’a cru comme ça, ce n’est pas normal. »

L’une était une grande entreprise et l’autre un petit atelier indépendant du coin de la rue. Les deux avaient conclu un entretien d’affaires juste comme ça. Cette situation n’existait que dans les dramas télévisés. Il était peu courant de voir ce genre de situation dans la vie normale.

Ning Jing se tut un peu avant de parler : « Veux-tu vraiment savoir pourquoi ? »

Xia Lei était perplexe : « Bien sûr. Ton oncle était si gentil avec moi. Je voulais te poser la question à l’instant et je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi il est si gentil. »

Ning Jing sourit soudain avec ironie.

« Ok, je vais te le dire. Mon oncle n’était pas d’accord au début et a dit que je n’étais pas raisonnable. Puis je lui ai dit que tu étais mon petit ami et il a accepté et a même demandé à te rencontrer. »

Xia Lei était resté sans voix.

Ning Jing devint rose.

« Hum… J’ai menti à mon oncle, ne prends pas cette nouvelle au sérieux hein ? »

Que pouvait-elle dire d’autre à Xia Lei ?



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 29 – De simples camarades de classe Menu Chapitre 31 – Un plus beau crapaud