Vision Transcendante | Tranxending Vision | 超品透视
A+ a-
Chapitre 29 – De simples camarades de classe

« Bonjour, Grand Frère Lei. »

Zhou Xiao-Hong, vêtue de vêtements de travail bleus, se tenait à la porte pour saluer Xia Lei qui venait d’arriver. Son visage en forme de pomme, son beau corps et ses nouveaux vêtements lui donnaient l’air rayonnante.

Xia Lei sourit : « Bonjour à toi aussi. Tu aimes les vêtements ? »

« Oui », Zhou Xiao-Hong fit un petit tour et sourit :

« Je trouve que c’est un peu dommage de les porter. Heehee. »

« Les vêtements de travail sont faits pour travailler, alors pourquoi ne pas les porter ? », dit Xia Lei.

Il entra dans l’atelier et constata que le sol avait déjà été nettoyé, les bureaux essuyés, les outils rangés et même nettoyés. Xia Lei en fut étrangement ému, elle devait être debout très tôt pour avoir déjà fait tant de choses.

« Xiao-Hong, je vais t’apprendre à utiliser le tour », dit Xia Lei.

Il comprenait ses actions. Elle semblait désirer avoir plus de temps pour apprendre le travail des métaux, donc elle s’était levée tôt pour nettoyer.

« Oui ! »

Comme prévu, Zhou Xiao-Hong était très excitée d’entendre Xia Lei lui dire qu’il allait lui apprendre à utiliser le tour.

Xia Lei mit le tour en marche et plaça un morceau de ferraille sous la perceuse, puis laissa Zhou Xiao-Hong essayer de s’en occuper.

« Essayons de traiter un écrou cette fois. »

« Ok. »

Zhou Xiao-Hong se mit devant le tour comme indiqué mais ne savait pas par où commencer.

Xia Lei se tenait derrière elle, lui tenait les mains et lui montrait les étapes de la transformation.

Xia Lei, en tant que professeur, enseignait sérieusement et son élève était absorbé par la tâche. Puis vint une partie où ils durent observer l’écrou de près. Zhou Xiao-Hong se pencha naturellement vers l’avant. Ses fesses s’étaient relevées, entrant en contact avec Xia Lei derrière elle. Un frottement gênant s’était produit juste comme ça. Elle réagit subitement, comme si elle avait touché quelque chose qu’elle n’aurait pas dû. Xia Lei avait également été secoué par le contact et s’était précipité vers l’arrière.

Le contact les avait rendus sensibles. Leur visage devint rose.

À ce moment, Ma Xiao-An entra. Il ne vit pas la scène embarrassante, mais les bureaux propres et étincelants. Il avait l’air déprimé lorsqu’il demanda : « Xiao-Hong, tu… Pourquoi as-tu essuyé les bureaux si tôt ? »

Regarder Zhou Xiao-Hong essuyer les bureaux était une sorte de divertissement et de joie pour lui. Le fait qu’elle ait essuyé les bureaux avant même qu’il n’arrive ne signifiait plus rien pour lui.

Zhou Xiao-Hong riait et son rire fit tinter les cloches.

Et ainsi, une nouvelle journée commença.

Ce fut une matinée mouvementée, le trio n’avait eu le temps de se reposer que vers midi.

Ning Jing arriva à l’atelier Thunder Horse avec sa voiture. Dès qu’elle vit Xia Lei, celle-ci dit : « Allons-y, Maître Xia. »

« Aller où ? » demanda Xia Lei.

« As-tu oublié ce que je t’ai dit ? Mon oncle a du temps aujourd’hui. Il m’a appelé et m’a dit de te faire venir pour que vous puissiez vous rencontrer et discuter. »

Xia Lei se donna une légère tape sur le front et dit en riant : « J’ai été tellement occupé ces derniers jours que j’ai oublié. Attends, je vais me changer avant de partir. Je suis sale maintenant, alors ce ne serait pas respectueux de rencontrer ton oncle comme ça. »

Ning Jing sourit : « Oui, je t’attends. »

Xia Lei s’essuya le visage, se lava les mains et alla se changer. L’atelier du Cheval Fracassant n’ayant pas de vestiaire, l’endroit où Zhou Xiao-Hong dormait devint son vestiaire. Xia Lei entra et vit que Zhou Xiao-Hong avait accroché ses sous-vêtements rouges, ses sous-vêtements blancs, son soutien-gorge violet et d’autres choses dans l’espace. Il s’était soudain souvenu de leur contact accidentel, on aurait dit que cela s’était passé il y a une minute. C’était si clair et si détaillé. Xia Lei sourit avec ironie et secoua la tête :

« Je devrais vraiment me trouver une femme. Etre aussi sensible n’est vraiment pas bon. »

Après s’être changé, il monta dans la voiture de Ning Jing et ils partirent.

« Quel est le nom de ton oncle, Grande Soeur Ning ? Si je veux parler affaires avec lui, ce serait manquer de sincérité si je ne connais même pas son nom. », demanda Xia Lei.

« Maître Xia, es-tu toujours aussi attentionné dans tout ce que tu fais ? », dit Ning Jing en riant.

Xia Lei sourit mais ne dit rien.

« Il s’appelle Ning Yuan-Shan, c’est le président des industries éoliennes de l’Est. »

Xia Lei avait été secrètement choqué. Il savait que les industries éoliennes de l’Est étaient une entreprise publique de plusieurs milliards de yuans. Le président d’une si grande entreprise vient dans une petite entreprise miteuse comme la sienne pour parler affaires ? Personne ne le croirait s’il leur en parlait. Cependant, il était sûr que cela était dû à l’intervention de Ning Jing. Ning Yuan-Shan ne serait pas intéressé de le rencontrer, et encore moins d’avoir une réunion d’affaires si ce n’était pas pour Ning Jing.

« Merci. Je sais que tu veux m’aider et je t’en suis reconnaissant », déclara Xia Lei.

« Pourquoi être si formel avec moi ? Mon oncle n’est pas du tout le genre de gros bonnet que tu crois. Il est assez facile à vivre et aime son pays, une flèche totalement droite. Il est confronté à des difficultés en ce moment et tu es la personne qui pourrait l’aider à résoudre son problème, il est donc normal qu’il veuille te rencontrer. Il a d’ailleurs accepté tout de suite quand je lui en ai parlé. Tu sais aussi que les gens de sa stature sont très occupés, il ne pouvait te rencontrer qu’aujourd’hui, et il m’a appelé pour me dire de te faire venir », déclara Ning Jing.

« Je ferai de mon mieux », déclara Xia Lei.

« Ne sois pas si humble. Je sais très bien à quel point tu es compétent et j’ai confiance en toi à 100% », déclara Ning Jing.

Elle avait semblé se souvenir soudainement de quelque chose et ajouta : « Encore une chose, je suis allée à l’hôpital pour un contrôle et c’était comme tu l’avais dit. J’avais vraiment des calculs à la vésicule biliaire. C’est une bonne chose qu’on l’ait découvert tôt pour que je n’aie pas à me faire opérer. Je dois vous remercier pour cela, quoi qu’il arrive. »

« Je dis que nous devrions arrêter d’essayer de nous remercier mutuellement. Nous n’avons pas besoin d’être aussi formels en tant qu’amis », dit Xia Lei en riant.

Ning Jing acquiesça : « Oui, pas de formalisme entre amis. Heheh. »

Une demi-heure plus tard, la voiture avait franchi les limites de la ville de Hai-Zhu et était arrivée au bord de la mer. Plusieurs grandes grues surplombaient le port au loin. Il y avait aussi un chantier naval qui construisait des bateaux. C’était une scène très animée. Ning Jing s’était engagé sur une voie réservée aux voitures et continua pendant quelques minutes encore avant de voir une énorme usine installée sur un morceau de terre au bord de la mer.

Après être entré dans les industries lourdes de l’éolienne de l’Est, Ning Jing amena Xia Lei dans une salle de réception.

« Je vais chercher mon oncle. Attends-moi ici. »

Xia Lei fit un signe de tête : « Bien sûr, vas-y. Je t’attends ici. »

Xia Lei regarda autour de la salle de réception après le départ de Ning Jing. Il y avait une peinture à l’encre sur le mur représentant un tercel avec des ailes déployées, regardant le sommet d’une montagne. L’œuvre était signée par Ning Yuan-Shan. D’après cette peinture, il était facile de dire que cette salle de réception était une de celles que Ning Yuan-Shan utilisait pour des réunions exclusives et que les invités réguliers n’étaient pas autorisés à y entrer.

Tout cela est dû à Ning Jing. Je lui dois vraiment beaucoup, comment puis-je lui rendre cette faveur ? se demanda Xia Lei.

À ce moment, une femme entra. Elle était très jolie, des vêtements noirs de bureau et une blouse blanche à volants assortis à une paire de hauts talons beiges, stricte mais jeune. Elle avait à peu près le même âge que Xia Lei. Il regarda son visage d’un peu plus près et se figea.

Cette femme n’était pas une inconnue, c’était sa camarade de classe au lycée, Chi Jing-Qiu.

Chi Jing-Qiu était la première fille qu’il avait aimée. Il avait eu un béguin secret pour elle pendant un an avant de trouver le courage de lui écrire une lettre d’amour. Il n’oublierait jamais le moment où Chi Jing-Qiu avait lu la lettre d’amour qu’il lui avait donnée. Elle avait sorti son stylo et écrit une ligne sur sa lettre : J’aime les garçons comme Wu Qi-Long. Alors, camarade Xia, êtes-vous comme lui ?

Elle avait ensuite collé la lettre d’amour “corrigée” sur le tableau de la classe et avait fait de Xia Lei la risée de l’école.

Cela aurait été égal si elle avait simplement jeté la lettre à la poubelle, mais écrire cette ligne cinglante et la coller sur le tableau noir avait marqué Xia Lei à vie. Son cœur vola en éclats cette année-là. Lorsqu’il la reconnut, la phrase d’il y a quelques années refit surface dans sa tête : « J’aime les garçons comme Wu Qi-Long, alors, camarade Xia, êtes-vous comme lui ? »

Cela l’avait frappé comme un coup de vent. Il était calme à la surface mais son cœur ne l’était pas.

Leurs yeux se croisèrent et le silence s’installa, mais Chi Jing-Qiu le brisa. Elle fit semblant d’être choquée : « Oh ! Mais n’est-ce donc pas Xia Lei ? Qu’est-ce que tu fais ici ? »

« Je… »

Xia Lei essaya de répondre mais ne trouvait pas ses mots. Il avait soudainement trouvé cela risible. Cet incident s’était produit il y a des années, à une époque d’ignorance et de puberté. Pourquoi était-il encore si nerveux après l’avoir revue ?

« Es-tu ici pour postuler à un emploi ? »

Xia Lei s’était aussitôt calmé. Il rit un peu et dit : « Eh bien, je suppose qu’on peut dire ça. C’est vrai, Jing-Qiu, que fais-tu ici ? »

Un joli sourire apparut sur le visage de Chi Jing-Qiu.

« Je travaille ici. Je suis maintenant la secrétaire du président Ning. »

« Tu t’es bien débrouillée. Félicitations. »

Xia Lei se mit debout, marcha vers Chi Jing-Qiu et tendit la main.

Chi Jing-Qiu, cependant, ne lui serra pas la main. Elle se détourna aussitôt pour s’occuper des magazines sur la table basse. Pendant qu’elle travaillait, elle lui dit : « Xia Lei, tu ne peux pas rester ici. C’est la salle de réception exclusive du directeur Ning et les personnes qui sont reçues par le directeur Ning ici sont des dignitaires respectés ayant un statut et des positions élevées. Tu dois te rendre au bureau des ressources humaines si tu es ici pour postuler à un emploi. Passe la porte et tournes à gauche, puis fais 20 mètres de plus et tu le trouveras. »

Xia Lei s’immobilisa, la main aussi raide que si elle avait été gelée. Il avait maladroitement baissé la main mais n’était pas parti. Xia Lei retourna s’asseoir sur le canapé.

La petite bouche de Chi Jing-Qiu se raidit : « Xia Lei, tu ne peux vraiment pas rester ici. Tu vas me créer des problèmes si tu fais ça. »

Xia Lei se mit à rire un peu : « Alors ne fais rien. Fais comme si je n’étais pas là. Et ne t’inquiète pas, le fait que je sois ici n’affectera pas ton travail. »

Chi Jing-Qiu était mécontente. Elle lança un regard furieux à Xia Lei, « Hé, camarade Xia. Tu fais ça exprès ? »

« Je fais quoi exprès ? »

« Tu viens ici pour me créer des ennuis ! »

Xia Lei rit et dit : « Tu te fais un film. Je ne savais pas que tu travaillais ici, alors comment aurais-je pu courir ici pour te créer des ennuis ? »

Chi Jing-Qiu ne croyait pas au raisonnement de Xia Lei.

« Je sais que tu es toujours rancunier pour ce qui s’est passé. J’admets que je n’étais pas complètement innocente, mais nous étions alors jeunes et immatures. Je t’ai rejeté pour ton propre bien. Ne t’es-tu pas concentré sur tes études après cet incident et n’as-tu pas même réussi à entrer à l’université de Jing-Du, même si tu n’y es pas allé ? »

Xia Lei l’avait déjà oubliée, mais elle remit cela sur le tapis et se fit passer pour une vertueuse. Il plissa le front.

Chi Jing-Qiu continua : « Très bien, va au bureau des ressources humaines. Si tu ne le trouves vraiment pas, je t’y emmènerai. Tu ne peux vraiment pas rester ici plus longtemps. Si tu as la chance d’être embauché, je peux t’arranger un poste plus confortable. J’ai une certaine influence ici et tu étais mon camarade de classe, je vais donc certainement m’occuper de toi. »

« Merci de ta sollicitude, mais je ne suis pas ici pour postuler à un emploi. Je suis ici parce que votre président Ning veut me rencontrer. », déclara Xia Lei

Chi Jing-Qiu était stupéfaite, puis elle rit soudainement et pointa du doigt Xia Lei : « Toi ? Rencontrer le président Ning ? C’est une blague ? »



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 28 – Un élan de jeunesse Menu Chapitre 30 – Je t’ai fait passer pour mon petit ami