Vision Transcendante | Tranxending Vision | 超品透视
A+ a-
Chapitre 25 – J’ai embauché une fille bien

Long Bing était apparue sans bruit et avait disparu sans laisser de trace. Xia Lei y était habitué. Il ne s’inquiétait pas non plus de savoir si le Bureau archéologique allait poursuivre Long Bing pour avoir emporté la boussole.

L’atelier du Cheval Fracassant ouvrit ses portes trois jours plus tard. Les affaires n’étaient pas aussi bonnes qu’on le pensait, mais elles n’étaient pas mauvaises. Ma Xiao-An prenait en charge les tâches normales et Xia Lei les tâches difficiles. Leur division du travail était claire. En fin de compte, après avoir pris en compte le coût des matériaux, des services publics et du loyer, ils avaient gagné 1400 yuans. (175 €)

« C’est pas grand-chose », déclara Xia Lei tout en ressentant une certaine insatisfaction.

Ma Xiao-An, en revanche, était heureux.

« Lei, sois content. Nous n’avons pas fait tant que ça et nous avons quand même gagné 1400 yuans. On en gagnait autant qu’après avoir travaillé toute une semaine sur le chantier. »

Tous les deux gagnaient en moyenne 100 yuans par jour sur les chantiers (12 €), et il leur fallait une semaine pour en gagner 1400. Le fait de gagner cette somme en une journée était un énorme progrès.

Xia Lei se sentit mieux après y avoir réfléchi.

« Si le Bureau archéologique nous avait payés, nous aurions gagné 50 000 de plus ( 6250 €). Nous aurions dû travailler pendant près d’un an pour gagner cette somme dans le passé », avait-t-il déclaré.

« Le Bureau archéologique est une agence gouvernementale, il ne nous fera pas payer la facture. Nous serons payés tôt ou tard », déclara Ma Xiao-An.

Juste à ce moment, une femme était apparue sur le seuil de la porte. Elle était jeune, la vingtaine, un visage en forme de pomme avec de grands yeux. Elle portait une chemise colorée à manches courtes et à carreaux sur le dessus, tendue par une énorme poitrine. Celle-ci était si grande que les boutons de tension semblaient pouvoir se détacher à tout moment. Ses fesses étaient habillées d’un short en denim bon marché, et son derrière lui-même était arrondi et assez attrayant. Sur son épaule se trouvait un paquet enveloppé dans un tissu bleu usé et une serviette blanche à l’aspect sale sortait d’un coin du paquet. Sa façon de s’habiller disait clairement qu’elle venait de la campagne.

« Excusez-moi, vous cherchez quelque chose ? » demanda Xia Lei.

« Je… »

La femme semblait nerveuse.

« Qui est le patron ici ? »

Elle avait un accent qui donnait l’impression qu’elle venait du Sichuan.

Avant que Xia Lei ne puisse parler, Ma Xiao-An le pointa du doigt et dit en souriant : « Ma fille, c’est notre patron. Pourquoi le cherches-tu ? »

La jeune femme rassembla son courage, regarda Xia Lei et s’inclina maladroitement.

« Patron, je… je… Vous embauchez ? Je peux tout faire. Je vais faire la vaisselle, empiler les assiettes, nettoyer, cuisiner… »

Xia Lei sourit : « Nous ne dirigeons pas un restaurant, nous n’avons donc pas besoin de quelqu’un pour empiler les assiettes ou faire la vaisselle. Je suis désolé, veuillez vous adresser à un restaurant. »

La jeune femme se mordit la lèvre mais n’insista pas. Elle se retourna aussitôt pour partir.

Xia Lei regarda ses pieds et vit qu’elle portait des chaussures de sports. De telles chaussures étaient peu courantes chez les femmes, même à la campagne. Il avait peut-être été ému par ce détail, car le cœur de Xia Lei se ramollit. Il cria à la jeune femme :

« Arrêtez-vous un instant. Pouvez-vous me dire pourquoi vous cherchez du travail ? »

La femme regarda Xia Lei, puis détourna son regard et parla avec précaution :

« Mon père est vieux et ne peut pas travailler. Mon jeune frère veut aller à l’école mais nous n’avons pas d’argent et je ne veux pas qu’il abandonne l’école, alors je cherche du travail. »

Lorsqu’elle en était arrivée à ce stade, ses yeux se remplirent de larmes.

« Mais… je n’ai pas de compétences et tous les restaurants ont suffisamment de personnel. Ce n’est pas non plus la saison des embauches dans les usines… J’ai épuisé tout mon argent et je ne sais pas où je vais dormir ce soir. Je… »

Xia Lei arrêta sa phrase en son milieu : « Restez donc. Je vous paierai 3 000 par mois, chambre et pension comprises. » (375 €)

« Qu’est-ce… ? »

L’exclamation ne venait pas de la femme qui cherchait du travail, mais de Ma Xiao-An.

La fille regarda Xia Lei avec gratitude. Elle était si bouleversée qu’elle ne pouvait pas parler.

Ma Xiao-An tira Xia Lei sur le côté et murmura : « Hé, Lei, pourquoi tu l’embauches ? Je sais que tu as de la peine pour elle, mais il y a beaucoup d’âmes désolées dans le monde. Que pouvons-nous faire avec nos ressources limitées ? Même si tu la prends, tu n’as pas besoin de lui donner autant d’argent. Une fille de la campagne comme elle serait heureuse avec 1 500, logement et nourriture compris. » (190 €)

« N’a-t-elle pas besoin de soutenir les études de son petit frère ? Nous pouvons prendre moins de bénéfices et lui en donner un peu plus pour que sa famille puisse mener une vie meilleure. Qu’est-ce qu’il y a de mal à cela ? », déclara Xia Lei.

Ma Xiao-An soupira. Il savait que Xia Lei avait changé d’avis et offert à la jeune fille un salaire si élevé en raison de la similitude de leur situation familiale. Il était contre l’embauche parce qu’il voulait économiser l’argent, mais le patron de l’atelier était Xia Lei. Il n’avait plus d’argument contre sa décision.

C’était seulement à ce moment-là que la jeune femme parla : « Patron, Monsieur, je vais commencer à travailler maintenant. Que puis-je faire ? »

« Avez-vous peur que le patron le regrette et change d’avis ? Ne vous inquiétez pas, votre patron est un homme bon. Il est très gentil et ne vous chassera pas une fois qu’il vous aura pris sous son aile », dit Ma Xiao-An d’un ton brusque.

La jeune femme laissa échapper un souffle et dit rapidement : « Merci, patron ! Merci, Monsieur ! »

« Ne sois pas si formelle. Oh, au fait, quel est ton nom ? Je m’appelle Xia Lei et lui, c’est Ma Xiao-An », sourit Xia Lei.

« Je m’appelle Zhou Xiao-Hong », dit-elle, puis elle sembla soudain se souvenir de quelque chose et ajouta : « Salutations, Patron Xia ! Salutations, Grand Frère Ma ! »

Ma Xiao-An était mal à l’aise à l’idée de l’engager, mais quand Zhou Xiao-Hong commença à dire gentiment « Patron » et « Grand frère », son coeur s’adoucit. Zhou Xiao-Hong était aussi une jeune et jolie fille de la campagne, un grand homme comme lui ne pouvait pas continuer à être rude avec elle ? C’était tellement sans classe…

« Tu n’as pas d’endroit où loger ? » demanda Xia Lei.

Zhou Xiao-Hong pencha la tête et parla d’un air penaud : « Hum, mon argent… est parti. Le propriétaire de l’hôtel m’a jeté dehors tôt ce matin. »

Xia Lei considéra quelques options et dit, « Pourquoi ne pas rester dans la boutique pour le moment. Nous avons un lit pliable ici. Je t’en commanderai un plus tard, tu devras donc t’en contenter pour l’instant. Je t’aiderai à trouver quelque chose une fois que tu seras installée. »

« Vous êtes vraiment une bonne personne, patron Xia. Merci, merci ! »

Zhou Xiao-Hong le remercia encore une fois.

Xia Lei rit : «Ah ah, c’est reparti. Je t’ai dit de ne pas être aussi formelle. »

Zhou Xiao-Hong sourit maladroitement : « Vous n’aurez pas besoin de commander de nourriture pour moi. Quelques nouilles instantanées me suffiront. »

« Comment cela pourrait-il suffire ? Xiao-An, va lui chercher des plats à emporter au restaurant Sichuan, en face de notre magasin. Je vais organiser son couchage. »

« Ok », grogna Ma Xiao-An. Celui-ci s’approcha de Xia Lei et parla à voix basse, « Tu n’as pas une chambre d’amis à la maison ? Ramène-la à la maison, alors ! Heh heh. »

Xia Lei piétina le pied de Ma Xiao-An.

« Ne dit pas n’importe quoi ! Sors ! »

Ma Xiao-An était en larmes et faisait des grimaces alors qu’il allait chercher des plats à emporter pour Zhou Xiao-Hong. En fait, il ne faisait que plaisanter, car il savait que Xia Lei n’était pas ce genre de personne. Lui-même n’était pas ce genre de personne non plus, sinon il ne serait pas ami avec Xia Lei.

Ce dernier avait déplié le lit pliable et y avait mis un oreiller et une couverture. Ce lit pliable avait été laissé là par l’oncle Jiang et Xia Lei avait acheté de nouveaux draps pour dormir occasionnellement lorsqu’il ferait des heures supplémentaires, mais il ne s’attendait pas à ce qu’une fille de la campagne emménage après leur premier jour. C’était une bonne chose qu’elle puisse l’utiliser.

« Patron Xia, comment puis-je vous laisser faire le travail ? Laissez-moi installer le lit. »

Alors que Xia Lei faisait les installations, Zhou Xiao-Hong l’arrêta.

Xia Lei vit aussitôt son agilité et réfléchit au travail qu’il lui demanderait d’accomplir le lendemain. Il lui verserait 3 000 yuan, pension comprise, en partie parce qu’il était désolé pour elle, mais il ne pouvait pas lui donner l’argent pour rien. Elle s’occupera effectivement de l’interaction avec les clients, mais ce ne sera pas assez. Et si je lui apprenais à travailler le métal ? Etant donné qu’elle est jeune, elle apprendra rapidement et pourra commencer à travailler de façon indépendante dans deux mois. Oui, laiss ons -la s’occuper des clients et nettoyer l’atelier d’abord, et appre nons -lui la soudure et le tournage pendant notre temps libre .

« Ce lit est vraiment neuf, Patron Xia ! Je peux vraiment dormir ici ? »

Zhou Xiao-Hong avait terminé les préparatifs, mais n’osait pas s’allonger.

« Pourquoi pas ? Reste ici pour l’instant et cherche autre chose quand ta situation s’améliorera. »

« Oui, Patron Xia ! Vous êtes vraiment quelqu’un de bien. Je… je ne vous ai pas remercié. », ajouta Zhou Xiao-Hong

Xia Lei était chatouillée par sa simple honnêteté et riait : « Peu importe si tu me remercies, je ne veux pas que tu sois si formelle. Oh, au fait, j’ai une idée mais je ne sais pas si tu seras d’accord. »

« Quelle idée ? »

Zhou Xiao-Hong était devenue nerveuse. Elle avait inconsciemment tiré sur son col à moitié ouvert, comme si elle essayait de dissimuler un secret.

Il était normal qu’elle ait ce genre de réaction lorsqu’un homme étrange lui disait soudain qu’il avait pensé à quelque chose et lui demandait si elle était d’accord. Xia Lei, en revanche, la trouvait de plus en plus intéressante. Celui-ci sourit et dit : « Je pensais te laisser apprendre le travail des métaux, la soudure et le travail au tour. Si tu es assidue, tu auras des compétences commercialisables même si tu retournes dans ta ville natale. Veux-tu apprendre ? »

« Oh, vous le pensez vraiment ? »

« Que pensais-tu que j’allais dire? » Xia Lei lui rit au nez.

Les joues tachées de rouge, Zhou Xiao-Hong se dépêcha de dire : « R…rien. Bien sûr ! J’ai toujours voulu acquérir une compétence, mais je n’avais pas d’argent pour apprendre. Ma ville natale n’est qu’un village de fermiers et il n’y a aucun ouvrier qualifié dans ma famille, je n’ai donc jamais pu réaliser mon souhait. Si vous êtes disposé à m’apprendre, Patron Xia, j’apprendrai de tout mon coeur. »

« C’est donc décidé. Tu t’occuperas des clients quand ils viendront demain. Sers-leur un verre et demande-leur ce dont ils ont besoin. Si tu n’as rien à faire, reste près de moi ou de Ma Xiao-An et apprends à travailler le métal. »

« Est-ce que G-Grand Frère Ma voudra bien m’apprendre ? »

Zhou Xiao-Hong semblait intimidé à cette pensée.

« J’ai un peu peur de lui. »

Ma Xiao-An entra à ce moment-là avec le plat à emporter : « Tu as peur de moi ? Est-ce que je vais te manger ? »

Zhou Xiao-Hong vit Ma Xiao-An et lui fit un signe de la main avec anxiété.

« Non, non, non, je ne veux pas dire ça ! Je veux dire… »

Ma Xiao-An mit le plat à emporter dans les mains de Zhou Xiao-Hong et sourit en disant :

« Détends-toi. Tant que tu es prête à apprendre, je ne me retiendrai pas et je t’enseignerai tout ce que je sais. »

« Merci, Grand Frère Ma. »

A ce moment-là seulement, Zhou Xiao-Hong se détendit.

« Et, je suis une personne plus gentille encore que le Patron Xia. Tu verra que j’ai d’innombrables points forts. »

Zhou Xiao-Hong regarda Ma Xiao-An, puis regarda Xia Lei. Elle pinça les lèvres et ne dit rien, mais elle n’avait pas l’air de le croire. Elle voyait dans leurs yeux qu’ils étaient très différents.

Après avoir aidé Zhou Xiao-Hong à s’installer, il faisait nuit quand Xia Lei et Ma Xiao-An avaient quitté l’atelier du Cheval Fracassant. Ma Xiao-An accompagna Xia Lei chez lui sur sa moto miteuse et déglinguée.

De retour chez lui, Xia Xue avait préparé le dîner et l’attendait pour commencer.

Après le dîner, Xia Lei alluma la télévision et choisit une chaîne anglaise.

Xia Xue fixa curieusement Xia Lei alors qu’elle rangeait la vaisselle.

« Quand as-tu commencé à aimer regarder les chaînes anglaises ? Tu comprends quelque chose ? »

Xia Lei sourit : « Bien sûr que je comprends. »

Xia Xue renifla: « Ouais, c’est ça ! Si même moi je ne comprends pas vraiment, comment tu le pourrais ? »

Xia Lei ne prit pas la peine de s’expliquer. Il regarda l’émission et apprit au fur et à mesure, en absorbant la façon dont les gens parlaient à la télé. Il avait déjà mémorisé tous les mots du dictionnaire et la grammaire associée, il lui manquait donc tout simplement le facteur parlant. Une fois cette barrière franchie, il deviendrait sans aucun doute une machine de traduction humaine. Bien sûr, il ne pouvait pas le dire à Xia Xue.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 24 – Les langues étrangères sont en fait faciles Menu Chapitre 26 – Je suis actuellement une mauvaise personne