The New Gate
A+ a-
Chapitre 08 – Partie 8

Le timing était adapté.

Tsubaki et Shin furent les premiers à commencer.

Tsubaki entra dans le combat avec son aura qui continuait à irradier. Du point de vue du Loup Déchiqueteur, il semblait y avoir une chance d’être abattu si elle clignait des yeux. Face à l’adversaire, qui se figeait par réflexe, Tsubaki baissa le poing sans pitié.

Le Loup Déchiqueteur s’écrasa sur le sol avec un craquement, puis se tortilla plusieurs fois avant de s’arrêter de bouger.

Shin prit également position et leva son épée au-dessus de sa tête, s’interposa avec une vitesse supérieure à celle de Tsubaki. Le katana s’inclina vers le bas lorsqu’il s’avança. Le Loup Déchiqueteur ne bougea pas. Non, il ne pouvait pas bouger.

Au moment où l’arc en l’air disparut, son corps glissait en diagonale. Les yeux du Loup Déchiqueteur clignèrent plusieurs fois lorsqu’il se tourna vers Shin. Il se pouvait qu’il n’ait même pas remarqué la coupure.

“Puis après toi.”

“Hum, d’accord.”

Gaïen s’avança entre Shin et Tsubaki. La raison pour laquelle le chef n’attaquait pas Shin et Tsubaki était que Gaïen l’avait maîtrisé.

Il n’y avait plus aucune chance de gagner. Pourtant, l’Alpha des Loups Déchiqueteurs ne reculait pas. Il poussa un court hurlement et mit leur reste de ses forces dans ses membres. Son intention de vivre était simple. Même s’il pensait que c’était sans espoir, Shin éprouvait un sentiment de respect pour cette résistance.

Le chef exerça son pouvoir pendant quelques secondes. Dans son dernier élan, il sortit toute sa force, visant Gaïen. La vitesse était conforme à l’alpha d’une meute ; puissante.

“Magnifique.”

C’est Gaïen qui prononça ces paroles de louange. Il prépara son épée longue tout en faisant face à l’Alpha qui arrivait.

Pour le chef, qui s’approchait tout droit, Gaïen se déplaçait calmement. La silhouette de Gaïen vacilla, les pieds sur le côté.

Le moment de leur affrontement. Au moment suivant, en même temps que l’épée de Gaïen, la silhouette du chef se sépara en deux.

Tout en agitant le sang de sa lame, Gaïen tourna ses yeux vers les derniers, les petits Loups Déchiqueteurs devant lui.

“Que devrions-nous faire ?”

Comment une personne de ce monde pouvait-elle prendre une telle décision à ce moment-là. Pour trouver la réponse à cette question, Shin appela Gaïen.

“Je les tuerai s’ils attaquent, mais je ne les poursuivrai pas s’ils décident de partir. Notre travail est de garder, pas de chasser les monstres. En tout cas, je ne sais pas si ces deux enfants peuvent survivre par eux-mêmes.”

Au cas où ils survivaient, ils pouvaient se faire attaquer par quelqu’un d’autre. Mais c’était une autre histoire. S’ils apparaissaient en dehors d’un village dans ce monde, il était logique d’employer un garde du corps ou d’apprendre à se défendre. Dans les deux cas, ils pouvaient être attaqués par d’autres monstres ou même par des bandits. Même s’ils tuaient les petits Loups Déchiqueteurs ici, la possibilité que quelqu’un d’autre attaque le chariot, ainsi qu’eux-mêmes, ne diminuait pas.

Les enfants pouvaient comprendre que leurs parents étaient morts. Ils disparurent dans la forêt pour s’échapper.

“D’une certaine façon, ça laisse un mauvais arrière-goût dans la bouche.” dit Tiera.

“C’était différent d’un combat contre des monstres ordinaires, hein.” aquiesça Shin.

“Je partage votre sympathie. Je n’ai jamais vécu un tel combat auparavant.” consentit Gaïen.

“Mais il n’est pas bon de trop s’en soucier non plus.”

Ce que Tsubaki disait était juste ; s’ils s’en inquiétaient trop et le laissaient ainsi émousser leurs lames, un compagnon pouvait être sacrifié ensuite. Il fallait qu’ils soient pragmatiques.

“Est-ce que c’est fini ? Alors dépêchons-nous et partons.”

Nack, qui était près du cheval Grimm, appela les quatre personnes. Comme on pouvait s’y attendre de la part d’un ancien aventurier, il changea rapidement de vitesse. Il n’était pas non plus secoué de voir la scène qui se déroulait devant lui.

“Quand même, pour qu’ils ne mangent pas pour maigrir, il doit y avoir quelque chose dans la forêt, non ?” répondit Gaïen à la question de Shin.

“Eh bien, je ne peux rien ajouter. Les Loups Déchiqueteurs sont des monstres intelligents. Il est difficile de penser qu’ils ont échoué à la chasse jusqu’à ce qu’ils atteignent une telle condition.”

“Même si les réserves de nourriture diminuaient ?”

“Ces gars mangent aussi des gobelins. Il est déraisonnable de penser que les gobelins sont tous morts, non ?”

“Je suis d’accord. Si l’un d’eux était trouvé, 30 d’entre eux sortiraient.” dit Tsubaki d’une façon qui ressemblait à dire qu’un cafard se cachait dans la maison.

Après tout, le pouvoir de reproduction des gobelins ne semblait pas avoir changé, comme à l’époque du jeu.

“J’ai entendu une histoire qui disait que des Crânes Squelettiques apparaissent en grand nombre dans les Plaines Spectrales. Cela n’aurait-il pas une influence ?”

Quand Tsubaki disait cela, Shin ouvrit la bouche en se souvenant soudainement.

“Ah, ça me rappelle, j’ai entendu dire que tous les aventuriers de haut rang sont partis de la guilde, n’y avait-il pas quelque chose comme une demande à grande échelle ?”

“C’est important, hein ? À ce moment-là, j’allais rentrer chez moi quelques jours auparavant, dans la ville de Bayreuth, au sud, avec Tsubaki. Je n’y ai donc pas participé.”

Puis Tiera chuchota secrètement à l’oreille de Shin.

“(Hey Shin)”

“(Qu’est-ce qui se passe ?)”

“(Les Crânes Squelettiques, était-ce la demande qui venait au maître ?)”

“(Oui, ces types étaient assez forts. Ça pourrait en être la cause.)”

Il était possible que leur territoire débordait de Crânes Squelettiques .

“De toute façon, nous n’en connaissons pas la raison. C’est inutile, même si on y pense. Alors je vais aller me coucher.”

Faisant les choses à son propre rythme, Tsubaki disait cela et remit son pardessus. Il était typique pour les aventuriers de pouvoir dormir dans un chariot tremblant. Comme il y avait des changements entre le rôle de cocher et celui de garde, c’était un devoir important de se reposer tant qu’on le pouvait.

“C’est comme l’a dit Tsubaki. Il n’y a pas assez d’informations, même si on y réfléchit. Puisque cela prend beaucoup de temps.”

“C’est vrai. Pour l’instant, dois-je faire l’entretien de nos armes ? Que vas-tu faire, Tiera ?”

“Parce que c’est bientôt mon tour, je serai à côté du cocher.” dit Tiera en descendant du toit du chariot et se mit à côté de Nack.

D’après Schnee, Tiera acquit la plupart des compétences nécessaires à un aventurier, afin de pouvoir assumer le rôle de cocher sans problème. C’était plutôt Shin qui n’avait pas l’expérience nécessaire. C’était parce qu’un cheval dans le jeu, pouvait avancer sans qu’il ait à le guider lorsqu’il donnait la direction, il n’avait donc pas l’habitude de faire de telles choses.

“Quel aventurier ne sait pas conduire un chariot ? Même une jeune femme peut le faire”.

“Ugh…”

Même si ce n’étaient que de simples mots, ce que Nack disait le déprima un peu.

Ensuite, ils avancèrent sans autre incident et se dirigèrent vers Beirun tout en campant. Ils devaient faire un détour par la forêt entourant les Plaines Spectrales, non seulement les marchands comme Nack, mais aussi les caravanes de grande taille. Ainsi, peu de monstres s’approchèrent d’eux dès le début. La raison en est qu’il y avait déjà beaucoup de proies à l’intérieur de cette forêt. Et un jour avant leur arrivée à Beirun, Shin et les autres rencontrèrent ce contre quoi on leur demandait de défendre la caravane.

“Pauvre marchand. Si vous ne voulez pas mourir, remettez l’argent et les bagages.”

C’étaient des bandits.

Bien que d’après les informations que Shin et Tiera échangeaient avec Gaïen et Tsubaki, les bandits sortaient rarement ; ils ne semblaient pas avoir de chance. Il allait sans dire à qui appartenait cette “chance”.

Ils n’étaient pas nombreux, mais ils étaient correctement armés d’une armure de cuir et tenaient également des épées, ce qui était susceptible de leur faire gagner de l’argent. Bien qu’on ne voulait pas savoir comment.

“Alors, comment ? Je ne sais pas si je suis assez confiant pour tendre une embuscade et affronter 6 personnes de front tout seul, que dois-je faire ?

Shin se retourna vers Gaïen et Tsubaki.

“Ça ne changera rien. Si nous attaquons, ils pourraient renverser la situation.”

“Une personne devrait me laisser le droit de tuer quelqu’un en toute impunité.”

Ignorant la remarque de Tsubaki, dont ils ne savaient pas si elle plaisantait ou non, les trois personnes bougèrent.

La stratégie était déjà décidée. Ils formèrent une formation de base avec trois personnes, où Shin, Gaïen et Tsubaki s’avançaient, tandis que Tiera devait les couvrir. Yuzuha était laissé dans le chariot au cas où il y avait un adversaire qu’ils ne pouvaient pas percevoir.

Le niveau des ennemis était d’environ 150 en moyenne, bien que le niveau de l’homme qui parla en premier était plus haut, à 163. Shin fut un peu surpris par cela. Ils pouvaient gagner leur vie comme des aventuriers normaux, mais il pensait que diverses choses pouvaient leur arriver pour qu’ils veuillent rester comme ça. Peu importe à quel point il y pensait, cela ne changeait rien.

Nack aussi, cette fois, tenait une hache pour se défendre.

Ce n’était qu’une question de temps avant que la bataille ne commença. Alors que la tension augmentait, Tiera retenait son souffle, et se rappelait ce que Gaïen lui avait demandé plus tôt.

“Shin, Tiera. Avez-vous déjà tué quelqu’un ?

Quand le voyage commença, c’était la première question que Gaïen avait posée aux deux personnes. Même si c’était la première barrière que les aventuriers devaient franchir, c’était parce que la demande de garde était une demande de rang E. Par conséquent, la possibilité qu’un ennemi lié à cette demande puisse apparaître existait. Le taux de mortalité était divisé par chaque grade pour les aventuriers ; les demandes de haut rang à partir du grade B avaient un taux de mortalité beaucoup plus élevé. A part les monstres, beaucoup d’entre eux étaient tués par des personnes. Il s’agissait d’un rang E.

‘C’est bon, je vais les vaincre.’

Seule Tiera n’avait encore tué personne parmi les membres. L’inquiétude de Shin à ce sujet se reflétait dans son expression, mais elle disait que tout irait bien. Elle devait le faire. Si elle ne pouvait pas le faire, le danger envers les trois personnes qui s’avançaient allait augmenter.

“Oioi, avez-vous l’intention de vous battre avec seulement trois personnes ? Il est encore temps maintenant ?”

“Voulez-vous aussi laisser la jeune femme ? Je peux la divertir de plusieurs façons !”

Les trois personnes entendirent les cris vulgaires des bandits. Bien sûr, c’était tout naturel.

“Shin…”

En regardant ces trois personnes, c’est le nom de Shin qui sortit de la bouche de Tiera. La sensibilité de Tiera était particulièrement forte, même chez les elfes. C’est pourquoi elle le compris. Juste après que le bandit ait dit de laisser Tsubaki derrière lui, le sentiment de Shin changea un peu.

Sa soif de sang ne changea pas. Mais il devenait aigu et sombre. La présence calme que Tiera connaissait disparut, car elle sentit une sorte de sentiment sinistre venant de Shin. Du point de vue de Tiera, c’était déjà la présence d’une autre personne. Tiera n’était-elle pas trop sensible ? Ni Gaïen ni Tsubaki ne semblaient l’avoir remarqué. Heureusement ou non, c’est seulement Tiera qui ressentait le changement actuel de Shin.

‘Je ne peux pas laisser Shin comme ça plus longtemps. Ce Shin est mauvais !’

La main qui tenait l’arc se remplit de puissance.

Avant qu’elle ne le sache, les pensées de Tiera de tuer sans hésitation, disparurent de sa tête. L’adversaire était un bandit, et en plus de cela, c’était manifestement un criminel aguerri. Être un bandit récidiviste dans ce monde équivalait à avoir une vie sans valeur. Il n’y avait pas d’autres destinations que l’échafaud si l’on était pris. Pour de tels adversaires, pour les comparer à l’inquiétude de Tiera pour Shin, leur existence même était futile.

La flèche était encochée dans la corde de l’arc, qui à son tour était tirée à la limite. Elle visait le bandit qui se cachait dans les buissons à proximité. Cette personne avait peut-être l’intention de se cacher, mais ce n’était pas différent d’être à découvert pour l’elfe Tiera. Tout en visant, elle attendit le signal de Gaïen.

“Je n’aime pas les meurtres inutiles. J’arrêterai si vous vous retirez, mais je tuerai si vous ne le faites pas”.

“Oioi, Vous voyez la situation dans laquelle vous êtes ? Je sais qu’il s’agit de simples rangs E.”

“Bien que vous soyez de rang A, ne devez-vous pas vous battre tout en protégeant les autres membres ? Vous feriez mieux de nous laisser faire plutôt que de montrer cet esprit combatif, n’est-ce pas ?”

Où apprirent-ils cette information ? Les bandits savaient qu’ils étaient tous de rang inférieur, à l’exception de Gaïen. Même si le nombre de bandits cachés et visibles visant Nack était inconnu, il était clair qu’il ne s’agissait pas d’une rencontre accidentelle.

“Il n’y a pas besoin d’en écouter plus.”

“Laissons deux survivants.”

Shin et Tsubaki établirent un contact visuel. Les négociations échouèrent. Personne ici ne pensait que ça finirait autrement. Ils voulaient seulement avoir le temps de se préparer afin de réduire les dégâts tout en observant l’autre partie.

Gaïen secoua un peu la tête, réagissant à la remarque de Shin et Tsubaki. C’était le signal de départ de l’attaque.

Au moment suivant, une flèche tirée par Tiera s’envola de l’intérieur du chariot, et fut projetée dans le fourré où se cachait le bandit.

“――!!?”

Il n’y eut pas de cri. Cependant, un bruit sourd de quelque chose qui touchait le sol était audible.

Un marqueur rouge qui existait sur la carte de Shin disparut. Était-ce la tête ou le cœur ? Elle pouvait toucher l’un des deux. La barre HP se vida en un seul coup. C’était une mort instantanée.

“Tsk, quel échec. Les gars, faites quelque chose !!”

Le chef semblait frustré, loin de pleurer la mort de leur camarade. Les bandits se précipitèrent à l’attaque après avoir reçu leurs instructions.

“Ensuite, prenez en deux chacun. Si vous ne pouvez pas le faire, laissez le tranquille. Vous avez compris.”

“Sans aucun blessé ?”

“Tu devrais écouter les instructions, fais comme tu veux pour les autres, je m’en fiche.”

Gaïen et Tsubaki échangèrent calmement des mots dérangeants. C’était comme s’ils y étaient habitués. Même s’il y avait certainement une différence de niveau entre Tsubaki et les ennemis, elle ne semblait pas du tout effrayée.

Gaïen restait comme il était, et Shin et Tsubaki se dispersèrent à droite et à gauche, distrayant les bandits.

Trois bandits s’en prenaient à Gaïen, un à Tsubaki et deux à Shin. Y avait-il parmi eux un détenteur de compétences【Analyse】? Le bandit au plus bas niveau était après Tsubaki plutôt que Gaïen.

“Vous vous moquez de moi ?”

La colère se mêla aux paroles de Tsubaki. Le bandit qu’elle affrontait était certainement plus fort que Tsubaki quand on ne regardait que les niveaux. Cependant, ce n’était pas parce que le bandit était plus fort qu’ils pouvaient l’abattre facilement.

Un frisson courait dans la nuque de Tsubaki, à l’endroit où elle pensait que le bandit cachait sa main. Elle se rapprocha immédiatement de lui, attrapant et tirant l’épée du bandit avec son gantelet.

“Heh, tu as une belle intuition, n’est-ce pas ?”

L’homme la regarda, comme s’il fantasmait sur le corps de Tsubaki. Une aura rouge se dégageait de l’épée qu’elle tenait dans sa main droite.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 08 – Partie 7 Menu Chapitre 08 – Partie 9