Sous le Chêne | Under the Oak Tree
A+ a-
Chapitre 87 – Faire de son mieux (2)

Max secoua précipitamment la tête quand elle le vit froncer les sourcils.

La demi-sœur de Max n’avait pas sourcillé, même après avoir reçu un tas de bijoux. Il serait étrange pour Riftan et les autres de voir que la fille préférée du Duc se ratatine à ce point. Max garda son visage indifférent et se souvint de l’attitude hautaine de Rosetta.

“N-non. J’aime… ça.” Max répond simplement. Riftan eut l’air soulagé par sa réponse et fit signe à l’un des serviteurs d’ouvrir les boîtes près d’eux.

Max essayait de rester réservée comme toutes ces princesses riches dans les histoires. Cependant, elle ne pouvait pas empêcher sa bouche de s’ouvrir comme une idiote à chaque fois qu’un nouveau cadeau était déballé.

Alors qu’une autre boîte était ouverte, Riftan s’en approcha et sortit d’une boîte à bijoux une épingle à cheveux en émeraude qu’il inséra soigneusement sur son oreille et compléta son look en ornant son cou d’un étincelant collier de diamants.

Max baissa les yeux sur les bijoux extravagants qui reposaient sur ses clavicules et se retrouva sans mots. Riftan pressa ses lèvres sur sa joue avec un visage satisfait, il semblait aimer ce qu’il voyait.

“Ça te va bien, comme je le pensais.” Il a dit à Max fièrement.

“Merci…” répond Max.

Elle a murmuré ces mots avec un visage rougi. Max passa alors doucement ses doigts dans ses cheveux afin de sentir l’ornement qui était coincé entre ses boucles. Elle jette un léger coup d’œil au miroir accroché au mur du coin et regarde son reflet. Pendant un instant, elle fut frappée de gêne en se voyant parée de tant de bijoux.

Riftan la traitait comme si elle était la fille royale la plus précieuse du monde. C’était à la fois agréable et inconfortable. Pour être honnête, Max se sentait comme un clown portant un masque qui ne lui correspondait pas.

“Pourquoi un tel visage ? Tu n’aimes pas ça ?” Riftan lui a demandé après avoir remarqué son expression sombre.

Max s’est empressée de redresser son visage.

“N-non. C’est vraiment joli. T-tu as dû être très occupé… Quand as-tu trouvé le temps d’acheter tous ces cadeaux ?” Elle demanda à Riftan et ce dernier secoua dédaigneusement la tête face à ses inquiétudes.

“Tu as laissé tous les bijoux et les vêtements que tu utilisais au château de Croix à cause de moi. Bien sûr, je dois prendre le temps de me rattraper.” Il a répondu avec un sourire et Max s’est empressée de cacher son visage rougissant. Mais l’intérieur de sa poitrine lui faisait mal comme s’il y avait une épine dedans. ( …elle n’avait pas de bijoux ou de beaux vêtements… )

“Merci pour ta considération.” Elle dit sincèrement à Riftan.

Riftan semblait heureux de sa réaction et dit aux serviteurs d’organiser les cadeaux maintenant qu’elle les avait tous vus.

Pendant qu’il s’occupait des serviteurs, Max se tenait derrière Riftan en essayant d’effacer l’étrange sentiment de culpabilité de son esprit. Surtout qu’elle n’a pas dit de mensonge, mais même avec ces pensées, elle ne pouvait pas effacer le sentiment inconfortable en elle.

Riftan, après avoir confirmé que tous les cadeaux étaient complets et sécurisés est immédiatement sorti pour vérifier l’état des prisonniers.

Après son départ, Max a commencé à remplir une commande de textile inachevée qu’elle n’avait pas pu terminer à cause de la perturbation d’hier. Après avoir soigneusement consulté les servantes, elle a décidé de se rendre à la cuisine afin de s’assurer que la conservation des repas d’hiver se passe bien.

Tout château est forcément le plus occupé entre la fin de l’automne et le début de l’hiver. En effet, c’est à cette époque que les températures commencent à baisser rapidement et qu’il devient plus difficile de se procurer des légumes frais.

Le prix de la viande devait doubler, voire plus, à cette époque. Les cuisiniers devaient donc travailler sans relâche pour préparer des viandes séchées de longue conservation, des fruits marinés, des saucisses fumées et de grandes quantités de farine provenant du moulin et d’autres stocks pour nourrir le bétail.

Max est parti à la recherche de Rudis afin de faire le point sur l’avancement des préparatifs. Rudis a alors commencé à lui parler de ce qu’ils ont fait.

“En hiver, il devient difficile de trouver de l’herbe pour le bétail, alors nous abattons la plupart d’entre eux et ne gardons en vie que ceux que nous pouvons nourrir. Nous prenons les vaches et les porcs abattus à la boucherie, nous vidons le sang, nous découpons les boyaux et nous les envoyons au château, la viande est fumée et stockée dans la cuisine, et les intestins sont lavés et utilisés pour faire des saucisses.” Rudis lui dit alors qu’elles marchaient le long des cuisines pour vérifier les préparations.

Max écouta les explications de Rudis et regarda tout autour d’elle, elle pouvait sentir la lourde odeur d’huile autour d’eux. Elle était habituée à ce que la cuisine soit pleine d’agitation et de personnel occupé, mais depuis quelques jours, elle ressemblait presque à un champ de bataille.

Sur une grande table installée sur le mur d’angle, trois ou quatre serviteurs préparaient des saucisses avec de grandes bassines et des assiettes autour d’eux, tandis que de l’autre côté, un grand morceau de viande était coupé en petits morceaux à l’aide d’une scie et une mare de sang s’en écoulait.

L’odeur de fumée du feu lui piquait le bout du nez. Max détourna la tête de sa source et se pinça l’arête du nez. À l’extérieur de la porte grande ouverte, elle a vu quatre pots à feu temporaires faits de pierres. Cinq ou six serviteurs étaient en train d’y poser un grand grillage et de fumer un morceau de viande dessus. Elle se sentait épuisée en voyant l’énorme quantité de viande.

“Je n’ai jamais vu autant de viande avant.” Elle a dit à Rudis.

“Nous avons préparé assez de nourriture pour nous durer un moment. Cependant, nous ne pouvons pas conserver la viande fumée trop longtemps, donc la plupart des choses soignées que nous avons seront préparés en viande séchée. Le bœuf séché est également très utile pour les chevaliers lorsqu’ils partent pour une expédition de trois ou quatre jours.” Rudis l’informa.

“Tout ça va être transformé en viande séchée ?” Max demande à Rudis, en regardant le grand tas de viande fraîchement découpé.

Max a regardé avec curiosité la viande accrochée au mur. Dans la feuille d’enregistrement donnée par Rudis, le poids de la nourriture stockée chaque année et le poids de la nourriture à stocker cette année étaient méticuleusement écrits.

“Comme les chevaliers reviennent de l’expédition, nous devons préparer deux fois plus que l’année dernière. En fait, j’aurais dû le préparer avant que la température ne baisse…”

“Ça prend beaucoup de temps ?”

“La viande doit être salée et égouttée pendant plusieurs jours, puis tranchée finement et séchée à l’ombre pendant quelques jours encore. Cela demande beaucoup de travail.” Rudis répondit et Max se sentit soudain gênée car il semblait que les préparatifs pour l’hiver avaient été retardés à cause des décorations du château qu’elle avait faites.

Rudis semblait avoir senti l’expression de culpabilité de Max et s’empressa d’ajouter : “Mais avec plus de mains, nous serons prêts avant que la température ne baisse davantage.”

“C’est bien, alors !” Max jeta alors un coup d’œil au personnel de la cuisine et remarqua qu’ils avaient effectivement besoin d’engager plus de personnes.

La vue des serviteurs en sueur la remplit d’inquiétude. C’était le rôle de l’hôtesse de superviser le ménage du château, et d’après ce qu’elle avait vu, elle sait que la charge de travail des domestiques a été énorme.

Peut-être devrait-elle demander à Riftan s’il peut engager plus de serviteurs, car en plus de préparer la nourriture, les serviteurs du château travaillent déjà tellement toute la journée, à confectionner les vêtements d’hiver pour les soldats, à s’occuper du bétail, à balayer et à nettoyer le château qu’ils risquent de ne pas terminer leurs préparatifs d’hiver.

“Demain, je demanderai à Aderon s’il peut arranger les ouvriers…” commença Max en disant à Rudis, mais avant qu’elle puisse finir sa phrase, elle entendit que quelqu’un l’appelait.

“Madame !”



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 86 – Faire de son mieux (1) Menu Chapitre 88 – Inquiétudes (1)