Sous le Chêne | Under the Oak Tree
A+ a-
Chapitre 84 – Un blâme constant (1)

Max déglutit brusquement que la nourriture faillit passer par le mauvais tuyau. L’homme devant elle la fixait avec une lueur particulière provenant de ses yeux bleu-gris qui, jusqu’à présent, avaient toujours semblé être pleins de somnolence.

Une sueur froide commença à perler sur le front de Max.

Si elle dit qu’elle ne peut pas le faire, alors il semblera qu’elle était prête à être considérée comme une idiote devant les chevaliers qui l’ont ignorée comme si elle était une parfaite inconnue pour eux et indigne de leur temps. Cependant, si elle dit qu’elle peut le faire, elle sent que son avenir ici sera plein d’épreuves. ( Tu sais pas à quelle point … )

Max n’arrivait pas à se décider sur l’une ou l’autre des lignes de conduite car les deux semblaient aussi sinistres l’une que l’autre, elle décida donc d’éviter son regard et espéra qu’ils changeraient de sujet en faisant semblant d’être distraite par la soupe qu’elle était en train de manger. Cependant, Ruth a tendu la main et a bloqué sa vue sur la nourriture. À ce moment-là, elle a été surprise par ses yeux fins qui ont percé les siens.

“… C’est bien de se venger comme ça ?”

“Je… je ne suis pas assez doué pour vous aider…” lui confia Max avec sincérité.

“Je sais. Je ne vous le demanderez pas si ce n’était pas une situation que je peux gérer tout seul.” Il a répondu en baissant les yeux.

Max ressentit une faible envie de l’aider, en voyant le sorcier avoir l’air si pitoyable devant elle. Alors qu’elle le regardait avec des yeux désespérés, c’était comme s’il avait senti son regard et l’avait également regardé. S’étant fait prendre, Max redressa son dos et feignit l’indifférence.

“Vous n’avez pas oublié que je vous ai aidé matériellement et spirituellement, n’est-ce pas ?” Le magicien prend soudain la parole et Max pose sa cuillère.

“N-Non. Mais je ne peux vraiment pas…” Max commença à protester, elle ne pouvait pas l’aider même si elle le voulait. Non seulement elle n’en avait pas la capacité, mais elle ne savait pas non plus quel genre d’enfer elle devrait affronter si elle le faisait. La méticulosité du sorcier était vraiment inhabituelle, et assez alarmante. Max évite de regarder le visage du sorcier, tandis que Ruth se rapproche d’elle comme une sangsue.

“Tout ce que vous devez faire, c’est organiser des registres et des calculs simples. C’est une chose très facile à faire, même pour vous.” Le magicien lui a dit et Max a soupiré. ( … t’abuse là )

“Hé, le magicien… Ne vas pas trop loin. C’est un manque de respect envers la Dame.”

Le chevalier qui les accompagnait, qui faisait semblant de ne rien entendre de leur conversation et ne s’intéressait qu’à manger, se joignit finalement à eux.

Max pensait que si elle refusait le mage, elle serait condamnée comme une ingrate et entendrait cette étiquette hargneuse à chaque fois qu’elle le rencontrerait. Elle était sûre que c’était ce que ce sorcier excentrique lui ferait si elle le refusait.

De plus, elle pensait que tôt ou tard, elle devrait mordre la balle et qu’elle ne pourrait pas l’éviter éternellement. Hors d’elle, elle a finalement répondu par un signe de tête et le froncement de sourcils de Ruth s’est inversé en voyant cela. Il tendit alors la main pour prendre quelques-unes de ses pommes de terre et les déposa dans son assiette en signe de bonne volonté. ( Trop sympa… il lui donne des patates en échange de l’Enfer … )

“Je n’oublierai pas cette grâce.” lui dit le mage avec reconnaissance. Max lui répondit par un sourire crispé.

” … Vous devez être devenus assez proches les uns des autres pendant les moments que vous avez passés ensemble.” Hebaron, l’encombrant chevalier qui écoutait toujours leur conversation, remarqua soudain. Il a ensuite tendu la main pour se gratter l’arrière de la tête, comme s’il attendait que le sous-entendu de ses paroles se fasse sentir. Max hésita, répondit prudemment et se tourna vers Hebaron. ( Heureusement pour toi que maxi n’a surment pas compris )

“I-Il m’a donné des conseils pour décorer le château.”

“Aha…” Hebaron répondit presque maladroitement en prenant une grosse bouchée de pain et en leur jetant un regard pensif. Max chassa ses pensées anxieuses devant l’attitude presque nonchalante d’Hebaron à son égard et tenta de terminer son repas en paix. Mais le silence qui les entourait fut à nouveau rompu lorsque Hebaron prit la parole.

“Le château est devenu très agréable à regarder.” Il leur dit, et Max avala laiblement sa nourriture avant de répondre.

“Ah… Merci.”

L’homme promène ses yeux dans la pièce comme s’il essayait d’apprécier la vue. Ses actes délibérés d’observation semblaient gênants pour Max, et elle aussi commençait à se sentir mal à l’aise avec lui. Cela faisait quelques temps que Max et Hebaron se connaissaient, mais malgré cela, ils ne s’étaient jamais présentés officiellement et ne s’étaient vus qu’en passant.

Max ne se sentait pas à l’aise de parler avec Hebaron de manière aussi désinvolte, ils étaient encore des étrangers après tout, alors Max a décidé de se contenter de suivre son regard tandis qu’il scrutait encore la pièce. Pendant un certain temps, ils sont restés dans un silence angoissant. Bientôt, les chevaliers qui avaient fini de manger ont commencé à quitter leurs places, un par un, ils sont venus devant elle et ont incliné leurs têtes en signe de respect, puis ont quitté le restaurant.

Max baissa les yeux sur son bol de soupe, il lui semblait que la nourriture avait l’air plutôt triste.

“Les Chevaliers Remdragon sont injustes. Même avec leur attitude, je ne pouvais pas m’empêcher d’y penser.” Max fut surpris par la déclaration de Ruth et se retourna pour le regarder. Ruth ne semblait pas l’avoir remarqué et continua son discours d’une manière aigre, tout en trempant le pain dans la soupe épaisse.

“Cette expédition était l’occasion de faire connaître les Chevaliers Remdragon à travers le continent si le résultat était favorable, mais s’ils avaient eu moins de chance, ils auraient pris un coup dévastateur à leur fierté.”

Les yeux de Ruth se sont alors assombris, comme s’il était actuellement piégé dans un lieu lointain. “Le Dragon Rouge était à ce point terrifiant. Trois ou quatre chevaliers auraient été tués sans le Seigneur Calypse. En fait, il y a ceux qui étaient très proches de la mort à l’époque. L’un d’entre eux était le Seigneur Calypse lui-même, car il a combattu en première ligne et a croisé le chemin de la mort à plusieurs reprises.”

Max commença à se raidir malgré la voix calme et monotone de Ruth, comme s’il ne racontait qu’une histoire banale.

“Le duc de Croix a transmis une expédition aussi difficile et dangereuse au seigneur Calypse. Même la fille n’a pas fait la moindre chose pour défendre son mari, qui avait été poussé à la mort au nom de son père.” ( Ça c’est pas cool… tu sais rien d’elle )

“Je… j’étais… !” Max a commencé à protester, mais Ruth a pris la parole.

“C’est ce que les chevaliers qui ont suivi le Seigneur Calypse ont toujours pensé.” Ruth a posé sa cuillère et a parlé avec un visage sans expression.

Max a juste laissé sa lèvre frémir en réponse. Elle voulait argumenter que c’était elle qui avait été mise à la porte. Et que c’était elle qui avait été ignorée pendant tout ce temps par eux. L’homme l’a prise de force, puis l’a laissée sans rien dire. Elle a même pensé qu’il ne voulait pas d’elle et ne s’en souciait pas du tout.

Qu’aurait-elle pu faire ? Pourquoi la faute devait-elle encore tombée sur ses épaules ? ( Le seul responsable c’est ce fdp de Croix )



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 83 – Un baiser audacieux (2) Menu Chapitre 85 – Un blâme constant (2)