Sous le Chêne Histoire de Riftan | Under the Oak Tree Riftan Story
A+ a-
Chapitre 45

*Cette histoire décrit les événements au château de Calypse avant le départ pour l’expédition à Livadon.

Un jour de printemps au château de Calypse.

Gabel ébouriffait grossièrement ses cheveux d’une main alors qu’il était assis dans la salle de conférence des quartiers des chevaliers, triant les lettres des informateurs. Lorsqu’Uslin Rikaido est parti pour Livadon avec certains membres des chevaliers, le travail a naturellement été réparti entre les chevaliers restés sur place.

Il a pris en charge le travail d’Elliot Caron sans trop y réfléchir, puis s’est rendu compte après coup qu’il avait de gros problèmes. Il était surpris de voir comment Elliot gérait une charge de travail aussi écrasante et n’avait pas entendu une seule plainte de sa part.

Elliot était chargé de superviser les armes stockées dans les entrepôts, tout en organisant et décodant les documents cryptographiques qui provenaient de toutes les parties du royaume. Il suivait également de temps en temps la progression des compétences des chevaliers. Gabel poussa un gémissement de douleur en regardant les codes griffonnés si grossièrement qu’ils en étaient méconnaissables. À l’époque où il était le deuxième meilleur chevalier du Seigneur Triden, il avait appris les codes militaires et les mathématiques, mais il n’était pas un étudiant très assidu.

Alors qu’il essayait de déchiffrer une lettre venant du nord, Gabel a fini par marmonner des grossièretés et jeter sa plume en signe de frustration. Il avait lu des parchemins toute la journée et sa tête lui faisait déjà mal. Si seulement il avait su que cela se produirait, il aurait rejoint l’expédition par tous les moyens.

“Je suis un chevalier, pas un érudit.” Il grommela en se levant de son siège et en ouvrant la fenêtre. Sans s’en rendre compte, le temps s’était sensiblement réchauffé. Peut-être que le temps de Livadon serait beaucoup plus chaud que celui d’Anatol. Alors que les visages de ses compagnons chevaliers marchant sous la chaleur torride en armure lourde défilaient dans son esprit, son mécontentement gonflé s’est atténué, l’anxiété prenant le dessus.

Ce n’est pas qu’il n’avait pas confiance dans les compétences de ses compagnons chevaliers, mais il n’y a pas de limite dans une guerre, une erreur peut faire exploser la tête de quelqu’un. Il avait été témoin d’innombrables situations avec ses compagnons chevaliers supérieurs, partageant de sombres situations de vie ou de mort. De plus, d’après les lettres de rapport des informateurs, la guerre ne semblait pas devoir se terminer dans un avenir proche. Il y avait une possibilité que Whedon ordonne des renforts supplémentaires.

Il a déplacé son regard vers l’extrême nord, son expression devenant sérieuse. À ce moment-là, il entendit frapper à la porte. Gabel s’est exclamé par-dessus son épaule.

“Entrez.”

“Pardonnez-moi cette intrusion.”

Lorsque la porte s’est ouverte, elle a révélé Kyle Hager, l’un des apprentis chevaliers de Hebaron Nirta. Gabel laissa échapper un soupir en voyant son expression morose, saisissant l’essentiel de ce qui s’était passé.

“Le Seigneur Nirta a encore disparu ?”

“Je ne l’ai pas vu depuis l’entraînement de ce matin.” Kyle haussa les épaules et poussa un soupir de lamentation. “Un entraînement pour les gardes généraux est prévu aujourd’hui. Il y a 300 gardes qui attendent sur le terrain d’entraînement, mais nous n’avons trouvé personne pour diriger l’entraînement…”

“Il n’y a personne d’autre que moi qui pourrait prendre la relève ?”

“Sir Calypse est sorti du château pour travailler sur le site de construction, le reste des chevaliers supérieurs sont également sortis pour patrouiller le long des murs. Sir Laxion ne peut pas s’en charger ?”

Gabel baissa les yeux sur la pile de parchemins posée sur son bureau. Il était un peu épuisé, mais il ne pouvait pas négliger ses devoirs. Il secoua la tête.

“J’ai un rapport important que je dois remettre au commandant avant ce soir. Demande à Brimann de te remplacer pour le moment. Il sera probablement à la tour de guet.”

“Sir Jacque Brimann ?” Kyle interrogea, le ton un peu confus, doutant qu’il soit correct de confier une formation stratégique à un chevalier qui venait d’être nommé récemment. “Sir Brimann n’a pas encore d’expérience dans la conduite d’une formation. Est-ce que ça ira ?”

“Cela servira de bonne expérience. Dis simplement à Brimann que je lui ai ordonné de le faire.”

“…Comme vous voulez.” Kyle hocha la tête à contrecœur et se retourna.

Gabel s’est senti désolé en voyant ses épaules tombantes et l’a appelé après lui. “Je vais me rendre dans la Grande Salle dans un moment. Si je trouve Hebaron par hasard dans la grande salle, je lui dirai de se rendre immédiatement sur le terrain d’entraînement.”

“S’il vous plaît, faites-le, ça me rendra un grand service.” Kyle dit d’un air suppliant, saisit la poignée de la porte et se retourna. “Ça va être difficile s’il continue à faire ça alors que Sir Rikaido n’est pas là.”

Lorsque l’apprenti est parti, Gabel s’est assis de nouveau devant son bureau et a commencé à organiser les parchemins. Tous ne contenaient que de mauvaises nouvelles. Il fit claquer sa langue, sortit un nouveau rouleau de parchemin pour écrire un rapport, et se leva. En sortant de la salle de conférence, il aperçoit Jacque sur l’estrade, qui débite un charabia et des instructions difficiles à comprendre.

Il fit claquer sa langue une nouvelle fois et se dirigea directement vers la Grande Salle. Alors qu’il montait les escaliers après avoir traversé les vastes jardins, il vit des serviteurs s’affairer à porter des charges dans le hall. Gabel s’apprêtait à passer devant eux sans réfléchir lorsqu’il aperçut soudain Maximillian debout à l’entrée de la cuisine en train de noter quelque chose, et il s’arrêta net.

Avant qu’il ne s’en rende compte, un sourire se dessina sur ses lèvres. Elle comptait les barils empilés sur le côté avec des yeux concentrés. En voyant qu’elle s’arrachait et tripotait inconsciemment ses cheveux, il a remarqué que quelque chose ne s’additionnait pas correctement.

Gabel a ravalé un gloussement qui lui montait à la gorge. Elle faisait souvent cela à ses propres cheveux, mais elle ne savait pas pourquoi ses cheveux étaient toujours emmêlés lorsqu’elle se regardait dans le miroir. Il se racla doucement la gorge puis la salua joyeusement.

“Salutations, ma dame. Le temps est plutôt agréable aujourd’hui, n’est-ce pas ?”

“B-bienvenue, Sir Laxion…”

Ses épaules ont tressailli de surprise, mais elle lui a rapidement adressé un sourire timide. Gabel conversa avec elle de manière amicale et jeta un regard attentif à sa robe de soie bleue.

“Votre robe vous va très bien. Allez-vous aller à l’infirmerie aujourd’hui ?”

“Aujourd’hui, c’est le jour où les… vivres arrivent. Je dois m’assurer que les marchandises sont l-livrées en conséquence…”

Elle lui montra le livre de comptes qu’elle tenait dans une main lorsqu’une soudaine inquiétude assombrit son visage.

“Est-ce que quelqu’un… s’est blessé ou a été blessé ? Qui a besoin de recevoir un traitement… ?”

“Non m’dame, je demandais juste par curiosité car vous allez à l’infirmerie depuis quelques jours.”

Un léger sourire se dessine sur ses lèvres. “J’ai beaucoup de travail à faire à l’infirmerie. Je n’ai aucune idée de la façon dont Ruth a réussi à faire tout le travail tout seul avant. Les jours passent vite… quand on fait des m-médicaments à base de plantes.”

Gabel a souri en voyant la lueur de fierté sur son visage. Cela lui rappelait la fois où elle s’était battue contre le commandant pour revendiquer sa place de guérisseuse du château. La vue de l’homme le plus fort du monde, Riftan Calypse, perdant contre une noble dame à l’apparence frêle, était vraiment inoubliable.

Il ravala le rictus qui commençait à se dessiner sur ses lèvres et essaya de maintenir une expression douce. “Nous mettons peut-être beaucoup de pression sur la dame.”

“Je… je suis heureuse d’être utile.” Elle répondit maladroitement, ses joues se teintant de rouge.

Il l’admirait et se sentait fier d’elle au point de presque lui donner une tape sur la tête. Gabel croisa les bras pour cacher ses doigts qui tressaillaient. C’était étrange, il n’aurait jamais pensé se sentir aussi à l’aise avec la fille du duc de Croix. Il fit un pas en arrière, se sentant un peu en conflit.

“Merci pour vos paroles. Eh bien, je dois prendre mon congé…”

“Madame, j’ai même vérifié dans l’entrepôt, mais les fûts ne sont toujours pas assez nombreux pour atteindre la bonne quantité.”

Au moment où il s’apprêtait à prendre congé, un serviteur se précipita vers elle en s’exclamant. Son attention fut rapidement attirée par le serviteur. Après avoir posé quelques questions au serviteur, elle a jeté un regard sévère à l’homme qui semblait être un marchand.

“Je suis tout à fait c-certain… les marchandises ont dû être livrées par erreur. Il y a quatre barils manquants.”

“Ce n’est pas possible. Nous les avons comptés plusieurs fois en chargeant les marchandises. Quelqu’un a dû voler quelque chose pendant que…”

Le marchand a réfuté avec une expression furieuse, mais il a vu les yeux des serviteurs qui le regardaient et a rapidement fermé sa bouche. Puis, il reprit la parole sur un ton légèrement plus respectueux.

“Le majordome a déjà vérifié les numéros, et ils correspondaient. Il doit être quelque part dans le château.”

“Les chiffres devaient être faux la… première fois qu’ils ont été comptés. On a déjà fait vérifier l’entrepôt cinq fois. Les fûts n’ont pas pu soudainement… s’évaporer de nulle part.”

Elle avait l’air assez féroce dans sa réponse. Un regard de déception se dessine sur le visage du marchand. Gabel se tenait debout sans rien faire et les regardait se disputer, puis il a décidé que ce n’était pas à lui d’intervenir, alors il s’est retourné. Une pensée soudaine lui traversa l’esprit et son dos se raidit. Il a jeté un coup d’oeil à travers les barils avec un regard suspicieux.

Un moineau peut-il simplement passer à côté d’un moulin ? (T/N : C’est un idiome coréen qui dit essentiellement que dans un moulin, il y a beaucoup de nourriture et qu’un moineau ne peut pas simplement passer à côté sans vouloir de la nourriture pour son propre intérêt).

Il leva un regard lointain vers le plafond puis, avec un gémissement douloureux, s’intercala entre le marchand et Dame Calypse.

“Est-ce que Sir Nirta est passé par hasard dans la grande salle cet après-midi ?”

Les yeux de Max se tournèrent pour le regarder avec une lumière nouvelle, puis elle tourna son regard vers les domestiques. Alors qu’ils échangeaient des regards, l’un des serviteurs ouvrit prudemment la bouche.

“Il s’est arrêté dans le hall aux alentours de l’heure du déjeuner. Après avoir pris un repas léger dans la cuisine, il est monté au deuxième étage…”

“A quelle heure les réserves de nourriture sont-elles arrivées dans le hall ?”

Le serviteur réalisa l’intention de ses soupçons et répondit en hésitant. “Vers l’heure du déjeuner…”

Gabel soupira et demanda aux servantes. “Où est passé ce type ?”

“Il est entré dans la plus grande chambre d’amis au deuxième étage.”

Gabel se dirigea directement vers les escaliers, Maximillian Calypse le suivit, ainsi que le marchand et quelques serviteurs qui aidaient à porter les marchandises.

Il pensait sauver la dignité des chevaliers et les faire fuir, mais voyant la détermination du marchand à connaître toute l’histoire, il y renonça. Il maudit intérieurement ce type qui se comportait comme s’il était leur ennemi alors qu’il montait les escaliers et faisait pivoter la porte d’un coup sec.

Comme il le supposait, Hébaron était en train de boire un grand coup. Gabel a grincé des dents en voyant un tonneau rouler sur le sol. Hebaron était assis nonchalamment devant une table et buvait, puis il leur fit un signe de la main, sans montrer le moindre signe de honte ou de choc.

“Heya, vous êtes tous venu comme des fantômes.”

Gabel a levé la voix sur lui, étonné. “Qu’est-ce que tu as fait en plein jour, en plus ? Tu as oublié l’entraînement des gardes d’aujourd’hui ?”

“Ah, oui.”

Les dents de Gabel se serrèrent plus fort à sa réponse désinvolte. “Qu’est-ce que tu veux dire, ‘Ah oui !’ ? Il y a beaucoup de travail à faire, mais un certain type appelé vice-commandant…”

“Mince, est-ce que tu joues maintenant le rôle de faire le mariole quand Rikaido n’est pas là ?” Hebaron a reniflé de manière audible. “Arrête d’être aussi bruyant et insensé, ça ne te va pas. Viens ici, assieds-toi. Le goût de cette boisson est juste…”

“Quels mots imprudents à dire dans une telle situation… !”

“Ehem.”

Gabel a fermé sa bouche au son de la toux envahissante. Le marchand se tenait debout près de la porte, regardant les quatre barils de liqueur sur le sol. Il a jeté un regard morne à Maximillian Calypse.

“Je pense que cela mettrait fin à la vérification du numéro des marchandises.”

“Ah…o-oui. Tout ce que j’ai commandé… semble être à la bonne place.” ( Ah bon… bonne place… )

Lady Calypse, qui savait plus où de mettre, griffonna sa signature sur le parchemin qui contenait la liste de ses commandes comme si elle avait été ramenée à la réalité. Ses joues rougissaient d’embarras devant l’interrogation sévère.

“Je m’excuse pour ce malentendu. Rodrigo… s’il vous plaît, payez un bon montant de compensation… à ceux qui ont apporté les marchandises.”

“Comme vous le souhaitez, Madame.”

Le marchand accepta le parchemin signé et le fixa dans ses bras, son expression semblant vouloir retenir son mécontentement. “Aucun mal n’a été fait. J’attends avec impatience notre prochaine transaction.”

“Bien sûr. J’espère que la prochaine transaction… se passera plus s-simplement.”

Lorsque le marchand prit la pochette contenant la compensation et partit, Dame Calypse congédia rapidement les serviteurs et referma la porte derrière elle comme pour cacher sa honte. Elle jeta un regard plein de ressentiment à Hebaron. Il sirotait tranquillement du vin, sans se soucier de l’agitation qu’il avait provoquée. Dame Calypse, qui l’avait regardé avec une expression interrogative, a immédiatement élevé la voix.

“Comment pouvez-vous prendre quelque chose de manière aussi délibérée… alors que le nombre de marchandises commandées n’avait pas encore été vérifié ! J’ai commandé ce vin… au cas où des invités importants arriveraient… et le boire tout seul comme ça… !”

“Je ne savais pas que madame pouvait dire quelque chose d’aussi décevant.” Hebaron posa son verre de vin et prit une expression triste. “Ce que vous dites, c’est que je ne suis pas une personne assez précieuse pour mériter un si bon vin.”

“Je ne veux pas dire ça comme ça… ce vin… je le gardais pour le servir quand des invités arrivent de loin… j’ai sincèrement commandé ce vin fin pour ce genre d’occasion. J’ai payé 6 denars par baril.”

Hebaron a ouvert de grands yeux comme s’il était choqué par le prix, puis a repris une expression sinistre. “En effet, c’est un gâchis que cette liqueur n’aille que dans ma bouche. Comment oserais-je boire du vin qui coûte six deniers par tonneau !”

“C’est pourquoi… Ce que je veux dire, c’est que…”

“Aaaah ! C’est ma faute de penser que M’dame sera ravie de me traiter bien ! Quelle chose présomptueuse pour moi de penser ! Un type comme moi ne mérite qu’une bière bon marché !”

s’écria Hebaron avec amertume. Gabel était abasourdi par le tour évident qu’il tentait de jouer. Cependant, Maximillian ne savait plus quoi faire de ce tour hilarant et ridicule.

“Ce n’est pas vraiment ce que je voulais dire. La dernière fois… les invités que nous avons accueillis étaient de la maison royale… J’ai entendu dire que le vin n’était pas à leur goût… alors j’ai commandé…”

“J’ai compris !” Hebaron a gazouillé.

Elle l’a interrompu d’urgence. “Puisque vous comprenez maintenant… s’il vous plaît… ne soyez pas comme ça. Si Sir Nirta aime ça… alors ça me fait plaisir aussi. S’il vous plaît… n’hésitez pas… à en avoir autant que vous voulez.” ( Maxi … tu t’es fait avoir … )

“Vous dites des mots si généreux… En effet, Dame Calypse est une personne très gentille.” Hebaron la regarda avec une expression légèrement touchée, puis se versa naturellement un autre verre de vin. “S’il vous plaît, la dame doit s’asseoir aussi. Je commençais à me sentir seul depuis que je buvais tout seul. Gabel, ne reste pas là et assie- ici.”

“Jacque Brimann reprend actuellement tob poste et dirige la formation. N’as-tu pas l’intention de te rendre sur le terrain d’entraînement pour le superviser ?”

“Le temps est venu pour lui de commencer à acquérir de l’expérience dans la conduite des entraînements. Il s’en sortira.” ( … même ivre il te sort des excuses logique )

Il ouvrit un nouveau tonneau, sans montrer la moindre culpabilité. Les yeux de Maximillian sont devenus plus sombres en le regardant. Hebaron fit simplement semblant de ne pas le remarquer et les exhorta avec désinvolture.

“Maintenant, venez et prenez un siège. Je n’ai jamais bu de vin aussi fin de toute ma vie. Madame doit y goûter aussi.”

“Je-je suis… c’est von. J’ai du travail à faire…”

“La dame travaille trop. Vous devez aussi vous détendre de temps en temps.”

Il a sorti une chaise et l’a placée à côté de lui, lui faisant un clin d’œil comme pour l’inciter à venir s’asseoir. Elle a regardé la vitre et la porte d’un air pudique, puis lui. En voyant son expression anxieuse, elle semblait se souvenir de l’incident où elle s’était enivrée au dîner de fête l’automne dernier, contrariant le commandant.

Gabel a frissonné en se rappelant ce jour-là. Hebaron Nirta devait être fou pour ne serait-ce que penser à donner un verre à la dame, même après avoir été traité si durement par le commandant. Il s’est assis à la table rapidement et a prévenu ses intentions.

“Arrête d’ennuyer la dame, je vais boire avec toi.”

“Tu m’ennuies ! Je voulais juste que la dame goûte à ce bon vin !”

Les yeux de Gabel s’écarquillèrent, se demandant si l’homme était déjà ivre. Il n’était pas déraisonnable pour lui d’atteindre cet état puisqu’il avait déjà vidé un tonneau entier à lui tout seul. Il secoua faiblement la tête.

“Ne bois pas trop. Si le commandant découvre ça, tu ne pourras même pas soulever tes propres os !”

“Le commandant est trop sévère. Ce n’est pas comme si c’était grave d’être ivre, mais il en fait tout un plat. Si j’étais toi, j’aurais déjà suffoqué à cause de ses restrictions.”

Il grommela en versant du vin dans un verre. Gabel a senti qu’il avait l’eau à la bouche à l’odeur douce et parfumée du vin. Ça avait l’air d’être une très bonne boisson. Il a froncé le nez en faisant semblant d’être réticent lorsque Hebaron lui a offert un verre. À ce moment-là, il a entendu une voix étonnamment froide.

“Ri-Riftan a juste… un fort sens des responsabilités.” Gabel a été surpris de voir comment elle pouvait parler sur un ton aussi froid. Puis, elle a repris la parole sur un ton plus ferme, comme pour défendre son mari. “C’est juste qu’il n’aime pas se soûler comme tout le monde.”

Hebaron grogne. “Ce n’est pas que le commandant n’aime pas être ivre, c’est parce qu’il ne peut pas. Il peut boire toute la nuit mais pas se soûler. Il y a eu cette fois où nous avons organisé une beuverie avec la princesse Agnès et où nous lui avons fait boire cinq tonneaux de bière pour le rendre ivre, mais son teint n’a pas changé, même un peu. Il n’est pas différent d’un monstre.”

Gabel la regarda en tenant le verre près de ses lèvres. Le visage de Maximillian Calypse s’est visiblement raidi. Elle a demandé d’une voix qui faisait semblant d’être nonchalante.

“Vous buviez souvent… avec les princes A-Agnès ?” ( Aïe, il a dit le mot qui fallait pas )

“Bien sûr. C’est naturel pour les personnes qui ont enduré de longues expéditions ensemble avec nous. La princesse aime traîner tout le temps, ne manquant jamais les soirées alcoolisées. C’est incroyable de voir la quantité d’alcool qui peut entrer dans son petit corps. Son Altesse Royale et le commandant sont toujours ceux qui durent le plus longtemps.”

Hebaron racontait l’histoire gaiement. Gabel a remarqué qu’il le faisait pour pousser Maximillian Calypse et a donné un coup de pied à sa jambe sous la table. La dame n’a pas dit un mot, puis a jeté un coup d’œil au tonneau de liqueur et s’est rapidement dirigée vers la table. Elle s’assit sur la chaise et leva le menton avec obstination.

“Je peux aussi boire autant.” ( Mouais… )

“Oh, vraiment ?”

Hebaron lui a demandé de manière provocante. Gabel lui a donné un nouveau coup de pied dans le tibia, mais Hebaron n’a même pas sourcillé. C’était comme s’il était tellement ivre qu’il était aussi terne qu’une pierre pour ne pas ressentir la douleur. Il a gloussé et lui a tendu un verre de vin plein.

“Allons-nous tester ?”

“Sir Nirta, fait attention aux conséquences…”

“Allons, allons, arrête de me harceler et goûte un peu. C’est une tuerie.”

Puis, il éclata de rire pour un rien et remplit à nouveau son verre de vin. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il s’est rendu compte que Nirta était plus ivre qu’il ne l’avait d’abord pensé. Gabel bondit de son siège et cracha un gémissement, prévoyant de l’attraper par le col et de le traîner dehors aussitôt, mais avant qu’il ne puisse mettre son plan à exécution, la dame engloutit le vin sans prendre une seconde pour respirer. Gabel a observé la scène avec stupéfaction.

La Dame Calypse, qui avait vidé son grand verre de vin en un souffle, tendit vigoureusement le verre vide à Hebaron. “Un autre verre s’il vous plaît.”

“Autant que la dame le souhaite.”

Hebaron a éclaté de rire et a récupéré le vin dans le tonneau. Elle a bu le deuxième verre, sans laisser une seule goutte de liquide. La situation évoluait maintenant vers quelque chose qu’il ne pouvait pas résoudre. Gabel regardait anxieusement Hebaron lui donner du vin à plusieurs reprises et elle le buvait entièrement en échange. Le visage furieux du commandant défila devant ses yeux.

Il lui traversa l’esprit qu’il vaudrait mieux quitter cet endroit en un instant et se sauver de l’horreur qui l’attendait, mais il se dit qu’il ne serait pas sage de laisser ces deux-là seuls. Gabel l’en dissuada d’un ton nerveux.

“Madame, vous avez trop bu. N’en faites pas trop et arrêtez maintenant…”

Elle lui lance un regard furieux. “Je n’en fais pas trop ! Je vais toujours bien. Tout ça, c’est rien.”

Gabel a tressailli et s’est penché en arrière. Contrairement à ce que l’on pouvait penser en la regardant, elle était très têtue. Elle approcha de nouveau le verre de ses lèvres et le but d’un trait.

“Hé, vous le prenez si bien. Je suis impressionné.”

Les compliments d’Hebaron lui ont fait prendre un air satisfait. Il semblait qu’elle était tellement ivre qu’elle ne se souciait même pas de l’étrangeté d’être heureuse d’être louée avec ce genre de mots. Son visage était aussi rouge que la couleur de ses cheveux. Si le commandant était témoin de cela, ce ne serait pas seulement Hebaron qui finirait en viande morte, mais lui aussi.

Gabel humidifia ses lèvres sèches, se rappelant l’instinct de protection aveugle du chef pour cette petite femme. Inconscient de ses paroles, Hebaron prononçait de temps en temps des bavardages sans queue ni tête.

“Je ne savais pas que la dame était une personne aussi audacieuse. Quand je l’ai vue pour la première fois, je pensais qu’elle était juste une femme calme et ennuyeuse.”

Le visage de Lady Calypse s’est assombri comme si elle était offensée par ses remarques sensibles et a rapidement rétorqué avec amertume. “Ma première impression de S-sir… n’était pas bonne non plus. Vous êtes incroyablement grand… vous avez un visage rugueux et votre voix est si forte…”

Hebaron grogne bruyamment et se serre la poitrine comme si elle lui infligeait une blessure mortelle. Elle afficha un large sourire, comme si elle était satisfaite de sa grande réfutation. Hebaron a gloussé à cette vue et lui a demandé avec désinvolture.

“Quelle a été votre première impression du commandant ?”

La dame a penché la tête sur le côté, comme si elle ne savait pas de qui il parlait. Puis, Hebaron ajouta rapidement à ses mots.

“Je veux dire Sir Calypse. Le commandant est presque aussi grand que moi et il a une expression effrayante. ”

Le front de Dame Calypse s’est plissé et a rassemblé ses sourcils comme si elle était en pleine réflexion, puis a rapidement répondu doucement.

“Ri-Riftan était aussi… effrayant.”

“Le commandant est plus beau que Sir Nirta. Cela ne peut pas être aussi mauvais que la première impression que ma dame a eu pour Sir Nirta.”

Gabel s’est précipité pour intervenir. Il voulait empêcher que cette situation ridicule ne mène à une discorde conjugale. Cependant, la dame secoua la tête, serrant le verre de ses deux mains.

“La vérité est que… plus que Sir N-Nirta… Ri-Riftan était tellement plus effrayant. Il n’avait aucune expression… Ses yeux étaient trop aiguisés… sa façon de parler… est rude…”

“Le commandant est assez autoritaire.” Hebaron est d’accord et riposte. “En fait, quelqu’un comme Uslin Rikaido, qui était mince et élégant, était plus populaire auprès des femmes que le commandant.”

“C-c’est pas vrai.” Elle le fixa comme si elle n’appréciait pas qu’Hebaron ose comparer Ritan à un autre homme. ” R-riftan est… des tonnes de fois plus fringant !”

“Mais la dame n’avait pas l’air d’aimer le commandant au début, non ?”

“C’est… parce que Riftan semblait me détester…”

Elle marmonne comme si elle était devenue muette et boit le reste de son vin. Puis, elle s’essuya la bouche et bégaya si mal qu’il ne put comprendre clairement ce qu’elle disait.

“C’est parce que c’est intimidant… la première fois que je l’ai vu… j’ai pensé qu’il était beau. Les serviteurs du château de C-croix… ont parlé de R-Riftan toute la journée. J’ai aussi jeté un coup d’oeil pour le regarder de loin à certains moments.”

Elle avoua brusquement, son cou devenant tout rouge. Cela l’embarrassait de la regarder. Dame Calypse approcha le verre de ses lèvres comme pour cacher sa honte, puis se rendit compte que le verre était vide et baissa à nouveau le bras. Hebaron prit son verre et le remplit à nouveau.

“Ah… Merci.”

Elle a de nouveau bu le vin jusqu’à la dernière goutte. Hebaron, qui la regardait, demanda d’un ton pensif.

“Le commandant était-il au goût de la dame ?”

Maximillian Calypse a cligné des yeux comme si elle était totalement ivre et a lentement secoué la tête. “Je ne suis pas sûre. Je pensais qu’il était fringant… mais il avait l’air effrayant de près… ça me rendait nerveuse… quand j’ai entendu que j’allais… l’épouser… j’ai voulu m’enfuir. Parce qu’il avait l’air d’une personne violente…”

“C’est vrai, le commandant est impitoyable envers ses ennemis mais il n’a jamais été cruel envers les faibles.”

Gabel a rapidement réfuté. Elle a hoché la tête avec empressement et a attrapé son verre. Le vin se renversa, tachant de rouge ses vêtements de soie, mais elle ne semblait plus en avoir conscience. ( Elle est complètement cuite… )

“Je le sais aussi. M-maintenant… Je me suis rendu compte… que j’avais mal compris à l’époque. Ri-Riftan est… b-bon… g-gentil… bien sûr… quand il se met en colère, c’est effrayant… mais il ne se met en colère que parce qu’il s’inquiète pour moi. Parfois… ça fait du bien de ressentir ça…”

Puis, elle a soupiré nerveusement et a pris une autre gorgée de son vin. Ses lèvres se sont adoucies comme si toute la tension qu’elle avait retenue s’était relâchée. “M-maintenant… Je ne pense pas qu’il soit aussi effrayant que je le pensais avant. Étonnamment… il a beaucoup de côtés mignon…”

Gabel a recraché le vin qu’il était en train de boire. Hebaron, qui avait été baptisé par son vin, cracha des injures, mais elles ne semblèrent pas atteindre ses oreilles. Il a demandé en retour, doutant de ce qu’il venait d’entendre.

“Le commandant est… mignon ?”

Il n’en revenait pas qu’on utilise ce genre de description pour un homme de plus de 6 kvets (180 cm) et 1 henge (12 cm) de haut, la bouche pendante et vide. ( mdr tu t’y attendais pas mdr )

La dame gémit et s’exclama. “Quand il dort, il est très beau. C’est mignon quand l’arrière de ses cheveux dépasse… Ses paupières sont lisses et détendues quand il dort, il n’a pas l’air si effrayant… Il a l’air plus jeune que d’habitude…”

Dame Calypse a trituré et tordu ses cheveux de manière honteuse en exprimant ses mots. “Et… récemment, j’ai remarqué… que ses cheveux sont légèrement séparés sur la droite… Je trouve que c’est très joli.”

La bouche de Gabel continue de rester ouverte. Il était sincèrement inquiet qu’elle ait pu devenir folle à force de boire. Hebaron et lui partageaient le même visage ahuri.

“C’est beau que ses cheveux soient séparés sur la droite ?”

“Une raie sur le côté gauche, ça ne va pas le faire !” Elle s’exclame avec enthousiasme. “Le côté gauche ou le milieu… il faut une légère raie à droite !”

Il était tellement sans voix que ses lèvres n’ont fait que tressaillir. Il se demandait pourquoi il écoutait soudainement l’histoire de la séparation des cheveux de son commandant, mais Maximillian Calypse ne s’est pas arrêté là.

“Et… quand il est n-nerveux… il essuie ses cheveux comme ça… c’est adorable… ses mains sont si grandes et chaudes. Quand je les tiens, je me sens bien… et sa voix est si grave… que c’est agréable de l’écouter…”

Les oreilles de Gabel sont devenues rouges et il a regardé la porte avec des yeux inquiets. Pourquoi est-ce que j’écoute une confession aussi embarrassante ? Il s’est déplacé sur son siège, mais elle ne semblait pas vouloir arrêter la torture qu’elle leur faisait subir.

“Et la tête qu’il fait quand il sourit… c’est tellement fringant. En fait… bien qu’il fasse une impression cool… et qu’il ait l’air effrayant… Ri-Riftan est plus fringant quand il sourit comme ça.” ( Mdr quand on est bourré, on peut dire des conneries à foison, ou dire ce que l’on veut pas dire mais ce qui est ce que l’on pense vraiment )

“…….”

“Et… sa poitrine… est si large… quand il me serre dans ses bras… ça fait tellement de bien…”

Soudainement, Maximillian Calypse, qui parlait jusqu’à ce point, s’est soudainement tu. Gabel, qui était perdu dans son embarras, a soudainement sauté de son siège, sursautant lorsqu’il a vu son visage devenir pâle. En titubant, elle s’est brusquement recroquevillée sur la table.

“M-m’dame !”

Il a saisi ses épaules avec hésitation. Son cœur battait très fort, inquiet que quelque chose de mal lui soit arrivé pour avoir bu excessivement.

Sérieusement, j’en ai marre de cette satanée personne. Gabel jeta un regard à Hebaron, qui était devenu aussi abasourdi que lui, et s’empressa de serrer la dame dans ses bras pour soutenir sa silhouette. Puis, il entendit soudain un petit ronflement et baissa son regard vers elle. Bien qu’elle paraisse pâle, elle avait une respiration régulière et un pouls normal.

“…on dirait qu’elle s’est endormie après avoir trop bu.”

Gabel stabilisa sa silhouette en l’étreignant pour la soutenir et laissa échapper un soupir essoufflé.

“Si le commandant est témoin de cela maintenant, il ne nous accordera pas une mort paisible.”

Même à sa menace, Hebaron gloussa, pas découragé du tout. “Alors nous devrions détruire les preuves avant qu’il ne revienne. Vite, la dame…”

“Répondez… Que comptiez-vous faire de ma femme ?” ( Aïe aïe aïe… monsieur mignon arrive mdr )

La température de la pièce semblait être descendue en dessous de zéro en un instant. Ils sont devenus raides et étaient à peine capables de tourner la tête pour regarder. Riftan Calypse se tenait debout avec une expression ressemblant à un lion sorti tout droit des fosses de l’enfer.

Gabel déglutit sèchement. Ses yeux noirs fixent les tonneaux qui roulent sur le sol et la table en désordre, avant que son regard ne se déplace et ne se fixe sur sa femme inconsciente qui est bercée dans les bras de Gabel. Il entendit un horrible grincement de dents qui lui arracha les cheveux.

“Vous allez expliquer ce qui s’est passé ?”

“Une boisson fine est arrivée, et nous l’avons partagée ensemble… hahaha.”

Hebaron a gloussé bruyamment comme s’il essayait de dissimuler la situation. Le regard du commandant s’est encore assombri. Il a marché sinistrement d’une manière lente et a arraché Maximillian Calypse des bras de Gabel. Ce dernier, troublé par son attitude hostile, commença à trouver des excuses.

“J’essayais juste d’amener la dame dans sa chambre parce qu’elle s’est endormie !”

“Alors, pourquoi avez-vous fini par boire avec ma femme jusqu’à ce qu’elle s’évanouisse ?”

Gabel n’avait pas du tout l’intention de défendre Hebaron, il n’a donc pas hésité un seul instant et l’a désigné du bout du doigt. Riftan a serré ses bras autour de la femme et a jeté un regard furieux à Hebaron comme s’il était sur le point de le tuer.

“Es-tu fatigué de vivre, Nirta ?”

“Nous étions juste en train de construire notre amitié autour de quelques verres, tu réagis de manière excessive…”

Hebaron, qui huait légèrement, s’est immédiatement tu en voyant le visage de Riftan, dont la colère se déformait plus violemment à chaque seconde.

Au moins, tu sais quand te taire. s’exclame Gabel intérieurement. Riftan les fixa dans un silence farouche et serra les dents.

“Tous les deux, tenez-vous prêts sur le terrain d’entraînement. On va tester jusqu’où va cette amitié de conneries.”

“C-commandant, je suis….”

Gabel a essayé de plaider, mais il s’est retourné sans même écouter. Bien qu’il soit en colère jusqu’au bout de la tête, il se déplaçait prudemment comme une eau qui coule, de peur que sa femme endormie ne se sente mal à l’aise.

On est de la viande morte, c’est sûr.

Gabel fixait distraitement l’arrière de leur commandant, puis envoyait immédiatement un regard plein de ressentiment vers Hebaron. Il semblait qu’il n’était pas encore totalement réveillé, en fait Hebaron souriait, ne comprenant pas totalement la situation.

“Cela fait un moment que je n’ai pas eu de véritable combat à l’épée avec le commandant. C’est inattendu.” ( … il va te défoncer façon carpette )

Il fixa Hebaron en attrapant l’épée qu’il avait précédemment enlevée. Gabel se promit de ne plus jamais se mêler de quoi que ce soit avec ce salaud et Nirta s’exclama comme s’il faisait exprès de le contrarier.

“Maintenant, allons faire un petit match avec le mignon Sir Calypse dont les cheveux sont légèrement séparés sur la droite !” ( … tu veux mourir ? )



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 44 Menu à suivre...