Sous le Chêne Histoire de Riftan | Under the Oak Tree Riftan Story
A+ a-
Chapitre 43

Riftan n’a pas manqué l’occasion et a conduit son cheval à une vitesse rapide, coupant la jambe massive d’un géant. Alors que le géant, qui faisait au moins 15 kvet de haut, titubait et s’effondrait sur le sol, les autres chevaliers le suivirent férocement et plantèrent des lances dans les poitrines des géants.

Il se plaça derrière les défenses et demanda aux soldats qui attendaient de récupérer les javelots, puis se précipita directement vers l’autre ogre. Le géant, qui faisait plus de deux fois sa taille, vola vers lui à une vitesse terrifiante. Riftan manqua de peu la masse qui frôla sa tête et planta son épée dans les côtes de l’ogre. Le géant grogna bruyamment et leva ses bras d’acier vers le ciel, mais avant que l’attaque ne l’atteigne, l’énorme tête du géant vola dans les airs.

“Le commandant ne doit pas avoir tout le plaisir !” Hebaron a brandi une épée aussi haute que lui et s’est exclamé.

Riftan s’écarta rapidement, évitant le corps de l’ogre qui s’effondrait. Lorsque le géant tomba contre le sol, la terre trembla et des tas de pierres roulèrent le long des parois rocheuses. Il ordonna à Talon de battre en retraite et scruta rapidement les environs. Les soldats avaient déjà récupéré tous les javelots sur les cadavres de l’ogre et les avaient réinstallés sur les arbalètes. Après avoir ordonné aux chevaliers de se disperser une nouvelle fois, Riftan fit signe à ses soldats.

“Feu !”

Des dizaines de javelots volèrent dans les airs et se logèrent dans les corps massifs des monstres. Alors que les géants dévalaient la pente de la crête en titubant et en roulant, les chevaliers chevauchaient leurs chevaux comme le vent, décapitant les monstres d’un seul coup. Enfin, trente-quatre énormes ogres étaient étendus contre des tas de rochers et leurs pas lourds et leurs rugissements puissants, qui faisaient trembler les montagnes comme des tremblements de terre, avaient cessé.

Riftan enleva son casque taché du sang des monstres et traversa vivement la vallée, maintenant plongée dans le silence. Bien qu’il n’ait pas senti d’autre danger tout de suite, on ne pouvait pas savoir quand d’autres monstres allaient déferler pour s’attaquer aux corps de ces monstres en sentant le sang. Il s’est exclamé aux soldats.

“Dépêchez-vous et récupérez les armes ! Nous allons partir d’ici à l’instant même !”

Les chevaliers restèrent vigilants pendant que les soldats chargeaient les arbalètes dans les chariots et récupéraient des armes telles que des javelots, des masses et des bolas à chaîne.

Les sourcils de Riftan se froncent tandis qu’il regarde le ciel brumeux et nuageux. Le temps dans les montagnes était capricieux et imprévisible, il aurait été préférable qu’il pleuve abondamment, leur permettant de se reposer un moment sans se soucier des monstres. Mais seul un temps humide et nuageux a plané au-dessus d’eux de façon continue pendant plusieurs jours.

Riftan inspira fortement, remplissant ses poumons d’air glacé et humide, et remit son épée dans son fourreau. Talon semblait lui aussi fatigué par cette marche interminable. Il tapota la nuque du cheval qui tapait nerveusement des pieds, puis se remit en marche avec l’armée. Les soldats le suivirent sans un mot.

Une atmosphère lourde plane sur eux. Cela faisait déjà plusieurs mois que la recherche du repaire du dragon avait commencé à grande échelle, mais aucun résultat significatif n’avait été obtenu, au contraire, cela n’avait fait que diminuer leur armée.

Riftan cachait son agitation en comptant le nombre de chariots restants. L’expédition était en grande difficulté : une partie de leurs réserves de nourriture avait été détruite par les attaques incessantes des monstres et on ne savait pas quand leurs réserves seraient réapprovisionnées par les troupes de soutien, pour lesquelles ils avaient laissé des marques afin d’être localisés par elles.

Il devait faire quelque chose et a donc décidé de motiver ses soldats, en criant d’une voix puissante et en accélérant sa vitesse. “Nous pourrons nous reposer une fois que nous serons sortis de cette vallée ! Gardez le moral pour un peu plus longtemps !”

Riftan fronça les sourcils, sentant le moral de l’expédition baisser. Les soldats tenaient bon, mais la faim et la fatigue les tenaillaient. La chasse était rare dans les régions alpines des montagnes de Lexos, et ils avaient livré quinze batailles au cours des semaines, survivant avec du pain rassis, de la viande séchée et du fromage pour apaiser leur faim.

Seule une poignée d’hommes était capable de dormir plus de cinq heures d’affilée par jour. Même lui pouvait à peine fermer les yeux lorsqu’il s’allongeait sur le sol froid comme la pierre et que les vents froids soufflaient férocement. Les soldats qui ramassaient les corps des hommes qui avaient péri dans les attaques de monstres murmuraient souvent avec des voix pleines d’envie et de chagrin.

“Que vous reposiez en paix…”

Riftan a regardé le ciel d’un air sinistre. Il aurait été préférable que la pluie tombe d’un seul coup. La pluie apportait un autre type de souffrance, mais ils pouvaient au moins se reposer sans s’inquiéter de l’attaque des monstres. Cependant, comme si les cieux se moquaient de ses espoirs, les nuages se sont progressivement dissipés, permettant à un soleil brumeux de briller au-dessus d’eux. Riftan cracha des blasphèmes et accéléra sa vitesse.

Puis Caron, qui jetait un coup d’œil aux derniers rangs, courut vers l’avant et cria. “Commandant en chef ! Les derniers rangs commencent à être à la traîne.”

“Ils doivent tenir jusqu’à ce que nous sortions au moins de cette vallée.” Riftan expira de manière décisive et fila à travers les rochers.

Après quelques heures de voyage, la vue ombragée des montagnes de Lexos s’ouvrit enfin, leur permettant de voir clairement le paysage. Riftan grimpa sur un rocher et regarda les chaînes de montagnes escarpées, bordées de roches grises et de conifères vert foncé. Ils avaient grimpé si haut dans les montagnes qu’un nuage de brume s’étendait sous leurs pieds comme un tapis de laine et les sommets ciselés des montagnes étaient juste au-dessus d’eux. Combien de sang avait été versé juste pour passer cette douzaine de pics ?

“Commandant en chef, il nous reste encore beaucoup à faire ?”

“Encouragez les soldats. Nous allons faire une pause là-bas.”

Riftan désigna la forêt de l’autre côté de la large route. Gabel plissa les yeux comme pour mesurer la distance, puis remit son cheval en route vers les rangs. Lorsqu’ils atteignirent enfin un endroit sécurisé, Riftan ordonna à ses hommes de se reposer et aux chevaliers de scruter la zone.

“Il n’y a aucun signe de monstres.”

“Montez les tentes et faites un feu, mettez des gardes en poste. Nous allons nous reposer ici pour aujourd’hui.”

“Cela vous convient-il ?”

“Il serait déraisonnable de poursuivre les recherches au-delà d’ici de toute façon. Notre priorité pour l’instant est de survivre jusqu’à l’arrivée de la troupe de soutien.”

Pendant que les chevaliers accrochaient des cordes auxquelles étaient attachées des cloches un peu partout dans les environs pour sentir toute attaque, les soldats sortaient des chariots des perches et des tissus doublés de bitume pour construire un camp temporaire. Riftan descendit de son cheval et enleva la selle et ses bagages après avoir inspecté les environs assez minutieusement. Talon hennit et secoue son cou.

“Tu tiens bien le coup.” Riftan caressa doucement la magnifique nuque de son destrier et le conduisit vers les buissons, afin que son puissant allié puisse brouter de l’herbe fraîche.

Après quelques semaines, les soldats se sont finalement reposés, alors ils ont tous enlevé leurs lourdes armures et leurs casques, puis se sont assis autour du feu de joie en bavardant. Au-dessus du feu, ils ont préparé un ragoût d’herbes, de viande séchée, de pommes de terre séchées et de pain rassis dans de grandes marmites, puis ils se sont assis sur leurs couvertures, qui étaient devenues noires de poussière, et ont commencé à creuser.

“Commandant, fais une pause et viens t’asseoir par ici. Tu n’as pas pu te reposer correctement pendant tout ce temps.” Hebaron, qui était assis près du feu en train de manger une soupe, s’exclama d’une voix rauque.

Uslin, qui était assis tranquillement à côté de lui, a marmonné avec colère. “C’est commandant en chef. Jusqu’à quand vas-tu arrêter de l’appeler commandant ?”

“Commandant, commandant en chef, peu importe, c’est la même chose.” Hebaron a grogné et plongé sa tête dans son bol.

Riftan s’est assis entre eux et a pris sa part de nourriture sans aucune hésitation. Lorsque la soupe chaude pénétra dans sa gorge, il eut l’impression que son corps fondait malgré le vent froid. Ils dévorèrent la soupe comme un festin, même si elle était fade et mal assaisonnée.

Alors qu’il assouvissait sa faim, ses oreilles sensibles perçurent le faible tintement d’une cloche. Riftan se leva de son siège et saisit la poignée de son épée, et les autres chevaliers se levèrent également de leur siège.

“Bon sang, on ne peut même pas se reposer une seconde. Cette putain de montagne de pierre !” Hebaron portait son casque et crachait toutes sortes de blasphèmes.

Riftan ordonna aux hommes de se préparer au combat et grimpa sur le dos de Talon sans même monter de selle, puis courut vers le son de la cloche. Cependant, ce n’était pas des monstres qui émergeaient des arbres, mais des soldats vêtus de vêtements portant l’emblème royal de Whedon. Le soulagement lui parcourut l’échine et les soldats qui le virent crièrent.

“Nous avons trouvé les troupes de l’expédition de recherche !”

Riftan passa à travers les arbres et contempla les pentes. Le long des sentiers de la montagne, il y avait des soldats en rang, portant le drapeau de Whedon. Les troupes de ravitaillement étaient arrivées.

“Avec leur arrivée, nous allons pouvoir souffler un peu.” Eliot, qui le suivait, poussa un long soupir.

Riftan hocha la tête et remit son épée bâtarde dans son fourreau. “Allez chercher les provisions.”

Les soldats se levèrent volontiers de leurs repos et allèrent aider à porter les charges apportées par les troupes d’approvisionnement. La princesse Agnès, qui était accompagnée de l’armée royale, se dirigea à cheval vers eux, sa cape vert foncé ondulant au vent.

“Cela fait longtemps.” Elle a regardé les visages des chevaliers et a souri de soulagement. “Tout le monde a l’air bien, on dirait que nous ne sommes pas arrivés en retard.”

“C’était plus tard que prévu.” Riftan rétorqua sans ambages en descendant de son cheval. “Est-ce que les marques que nous avons laissées pour vous mener à nous ont été effacées pendant que vous nous localisiez ?”

“Nous avons été contactés par les troupes d’exploration de l’Est alors que nous étions en route, ce qui nous a mis en retard, nous devions enquêter sur quelques sujets.”

“Ont-ils découvert quelque chose ?”

La princesse hocha la tête en réponse à la question de Gabel. “Je pense que nous avons trouvé l’endroit où est installée la formule magique qui crée les barrières entourant les Monts Lexos.”

Riftan plissa les yeux devant cette vague explication. “Qu’est-ce que tu veux dire par “tu penses” l’avoir trouvé ?” ( Oui, il tutoie la princesse, vous comprendrez pourquoi )

“Les chevaliers sacrés d’Osyria avaient trouvé une formule magique qui semble former la moitié des barrières installées à l’est. Après que les sorciers d’Alex aient inspecté la magie, ils ont théorisé que l’autre moitié de la formule magique est très probablement installée dans une zone exactement symétrique. Il a fallu plus de temps que prévu pour trouver leur emplacement et rencontrer les chevaliers d’Osyria.”

La princesse descendit de son cheval brun-roux en s’expliquant rapidement, mais Riftan avait une lueur de prudence dans les yeux. Deux ans s’étaient écoulés depuis qu’il avait commencé à errer dans les montagnes de Lexos. Après avoir entendu qu’ils avaient enfin une chance de localiser le repaire du dragon, Riftan a senti tout son corps se tendre. Une fois les barrières levées, ils pourraient trouver le repaire du dragon plus facilement avec l’aide de la magie de pistage des sorciers. Comme si elle avait lu l’expression sinistre sur le visage de Riftan, elle a souri légèrement et a parlé.

“Reposons-nous et partageons les détails plus tard. Nous sommes tous épuisés d’avoir fait tout ce chemin.”

Riftan regarda son visage rougi et trempé de sueur et se détourna sans un mot. Le ciel avait soudainement pris une teinte violette. Agnès et les sorciers ont installé des boucliers pour empêcher les monstres de s’approcher de leur camp, puis ont demandé aux soldats de monter leurs tentes. Les soldats portaient aussi constamment des tonneaux, des fruits secs, de gros morceaux de viande, de la farine et du beurre provenant des provisions. Les coins des lèvres des chevaliers se sont relevés : cela faisait longtemps qu’ils n’avaient pas vu une telle abondance sur les réserves de nourriture.

“Cela fait si longtemps que je n’ai pas bu un verre !” La voix rauque d’Hebaron résonnait bruyamment.

Riftan tenta de lui dire de ne même pas rêver de boire de l’alcool, mais se mordit les lèvres. Le moral des troupes avait pris un coup dur à cause de leur errance sans fin et sans relâche, ne sachant pas quand ils allaient perdre la vie à cause d’une attaque soudaine de monstre, alors une petite récompense devrait d’une certaine manière remonter le moral de l’expédition. Riftan les autorisa à se régaler de nourriture grasse et à boire de l’alcool, mais les gardes de service ne devaient pas être ivre.

“Abstenez-vous de boire jusqu’à ce que vous perdiez la raison. J’espère que personne ne perdra bêtement la vie parce qu’il a trop bu en cas d’attaque soudaine.”

Malgré son avertissement sévère, les sourires sur les visages des chevaliers ne disparurent pas. Ils méritaient cette récompense, car depuis deux ans, l’expédition leur faisait mener une vie plus sobre que celle des moines. La simple dégustation d’une bière acidulée, de pain beurré et de viande grasse leur donnait l’impression d’avoir atteint le paradis.

Riftan s’est amèrement assis près du feu. Naturellement, la princesse Agnès s’est assise en face de lui et lui a demandé où en était l’expédition de recherche. Il s’est trempé les lèvres de vin et lui a donné une réponse simple.

“Nous n’avons trouvé aucun autre indice particulier à part le labyrinthe situé au centre. D’après les observations de notre sorcier, il semble que le dragon utilise la magie pour contrôler les monstres sub-raciaux. La zone était infestée d’ogres, de golems, et est dense en morts-vivants.”

La princesse Agnès jeta un regard à Ruth, qui piquait le feu de joie dans un coin, et fit une remarque sarcastique. “Peut-être que le magicien du seigneur a manqué quelque chose ? Il aurait pu découvrir quelque chose de plus s’il avait enquêté davantage sur ce labyrinthe.”

“Vous êtes trop sévère.” Hebaron arriva avec un énorme tonneau posé sur ses épaules et s’affala pour s’asseoir devant le feu de joie. “Que lui resterait-il s’il n’avais pas ces talents de magicien ?”

“Au moins, il me resterait une silhouette élancée, une beauté splendide et un esprit vif !”

Le sorcier a laissé échapper un gémissement audible. La princesse Agnès jeta un regard froid et méprisant à Ruth et s’assit en lui tournant le dos, faisant comme s’il n’existait pas. Riftan posa une question en prenant la tasse qu’Hebaron lui offrait.

“Où se trouve la formule magique qui forme les barrières ?”

La princesse Agnès a sorti une carte et l’a étalée sur le sol. “Ici. Il est plus probable qu’elle soit située à mi-chemin de la montagne la plus à l’ouest.”

“Nous devrons revenir un peu en arrière par rapport au chemin que nous avons emprunté.”

Riftan jeta un coup d’œil sur la carte, dessinant un itinéraire dans sa tête pour évaluer approximativement la durée du voyage. Il allait leur falloir environ deux semaines pour atteindre ce point.

“Dès que les barrières seront complètement levées, des renforts seront envoyés de tout le continent. La Tour des Sorciers a également promis d’envoyer un nombre généreux d’archimages. Ils installeront des barrières magiques autour des chaînes de montagnes pour empêcher le dragon de s’échapper.” La princesse désigna diverses parties de la carte avec une branche d’arbre.

“En ce moment même, les sorciers de la Tour des Sorciers installent des formules magiques dans différentes parties des chaînes de montagnes pour perturber le flux de mana, dans l’intention d’affaiblir les pouvoirs magiques de Secto. Les sept royaumes ont mis en place un front uni pour tenter de vaincre le dragon en profitant de ses pouvoirs affaiblis. Comme tu le sais, la sous-espèce des dragons possède une forte immunité magique, ce qui les rend résistants à toute attaque magique. Un dragon serait probablement cent fois plus résistant à la magie. Lorsqu’une bataille à grande échelle commencera pour soumettre le dragon, les sorciers seront relégués à l’arrière-garde tandis que les maîtres d’épée et les grands prêtres capables de lancer de la magie divine seront les forces principales. Les Chevaliers Remdragon seront également au premier rang.”

“Je me suis préparé à cette situation.” Riftan répondit avec sang-froid et but l’ale d’un seul trait. “Combien d’autres renforts vont arriver ?”

“Environ mille et deux cents personnes…”

“Seule la moitié d’entre eux resteront une fois que nous aurons atteint le repaire Dragon.”

Le visage de la princesse s’assombrit à sa remarque cynique. Il fallait des fonds et des effectifs énormes pour soutenir leur expédition à long terme, les monarques de chaque royaume limitaient également l’envoi de forces d’élite et compensaient en envoyant des mercenaires et des criminels. La plupart d’entre eux n’ont pas été en mesure de supporter l’extrémité de l’expédition et ont déserté ou sont morts au combat par manque de compétences. Moins de la moitié des membres de l’expédition avaient des capacités réel.

Bien qu’Agnès le sache bien, elle a marmonné ses mots comme pour trouver une excuse. “Les seigneurs ont également du mal à empêcher les monstres de descendre les montagnes de Lexos. L’unité de Whedon sera ébranlée si nous publions un ordre d’appel ou si nous collectons davantage de taxes.”

“L’ensemble du continent occidental sera damné si nous ne vainquons pas le dragon.”

La princesse n’a pas soulevé d’autres objections et s’est tue. Riftan a détendu son expression sévère. Le fait que la princesse, qui était un membre de la famille royale, soit allée mener seule une armée en expédition, signifiait que les royaux de Whedon déployaient tous leurs efforts. Le problème, c’est que les seigneurs étaient occupés à se refiler le fardeau les uns aux autres.

Riftan serra les dents, se rappelant le visage rusé du Duc de Croix. Cependant, sa colère se dissipe rapidement à chaque fois qu’il pense à lui, car il se souvient de la femme qui apparaît inévitablement dans son esprit en même temps que lui. Un étrange sentiment de vide prenait alors la place de sa colère. Riftan réprima l’envie de lui demander si elle allait bien : tout ce qu’il avait entendu d’elle après son départ était qu’elle n’avait pas d’enfant.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 42 Menu Chapitre 44