Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Livre 2, Chapitre 12 – Le devoir du soldat

Barb n’était pas une mauviette, mais son rôle de chasseur de démons était nouveau. Elle avait émis un nouveau grognement. Cependant, ce second chasseur de démons pouvait apparaître et disparaître à volonté, tout en forçant le sable à répondre à ses besoins. Cela signifiait qu’il avait au moins quelques reliques sur lesquelles s’appuyer.

Pour un chasseur de démons débutant, une tige d’exorciste était considérée comme un trésor. L’homme masqué en avait plusieurs, donc la pensée conventionnelle suggérait qu’il n’était pas un chasseur de démons typique.

En repensant à ses rencontres avec l’ordre, Buzzard avait remarqué qu’un chasseur de démons novice accompagnait souvent un membre plus âgé. Après quelques missions, le novice aurait acquis la formation et l’expérience nécessaires et pourrait alors se lancer seul. Il s’agissait essentiellement d’une relation élève-enseignant. Cet homme masqué était-il le chasseur de démons le plus expérimenté ?

Buzzard pouvait sentir la puissance de son adversaire. Il était plus faible qu’il ne l’aurait cru, mais il avait manifestement une plus grande expérience. Un novice utilisait son pouvoir de façon sauvage sans se soucier de la préservation, alors que quelqu’un de plus expérimenté savait utiliser sa force limitée au meilleur moment possible. L’homme masqué avait cette connaissance.

La nouvelle était passée par la base qu’un chasseur de démons influent était récemment arrivé. Son premier ordre du jour aurait été de harceler un contingent de soldats. Était-ce le même homme ?

Cela n’avait pas d’importance pour l’instant. Il était blessé et devait s’enfuir.

Cloudhawk était assez proche pour bien voir l’apparence de l’homme au nez crochu. Bien sûr, c’était Buzzard, l’homme de Dark Atom. Il n’avait pas le choix. Un moment d’hésitation pourrait signifier le désastre dans un combat comme celui-ci. Bien qu’il n’ait aucune envie de combattre l’organisation rebelle, il ne pouvait pas se retenir ou faire preuve de pitié. Il appuya sur la gâchette et laissa l’arbalète cracher un flot incessant de projectiles mortels. L’un après l’autre, les carreaux compacts avaient été placés et tirés.

Buzzard esquiva du mieux qu’il put mais en prit deux autres dans la cuisse.

Sept carreaux s’échappèrent. Ils étaient assez puissants pour traverser une personne. Cependant, Buzzard avait du cuir solide sous ses vêtements d’extérieur. Cela, en plus de son physique robuste issu d’années d’entraînement physique, faisait que les flèches s’arrêtaient lorsqu’elles se prenaient dans son muscle dur. Aucune ne pénétrait assez profondément pour blesser ses organes.

Elles n’avaient pas été fatales, mais cela ne signifiait pas que les carreaux étaient inefficaces. Les toxines paralysantes qui les recouvraient étaient déjà présentes dans son système. Il pouvait sentir un engourdissement s’installer. Tout près, un cri lui parvint à l’oreille. Il avait été émis par l’homme à la grande épée qu’il était venu sauver.

Il avait également été touché, et le poison avait fait des ravages. Son esprit bougeait lentement et sa capacité de réaction s’était émoussée. Il avait l’impression d’essayer de se déplacer dans une boue épaisse. Comment pouvait-il se protéger du capitaine et de Squall s’il pouvait à peine bouger ?

Thud !

Il tomba au sol. Le capitaine l’avait suivi en le décapitant avec son glaive. Sa tête roula, regardant dans le vide avec des yeux vitreux. Buzzard l’avait vu et avait reculé, cherchant un moyen de s’échapper alors que Squall et le capitaine se tournaient vers lui. Barb s’était également relevée, la tige d’exorciste à la main. Avec Cloudhawk, cela faisait quatre contre un. Il était entouré de tous côtés.

Cloudhawk ne s’était pas pressé de continuer le combat. Sa voix était froide alors qu’il parlait à travers le masque. « Buzzard, rends-toi. Il est inutile de continuer le combat. »

Il n’avait aucune rancune envers Dark Atom. Il ne voulait pas offenser des alliés potentiels s’il n’était pas obligé de le faire. Si Buzzard se rendait, il pourrait peut-être trouver un moyen de le laisser partir sans que personne ne le sache. C’était mieux que de brûler entièrement le pont.

« Patron Buzzard, courez ! »

Une silhouette portant de nombreuses blessures traversa un cercle de soldats. Son abdomen était déchiré, et ses entrailles avaient commencé à se répandre, mais il continuait à se battre avec une folie furieuse. Il ouvrit sa cape pour révéler un gilet qui était couvert de morceaux de tuyau.

Tels étaient les hommes recommandés par le vieil homme. Ils étaient blessés, mourants et entourés par l’ennemi. Mais, la cruauté du feu ne connaissait aucune morale, et ils mourraient avec leurs ennemis s’ils devaient en arriver là.

Le capitaine de la garde et Squall étaient sous le choc. Cela donna à Buzzard juste assez de marge de manœuvre pour bondir sur le plus faible de ses adversaires, Squall.

« Les chiens de Skycloud ! Ce soir, nous mourrons ensemble ! »

L’homme couvert d’explosifs sourit de satisfaction une fois qu’il s’était libéré. Au moins, sa mort signifierait qu’un frère de Dark Atom vivrait encore. C’était une mort digne. Il prit le détonateur dans sa main, le pouce planant au-dessus du bouton, alors qu’une folie fervente s’emparait de son visage. Il courut sur Cloudhawk.

Quinze mètres ! Dix !

Le gros capitaine ne savait pas comment l’arrêter.

Un explosif standard avec une fusée était assez facile – il suffisait de l’éteindre. Cependant, le gilet suicide que celui-ci portait n’avait eu besoin que d’une demi-seconde pour qu’il appuie sur le bouton. Tout ce dont il avait besoin était de s’approcher suffisamment.

Un bâton noir sifflait dans l’air. Avec un bruit sourd écœurant et un gargouillement pathétique, la pointe à trois tranchants du bâton lui glissa dans la gorge.

Barb lui cria : « Espèce de merde, tu crois que tu peux éliminer le senior ? Tu es en train de mourir tout seul, connard ! »

Cloudhawk l’attrapa et la tira en arrière. « Bouge ! »

Alors que sa conscience commençait à s’évanouir, le kamikaze utilisa ses dernières forces pour appuyer sur le bouton. L’explosion qui s’ensuivit fut assourdissante. Le Sandbar trembla, et les maisons de terre fragiles situées à quelques pâtés de maisons s’effondrèrent. Le centre de la détonation était une scène de catastrophe absolue.

Le poseur de bombe était plus qu’un simple criminel sans cervelle !

Beaucoup avaient été repoussés ou jetés au sol. Même Cloudhawk s’était effondré dans un étourdissement aveugle. Comme il était le plus proche du rayon de l’explosion, l’impact avait secoué son cerveau et il avait mis du temps à s’en remettre.

La course au suicide du poseur de bombe avait presque assommé leur chef. Le capitaine de la garde avait rassemblé quelques hommes et avait couru jusqu’à l’endroit où il reposait. Personne n’avait envisagé la possibilité qu’il y ait quelqu’un d’autre dans l’entrepôt – l’homme à la barbiche.

Ses yeux étaient rouges. Des larmes coulaient sur ses joues.

Ils étaient morts. Tous morts. Ils avaient été ses hommes fidèles, loyaux et pleins de potentiel. Pas un seul d’entre eux n’avait été épargné par ces salauds meurtriers. C’était comme un couteau dans son cœur.

Les soldats se remettaient encore des actions soudaines et violentes du kamikaze. Buzzard avait réussi à en écarter deux, à les dépasser et à revenir à l’intérieur pour le vieux rebelle.

Il était devenu faible. Le poison était en plein effet. « Ce n’est pas bon. Il faut y aller ! »

« On ne peut pas s’échapper tous les deux. Je vais rester derrière et les repousser. Tu dois t’échapper ! »

« Non, tu sors d’ici et je les empêcherai de t’atteindre ! »

« On n’a pas le temps pour ça ! » Le vieil homme fixa Buzzard avec des yeux rouges et gonflés. « N’oublie pas ta mission. Tu dois rapporter ces renseignements à notre chef. Part vite ! Sinon, la mort des garçons n’aura servi à rien ! »

Buzzard regarda en arrière pendant quelques instants, se battant pour prendre une décision. Il serra les dents en sachant amèrement que rien de ce qu’il disait n’allait changer ce qui se passait ici. Il fit la seule chose qu’on attendait d’un homme et lui fit la promesse suivante : « Nous allons gagner. Tant que je respirerai et qu’il y aura du sang dans mes veines, je tuerai jusqu’au dernier de ces salauds. Je te promets que tu auras ta vengeance. »

Le vieil homme répondit avec un sourire triste : « C’est dommage que je ne puisse pas voir ton grand travail de mes propres yeux. Prends soin de toi. »

Les jambes puissantes de Buzzard se remirent en mouvement, l’envoyant dans l’étreinte protectrice de la nuit.

« Bon sang ! Ce salaud s’est enfui ! »

« Il y en a encore un ici ! Attrapez-le. Découvrez ce qu’il sait ! »

L’homme à la barbichette se tenait calmement face aux soldats qui approchaient. La détermination lui brûlait les yeux alors qu’il sortait une arme de sa ceinture avec sa main droite. C’était un pistolet, quelque chose comme une arme de poing, mais son canon était de la largeur d’un bras d’enfant.

BANG !

La tête d’un des soldats explosa comme une pastèque trop mûre. Le fusil du vieil homme l’avait fait exploser en morceaux.

Les malheureux compagnons des soldats s’arrêtèrent et regardèrent la scène avec horreur. Ils pensaient que c’était un vieil homme faible, et non un tireur d’élite mortel. Ils n’auraient pas couru vers lui directement s’ils avaient su. Alors qu’ils réévaluaient la situation, le vieil homme s’était mis en route, car il savait que sa mort était proche. Cela lui avait donné le courage de faire ce qu’il avait à faire.

Le vieil homme enjamba le cadavre de sa première victime et leva son arme à nouveau. Cette fois, il était pointé sur Cloudhawk qui venait de retomber sur ses pieds. Il ne s’était toujours pas remis du choc de l’explosion et il s’était redressé dans la brume que l’explosion avait laissée derrière elle. Il ne le voyait pas, mais au moment où le canon avait été mis à niveau, la démangeaison familière du danger avait rempli son esprit.

Pas bon ! Il était trop tard pour s’écarter du chemin !

Le vieil homme était un tireur d’élite accompli. Il avait pris toute sa rage, sa tristesse et ses regrets et les avait concentrés dans le canon de son arme lorsqu’il avait appuyé sur la gâchette. La balle s’était arrachée du canon juste pour lui. Le temps semblait s’être arrêté à cet instant lorsque soudain, une silhouette corpulente mais agile se jeta devant le jeune homme.

Bang !

Le glaive du capitaine de la garde s’était brisé, suivi par la pièce de poitrine de son armure. Le sang jaillit de sa blessure et remplit sa bouche lorsqu’il toucha le sol.

Pourquoi avait-il fait cela ? Le capitaine ne pouvait pas le dire. Il avait juste… réagi.

Même si la balle l’avait déchiré de l’intérieur, il n’avait pas eu peur. En fait, il ressentait de la fierté. C’était une mort digne d’un soldat.

Il avait donné sa vie en combattant Dark Atom. De plus, il avait sacrifié son humble existence pour qu’un chasseur de démons honorable puisse continuer son travail. Ce fut le plus grand moment de toutes ses années dans ce monde.

Il n’avait pas à craindre la mort. Mourir pour la foi, c’était mourir sans regrets.

Ses hommes s’étaient précipités vers lui, essayant de faire pression sur la blessure béante de sa poitrine pour endiguer le flot de l’inondation. Rien de ce qu’ils firent ne put arrêter la marée rouge qui s’éloignait de lui et les aspergeait. Des larmes chaudes se mêlèrent au sang de leur chef. « Capitaine ! »

Cloudhawk se tenait simplement là, choqué et consterné.

Le capitaine de la garde avait pris une balle pour lui.

Le canon à main du vieil homme ne pouvait tirer que deux coups avant de devoir être rechargé. L’arme épuisée, il ne pouvait donc pas se défendre quand un soldat arriva et lui fracassa son arme contre le crâne.

Cloudhawk s’était agenouillé devant le capitaine qui luttait pour ses derniers souffles. « Pourquoi avez-vous fait cela ? »

Le gros homme lutta pour garder les yeux ouverts, haletant alors que ses poumons se remplissaient de sang. Mais son visage rond s’était fendu d’un sourire. « Je suis un soldat. »

C’est ce qu’était un soldat : un défenseur. Protéger tout ce qu’il pouvait était son devoir.

« Un groupe comme Dark Atom n’abandonnera jamais. Ils planifient toujours un moyen de détruire la ville sainte, de tuer autant de gens que possible. » Le capitaine attrapa le bras de Cloudhawk avec sa main ensanglantée. « J’ai fini, mais monsieur… vos épaules portent un lourd fardeau. Vous devez les arrêter. Protégez notre peuple. Protégez notre terre… »

Alors que Cloudhawk fixait le soldat, tenace même dans ses derniers instants, son cœur était lourd. Ces soldats ne savaient pas qu’ils n’étaient que des outils. Dès le début, ils lui étaient si reconnaissants. Il ne pouvait pas accepter leur foi ou leur confiance.

« Knives, faites-moi une faveur », dit le capitaine au soldat au nez cassé. Il lui prit la main et le fixa du regard, comme si c’était la chose la plus importante au monde. « Quand je mourrai, renvoyez mon corps à la maison… Ramenez-moi à ma mère. N’oubliez pas de lui dire que je suis mort courageusement. Je n’étais pas une gêne… »

Des larmes perlaient des yeux de Knives. « Capitaine… je me souviendrai. »

« Je pense qu’elle sera fière de moi. » Il sourit. C’était un sourire plein d’autosatisfaction. « Merci, monsieur… de me donner la chance… de rentrer chez moi avec honneur. S’il y a une prochaine vie… je m’assurerai de vous retourner cette faveur. »

Les yeux du capitaine de la garde s’étaient fermés.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Livre 2, Chapitre 11 – Conflit de minuit Menu Chapitre 12 – Le devoir du soldat