Relâchez cette Sorcière | Release that witch | 放开那个女巫
A+ a-
Chapitre 1381 – La course extrême

Après avoir passé la Montagne Cage, le trio se dirigea vers l’ouest en direction de la Chaîne des Montagnes Infranchissables.

En moins d’une demi-heure, Maggie fut la première à admettre sa défaite.

À une altitude de 1500 mètres, le Phénix utilisait facilement ses deux moteurs pour voler à 400 km / h. Alors que la forme de pétrel de Maggie pouvait également atteindre cette vitesse, elle ne pouvait la maintenir que pendant un court moment. Contre le tout nouveau moteur de type 14 qui ne se fatiguait pas, l’abandon de Maggie était quelque chose qui devait arriver.

«Comment était-ce? » Demanda Tilly, la main sur les lèvres.

«Je… Je peux encore voler… Goo! » Maggie était à bout de souffle.

«Vous avez fait de votre mieux. »

Foudre prit son amie inflexible dans ses bras et commença la seconde étape de la compétition.

La sorcière et l’avion entreprirent une nouvelle course poursuite dans le ciel sombre.

Le paysage ci-dessous devint plus petit; la chaîne de montagnes qui séparait les royaumes humains se transforma progressivement en une ligne noire. Tilly remarqua la Brume Rouge qui s’écoulait sur la crête du continent en direction de l’Éternel Hiver et du Royaume de Wolfheart comme un écran trouble. La terre à l’intérieur de l’écran avait été complètement remplie de la Brume Rouge, mais aussi longtemps qu’on était dans le ciel, on pouvait voir la véritable apparence du monde.

«Est-ce votre limite? La voix de Foudre retentit. «Je peux voler encore plus vite! »

En ce qui concerne la vitesse de vol, les capacités de Foudre étaient vraiment inégalées. Même le Seigneur du Ciel, qui avait la capacité d’ouvrir des portails, n’avait rien pu faire.

Mais gagner n’était pas la chose la plus importante pour Tilly.

Être capable de piloter l’énorme et agile avion et de pousser ses performances à sa limite était un plaisir pour elle.

Elle rétracta son regard et sourit. Le nez de l’avion s’inclina vers le haut tandis que l’avion volait encore plus haut.

Foudre suivit, mais maintint son avance d’environ 100 mètres.

Selon l’introduction dans le manuel, le Phénix avait été optimisé en utilisant la technologie du Monde des Rêves et tous les points cruciaux avaient été personnellement faits par Anna, et possédaient donc une base et une qualité surpassant de loin celle du Feu Céleste. La vitesse maximale que l’on pouvait atteindre pour un vol horizontal était de 550 km / h avec une capacité de 1500 km. Les deux moteurs en forme d’étoile sur les deux ailes étaient équipés de systèmes de turbines, permettant au Phénix de voler à une altitude de 3000 mètres sans que ses performances ne soient affectées de façon drastique. Tous ces éléments étaient des caractéristiques que les avions fabriqués jusqu’ici étaient incapables de réaliser.

Mais ce n’était pas la plus grande caractéristique du Phénix.

La composition du fuselage avait été renforcée par Doris et Chandelle, et on pouvait dire qu’en termes de durabilité et de résistance pour les matériaux utilisés, ils étaient ce qu’il y avait de mieux, à la fois en termes de technologie et de pouvoir magique.

Tilly savait que l’hélice avait plus d’avantages à des vitesses lentes et que son efficacité pour propulser vers l’avant chuterait si sa vitesse était augmentée. Par conséquent, penser à rattraper Foudre en se basant uniquement sur la puissance des hélices était impossible.

Elle avait besoin de compter sur d’autres forces.

Après avoir augmenté son altitude loin au-dessus des nuages, Tilly accéléra jusqu’à ses limites et pressa le manche vers le bas.

Les moteurs déclenchèrent immédiatement un boum retentissant!

Après le virage brusque, Le Phénix descendit.

Pour maintenir son avance, Foudre ajusta sa direction et tomba à une vitesse rapide, mais pour éviter de s’influencer, elle maintint une distance horizontale d’un kilomètre de Tilly. La distance verticale de 100 mètres ne changea pas: à cette altitude et à cette vitesse, la ‘membrane lumineuse’ formée par son pouvoir magique devint extrêmement distincte, les ondulations rayonnant formant une couche de protection autour d’elle, l’empêchant de souffrir du vent froid ou du changement de pression.

Dans cet état, le taux de consommation d’énergie magique que Foudre dépensait était sans aucun doute bien plus élevé que lors de ses vols habituels.

Même lors du test de ses capacités, Roland avait mentionné que Foudre ne devrait jamais maintenir sa vitesse supersonique pendant de longues périodes de temps non pas en raison de la forte consommation de pouvoir magique nécessaire au vol, mais que la consommation augmentait brusquement dans un état extrême alors que son pouvoir magique devait protéger son corps.

En conséquence, elle volait rarement à des vitesses sonores pendant ses patrouilles.

Le gaspillage de pouvoir magique était une affaire extrêmement dangereuse pour n’importe quelle Sorcière.

Bien sûr, Tilly ne se sentait pas mieux. Le peu d’air à haute altitude lui rendait la respiration difficile. Les bourrasques formées par les moteurs fonctionnant à pleine force faisaient grincer le cockpit qui tremblait sans cesse. Sans la protection que le pouvoir magique offrait à Foudre, elle ne pouvait tenir qu’avec son corps.

Selon la distance parcourue, le Phénix avait approché une vitesse de 800 km / h.

C’était une vitesse bien au-delà de ses limites.

Bien que Foudre restât toujours devant le nez de l’avion, elle n’avait plus le temps d’utiliser le Sceau d’Écoute.

C’est vrai, Tilly comptait sur la gravité.

Elle l’avait découvert en pilotant un biplan. Lorsqu’elle avait accumulé suffisamment d’altitude et l’avait convertie en vitesse en un instant, elle avait pu facilement dépasser les limites de l’avion.

Mais les risques engendrés par de telles vitesses ne pouvaient être négligés. Elle risquait de ne pas être capable de faire remonter l’avion à temps ou encore de le voir se désintégrer dans les airs.

Si Tilly n’avait pas compté sur ses capacités de perception pour connaître le point critique, elle n’aurait jamais osé utiliser un tel mouvement dans son premier vol.

Mais malgré cela, la chance de rattraper Foudre était minuscule.

Elle se souvint des paroles de Roland, restreintes par les pales de l’hélice, qui nécessitaient une énorme puissance pour qu’un moteur à piston dépasse la vitesse du son. En d’autres termes, les gains ne compensaient pas les pertes, dans la mesure où les hélices étaient remplacées par des moteurs à réaction dès que ces derniers étaient produits. Cependant, Foudre était capable de briser la barrière sonore à tout moment, donc la disparité entre les deux n’était pas au même niveau.

Par conséquent, elle avait besoin d’une aide extérieure.

Suite à la descente d’une haute altitude, ils se précipitèrent vers les nuages denses et sombres qui étaient assis à une altitude de 2 500 mètres, comme s’ils s’y heurtaient.

Le Phénix siffla à travers les nuages sombres et forma un ‘pilier de brouillard’!

À ce moment, la vitesse de l’avion dépassa les 900 km / h et les tremblements de la carlingue s’étendirent jusqu’aux ailes. Tilly pouvait sentir les ailes tranchantes couper à travers le flux d’air visqueux; la résistance de la grande vitesse faisait que l’air n’agissait plus comme un brouillard éthéré, mais plutôt comme un mur épais et dense.

Foudre disparut de sa vision.

Tilly savait que sa chance était venue.

Elle concentra son attention sur le contrôle de l’avion. La force de propulsion fournie par les hélices à cette vitesse était presque équivalente à une résistance. Toute personne ordinaire envisagerait de remonter le nez et de ne pas plonger plus vite. Seule Tilly était capable de maintenir un contrôle précis sous les violents tremblements et de faire monter la vitesse de l’avion d’un cran.

Bien que l’augmentation de la vitesse ne soit pas énorme, elle était suffisante pour se rapprocher de Foudre.

Lorsque le Phénix s’approcha de sa limite, elle vola hors des nuages!

La vaste et infinie terre apparut à nouveau devant elle.

Foudre émergea en même temps. Comparée à son avance de 100 mètres, Foudre volait à côté de l’avion. Après avoir réalisé cela, cette dernière brisa immédiatement le mur du son, mais réduisit rapidement sa vitesse. Elle se retourna et vola près du cockpit.

«Comme prévu de Votre Altesse. » L’expression de Foudre ne montra aucun signe de déception; Au lieu de cela, elle avait un regard admiratif. «Vous avez vraiment pensé à utiliser les nuages. »

«Si les nuages avaient été un peu plus fin, je n’aurais jamais été capable de te rattraper. » Tilly replaça l’avion à l’horizontale et se mit à rire.

Dès le début, le plan de Tilly avait été que Foudre s’habitue à une accélération stable et utilise finalement la couverture des nuages noirs pour la dépasser. Bien que ce ne fut que pour un instant, le Phénix avait été capable de combler l’écart.

«Attends, où sommes-nous? » Maggie sortit la tête de la poitrine de Foudre.

«Euh …» Tilly regarda autour d’elle et vit un terrain inconnu en dessous d’eux avec la Chaîne des Montagnes Infranchissables laissée loin derrière elles. Elles avaient été trop immergées dans leur course et n’avaient jamais remarqué à quelle distance elles avaient volé vers le nord-ouest. -«Je devine que nous sommes quelque part au-dessus des Plaines Fertiles? »

«Probablement. » Foudre sortit un télescope. «Mais c’est une partie des Plaines Fertiles que nous n’avons jamais franchies. Si nous considérons le chemin que nous avons parcouru, l’est devrait être la frontière entre le Royaume de Wolfheart et l’Éternel Hiver, tandis que la crête du continent devrait être…»

À ce moment, sa voix se tut.

«Quoi? »

Tilly regarda dans la même direction et se figea.

Cachée derrière les nuages et la brume se trouvait une chaîne de montagnes à peine perceptible, beaucoup plus grande et majestueuse que la Chaîne des Montagnes Infranchissables. Mais après en avoir entendu parler d’Ayesha et du Groupe d’Exploration, Tilly n’en fut pas trop surprise à première vue.

Ce qui la choquait se trouvait au-dessus du sommet de la chaîne montagneuse.

De sombres et sombres nuages rouges recouvraient le sommet, d’innombrables éclairs étaient visibles à l’intérieur, comme une tempête formée de sang frais.

Sans aucun doute, ce n’était pas un phénomène naturel.

Les nuages rouges donnaient à Tilly un sentiment d’extrême angoisse.

❤️Soutenez le novel sur Tipeee Je soutiens la trad de Galadriel ! Je clique ici ! 
🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Charon
  • 🥈2. K1nggor
  • 🥉 3. Jimmy
  • 4. Julien Martin
  • 5. Guillaume Vomscheid
  • 6. Julien
  • 7. Lawliet
  • 8. Xetrix
  • 9. Frederic
  • 10. Damou
  • 11. Cesar
🎗 Tipeurs récents
  • K1nggor
  • Xetrix
  • Cesar
  • Julien Martin
  • Frederic
  • Charon
  • Lawliet
  • Jimmy
  • Damou
  • Guillaume Vomscheid
  • Julien


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 1380 – Les Ailes du Phénix Menu Chapitre 1382 – Ce que l’on voit