Le Système Technologique d’un Etudiant Hors Pair | Scholar's Advanced Technological System | 学霸的黑科技系统
A+ a-
Chapitre 120 – Le moment de l’inspiration

Lu Zhou déchira un petit morceau de papier du manuel de la conférence et nota son adresse mail.

Quant au compte Facebook, il n’en avait pas.

Une fois que Molina reçut le papier, elle dit : “Mon adresse e-mail et mon compte Facebook sont sur au dos de l’emballage du chewing-gum.” Elle agita ensuite la main et s’éloigna.

Lu Zhou regarda le chewing-gum dans sa main. Il hésita un moment avant d’enlever l’emballage et de le jeter dans sa bouche.

Emm…

Saveur menthe-vanille ?

Lu Zhou copia le mail de Molina avant de continuer à déambuler dans le hall.

Bientôt, il découvrit que Molina avait raison. Les gens se trompaient tout le temps.

Cependant, “tuer les faibles” n’était pas l’objectif. Ce n’était que le résultat.

Certaines personnes n’étaient tout simplement pas au niveau des autres. Il y avait forcément un conflit.

La chose la plus intéressante était que Lu Zhou avait vu quelqu’un prétendre prouver la dernière étape de la conjecture de Goldbach. Quand il s’approcha pour voir ce qui se passait, il n’avait même pas fini de lire la preuve avant que deux étudiants en master ne réfutent l’affiche académique devant tout le monde.

Bien sûr, même si c’était embarrassant, c’était toujours courageux de leur part de montrer leurs résultats de recherche ici. Cela profiterait certainement au monde académique dans le futur.

En outre, le nombre d’affiches sans valeur restait minoritaire, et la plupart des résultats académiques exposés étaient assez précieux.

Par exemple, un génie avait étudié le groupe d’automorphisme de l’algèbre de Voter. Même eux, il n’avait pas prouvé la solution finale “AutWn =?” il avait tout de même proposé de nombreuses idées intéressantes, qui attirèrent d’innombrables étudiants et même certains professeurs

Lu Zhou se promena et découvrit que le petit carnet qu’il avait reçu à l’entrée n’était pas suffisant pour écrire.

En fin de compte, il avait dû y retourner pour obtenir un autre cahier.

Lu Zhou avais acquis une immense connaissance ce jour-là.

Ce n’était pas seulement grâce aux “affiches”.

Le point culminant de ces grandes conférences de mathématiques était les quelques présentations qui se déroulaient chaque jour.

Ce qui impressionna le plus Lu Zhou fut la présentation de 60 minutes du professeur Deligne. Il rapporta les progrès de la recherche sur la transcendance de la fonction zêta de Riemann en points entiers impairs. Il proposa de nombreuses idées et applications novatrices. Les méthodes mathématiques étaient extrêmement novatrices.

Lu Zhou écouta attentivement la présentation du rapport.

La pause du déjeuner…

L’équipe de la conférence avait offert un buffet à volonté composé de fruits et de viande à tous les participants.

Lu Zhou prit des ribs et un bol de salade. Une fois qu’il eut trouvé un siège vide, il s’assit. Il commença alors à feuilleter ses notes prises lors de la conférence.

Lu Zhou se concentrait sur la recherche en théorie des nombres.

Surtout l’étude des nombres premiers jumeaux.

Même si Lu Zhou n’avait pas beaucoup appris de l’Indien délirant, il avait été influencé par son attitude optimiste. Ainsi, l’intérêt de Lu Zhou fut ravivé.

“L’algèbre n’est qu’un outil pour étudier la théorie des nombres mais ce n’est pas le seul moyen…”

Lu Zhou regarda les formules dans ses notes et réfléchit profondément.

“En choisissant la bonne fonction lambda… Et si j’utilisais une autre voie ?”

Il fallait beaucoup de courage pour sortir des sentiers battus.

Après tout, le mathématicien international Zhang Yitang avait réduit le chiffre de 70 millions à 246.

… Peut-être?

C’était comme la conjecture de Goldbach. Il était beaucoup plus difficile de gravir ce dernier mètre de l’Everest que les précédents.

Tandis qu’il réfléchissait à ce problème, une légère odeur de parfum dériva.

Une femme qui portait son assiette s’assit en face de Lu Zhou. Elle se mit alors à discuter avec lui.

“Tu penses aux mathématiques ?”

“Ouais.”

Quand Lu Zhou entendit sa voix, il savait déjà qui c’était, alors il ne leva même pas les yeux. Il continuait de penser au problème.

“Il y a un café-débat à l’étage à propos du contenu du rapport de ce matin du professeur Deligne. Ca ne t’intéresse pas ?”

“Ca m’intéresse… Mais je suis en train de chercher autre chose”, dit Lu Zhou en secouant la tête et en feuilletant son cahier. Il piqua une petite tomate avec sa fourchette et la mit dans sa bouche.

Molina regarda Lu Zhou avec curiosité et dit : “La conférence académique est un lieu d’échange, elle ne se déroule qu’une ou deux fois par an. Il y a d’autres moments pour la recherche. Pourquoi est-ce que tu étudies les mathématiques maintenant ?”

Lu Zhou répondit nonchalamment : “Il y a de nombreuses occasions d’assister à des conférences de mathématiques, mais il n’y a que quelques moments d’inspiration dans la vie.”

Molina regarda sournoisement Lu Zhou et rit.

Quand Lu Zhou leva les yeux vers elle, il ne comprit pas.

“Quoi ?”

“Rien. Je suis désolée, je trouve seulement que tu es une personne intéressante”, dit Molina. Elle ajouta : “Je te souhaite bonne chance dans la résolution de tes problèmes.”

“Merci.”

Bien qu’il ne sache pas ce qu’elle entendait par “intéressant”, il pouvait comprendre sa sincérité.

Lu Zhou leva ensuite sa tasse de jus et trinquat avec elle.

L’après-midi passa, et après quatre heures, la conférence était temporairement suspendue. Les propriétaires de stands sortirent alors de la salle qui ouvrirait à nouveau à 8 heures le lendemain matin.

Si l’on pensait se reposer après quatre heures, on aurait tort !

L’un des intérêts de la conférence était le temps libre après 16h.

À six heures du soir, les organisateurs avaient préparé un apéritif à l’Hôtel de Princeton. Une large sélection de plats et de vins était à la disposition des participants.

Pour de nombreux étudiants stupides qui ne pouvaient pas comprendre les présentations durant la journée, c’était le principal intérêt de la conférence. C’était le moment où ils se sentaient le plus proche des génies.

Peut-être pourraient-ils utiliser le pouvoir du champagne pour recevoir une offre d’un laboratoire ?

Ce n’était pas impossible.

Bien que Lu Zhou ne soit pas autant intéressé par la socialisation, il reconnaissait néanmoins l’importance de la fête. En fait, il ne pouvait pas la manquer.

Dans la soirée, Lu Zhou enfila une paire de chaussures habillées et se regarda dans le miroir. Il se coiffait même les cheveux.

“Pas mal.”

Lu Zhou regarda le beau gosse dans le miroir et hocha la tête avec satisfaction. Cependant, il sentit soudainement quelques inquiétudes dans son cœur.

Et si les gens ignoraient mon talent à cause de ma beauté ?

J’espère que ça n’arrivera pas…

Quelqu’un frappa soudainement à la porte de sa chambre d’hôtel.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Cindy
  • 🥈2. Romain
  • 🥉 3. JOSEPH
  • 4. PascalW
  • 5. Lawliet
  • 6. Meifumado
  • 7. Morris
  • 8. Hichiri
  • 9. Cesar
  • 10. Thezwhd4210
🎗 Tipeurs récents
  • Cesar
  • Meifumado
  • Hichiri
  • Cindy
  • JOSEPH
  • Lawliet
  • Romain
  • Morris
  • PascalW
  • Thezwhd4210


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 119 – Le comportement d’un gentilhomme Menu Chapitre 121 – Le groupe des mathématiciens