Le Salon de Discussion des Cultivateurs | Cultivation chat group | 修真聊天群
A+ a-
Chapitre 264 – Formation de Tranches de Bambou

Pour attirer l’attention, les titres des articles ou des nouveaux fils de discussion devaient être surprenants. Puisque celui-ci satisfaisait à cette condition, Lu Tianyou, curieux, cliqua sur le lien.

Il vit une rangée de photos. Une entreprise transportait des véhicules. Au total, 9 camions roulaient en déplaçant 5 voitures de différents modèles et marques. Les images étaient très nettes, il était évident qu’il s’agissait de voitures de luxe.

Cependant, ce n’était pas le plus captivant. Il découvrit à sa grande surprise un tracteur à manivelle, une petite pelleteuse et un gros bulldozer.

Ces trois véhicules étaient vraiment magnifiques.

Il y avait aussi une brève description sous l’image. Tout cela n’était que des consommables achetés par un mystérieux individu résidant dans la région de Jiangnan.

Lu Tianyou était confus. Il pensa immédiatement au véhicule de Song Shuhang et à tous les contrôles techniques tombés sur le sol lors de l’accident.

– « Quel dommage, ils ont déjà un sponsor ! » soupira-t-il.

Il semblait que ce mystérieux investisseur avait acheté tous ces engins afin que le jeune homme et son ami pussent développer davantage leur nouvelle technologie…

Le savoir, c’ est le pouvoir. La science et la technologie étaient effectivement une énorme source de richesse !

Lu Tianyou remit son téléphone dans sa poche. Mieux valait ne pas en parler à son père. Autrement, le Vieux Lu pourrait être déprimé au point de s’enfermer dans sa chambre et de refuser d’en sortir.

❄️❄️❄️

Derrière la maison de Song Shuhang, dans un petit bosquet de bambous.

C’était son père qui les avait transplanté là. Quelques années plus tôt, Monsieur Song avait eu beaucoup de plaisir à passer un peu de temps tous les jours pour les tailler et en prendre soin.

Mais après un certain temps, il s’en était lassé. Il avait décidé de laisser la nature suivre son cours. Heureusement, ces plantes étaient tenaces et s’épanouissaient même sans intervention humaine.

– « Lequel dois-je couper ? » demanda Song Shuhang. Il était très curieux. Comment Douce Plume prévoyait-elle de transformer ces bambous ordinaires en Formation défensive.

– « Laisse-moi regarder. » Elle ferma les yeux. Quand elle les ouvrit une seconde plus tard, ses pupilles brillaient comme des diamants.

Est ce un sort ? Ou peut être une compétence obtenue à l’ ouverture de son Acupoint de l ’Oeil ? Ou alors, serait- ce encore le pouvoir de ses lentilles de contact ?

Après avoir observé le bosquet pendant un moment, elle pointa du doigt un bambou particulièrement vigoureux et dit : « Celui-ci. Il possède la plus grande quantité d’énergie de type bois ! »

Song Shuhang hocha la tête et leva Brise-Tyran avant d’abattre sans effort la tige désignée.

– « Et maintenant ? »

– « Donne-moi le sabre. »

Il le lui passa. Cette lame avait été le plus grand trésor de la Secte du Sabre Lunaire. Mais une fois tombée entre ses mains, elle avait été réduite à un outil utilisé pour hacher des oignons verts et du bambou… Comme s’il ne s’agissait que d’un simple couteau de cuisine !

Douce Plume le prit et sépara rapidement la tige en tranches.

Swish, swish, swish ! L’éclat du sabre dansa. Elle coupa les feuilles et obtint des morceaux ayant la même taille que les rouleaux de bambou utilisés dans les temps anciens pour écrire.

Ses pupilles s’illuminèrent une fois de plus. Elle en garda vingt.

– « Très bien, ça suffira, » dit-elle, satisfaite. « Allons dans ta chambre et préparons la Formation. »

Avant de partir, Song Shuhang prit un outil de jardinage et poussa les morceaux restants dans un coin.

❄️❄️❄️

De retour dans la pièce, Douce Plume reprit son pinceau en fourrure de monstre-bête ainsi qu’une encre spéciale et commença à écrire quelques caractères sur le bambou.

– « Est-ce que je dois sortir ? » demanda Song Shuhang.

Dans le monde des pratiquants, les techniques étaient jalousement gardées, et en apprendre une dans le dos de quelqu’un d’autre était tabou.

– « Ce n’est pas la peine, Aîné. J’ai créé cette Formation en en modifiant une très connue. Ce n’est pas une technique de très haut niveau, tu peux regarder sans problème. »

Puisqu’il en avait la permission, il ne s’en priva pas. Il resta assis et scruta ses moindres faits et gestes. Il n’avait pas l’intention d’apprendre cette Formation en particulier, mais était juste curieux de savoir comment en concevoir une !

Il remarqua que la pointe de son pinceau brillait légèrement à chaque coup. Elle utilisait du Vrai Qi en plus de cette encre particulière. Elle maniait son outil comme une épée et dessinait les symboles l’un après l’autre, l’encre s’incrustant dans le bambou.

La situation lui rappela la Paume Éclair, quand il dessinait le caractère 雷 au centre de sa paume avec du Qi Sanguin pour l’utiliser. Par contre, ces pigments transféraient la force du Vrai Qi et la faisait fusionner à l’aura d’attribut bois, donnant naissance à la Formation défensive. Après tout, cette structure était différente de sa technique offensive. Elle devait durer longtemps, l’énergie infusé dans les caractères ne devant pas se dissiper trop rapidement.

Il y avait plus de 200 caractères au total, ce qui était assez pour évoquer une petite rédaction. Ils couvraient complètement la surface offerte par les vingt morceaux de bambou tranché.

– « Et voilà ! » Douce Plume, l’air satisfaite, souffla sur l’encre. Elle était brillante et magnifique, une véritable œuvre d’art.

– « Déjà ? » Il aurait voulu continuer à la regarder toute la journée !

– « Oui. Maintenant, il faut l’activer. Mais ces tranches de bambou n’ont assez d’énergie que pour maintenir la Formation pendant environ deux jours. Alors, il faudra déplacer le Vénérable Blanc à un autre endroit avant qu’elle ne se brise. »

Song Shuhang poussa immédiatement un soupir de soulagement. « Deux jours sont suffisants. Il doit revenir à lui d’ici là. »

À moins que, en s’éveillant, il se dise : “ Oh ! Qu’est-ce qu’il fait beau . Un temps parfait pour méditer !

– « Je vois. Alors, je vais activer la Formation ! » Tendant ses deux index devant elle, elle se mit à réciter l’incantation en silence, avant de s’exclamer : « Formation de Tranches de Bambou, activation ! »

Les morceaux étalées sur la table furent soudainement soulevées par une force invisible et se mirent à flotter devant elle. Un rayon de lumière les relia un par un. Une scène magnifique.

– « Allez ! » Elle désigna le Vénérable Blanc, allongé sur le lit.

Les lanières se dispersèrent et l’entourèrent.

– « C’est fait ! Maintenant, même s’il libère accidentellement sa réalité illusoire, cela n’affectera pas quiconque se trouve en dehors du cercle. » Elle frappa dans ses mains.

Song Shuhang poussa un soupir de soulagement. « Merci, Douce Plume, tu as été d’une grande aide ! »

– « Hehe! Je t’en prie, Aîné. » Elle sourit de toutes ses petites dents.

❄️❄️❄️

Le temps passa rapidement. Il était déjà midi.

Le déjeuner était somptueux. Encore plus que le dîner de la veille, quand le Vieux Lu était venu leur rendre visite.

– « Shuhang, Yu Rouzi, le repas est prêt, » cria Madame Song.

Son fils arriva avec Douce Plume. Tout le monde prit place.

– « Ton ami ne s’est pas réveillé ? » demanda sa mère en fronçant légèrement les sourcils.

– « Il ne dort pas, mais il a encore besoin de prendre son temps pour émerger, » répondit-il en souriant.

Elle hocha la tête et se concentra sur la jeune femme… Comparée à Song Bai, elle méritait bien plus d’attention de sa part.

Song Shuhang se mit à dévorer sa part. Comme s’il n’avait rien mangé pendant des jours !

En à peine un peu plus de trente secondes, il avait déjà terminé.

– « Merci pour le repas. Je vais aller le chercher. »

– « Pourquoi as-tu tout gobé aussi vite ? » Sa mère ouvrit de grands yeux. À quoi pensait-il pour baffrer à toute vitesse et laisser la demoiselle toute seule à table ?

Heureusement, elles avaient longuement discuté dans la matinée. Même après le départ du jeune homme, il n’y eut pas de silence embarrassé.

Il retourna rapidement dans sa chambre.

Peu de temps après…

Un Vénérable Blanc à l’air calme arriva.

Ses longs cheveux noirs ondulaient dans son dos, il était si beau qu’il ressemblait à un immortel sorti d’une peinture. À ce moment-là, il avait toujours l’air légèrement fatigué.

– « Monsieur, madame. C’est assez embarrassant, je viens juste de me réveiller. » L’homme nommé Song Bai entra dans la salle à manger et rit d’un air gêné.

Monsieur Song répondit, de bonne humeur : « Pas de souci, tu es l’ami de Shuhang, tu peux faire comme chez toi ici. »

Son épouse se leva et donna un bol de riz au nouveau venu. « Pas besoin d’être timide. Et Shuhang, il ne revient pas ? »

– « Merci, madame. Il est retourné dans sa chambre, il a dit qu’il avait quelque chose à faire. Hehehe. » Il prit le bol et força un sourire.

Douce Plume cacha son visage entre ses mains, faisant de son mieux pour ne pas éclater de rire…

❄️❄️❄️

Une fois le repas terminé…

Zhao Yaya aida Madame Song à débarrasser, tandis que Song Bai et Douce Plume retournèrent dans la chambre de Shuhang.

Une fois arrivés, la jeune femme attrapa un coussin et hoqueta bruyamment.

Le Vénérable Blanc méditait toujours joyeusement sur le lit.

Le Surhomme enleva l’objet en forme de broche sur sa poitrine, mettant fin à l’illusion et reprenant son apparence normale.

Après avoir ri un moment, Douce Plume leva la tête et le singea. « Merci, madame. Il est retourné dans sa chambre, il a dit qu’il avait quelque chose à faire. Eheheh… Ça fait quoi d’appeler sa mère “madame” ? »

– « … »

❄️❄️❄️

Ailleurs, dans le luxueux compartiment d’un train.

Gao Moumou avait l’air sous le choc, adossé à son siège. Son adorable petite amie Yayi était allongée dans ses bras et dormait déjà.

À voix basse et serrant les dents, il cracha, en colère : « Qu’est-ce que vous faites ici, les gars ?! »

Deux personnes étranges se tenaient devant lui.

L’une était son ami d’enfance, qu’il voulait oublier : Zhuge Yue.

L’autre était l’ami avec lequel il voulait le plus au monde couper les ponts : Zhuge Zhongyang.

– « Ahahaha ! Tu pensais vraiment que tu pourrais m’échapper en changeant de numéro de téléphone ? Tu es trop naïf ! » lança le premier, fier de lui.

Le second ajouta : « Gao Moumou, félicitations ! J’ai réservé tous les billets pour tes camarades de classe, ainsi que le tien. Nous allons vers la Mer de Chine Orientale ! »

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Thomas
🎗 Tipeurs récents
  • Thomas


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 263 – Des bambous pour une Formation Menu Chapitre 265 – Shuhang, allons nous amuser en Mer de Chine Orientale !