Le Salon de Discussion des Cultivateurs | Cultivation chat group | 修真聊天群
A+ a-
Chapitre 184 – Un jeune en robe verte sur un cheval blanc

Il n’y avait que du sable autour de lui, et pas une seule mauvaise herbe. Aucun bruit non plus. Juste le silence.

Song Shuhang rit amèrement. Il n’avait jamais appris de technique de survie liée à ce genre d’environnement. À son niveau de cultivation, il ne pouvait pas survivre sans nourriture, et évidemment, il n’avait pas de pilule de jeûne sur lui ce jour-là.

Se pouvait-il que cela allait marquer officiellement la fin de sa vie ? Le 3 août 2019, Song Shuhang voyagea dans un autre monde.

Et puis, il mourut. Fin.

– « Je ne veux pas mourir comme ça! Je ne peux pas abandonner… J’ai été transporté dans ce vaste désert au moment où j’ai poussé la porte. Si l’Aîné Blanc et Doudou étaient à la maison, ils auraient réalisé que quelque chose n’allait pas, non ? » Il se frotta les tempes et analysa calmement la situation.

En tant que Vénérable Spirituel, un cultivateur de Septième Rang, si l’Aîné sentait une anomalie… Il viendrait sûrement le sauver. Non ?

De son côté, il ne pouvait que faire de son mieux. Si possible, quitter ce désert. Premièrement… chercher une source d’eau.

Après avoir rangé son téléphone dans sa poche, il fit de son mieux pour traverser ces étendues vides en ligne droite.

Le désert l’était vraiment. Il n’y avait rien à voir. Il n’y avait même pas de soleil, de lune, ou d’étoiles pour l’aider à estimer sa position. Même s’il avait ouvert son Acupoint de l’Oeil et avait donc une très bonne vue, aller tout droit sans dévier était difficile. Il avança de son mieux.

Cette zone était très étrange. Même s’il n’y avait rien dans le ciel, elle était très éclairé et il faisait chaud. D’où venait toute cette lumière et cette chaleur ? Se pouvait-il que dans ce monde, la loi de la conservation de l’énergie était caduque ?

❄️❄️❄️

Un pas à la fois, il avança une dizaine de minutes environ.

Tout ce qu’il pouvait voir était du sable. Pas une seule plante, pas un seul animal.

Si quelqu’un devait s’attarder trop longtemps dans un monde aussi vide et monotone, il lui serait facile de perdre la raison ou de faire une dépression.

– « Même une mouche serait sympa, » soupira-t-il. S’il avait eu un insecte volant pour l’accompagner à ce moment-là, même ses bourdonnements ennuyeux ne l’auraient pas dérangé.

Alors qu’il soupirait et se lamentait sur son sort, il entendit soudainement le son d’une cloche au loin.

Devant lui, il aperçut une personne et un cheval au milieu de ce vaste désert. Ils s’approchaient.

Un jeune garçon en robe verte, tenant les rênes d’un cheval blanc. Il semblait avoir entre 15 ou 16 ans, avait des lèvres roses, des dents blanches et une peau de jade. Un beau gosse.

Il y a enfin quelqu’un! s’exclama Song Shuhang intérieurement.

A ce moment-là, le jeune homme en robe verte le regarda et s’écria joyeusement : « Petit Blanc, Petit Blanc! Je t’ai enfin trouvé. »

L’étudiant était perplexe. Ce “Petit Blanc”. C’est moi ?

Ne me dites pas… que c’est juste mon âme qui a voyagé dans un autre monde ? Ai-je laissé mon corps sur Terre ?

Non, impossible! Mon téléphone est avec moi! Et j’ai les mêmes vêtements, mes deux Acupoints ouverts, et même l’Esprit Fantôme avec moi. Je suis bien dans mon propre corps!

– « Petit Blanc, où étiez-vous passé ? Je pensais que vous vous étiez perdu! »

– « Bonjour Petit Frère. Je pense que vous me confondez avec quelqu’un d’autre. » Voyant l’adolescent habillé comme dans les temps anciens, il s’inclina en serrant respectueusement son poing.

Ce jeune homme en robe verte était très étrange. Il ne sembla pas avoir entendu sa réponse. Tirant son cheval avec une cloche attachée autour du cou sur le côté, il poursuivit : « Petit Blanc, utilisons quelques techniques de combat au corps à corps ! »

Song Shuhang fronça les sourcils. « Petit Frère, qui êtes-vous ? Vous devez me confondre avec quelqu’un d’autre. Je ne suis pas “Petit Blanc”. »

Mais il se contenta de sourire et se précipita soudainement sur lui.

Bien que vaguement, le Surhomme put voir l’ombre d’un tigre féroce rugissant sur une montagne boisée. Un coup visa puissamment sa tête. S’il était touché, son crâne ne risquait-il pas d’éclater ?

– « Tsk… Ne pouvons-nous pas simplement avoir une bonne conversation ?! » Il plia ses doigts et tenta de parer de la paume le poing du jeune homme. Ses doigts pouvaient changer à tout moment pour devenir des lames qui tueraient ses ennemis.

– « Hehe. » Son adversaire semblait avoir prévu ce mouvement. Il changea brusquement de tactique et passa à une attaque des doigts.

Il réussit à frapper directement un point faible de Song Shuhang, lui faisant ressentir une douleur extrême et le forçant à revoir sa stratégie.

Il passa à un coup de poing. Poing basique numéro un!

Ses coups étaient comme de l’artillerie lourde, attaquant directement, sans autre chose que de la puissance brute.

Ce jeune inconnu continua à rire. Ses doigts tournèrent aussi vite que l’éclair, déviant ses mains.

Song Shuhang sentit son poing s’engourdir. Sa force pouvait être dissipée si facilement ? Il se frotta le poignet et recula rapidement de deux pas.

Son adversaire n’en profita pas pour attaquer. Il le regarda tranquillement et déclara d’un ton innocent : « Encore une fois, Petit Blanc! »

– « Poing basique numéro deux! » L’étudiant changea d’approche. Ses poings frappèrent comme des météorites et tombèrent violemment sur leur cible. Puisqu’il ne pouvait pas gagner par la force, alors il gagnerait avec la vitesse!

Toutefois, le corps du jeune en robe verte était comme un roseau sous le vent, oscillant agilement de gauche à droite en évitant ses attaques.

Les coups de poings de Song Shuhang étaient aussi rapides que l’éclair, mais il les esquiva tous! Il n’eut aucune blessure, pas même la plus petite égratignure!

Bougeait-il trop lentement ?

– « Hmph! » Enflammant la puissance de son Qi Sanguin, il continua son assaut. Sa vitesse et sa puissance crurent, et il devint une mitraillette humaine.

L’adolescent maintint son sourire et sauta, sortant temporairement de la zone d’attaque de Song Shuhang, puis reprit ses attaques de doigts.

Sa vision était aussi nette que celle d’un faucon. Il réussit à traverser le flux des poings de l’étudiant et frappa son épaule droite.

Cette dernière s’engourdit et ses coups perdirent leur élan et leur puissance. Le Poing basique numéro deux cessa.

Utilisant la force de son doigt, il poussait sur l’épaule de Song Shuhang, se tordit en l’air, et donna un violent coup de pied.

L’attaque du Surhomme venait d’échouer, et il avait épuisé toutes ses forces. Par conséquent, il le prit de plein fouet et s’envola. Dans sa chute, il roula un peu le temps d’épuiser la force de son inertie.

Le jeune homme rit. « Petit Blanc, encore une fois! »

Est-ce qu’il est fou ?

Song Shuhang, déprimé, se sentait découragé… Mais il n’avait pas d’autre choix que de continuer à se battre. S’il ne faisait rien, il allait juste se faire violenter! Il n’aimait certainement pas l’idée d’être battu alors qu’il était en position foetale sur le sol. Pour éviter cela, il devait se défendre!

❄️❄️❄️

Quinze minutes plus tard, Song Shuhang avait tenté l’intégralité de la Technique basique du poing bouddhiste, mais n’arrivait toujours pas à toucher son adversaire. Pas même un fil de ses vêtements!

Chaque fois qu’il attaquait, l’adolescent touchait une ouverture avec son doigt. Ses mains étaient telles les “Neuf épées de Dugu”. Chaque fois qu’il frappait, il touchait précisément l’endroit qui lui permettait de briser sa technique de poing.

Grâce à lui, Song Shuhang découvrit tous les défauts de sa garde. Il comprenait qu’il devait faire quelque chose pour compenser ces failles à sa prochaine exécution

Encore quinze minutes passèrent.

Il termina une autre série de la Technique basique du poing bouddhiste, mais tout comme la première fois, il fut incapable de toucher la robe verte. Et, de même, ses attaques furent contrées d’un seul doigt. Song Shuhang n’avait aucune idée du nombre de fois où il s’était fait toucher. Tout son corps était engourdi.

L’adolescent rit et répéta la même chose. « Encore une fois, Petit Blanc! »

– « Poing basique numéro deux! » Il s’était rendu compte que celui-ci était le plus efficace dans cette situation.

La seule raison pour laquelle il était vaincu encore et encore était que sa vitesse et le nombre de ses frappes n’étaient pas suffisantes.

Que l’on comptât sur la force pure, sur la plus grande célérité, ou sur une compétence sans égale, tant qu’on atteignait le summum, les résultats étaient extraordinaires.

Song Shuhang se dit alors qu’il pourrait très bien n’utiliser aucune autre technique de poing. Il n’avait simplement qu’à canaliser tout le pouvoir de son Qi Sanguin dans le Poing basique numéro deux jusqu’à réussir. Il commença, sans se soucier de quoi que ce fût.

Environ une heure plus tard…

Il tomba à terre, incapable de se relever.

Tout son corps avait été piqué par le doigt de l’adolescent. Il avait l’impression d’avoir été électrocuté et n’arrêtait pas de trembler.

– « Aïe aïe aïe… Petit Blanc, l’entraînement d’aujourd’hui se termine ici. Je viendrais vous voir demain et nous pourrons continuer à jouer ensemble! » Il se cala sur son cheval.

Il s’éloigna et disparut rapidement, ne laissant qu’un son de cloche derrière lui.

– « Allez! Ne me laissez pas là, au milieu de nulle part! » Song Shuhang cria aussi fort qu’il le pouvait, mais son corps vidé de toute énergie était incapable de se redresser.

Il ne put que rester allongé par terre, tremblant, et regarda impuissant la direction dans laquelle l’étrange inconnu était parti.

Que diable se passait-il exactement ?

❄️❄️❄️

Song Shuhang resta là, sur le sable chaud, et se reposa pendant un certain temps. Les traces de coup se résorbèrent enfin. Ayant repris quelques forces, il se leva avec beaucoup de difficulté.

Ce bâtard. Comment peut-on battre quelqu’un et ensuite le laisser tomber dans un désert sans broncher ?

Il a intérêt à ne jamais recroiser ma route, sinon… Sinon… Merde, même si je le rencontre, je ne pense pas être capable de le vaincre.

Il ne lui arrivait pas à la cheville…

Ting-a-ling ~~

Une cloche retentit.

Il regarda devant lui. Un jeune homme en robe verte et un cheval blanc s’approchaient.

Il a enfin retrouvé un semblant d’humanité et est revenu me chercher ?

– « Petit Blanc, où étiez-vous passé ? Je pensais que vous vous étiez perdu! » dit-il en arrivant devant lui d’un sourire radieux.

Attend, j’ai déjà entendu ça quelque part.

Il craqua. « Nous venons de nous quitter! »

L’adolescent ignora ses jérémiades. Il conduisit son cheval sur le côté et dit : « Petit Blanc, utilisons quelques techniques au sabre! »

– « Encore ? Je viens de finir le corps à corps, et je suis sur le point de mourir! Et puis, je n’ai jamais appris de techniques au sabre, comment suis-je censé m’en servir ? Et puis, n’aviez-vous pas dit que vous reviendrez demain ? Pourquoi en avoir déjà après moi ? »

Mais il ne sembla pas l’avoir entendu. Il dégaina deux longs sabres identiques et en jeta un à l’étudiant.

La lame était brillante et acérée. D’un seul coup d’œil, il était évident que l’arme était de très bonne qualité!

Song Shuhang renifla. Puisque qu’il refuse de m’écouter, pourquoi devrais-je coopérer ? Il recula d’un pas et le sabre tomba à terre.

Puis il croisa les bras dans une attitude rebelle.

Pour faire une paire, il faut être deux!

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Thomas
🎗 Tipeurs récents
  • Thomas


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 183 – Un voyage dans un autre monde ? Menu Chapitre 185 – Différents styles!