Le Salon de Discussion des Cultivateurs | Cultivation chat group | 修真聊天群
A+ a-
Chapitre 154 – Doudou + Véritable Monarque Blanc!

La voix de la femme était chargée de colère.

Quelques instants plus tard, un homme inexpressif en costume cravate entra dans la petite cour en poussant un fauteuil roulant.

Une jeune fille, entre 17 et 18 ans, était assise sur cette chaise. Son visage était couvert de longs cheveux et ses yeux noirs comme de l’eau étaient limpides.

Sa peau était d’un blanc pur… À cause de sa longue maladie.

Ses jambes n’étaient pas le problème. Chaque jour, elle perdait toute énergie à une heure précise. Parfois, elle était même incapable de bouger un seul doigt, comme une personne en état végétatif.

Sa famille l’avait emmenée chez de nombreux médecins, mais même les plus célèbres avaient été incapables de trouver la cause de son mal, et donc de la guérir.

Le Jeune Maître Yi Gu était allé au Temple Sans Nom pour prier en sa faveur. Mais… Tout changea à cause de sa fascination pour la statue du sage.

Après avoir vu sa sœur si furieuse, il se reprit légèrement.

– « Vous allez ramener la statue au Temple et vous excuser pour ce que vous avez fait! » Bien que physiquement faible, elle était très autoritaire.

Le même Yi Gu qui s’était bravement opposé à tous dans le Temple baissa la tête comme un petit chiot, n’osant prononcer un seul mot. Au bout d’un moment, il tenta : « Je peux la garder ? Au pire… Je peux leur donner une nouvelle statue! »

– « Grand frère, voulez-vous vraiment me mettre en colère ?! » Elle tapa du poing sur l’accoudoir du fauteuil roulant. « Soit vous la renvoyez là-bas seule, soit vous l’y accompagnez. Faites votre choix! » Même irritée, sa voix était douce, agréable à entendre.

Song Shuhang était totalement ignoré par la paire.

Doudou observa la fille. Il laissa sa langue pendre et continua à respirer comme un chien.

Le jeune cultivateur s’amusait devant cette étrange fratrie. Les rôles étaient inversés. La petite sœur était aussi autoritaire que l’aurait été une sœur aînée. De son côté, l’homme fléchissait comme un petit frère qui aurait été surpris en train de faire une bêtise.

Intéressant.

– « Et… Et si je rendais la statue après quelques jours ? » Yi Gu serra les dents. Au pire, il pouvait demander à quelqu’un de faire une copie de la statue et de l’envoyer au temple!

– « Tout de suite! » Elle se vida alors de toute énergie, s’effondrant faiblement contre le dossier de son fauteuil.

Doudou remua la queue. « Shuhang, prenons la statue du Véritable Monarque Blanc et sortons d’ici. Ouaf. »

– « Ok. »

– « Encore une chose. Voulez-vous faire une bonne action avant de partir ? » dit-il soudainement en balançant énergiquement sa queue de droite à gauche.

– « C’est-à-dire ? »

– « Vous avez un peu de potion de Trempe Corporelle avec vous, n’est-ce pas ? Ce liquide médicinal n’est plus très efficace sur vous. »

– « Exact. »

– « Avant de partir, prenez-en une goutte de la taille d’un doigt, et donnez-en à cette fille. »

– « C’est tout ? »

– « C’est tout. Et comme ça, vous ferez une bonne action. Croyez-moi, une très bonne action! »

– « Est-ce qu’elle peut vraiment le supporter et s’en sortir ? N’a-t-elle pas besoin d’une certaine quantité de Qi Sanguin pour en consommer ? Elle semble si faible! » Il était perplexe.

– « Croyez-moi quand je vous dis que c’est une bonne action! » insista le pékinois.

Song Shuhang le regarda pendant un moment, puis sourit : « Très bien. Je vais le faire. Au pire, je vais juste accumuler du bon karma. »

Il joignit doucement les mains, interrompant la discussion entre l’homme et sa sœur. « Désolé, mais je n’ai pas beaucoup de temps. Je vais prendre mon ami ici présent et partir. »

– « Dans vos rêves! Je ne vous laisserai pas emporter cette statue! » Le Jeune Maître Yi Gu se précipita vers la sculpture et l’agrippa. « Vite, que quelqu’un chasse ce fou! »

Il avait encore la bouche ouverte quand il tomba doucement sur le sol. À côté de lui, Doudou, inexpressif, baissa sa patte. D’un léger coup, il avait pu l’envoyer au pays des rêves.

– « Mais qui êtes-vous ? » La jeune femme fronça les sourcils et regarda attentivement Song Shuhang. Derrière elle, l’homme en costume noir mit sa main dans sa veste, comme s’il essayait de prendre une arme à feu…

Il tomba à son tour dans les pommes.

Doudou avait à nouveau sévit. De simples mortels ne pouvaient l’apercevoir. Par conséquent, il pouvait facilement les assommer sans qu’ils s’en aperçussent.

Ils n’étaient plus que trois dans la petite cour.

– « Ne vous inquiétez pas. Je l’ai juste endormi. Quand il se réveillera, votre frère reviendra à son état normal, » dit le jeune étudiant en souriant. Bien que le masque cachât entièrement son visage. « Bref, je vais prendre la statue. Ce n’est pas quelque chose qui vous appartient… Avant de partir, je souhaiterais vous offrir quelque chose. » Il s’en approcha et la souleva doucement.

Il la plaça sans effort sur ses épaules!

La fille écarquilla les yeux. Cet homme masqué n’avait pas l’air très fort, mais il était capable de porter cette lourde statue avec aisance. Elle ne put s’empêcher de l’envier. Sans parler d’une telle force, même avoir l’énergie de quelqu’un de son âge était hors de sa portée.

Alors qu’elle était plongée dans ses pensées, Song Shuhang tourna soudain la tête. « Ouvrez la bouche! »

Elle obéit inconsciemment.

Il ne gâcha pas cette occasion et lança une goutte de potion dans sa direction. Elle n’eut même pas besoin d’avaler, le liquide coula directement dans sa gorge.

– « Et maintenant, le destin est en marche. Voilà qui répondra également aux prières de votre frère. » Après quoi, il sauta sur place. « Doudou, allons-y! »

Il s’imaginait que le pékinois coopérerait et l’intercepterait en plein vol, puis qu’ils s’envolaient tous les deux vers d’autres cieux.

Mais le chien n’était pas un bon coéquipier. Il le regarda avec curiosité, n’ayant pas la moindre idée de ce qu’il lui passait par la tête.

Par conséquent, l’étudiant retomba, embarrassé.

– « Allons-y! » cria-t-il à nouveau en serrant les dents. La statue au-dessus de sa tête, il sauta par-dessus le mur, sans un regard en arrière…

Le pékinois cligna des yeux. Après son départ, il posa doucement sa patte sur la jeune demoiselle, puis, il partit après Shuhang.

Après s’être remise de sa stupeur, elle mit immédiatement une main dans sa gorge, désirant recracher le plus vite possible ce que cet inconnu masqué avait bien pu lui donner.

Qui savait de quoi il s’agissait ? Et puis, ce truc avait un goût très étrange.

À ce moment-là, elle sentit sa gorge brûler, comme si elle était en feu. Était-ce du poison ?

Cependant, après deux secondes, cette sensation se transforma en un courant chaud se précipitant vers le bas de son ventre. Et à partir de là, il se répandit dans tout son corps. Elle ne put s’empêcher de pousser un cri sous cette énergie agréable.

Cela dura longtemps.

Elle rota. Deux fois. Elle sentit alors que ses organes avaient été complètement purifiés, reformés. L’air qu’elle respirait semblait si frais, comme celui d’une forêt tôt le matin.

Mais ce n’était pas le plus important. Elle pouvait alors se lever sans effort!

Cette étrange maladie qui affaiblissait son corps avait disparu. Elle avait l’impression de déborder d’une énergie inépuisable.

– « Le destin… » Elle serra lentement son petit poing.

Le destin ?

Plus tard, le manoir du Jeune Maître Yi Gu fut noyé dans la plus totale confusion.

Les gardes cherchèrent partout le fou avec un masque, en vain. Il avait disparu sans laisser de trace.

❄️❄️❄️

Doudou emporta Song Shuhang et la statue sur une montagne déserte à proximité de la ville de Nanhuahu.

Ils ne rentrèrent pas directement à la Cité Universitaire. Ils devaient attendre que le Véritable Monarque Blanc eût terminé sa méditation et sortît de la pierre. Ce dernier avait affirmé que l’explosion pouvait être importante. Quelque chose de ce genre provoquerait certainement un sacré chahut dans une zone habitée.

L’étudiant posa la statue et demanda : « Doudou, vous avez bien effacé toutes nos traces au manoir ? »

Avec les progrès de la technologie, il suffisait d’avoir de l’argent pour pouvoir retrouver n’importe qui à partir de quelque chose d’aussi insignifiant qu’une empreinte digitale.

– « Pas d’inquiétude. J’ai utilisé une technique pour cela. Mais s’ils veulent vous trouver, ils le pourront toujours. Quand vous êtes entré dans le village de Lin Yao, vous n’étiez pas déguisé. » Le monstre-chien sourit.

– « Tout va bien… Je pense que le problème est réglé. Après tout, nous avons fait une bonne action avec cette fille. »

Un frisson parcourut le corps de son interlocuteur.

Song Shuhang plaça le Véritable Monarque Blanc sur un endroit plat et prit son téléphone portable. Il agita la main vers Doudou. « Venez! Venez! Faisons une photo. »

Après avoir traversé tant de difficultés, il avait finalement pu rencontrer cet Aîné. En envoyant une photo dans le salon de discussion, il ferait savoir aux autres et au Véritable Monarque Mont Jaune à quel point il avait souffert. Et après avoir accompli son devoir, ce dernier pourrait bien lui donner une meilleure récompense.

Le pékinois coopéra et s’installa rapidement à côté de la statue pour une photo de groupe.

Le jeune homme la prit, puis la posta sur le Groupe des Neuf Provinces #1 avec un message : « Après de nombreux rebondissements, nous avons enfin pu rencontrer le Véritable Monarque Blanc. »

Peu de temps après, les membres du chat commencèrent à mettre des pouces bleus. Ces vieillards passaient vraiment leur temps collé à leur écran.

Une rangée de commentaires suivit.

Maître du Palais au Talisman des Sept Vies : « Jeune ami Song Shuhang, vous avez travaillé dur. Cependant… je ne vois que vous et Doudou. Où est le Véritable Monarque Blanc ? »

Maître Praticien : « Où est le Véritable Monarque ? »

Roi Chanceux Dharma : « Je veux savoir moi aussi, où est le Véritable Monarque ? »

Grand Maître Profond Principe : « ? »

Roi Chanceux Dharma : « Attendez, est-il possible que ce soit la statue ? »

Maître du Palais au Talisman des Sept Vies : « C’est vraiment lui! Comment s’est-il transformé en statue ? »

Seigneur de Grotte Loup des Neiges : « Les techniques de l’Aîné Véritable Monarque Blanc sont aussi surprenantes que toujours… Le jeune ami Song Shuhang a dû souffrir. Doudou + Véritable Monarque Blanc! »

Maître du Palais au Talisman des Sept Vies : « Ouais. Après tout, c’était un combo Doudou + Véritable Monarque Blanc! »

Maître Praticien : « Doudou + Véritable Monarque Blanc! »

Véritable Monarque Mont Jaune : « Jeune ami Song Shuhang, bravo! »

L’image disparut sous le flot de commentaires.

Le jeune cultivateur rangea tranquillement son téléphone portable et regarda bizarrement le pékinois.

Après avoir vu son expression, Doudou demanda : « Ces idiots ont-ils parlé dans mon dos ? »

– « Non. » Puis il reprit à voix basse : « Ils vous ont juste mis au même niveau que le Véritable Monarque Blanc. »

– « … »

Le temps passa lentement… Et enfin, la méditation du Véritable Monarque arriva à son terme!



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 153 – L’importance d’avoir un bon coéquipier Menu Chapitre 155 – Un aîné qui s’étale est effrayant