Le Restaurant d'un Père dans un Univers Extraordinaire | A Stay-at-home Dad's Restaurant In An Alternate World | 奶爸的异界餐厅
A+ a-
Chapitre 74 – Peut-être parce qu’ils n’étaient pas assez mignons

Vilain Petit Canard sortit la tête des bras d’Amy et les regarda avec de grands yeux. Il n’avait jamais vu autant de petits gros jusque-là. Ses yeux brillaient de curiosité.

Mag était lui aussi un peu surpris quand il sortit de la cuisine avec quatre roujiamo. Harrison disait vouloir inviter ses amis. Je n’aurais jamais pensé qu’il viendrait avec cinq personnes en même temps.

Alors qu’il observait ces six clients inhabituels, tout à coup, Mag imagina une nouvelle scène : six obèses en train de dévorer leurs sandwichs tandis que leur graisse tremblotait…

L’image était trop belle.

Bref, il était très heureux d’avoir cinq nouveaux clients.

« Mag, j’aimerais trois roujiamo » lança Harrison en s’asseyant. Depuis le déjeuner du jour précédent, il était venu manger là à chaque repas. Il s’était réveillé un peu tard ce matin-là, les kebabs avaient donc tous été vendus à son arrivée pour le petit déjeuner. Voilà pourquoi ils étaient venus peu après l’ouverture du restaurant à midi.

Le cuisinier hocha la tête. « Bien sûr. S’il vous plaît attendez une seconde. » Il se tourna ensuite vers la cuisine.

Ces nouveaux venus se séparèrent en deux groupes de trois.

L’homme en jaune renifla profondément à plusieurs reprises au moment où il s’installa. « Ça sent bon ! » Il regarda autour de lui, essayant de trouver la source du doux fumet.

« Ouais. C’est quoi cette viande ? Pourquoi est-ce que ça sent aussi bon ? » avaient demandé les autres à Harrison en avalant leur salive. Différente de la viande grillée, elle était beaucoup plus appétissante.

Puis leurs yeux se verrouillèrent sur le roujiamo dans les mains d’un homme aux petits yeux. L’odeur attirante leur chatouillait le nez. Ils pouvaient voir un pain blanc farci d’une épaisse tranche de viande, le tout dans un sac jaune brunâtre. Ils regardèrent alors qu’il plissait les yeux en prenant une énorme bouchée, avant de mâcher joyeusement et d’avaler lentement.

Ils déglutirent pratiquement en même temps.

« Qu’est-ce que c’est ?! »

« J’en veux ! »

Ils tournèrent tous la tête pour regarder Harrison, attendant impatiemment sa réponse. Ce n’était pas facile pour de tels gourmets de regarder d’autres personnes se gaver de nourriture délicieuse.

« Voici le La Zhi Roujiamo dont je vous ai parlé » dit-il calmement. Mais intérieurement, il jubilait. Il aimait voir leurs expressions ahuries.

« Patron ! J’aimerais trois La Zhi Roujiamo ! »

« Moi aussi ! »

« Pareil ! »

À peine Harrison s’était-il exprimé que ses amis avait commencé à commander. Puisqu’ils pouvaient manger autant que lui, ils en avaient tous commandé trois.

« D’accord. Juste un instant, s’il vous plaît » demanda Mag en posant une assiette de riz frit Yangzhou devant un client. Puis il se retourna et entra dans la cuisine. Il travaillait comme un cheval.

« Quel est ce plat coloré ? Il a l’air bon lui aussi » s’interrogea curieusement l’obèse en rouge à la vue de cet autre plat.

« C’est du riz frit arc-en-ciel. C’est très bon » répondit une petite fille derrière le comptoir, qui trouvait l’Armée de Pastèques particulièrement intéressante.

Ils regardèrent tous dans la direction d’où venait cette voix, et leurs yeux s’illuminèrent en découvrant une adorable petite fille, Amy, assise tout en tenant dans ses bras un chat de couleur étrange. Une si jolie petite fille ! On dirait une demi elfe, mais elle est beaucoup plus adorable qu’une au sang pur .

« C’est la fille du propriétaire… » les avertit Harrison en mettant sa main sur sa bouche pour étouffer sa voix.

Ce matin-là, il avait vu de ses propres yeux sa boule de feu abattre un démon de lave. Elle a peut être l’air adorable, mais elle est vraiment badasse .

« Elle est si mignonne et pas aussi terrifiante que tu l’as décrite » déclara le gros bonhomme vêtu de bleu en agitant la main. « Les démons et les orcs ont dû être vaincus par sa gentillesse. » Il se dit qu’elle était inoffensive, et refusait de croire qu’elle possédât une horrible puissance.

Celui en rouge acquiesça d’un signe de tête. « Exactement. Je n’ai jamais vu une fille aussi adorable auparavant. »

« Faites comment vous voulez. » Harrison posa une main sur son front. Leur faire c omprendre qu’Amy peut être terrifiante est vraiment difficile .

L’homme en bleu interpella Amy en souriant. « Petite demoiselle, j’aimerais avoir une assiette de ce très bon riz frit arc-en-ciel. » François Gjergj était le plus âgé d’entre eux. Sa famille possédait plusieurs forges, et deux étaient les siennes, mais il n’avait pas à y faire quoi que ce fût, il se contentait donc de suivre Harrison et les autres à la ronde.

Contrairement aux autres, il était marié et avait trois fils. Le plus âgé avait cinq ans.

Gjergj avait toujours voulu une fille, mais il n’avait pas eu de chance. Son quatrième enfant grandissait déjà dans le ventre de sa femme, mais elle lui avait affirmé que s’il s’agissait encore d’un garçon, il devrait prendre une concubine pour porter sa fille, et qu’elle n’en aurait pas d’autres quoi qu’il arrivât.

Bien sûr, il n’aurait jamais osé. Terriblement gentille en temps normal, elle avait tenu fermement une paire de ciseaux à ce moment-là. Sans ses yeux vifs, il aurait été castré.

Sa déception mêlée d’espoir le poussait à prendre soin des petites filles. Il enviait Mag d’avoir Amy. Une fille aussi adorable. Il d oi t être très heureux.

Celle-ci hocha la tête. « Très bien. » Puis, elle se retourna et cria : « Père, le Gros Bleu veut une assiette de riz frit arc-en-ciel. »

« … »

Harrison et les autres éclatèrent de rire. Ils étaient d’une corpulence similaire, mais ils se laissaient malgré tout aller en entendant un tel surnom.

Gjergj se figea un instant, mi-figue mi-raisin. Est ce qu’elle vient de m’appeler G ros B leu ? Mais en regardant le visage charmant et sincère d’Amy, il était incapable de se mettre en colère. Au contraire, il était lui-même tenté de les rejoindre dans leur hilarité.

« Les Gros Jaune, Vert, Rouge, Bleu et Gris, pourquoi vous riez ? » demanda-t-elle avec curiosité.

Leurs rires cessèrent brutalement. Ils se regardèrent, puis leurs visages prenant diverses expressions.

La même pensée leur traversa l’esprit. Elle n’est en effet pas aussi simple qu’elle en a l’air ! Ils la trouvaient à la fois irritante et mignonne.

« Haha, Gros Rouge ! » Harrison ne put se retenir. Il ricana en pointant du doigt l’homme en face de lui.

« Tais-toi, Gros Gris. » Celui-ci semblait plutôt embarrassé, tout en ayant l’air de vouloir s’esclaffer lui aussi.

« Pourquoi est-ce que, même si on se moque de nous, avons-nous envie de rire ? Il fut un temps où nous aurions renversé toutes les tables » remarqua Gros Jaune confusément, tendant de retenir ses hoquets hilares.

« Peut-être parce qu’ils n’étaient pas assez mignons » soupira Gros Bleu avec force.

❤️Soutenez le novel sur Tipeee Cliquez ici pour lire les chapitres en avant-première


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 73 – Une armée de pastèques ? Menu Chapitre 75 – Ce roujiamo peut aider à maigrir ?