La Venue du Fleuve Céleste | 天阿降临
A+ a-
Chapitre 6 – L’importance de bien manger

Chu Jungui n’était pas loin et retourna bientôt au canot de sauvetage. Aussitôt, il ouvrit le capot, retira le masque respiratoire d’urgence et commença à inhaler de l’oxygène avec vigueur. Après quelques minutes, il enleva le masque, toussa fort et finit par cracher une flaque d’eau jaune-verte.

L’élimination des toxines des poumons était une capacité dont disposaient tous ceux qui avaient suivi un entraînement de survie, mais le niveau d’élimination variait. Bien sûr, un entraînement de base de survie, même avancé, ne suffisait pas pour éliminer toutes les toxines en une seule fois comme le faisait Chu Jungui.

Après avoir purifié le corps, Il réfléchit, puis enleva la partie de son masque respiratoire qui alimentait en oxygène et la mit sur son visage. Bien que le masque ne puisse pas fournir d’oxygène, il avait une fonction filtrante, qui filtrait la plupart des toxines dans l’air. Ainsi, il pourrait quitter le canot de sauvetage pour une durée plus longue, au moins une demi journée, avant de devoir y retourner pour remplacer le filtre.

En pensant au filtre, il vérifia immédiatement son stock. Il n’en restait que deux.

Comme il y avait une pénurie de matières premières pour fabriquer le filtre, il devait d’abord construire une machine de raffinage pour extraire la matière localement.

L’imprimante fut redémarrée, les tiges de métal et de carbone restantes furent insérées, puis le raffineur primaire fut sélectionné sur le plan. Cependant, l’écran indiquait une insuffisance de matériel pour l’imprimer.

Les connaissances sont le pouvoir. Chu Jungui connaissait la structure du raffineur comme le fond de sa poche.

En recommençant, il activa les fonctions d’édition avancées de l’imprimante et modifia les plans du raffineur, en retirant l’entonnoir et le pulvérisateur de l’entrée, ainsi que les pièces faisant partie de la sortie.

Ainsi, il ne restait plus que le cœur du raffineur primaire, avec beaucoup moins de matière à fabriquer.

L’imprimante redémarra et quelques minutes plus tard, le raffineur en version simple se présentait devant lui. Cette machine était de taille similaire à un four à micro-ondes, mais son cœur était un four multifonctionnel de séparation des matériaux. Celui-ci alternait entre plusieurs modes en fonction du matériel.

Il revint dans la forêt, coupa un morceau du tronc, prit un peu de la sève très acide et retourna au canot de sauvetage. Il découpa le tronc en quelques planches et fit une auge en bois, qui servait d’entrée au raffineur. Au moyen de la dague, il sculpta également un gobelet d’eau qui servirait de sortie au raffineur.

Quant à la fonction du dispositif de broyage qui fut simplifiée, il la compléta plutôt à la main. De la manière la plus ancienne, il prit deux grosses pierres, y déposa la pyrite et les brisa en morceaux. Ensuite, la poudre était mélangée à la sève et versée dans la raffineur. Enfin, il inséra une batterie polymère et mit le raffineur en marche.

Quelques instants plus tard, il reçut une grande tasse remplie d’acide industriel de base, en majorité de l’acide sulfurique. Après avoir extrait l’acide du matériau, il changea de mode de fonctionnement et, au bout d’un certain temps, il se procura quelques tiges métalliques composées principalement de fer.

Ces tiges étaient un peu rugueuses. Après les avoir coupées et façonnées avec sa dague, elles étaient à peine prêtes à être utilisées dans l’imprimante.

Une fois qu’il eut assez de matières premières, il pensa d’abord à construire les parties d’entrée et de sortie du raffineur, afin d’avoir un appareil complet, sans les tracas.

Ensuite, il fallait résoudre le problème de la source d’énergie. Le raffineur était un grand consommateur d’énergie, avec une seule batterie polymère à haute énergie qui ne durait qu’une heure en fonctionnement continu.

Heureusement, l’Énergie de l’Univers Profond avait pris en compte la possibilité d’acquérir des matériaux et la difficulté de les manipuler en fabriquant l’imprimante XD. Ils avaient fourni le plan de la plus ancienne batterie au plomb à l’intérieur. Chu Jungui avait déjà de l’acide sulfurique, la prochaine étape serait de trouver du plomb, ensuite il pourrait créer la batterie au plomb.

Bien sûr, les batteries au plomb étaient loin d’être aussi efficaces que les batteries polymères, mais sur une étrange planète, on devait se contenter de ce que l’on avait.

Cependant, le minerai de plomb ne se trouvait pas forcément dans le gisement de pyrite, donc cela dépendait de la chance. Il valait mieux construire une plaque d’énergie stellaire et un chargeur, de charger les deux batteries polymères encore et encore jusqu’à ce qu’elles soient mises au rebut.

C’était beaucoup plus facile d’imprimer une plaque d’énergie stellaire. En jetant quelques pierres au hasard dans le raffineur, il obtiendrait beaucoup de silicium et d’aluminium, qui seraient ensuite jetés dans l’imprimante. Après tout cela, les batteries polymères du raffineur et de l’imprimante n’auraient plus que la moitié de leur puissance.

“Avec cette petite réserve, est-ce un test de ma capacité à survivre ?”

Il ne put s’empêcher de se plaindre. Néanmoins, il savait aussi que chaque gramme de poids qui pouvait être transporté dans la capsule de sauvetage était extrêmement précieux. La nourriture et l’eau ne pouvaient jamais être négligées. Combiné à l’imprimante, le quota de poids était quasiment atteint, laissant peu de place pour d’autres fournitures.

En ce moment, après la tempête, le soleil de cette planète inconnue brillait dans le ciel. Sous les rayons du soleil, la température montait progressivement jusqu’à 60 degrés. Heureusement, il portait la combinaison spatiale de la base, qui le protégeait de la chaleur et du froid.

Il ajusta la position de la plaque d’énergie stellaire pour recevoir un maximum de lumière solaire, puis connecta le chargeur et mit les deux batteries polymères dans le chargeur, avant d’aller explorer à nouveau la forêt.

Cette fois, il alla encore plus loin, explorant quelques kilomètres dans la forêt avant de repartir. Son sac était rempli de toutes sortes de trouvailles, dont quelques fruits à peine comestibles, deux petits animaux et un fagot de plantes riches en sodium. De plus, il portait un seau de sève, mais il n’avait toujours pas trouvé d’eau.

Dans la forêt, il utilisa son bouclier de bras comme une pelle et creusa dix mètres dans le sol, mais il ne vit aucune eau s’en échapper, le sol devenait juste un peu plus humide. En creusant, il découvrit que les racines de grands arbres étaient d’une profondeur inattendue. Cela indiquait que la source d’eau souterraine était beaucoup plus profonde que prévu, alors il arrêta de creuser, creusa un seau à partir d’un segment d’arbre et ramena de la sève.

Lorsqu’il retourna au canot de sauvetage, il faisait déjà nuit.

Le climat de cette planète était extrême. La température commençait à baisser rapidement dès le coucher du soleil. La nuit n’était pas encore tombée et il faisait déjà froid.

Près du canot de sauvetage, il construisit un foyer en pierres et y fit un feu de camp. Bien qu’il n’ait pas peur de ce froid, en regardant le feu de camp, il se sentait beaucoup plus à l’aise.

Les batteries polymères étant complètement chargées et ne manquant pas de sources métalliques de base, il imprima donc un grillage métallique et le fixa sur le bois pour en faire un barbecue.

Les trois animaux furent écorchés, désossés, éviscérés et rôtis sur le feu. En peu de temps, ils étaient dorés et croustillants, mais avec une odeur piquante et épicée. En essayant de prendre une bouchée, il fronça les sourcils et faillit tout recracher. Le goût de la viande était aigre et astringent. Il remplissait sa bouche d’une douleur brûlante.

Le taux de soufre sur cette planète était exceptionnellement élevé, même les arbres et les plantes en contenaient beaucoup. Il y avait un courant de fumée sulfureuse sur le feu de camp. Quoi de plus bizarre que le goût d’un tel feu sur un barbecue!

Selon l’analyse, la viande n’était pas pauvre en nutriments (graisse, eau et protéines). Quant à la teneur en soufre de la fumée, celle-ci était parfaitement acceptable pour sa fonction gastro-intestinale humaine, bien plus élevée que la moyenne.

Aussi mauvaise qu’elle soit, cette viande était donc comestible.

Alors, il engloutit la viande et coupa sa fonction gustative pour ne pas vomir.

En fait, il pensait en mangeant. Il n’aurait pas vomi à cause de l’odeur, mais seulement après avoir nettoyé les toxines. Alors maintenant, il avait envie de vomir. C’était purement psychologique.

Le fait que les émotions puissent affecter le corps était une nouvelle surprise pour lui. Il ne savait pas si c’était bon ou mauvais, mais à partir de son expérience jusqu’à présent, il semblait que les humains étaient naturellement imparfaits, du moins pas aussi efficaces que les humanoïdes.

Finalement, les cinq livres de viande rôtie étaient entrées dans son estomac en un clin d’œil, grâce à la force et à la puissance de son estomac, qui se comprimait en écrasant la nourriture, de sorte que son ventre était toujours plat.

Il fronça les sourcils, se sentant à peine à moitié rassasié. Pour maintenir ce corps en vie, il avait besoin de beaucoup d’énergie, avec une consommation quotidienne de base de plus de 15 000 calories. Les humains ordinaires n’étaient comparables qu’aux athlètes professionnels ou aux guerriers professionnels.

Par ailleurs, il était un peu confus. Au lieu du processus de digestion humain, complexe et inefficace, il semblait préférable d’utiliser directement une source d’énergie externe. Par exemple, une interface sur le corps et le branchement d’une batterie à fusion, tout serait résolu.

A ce propos, son corps avait une structure mécanique très réduite. Il n’existait que quelques interfaces de données et quelques micro-puces, considérées comme des implants externes.

À l’époque dont il se souvenait, divers types d’implants de puces auxiliaires se répandaient dans toutes les couches de la société humaine. Dans le domaine de la conception, de la fabrication et même de l’entretien des puces, il existait depuis des années plusieurs monopoles d’une taille comparable à celle de l’Énergie de l’Univers Profond.

À présent, les puces qu’il avait dans le corps étaient moins nombreuses que celles d’un ouvrier inférieur.

Les concepteurs de ce robot humanoïde, pour une raison inconnue, lui implantèrent si peu de puces et les remplacèrent par des organes, des os et des muscles fonctionnels.

Tous les soucis mis à part, la crise de l’eau était la priorité immédiate.

Au prix de la moitié de la puissance d’une batterie en polymère, il utilisa le raffineur pour décomposer un seau de sève acide concentré en eau pure. Même si l’eau pure séparée n’était plus qu’une simple tasse, ce serait la solution à tous ses besoins urgents.

Après avoir bu toute l’eau d’un trait, il était angoissé par la quantité d’énergie consommée, qui lui semblait trop importante. En collectant une journée d’énergie solaire, cela ne suffisait à recharger que deux fois les batteries et le soleil ne venait pas tous les jours…

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. PascalW
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 5 – Principes de base de survie Menu Chapitre 7 – Justice et vérité