La Renaissance d’un Maitre Démoniaque | Reverend Insanity | 蛊真人
A+ a-
Chapitre 67 – Ne t’inquiète pas, je vais t’épargner

Les racines des arbres pénétraient le sol de la montagne, alors que leurs branches luxuriantes atteignaient le ciel. D’épais troncs d’arbres se faisaient face, à perte de vue, et les branches exubérantes s’entremêlaient dans les airs.

Sous ces arbres se trouvait une maison en bois.

La maison était entièrement fabriquée à partir d’écorces solides et épaisses, dégageant une odeur musquée. La maison en bois n’était pas une construction récente, elle s’était faite sur de nombreuses années. Ainsi, la surface de la maison était couverte de mousse verte, et certains des troncs avaient commencé à voir naître de petites branches tendres.

Autour de la maison en bois se trouvait une grande et épaisse clôture en bambou. A l’arrière et à l’avant, on pouvait voir des champs de légumes, au milieu desquels se trouvait un puits artificiel.

A ce moment, une jeune et belle demoiselle prenait de l’eau du puits.

Alors qu’elle portait des vêtements simples et sobres, il était difficile de masquer sa beauté naturelle. Elle avait seize ans, et possédait une grande paire d’yeux noirs, le noir et le blanc de ses yeux clairement définis, semblable à des cristaux purs.

La lumière du soleil pénétrait à travers les feuilles luxuriantes pour se poser sur son visage, laissant sa peau refléter la lumière comme de la neige blanche. Une once de rougeur sur son visage pâle trahissait la douceur qu’elle portait au fond d’elle.

Ses cheveux noirs pendaient, indisciplinés, couvrant à moitié ses adorables lobes d’oreille.

Ses lèvres roses étaient pincées, et elle serrait ses dents blanches, le regard concentré.

Elle utilisa toute sa force pour sortir le seau d’eau du puits. Avec un autre souffle, elle déplaça le seau sur le sol à l’extérieur du puits.

*Huff!* La jeune fille s’essuya le front et expira, utilisant sa main pâle pour essuyer son propre visage.

En entendant le seau frapper le sol, la porte de la maison en bois s’ouvrit et un vieil homme en sortit.

Les cheveux du vieil homme étaient un mélange de noir et de blanc, son visage était couvert de rides. Bien que ses yeux semblaient fatigués, ils montraient parfois une pointe de brillance. Comme un tigre âgé, bien que vieux, l’autorité du tigre était encore évidente.

«Jeune fille, ce seau est trop lourd pour toi, ne l’ai-je pas déjà dit suffisamment de fois, laisse-moi le porter. Pourquoi arroses-tu secrètement les plantes derrière mon dos?» La personne âgée regarda la jeune fille d’une expression affectueuse.

«Père!» La jeune fille appela gentiment: «Tu chassais jusque tard dans la nuit, je voulais te laisser dormir plus longtemps. C’est juste un seau d’eau, regarde, je peux le faire, non?»

«Toi, tu aimes toujours travailler si dur!» La voix du vieil homme était pleine d’impuissance.

Il fit un grand pas et se dirigea vers le puits, tendit la main et attrapa facilement le seau: «Viens jeune fille, arrosons les plantes ensemble.»

L’air était rempli d’une odeur d’herbe et de fleurs sauvages, et le vent de l’été soufflait chaudement en passant à travers les arbres, se transformant en une rafale de vent rafraîchissante.

La maison en bois sur la montagne avait un champ de légumes, et la jeune fille utilisa le seau, en se baissant pour arroser les plantes. Le père était chargé de récupérer l’eau, faisant un roulement entre deux seaux. L’atmosphère d’une famille aimante était évidente dans ce petit espace.

*Soupir* «Je suis trop vieux, rien que quelques seaux et je suis déjà épuisé.» Après un moment, le vieil homme se tint près du puits, essuyant la sueur de son front en soupirant profondément.

La jeune fille tourna la tête. Son sourire rivalisait avec la beauté des fleurs. Elle dit: «Père, tu l’as enfin réalisé. Tu es déjà si vieux, et pourtant tu veux toujours tout faire par toi-même. Occupe-toi de la chasse, ensuite repose-toi à la maison et profite de la vie.»

«Hehehe», répondit le vieil homme en hochant la tête, «Avec les capacités de ton second frère, il peut facilement parcourir cette montagne. Cependant il est trop sauvage, et avec ses seules compétences en arts martiaux, il désire partir loin d’ici. *Soupir*, les jeunes hommes aiment s’imaginer libre, ils ont tous ce problème.»

«Père…»

Le vieil homme, dont le ton portait un soupçon d’espièglerie, sourit encore plus chaleureusement: «Oh oui, mais il y a encore toi. Tu n’es plus toute jeune, il est temps de te marier. J’ai trouvé un bon partenaire pour toi, et avec ton bon minois il n’y a pas de problèmes pour trouver une bonne famille.»

Le visage de la jeune fille rougit comme une tomate. Immédiatement, elle se sentit embarrassée.

Le vieil homme regarda le ciel, imaginant le grand avenir pour ses deux enfants en soupirant, «Une fois que ton second frère souffrira de quelques revers et freinera sa nature aventurière, je me retirerai et je n’irai plus jamais dans les montagnes. Marie-toi et aie des enfants, de préférence un petit garçon grassouillet… Heh heh, ton père veut prendre soin de son petit-fils, c’est tout ce que qu’il désire. Tous mes compagnons et camarades de l’époque sont déjà partis, je suis le seul qui reste.»

«Père, tu as tort.» La jeune fille le consola: «Que veux-tu dire par là, il ne reste que toi?»

«Hehe, hmm?» Le vieil homme rit et était sur le point de répondre, mais il entendit soudain un son et tourna la tête.

La petite entrée de la clôture en bambou avait été brisée de l’extérieur par quelqu’un.

«Tu es le vieil homme Wang?» Fang Yuan s’avança, le regard froid et étrange, avec un éclat de lune sur la main droite.

Le vieil homme fut choqué en voyant le symbole de Clair de Lune, et s’agenouilla rapidement, «Ce vieil homme adresse ses respects au Seigneur Maître Gu!»

«Vieil homme Wang, ton fils a osé m’offenser, je l’ai exécuté.» Fang Yuan se tenait fièrement face au vieil homme agenouillé, lorsqu’il parla sans détour.

Ces mots une fois prononcés, les deux autres jeunes chasseurs apparurent avec le cadavre de Wang Er.

En voyant cela, le corps du vieil homme Wang trembla!

«Second frère…!» La jeune fille hurla pitoyablement, se précipita en avant, et attrapa le cadavre de Wang Er, son visage rougit de larmes.

«La fille de la famille Wang…» Les deux jeunes chasseurs, voyant la fille qu’ils aimaient pleurer devant eux, se sentaient terriblement mal. Ils voulaient la consoler, mais aucun mot ne sortit.

«Vieil homme Wang, j’ai entendu dire que tu étais un chasseur, le meilleur parmi les quelques villages. À un tel âge, tu peux toujours chasser et obtenir un bon résultat à chaque fois, c’est formidable.»

Fang Yuan s’arrêta là un moment, et continua sans expression, «Dessine-moi une carte de tous les pièges de chaque zone de la montagne maintenant, les résultats de ton observation dans les territoires de bêtes sauvages, de ton expérience de chasse de toutes ces années. Pour toi, je vais épargner le péché de ton fils de m’avoir offensé, sinon… hmph.»

Ces villages étaient sous le contrôle du village de Gu Yue. Les villageois étaient tous des esclaves fermiers du clan.

Avec l’offense de Wang Er à l’égard d’un maître, selon les règles du clan, toute leur famille serait impliquée!

Le vieil homme Wang trembla à nouveau, presque au sol. Un tel impact était trop soudain et trop important pour lui.

«Tu es le meurtrier qui a tué mon frère! Tu traites les vies humaines comme du bétail, et tu oses nous affronter?» La jeune fille cria, sa voix pleine de haine et de colère envers Fang Yuan, et elle se précipita vers lui.

Mais elle n’était qu’à mi-chemin quand elle fut arrêtée par quelqu’un.

Ce n’était pas les deux jeunes chasseurs, mais son père.

«Misérable fille, tu n’as pas honte!» Le vieil homme Wang cria alors qu’il donnait une gifle à la jeune fille, l’envoyant au sol.

«Ton second frère est mort, tu veux mourir aussi? Tu veux que ton vieux père soit vieux et seul pour le reste de ses jours?» Le vieil homme pleura abondamment en disant cela, le corps tremblant furieusement.

«Père!» La jeune fille fut réveillée et ses larmes coulèrent. Sa voix était pleine de tristesse, d’injustice, de pitié, de haine et d’impuissance.

Le vieil homme se retourna pour faire face à Fang Yuan, s’agenouilla et plaça son front sur le sol, en se prosternant aux pieds de ce dernier. Sa voix trembla: «Seigneur Maître Gu, mon fils vous a offensé et méritait de mourir! Je vais dessiner la carte pour vous maintenant, veuillez nous épargner, avec votre magnanimité.»

L’expression de Fang Yuan devint plus douce, il regarda le vieil homme avec arrogance, et dit: «Sois tranquille, tant que tu es honnête, je vous épargnerai, ce serait du gâchis de vous tuer.»

«Je comprends, ce vieil homme comprend.» Le vieil homme s’inclinait à plusieurs reprises, «S’il vous plaît Seigneur Maître Gu, permettez-moi de récupérer mon pinceau et mon papier.»

«Pas besoin.» Fang Yuan fit un geste de la main, regardant les deux chasseurs qu’il avait forcés, puis ordonna: «Entrez dans la maison et trouvez-moi du papier et un pinceau, et amenez-les ici.»

«Oui, Seigneur Maître Gu.» Les deux jeunes n’osèrent pas se rebeller sous l’autorité de Fang Yuan.

«Seigneur, il y a du papier et un pinceau sur la table de la cuisine.» Dit le vieil homme Wang.

Les yeux de Fang Yuan brillèrent mais il resta silencieux.

Les deux chasseurs firent irruption dans la maison et en sortirent rapidement avec du papier et un pinceau.

Dans le territoire du sud, le papier était spécialement fait de bambou, la qualité était mauvaise et dure, avec des nuances vertes. Un papier comme celui-ci était adapté au temps humide du sud du territoire.

Si c’était du papier de riz, il pourrait être détruit après une semaine à cause de l’humidité.

Le vieil homme porta la brosse et s’agenouilla sur le sol, dessinant des lignes noires, des courbes ou des points.

Il utilisa plus de dix papiers de bambou avant de les remettre à Fang Yuan.

Celui-ci les feuilleta et les divisa en deux, avant de les remettre aux deux chasseurs:

«Regardez s’il y a des zones inappropriées. A chaque erreur que vous verrez, je vous donnerai une pierre primaire !»

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. PascalW
  • 🥈2. Maxime
  • 🥉 3. Cesar
🎗 Tipeurs récents
  • Maxime
  • Cesar
  • PascalW


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 66 – La mort d’une personne s’apparente à la mort d’un cochon Menu Chapitre 68 – Dans ce monde, n’importe qui peut vivre, n’importe qui peut mourir, mais personne n’est innocent!